Tourments abjects

Moins d'une minute de lecture

Abattu par mes larmes, je vis de remords
Incessants qui brûlent mes envies et mon sort.
Tragique digression enflammant mes yeux
Je me perds, infantile et souris devant eux.

Les griffes de la Mort qui encerclent mon cœur
Et écrasent mes chairs, lacrymales acides
Asséchant mes pupilles, qui ne voient que l'heure
Du déclin passager devant mes pleurs humides.

Je péris, déphasé, armé de mon chagrin,
Abruti par le cri des dieux accablés,
Assis sur l'avenir de mon cœur émietté,
Je détruis de douleur le passé souverain.

Annotations

Recommandations

Kae Morrigan
Un dieu ne saurait mourir...
63
53
15
48
Défi
Nathan Pym
Baudelaire représente.. sonnet

J'ai vaincu contre toi, noble héros d'Athènes
...
4
6
0
0
Défi
Orely


Bon. OK. Je suis en vie. C'est une excellente nouvelle, mais je tiens à protester à qui peut m'entendre qu'on aurait pu prendre un autre corps ! J'avais passé la soixantaine passé, approchant la dizaine suivante, j'étais un homme de couleur blanc, plutôt pas trop mal pour mon âge, enfin ça c'est ce que les femmes me disaient. À la retraite maintenant, j'allais chercher mon pain à 7h30 comme tous les matins, histoires d'emmerder le monde et il a fallu qu'une adolescente sans cervelle trouve le même chemin et me tombe dessus à cause de son vélo qu'elle n'a pas maîtrisé suite à la côte descendante. Tout droit sur mon passage !! J'en ai perdu la vie…
Et là, en me réveillant, je m'aperçois de quoi ? Que j'ai intégré le corps d'un adolescent, à la peau noir alors que je suis raciste !! C'est I-NAD-MI-SSI-BLE ! J'ai un nez plus épais qu'avant, des yeux tout blanc et des dents… Des dents dignes d'une publicité pour dentifrice. Je cri de me retrouver dans ce corps. Je vais devoir vivre encore plein d'années étudié, travaillé, vivre durement pour recevoir une potence, fonder une nouvelle famille. Mais qu'est-ce que j'ai fait au monde pour être puni à ce point ?! En plus… Je regarde sous la ceinture. Au ciel, elle est toute noire aussi !! Il parait que c'est avantage, elle semble plus grosse, et vive, pas comme ce que j'avais du haut de 68 ans même avec les pilules bleus. Tout de même, un adolescent noir. Manquerait plus que je tombe dans le mauvais quartier de la ville.
Réflexion faite, je me dis que cette nouvelle vie peut être pas mal, je peux éviter les erreurs du passé, et changer de vie, un destin qui aurait surement été plus mal en point, et puis, j'aurais pu tomber sur bien pire, être une femme…
1
2
0
1

Vous aimez lire Alexandre Walther ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0