0.1

4 minutes de lecture

Salut, je m’appelle Naveen. Je suis l’Intelligence Restreinte d’Ash, une chasseuse de prime badass comme il faut, mais avant de parler d’elle, sachez que je viens de recevoir une mise à jour du programme “IReporter” du bureau de com’ de Hell-Point et que grâce à lui, j’ai décidé de devenir écrivain.

— Putain, mais c’est qui ces connards ?!

Ça, c’est Ash. Là, elle est en galère. Une méchante fusillade impromptue qui risque de mal tourner… et c’est justement pour ce genre de situation que j’ai décidé d’utiliser le programme “IReporter”. Comme ça, si elle crève encore, elle sera bien contente de trouver le récit de ses aventures pour combler le vide entre sa dernière sauvegarde et le moment où elle aura été tuée…

Parce que ouais, Ash, c’est une cyborg. Elle est morte plusieurs fois déjà.

La première, avec son enveloppe d’origine, l’a bien saoulée sur le coup. Alors comme elle supportait pas l’idée de voir ceux qui l’avaient tuée s’en sortir, elle a passé ses accréditations pour devenir spectre et pouvoir les traquer légalement. Et puis après ça, ben elle a continué à chasser des primes. D’où les morts suivantes. Parce que bon, on va pas se mentir, c’est un boulot de merde assez dangereux, hein…

— T’inquiète, c’est cool, il sera seul, qu’il disait… Mon cul, oui ! Il était percé son tuyau.

… surtout quand on s’obstine à bosser sur des jobs foireux, remarquez bien.

Bref, elle a beau se faire régulièrement numériser la conscience, ça l’empêchera pas de perdre quelques souvenirs au moment où on plongera la dernière sauvegarde de son Ame™ dans sa prochaine cervelle cyberclonée…

En somme, je fais que répondre à une demande qu’elle a exprimée lors d’une précédente résurrection : “la prochaine fois, essaye de noter qui m’a butée, ça me fera gagner du temps”, qu’elle m’a dit. Donc voilà.

Et rassurez-vous, tout ça reste entre nous, mes paramètres m’interdisent de faire sortir des infos personnelles sur ma propriétaire. Alors conformément à ma programmation, j’ai bien planqué tout ça derrière un datalock, dans un de mes sous-programmes gérant son réseau domotique.

Oh, et avant que vous le mentionniez, oui, “IReporter”, c’est encore une early access, donc c’est buggé de partout, faudrait qu’un vrai spécialiste du bureau de com’ passe derrière pour rendre tout ça plus littéraire, virer quelques répétitions, quelques verbes faibles, et bla bla bla. Mais, je m’en tamponne le circuit imprimé. En plus, y a déjà des tournures intégrées pour faire genre et pour extrapoler les pensées et émotions de ma propriétaire avec une précision de 97,8 % non contractuelle, alors ça ira bien. Démonstration :

À couvert à l’angle d’une ruelle mal éclairée, Ash essuyait une méchante pluie de balles. Deux punks, armés de fusils tactiques à canon court, s’acharnaient à faire feu dans sa direction chaque fois qu’elle se montrait. Impossible dans ces conditions d’effectuer une sortie sans se faire faucher en pleine course.

Alors la spectre tenta le tout pour le tout : elle scanna mentalement les réseaux environnants jusqu’à trouver un nœud qui ferait l’affaire, à savoir un climatiseur situé juste à l’entrée de la ruelle, derrière les tireurs fous.

La sécurité de l’appareil laissait clairement à désirer et, grâce aux algorithmes de piratages de son interface neurale, Ash n’eut aucun mal à projeter une partie de sa conscience dans le sous-système concerné.

Lorsque le boîtier s’emballa, les deux punks firent immédiatement volte-face, criblant le pauvre climatiseur de balles sans réfléchir. La spectre, elle, en profita pour piquer un sprint.

Au moment où les affreux comprirent, Ash était déjà quasiment sur eux.

Sa jonction synaptique auxiliaire activée, la jeune femme vit au ralenti l’un des types se retourner, lâchant au passage une longue rafale en arc de cercle. Heureusement, la spectre eut le temps de partir en glissade pour éviter le tir.

Désormais au contact, Ash se redressa d’un mouvement sec. Elle envoya un violent coup de crosse dans la mâchoire cybernétique de son adversaire, puis pivota sur elle-même pour dévier in extremis l’arme du second punk avec son poignet.

La balle siffla à ses oreilles et l’instant d’après, c’était elle qui faisait feu. Un tir en pleine poire qui fit paf, pastèque.

Pendant ce temps, le type à la mâchoire cybernétique avait lâché son fusil tactique – qui devait être tombé à court de munitions – pour se retrouver avec un long couteau menaçant en main.

Seulement, bon, comme vous le voyez, le close-combat, Ash, elle maîtrise.

La spectre pénétra assez facilement la garde de son adversaire, le repoussant d’une main sous la gorge tout en ramenant son flingue en position pour faire feu à bout portant. Le punk se mangea trois pruneaux en pleine poitrine, stoppant définitivement toute velléité de sa part.

Haletante, la jeune femme coupa sa jonction synaptique auxiliaire, elle n’en avait plus besoin. Elle ouvrit ensuite le programme de reconnaissance faciale de l’Eridania Police Corporation dans son Environnement de Réalité Augmenté, puis observa attentivement les deux corps étendus à ses pieds.

— Bon, voyons voir combien ils vont me rappor… Quoi, c’est tout ?! Mais c’est quoi ces primes de merde ?!

Et… voilà.

Bon. Puisqu’elle ne va visiblement pas re-claquer tout de suite et qu’on sait jamais ce qui peut être utile plus tard, je vais reprendre les aventures d’Ash depuis… bah… aussi loin que les logs et les données issues de mon deep learning me le permettent. Bref, depuis sa troisième résurrection, quand elle cherchait à comprendre pourquoi sa dernière mort semblait si louche…

Annotations

Recommandations

Aspho d'Hell
Début de quelque chose...
93
307
236
25
Kost .
Entre complots et coups bas, vous pourrez suivre la famille Devràn et la cité nation dans
une lutte quotidienne pour un lendemain.

[Résumé à venir ]

[ Club Valentine ]
136
199
1351
225
Borghan
Né à Del'Ashaan, capitale de l'Empire Sous Le Ciel Ashaanide, Ravik est l'héritier de la plus puissante Maison noble, la Maison Abelam. Alors que s'achèvent ses études à l'Académie Suprême, le jour où il sera citoyen impérial à part entière approche. Fiancé à l'une des fleurs les plus éblouissantes de la noblesse, il ne manque plus que sa cérémonie du lien pour parfaire sa grandeur.

Ravik apprécie sa vie d'insouciance dans un monde en paix. Il profite autant qu'il le peut de ses privilèges de naissance. Son sang tout comme sa créature mystique — un spécimen extrêmement rare de tigre bleu à crinière dorée — lui permettent d'ambitionner le sommet du gouvernement. Pourquoi pas Premier Vizir de l'Empereur, un titre longtemps accaparé par son propre père ?

Tandis que sa destinée glorieuse semble toute tracée, il n'envisage pas un instant qu'un unique évènement puisse balayer ses projets et renverser son univers.
31
89
557
58

Vous aimez lire Daegann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0