Petit être

Une minute de lecture

Ton image effacée
Mes cris tous étouffés
Je demande à guérir
Du diktat avenir
Des pensées odieuses
Et des âmes brodeuses.

Des tissus noirs de suie
Des larmes infinies.
Que prendre en raillerie
Quand la mort réunit ?

Le fil est dénudé
Le cordon déchiré
Tu as pris avec toi
Des douleurs. Mais crois-moi
Que la Fin nous attend
D’un regard impatient.

Des tissus noirs de suie
Des larmes infinies.
Que prendre en raillerie
Ton cœur est avachi.

Va, ta destination,
La nôtre, mon garçon
Nous aurons tous la même.
Ne crie pas, mais je t’aime
Toi, l'enfant tout ailé
Vers ce ciel étoilé.

Des tissus noirs de suie
Des larmes infinies.
Sur ton dernier lit
Des chagrins alourdis.
Adieu, petit être
Qui attrista tes maîtres.

Annotations

Recommandations

Vous aimez lire Alexandre Walther ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0