Achevé

Moins d'une minute de lecture

Écrasé par le fouet des remords incessants
Je me plie au devoir, me vide de mon sang.
Les marques sur mon dos, les yeux injectés,
De la douleur cinglante, les genoux pliés.

Achevé, avachi par les vents de la corde.
Tendu, écartelé par le feu de la horde ;
Je m’affaisse face à la mort qui me martèle
De son glaive. Abattu, sacrifié sur l’Autel.

Que mes larmes acides transpercent ma peau !
Je crierai devant toi, affamé soubresaut
De l’acerbe souffrance qui emplit mon cœur
De poignards acérés. Je meurs ; Ensorceleur.

Annotations

Recommandations

Vous aimez lire Alexandre Walther ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0