La menace venue du Grand Vide : IV

4 minutes de lecture

Le dossier s’ouvrait sur une série de définitions, que je parcourus rapidement pour en connaître déjà la plupart. Le suivant était un rapport militaire du SVGARD, qui portait le code « Recherche et Destruction ». C’était ce rapport qui avait mis en branle la machine militaire contre Ren. Je le lus attentivement, puis je passai directement au deuxième document, un peu sonnée. Ce serait mentir que de dire que je ne soupçonnais pas Ren d’être un ældien lui-même, mais le voir écrit noir sur blanc m’ébranlait quelque peu.

Le deuxième document était une recension d’informations éparses et tronquées sur les ældiens, si long et décousu que je n’en donnerai qu’un bref résumé. Dedans, on expliquait que les ældiens étaient en contact avec les humains depuis très longtemps, bien avant la découverte du voyage spatial, et que les relations entre les deux espèces n’avaient pas toujours été optimales. Le document expliquait notamment que les ældiens nous considéraient au pire pour de la viande de boucherie, au mieux pour de petits animaux amusants qu’ils prenaient plaisir à maltraiter. Depuis les temps anciens, les cas d’humains qui avaient disparu corps et âmes, emmenés en esclavage par ces créatures, faisaient légion : cela avait même constitué un sujet de discorde (et de risque) pour l’équipage d’Ahmed Aden lorsqu’il avait fait le pari fou de requérir leur aide. Le chapeautage des ældiens sur l’Holos (dont ils se désintéressèrent tout de suite, étant par nature, d’après le document, des créatures instables et volages, vouées aux ténèbres) n’empêcha pas ceux-ci de continuer à enlever des humains, et même, parfois, à les manger.

Le troisième document confirmait le premier, mais sa nature était différente, il s’agissait d’un texte religieux, écrit par Celestius M’Badi, le Premier patriarche historique de l’Ordre de la Tempérance. À l’entendre, les ældiens existaient vraiment, et ils responsables de tous les maux de l’univers.

Le quatrième texte différait totalement des trois premiers types de données dans le sens où il présentait les ældiens sous un jour positif. C’était le témoignage d’un humain qui avait vécu parmi eux, mais il avait été marqué sur le Réseau comme « peu sûr » et on lui attribuait une origine douteuse. Surtout, il était daté du 6° siècle, soit 4 siècles avant le premier millénaire ante-barbarie ! Une antiquité. Ce document, donc, était le témoignage du « voyage » d’un musicien errant vieux-terrien dénommé Myrddyn Llwyt, qui aurait vécu chez les ældiens en basculant par erreur dans leur dimension (dans laquelle il entra, vraisemblablement, en s’endormant contre un arbre : rien que ce détail donnait un ton résolument légendaire à cette histoire). Là, il se réveilla « de l’autre côté de la forêt » et fut pris en chasse par un « beau seigneur de sept pieds de haut », « à l’armure rutilante », sa dame et leur suite. Heureusement pour lui, la présence de sa harpe intrigua les ældiens, et lorsqu’il leur nomma son métier, ils le ramenèrent à leur reine pour voir s’il disait vrai. Là, la reine, charmée par sa musique, décida de le laisser vivre en paix chez eux (ce qui n’était pas sans me rappeler un certain épisode).

Myrrdyn Llwyt vécut de nombreuses années chez les ældiens (qu’il appelle « bons voisins » ou « belles gens »). Il fit même de nombreux allers-retours entre leur monde et le sien. Le savoir qu’il acquit chez eux, la conscience de sa nature d'être insignifiant issu d’une petite planète perdue dans l’immensité de l’univers notamment, unique pour son époque, lui valut très vite la réputation de « fou », puis de « sorcier ». Il acquit une certaine célébrité et les plus grands seigneurs vinrent le consulter. Il fut le conseiller d’un roi, présida des conseils de guerre, des conquêtes, sans cesser de venir rendre visite aux ældiens, allant sans cesse entre leur monde et le sien. Enfin, il tomba éperdument amoureux d’une ældienne. Et au final, il s’exila pour toujours sur Ultar, ne revenant jamais chez lui. Personne ne savait comment il était mort, ni quand. Mais entretemps, il nous laissa ce témoignage, qui traversa les âges jusqu’à nous, au 17° millénaire de cette même échelle de temps, soit 11 000 ans après lui. Et ce témoignage bizarre et fantasque, rédigé en langue antique (quelque peu modernisée dans sa version en Commun, cela dit), était aujourd’hui l’une des rares sources d’informations que l’humanité possédait sur les ældiens.

Enfin, le dernier et cinquième texte fut pour moi un véritable choc. C’était un rapport remis à l’amirale de la flotte sur l’unique survivante du laboratoire de Kybos Prime. Il racontait comment Ren s’était échappé. La lecture de ce document me convainquit sur les intentions de Ren : il n’était pas hostile. Mais surtout, c’était en cherchant l’élément à l’origine de la puissance du CERG qu’on avait découvert le corps de Ren et de sa compagne, Mana.

Pour moi, ce concours de circonstances était plus qu’une coïncidence. Ren et moi étions liés, d’une façon que je ne comprenais pas encore… mais qu’il m’appartenait de découvrir.

Annotations

Recommandations

Défi
Olivia Gellin

Offre contre bon soin petit coeur abimé, peu servi mais bien usé. Il faudra l'aimer, le respecter, le chérir. Il vous le rendra à en mourir.
Si vous savez en prendre soin, il vous fera tant bien. Il aime donner de l'amour nuit et jour, il aime rêver et espérer, qu'un matin quelqu'un viendra et le tiendra au chaud dans ses bras. Il est fait pour vivre à deux, sans quoi il sera vite bien malheureux. Si vous êtes doux, tendre et protecteur, il saura remplir votre vie de bonheur. Bourreau des coeurs s'abtenir, il mérite un plus bel avenir ...
7
4
1
0
Défi
phillechat
Senteur et mélodie
7
8
0
0
MimieCookie

À mon Dieu

Aujourd’hui, j’ai très mal au ventre , mais j’ai décidé  de réviser mes leçons et de commencer à écrire ce témoignage pour mon baptême. Au début, et encore même ce moment, je ne pas quoi dire , car je n’ai pas l’habitude  de me livrer à qui que ce soit et surtout pas à une assemblée de personnes. Pourtant je vais essayé de faire un bon témoignage qui pourrait  peut-être une seule personne  à aller vers toi. Même si ce n’est qu’une, je serais fière  du bonheur, de la joie que tu pourrais accordé  à cette personne  par ta grâce.
Mais tout d’abord je voudrais un simple mot à toi qui veut tout dire; désolé. Oui je voudrais m’excuser auprès de tout le monde  de t’avoir attristé et peut-être encore aujourd’hui parce que tu es mon papa  et tu le sais très bien, je ne suis pas facile à vivre. Là j’imagine en écrivant cela  que beaucoup de personnes  peuvent être étonné qu’une fille aussi douce  puisse être difficile,mais comme tu me connais si bien, tu sais très bien que je n’étais pas très respectable envers toi ni très très gentille envers moi-même.
Pour cause j’ai osé me demander, hier soir,  si tu étais mon allié dans la vie; deux jours à peine avant mon baptême. Oui je l’avoue, j’ai douté parce que je ne me suis jamais imaginé que tu pouvais m’aimer  autant que les autres, car moi je me suis laissé croire  que même dans la vie chrétienne et dans la vie de ce monde, qu’il fallait être quelqu’un d’extraordinaire pour avoir bien  des bénédictions  de ta part. Je sais que c’est faux , mais il faut un temps pour se le persuader, n’est-ce pas? Cela m’a beaucoup angoissé et j'espère que cela ne m'angoisse plus maintenant parce qu’il y a que toi seul  qui est merveilleux et s’est  par ton amour que tu bénis chacun d’entre nous.  
Je pense que ce que tu attends de nous tous, c’est tout d’abord que tous chrétiens à son histoire avec toi Jésus. Une histoire qui se doit d’être sincère , amoureuse et respectueuse.


La nôtre à nous deux n’a pas toujours été  symbolisé par ses adjectifs, et pourtant elle a commencé comme telle. Ma mère Gloria ( au passage, je te bénis de l’avoir parce que c’est la personne la plus courageuse que je peux connaître) a eu  des problèmes de grossesses et à ma naissance, j’ai eu des soucis de santé.  A chacun de ces moments j’ai été sauvé de justesse. Pourtant je n’ai jamais fais attention à la portée de ce geste de vouloir à tout prix  que je vive. Non parce que j’ai été absorbé par beaucoup de choses en grandissant. A partir du collège j’ai appris  que le monde n’est pas comme tel que je le voyais auparavant. Il est moins beau  que les bras de maman. Les gens jugent ton apparence , ta personnalité, ton autisme et c’est traumatisant parce que c’est toujours une réalité qui encombre ma vie.  Même moi à force, je me mets à juger les autres.  Je me dis parfois que ce sont les gens qui ont un problème, et ça peut paraître une bonne chose , mais à force de résister; j’ai du mal  à ne pas être comme eux dans mes pensées. Mais je le dis devant tout le monde; nous juger chacun d’entre nous  soit parce qu’on envie l’autre, soit parce qu’il a un défaut insupportable n’arrange pas les choses. Je ne sais pas si c’est bien Dieu, mais je suppose qu’il faut se dire que chacun a un coeur et d’être apprécié à sa juste valeur même si cela n’est pas simple tous les jours de respecter tous les jours.  En pensant comme cela, je suis désolé d’avoir eu des mauvaises pensées, pour des mauvaises raisons contre beaucoup de personne.
A toi Dieu, à toi qui j’ai longtemps comparé  à quelque chose de mal même si quelque chose en moi me disait que c’était faux, je m’excuse d’écouter les autres ou l’adversaire qui lui ne voudrait pas que j’ai de bénédiction de ta part. Tu n’as jamais été mon ennemie=  et tu ne le seras jamais. Malheureusement, je me rends compte seulement en écrivant cette lettre.
Tu sais Dieu tu as toujours veillé pour moi encore lorsque je vais au plus mal, alors pour cela je te dis merci. Un grand merci. J’aimerais terminer ce témoignage  par ce merci. J’aimerais terminer ce témoignage  par ce merci  mais je désire avant tout te demander une nouvelle fois pardon. A cet instant, c’est le pardon le plus important selon moi. Je te demande pour pardon parce que je ne t’aime pas certainement comme tu le voudrais que je t’adore, car tu mérites réellement tout mon amour. Je t’ai souvent abandonné au profit de rêves  d’être quelqu’un d’autre ou le fait de choisir moi-même mon avenir.  Tu sais ce que je voudrais être plus tard, être plus satisfaite de ma vie en ayant tout ce que je veux. Néanmoins, j’ai appris que l’amour des biens et des êtres humains ne sera en aucun cas  aussi parfait que celui de Dieu. C’est pour cela que j’aimerais te dire  que je t’aime. Seulement parce qu’à force de rester à tes côtés, et même si je veux toutes belles choses, je veux me forcer à rester humble envers toi et à ne pas oublier que tu es le premier à m’aimer.  J’aimerais que tu m’offres deux choses (mais la seconde chose j’aimerais la garder entre nous pour l’instant). Mon premier cadeau  c’est de grandir dans la foi . La confiance en toi est une grande chose pour nous deux parce que je n’aimerais plus savoir qui je suis ou à demander des choses  sans faire des calculs dans ma tête. Je pense avoir un coeur  comme tout le monde mais je veux apprendre à t’aimer , sans être un enfant égoïste et impatient comme je le fais si  souvent. J’aimerais être souvent qui ne se pose pas de questions, respecte son père et les autres et se plaint pas quand ça n’aille pas je le voudrais.  
J’aimerais que ma foi soit la chose la plus forte  que j’ai à l’intérieure de moi. Ce n’est pas purement pour avoir des miracles dans ma vie , mais aussi pour te donner un amour de grande valeur. J’aimerais vraiment que tu penses que ta fille t’aimes vraiment  même si ce n’est pas simple tous les jours. Pour moi même si tu ne me le dis pas, le fait que tu ne le penses serait une grande chose pour moi. Le seul truc que j’aimerais te dire , c’est que même si je fais des erreurs, qui m’arrive malheurs ou que je fais des bonnes oeuvres et qui m’arrive de beaux moments , j’aimerais rester humble envers toi comme j’aimerais apprendre à te discerner.
0
3
0
5

Vous aimez lire Maxence Sardane ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0