Données cryptées : Kybos Prime II

7 minutes de lecture

Il était encore sous isomercurial lorsqu’on me le montra. Il avait été conditionné et transporté ainsi, des bordures de la Voie jusqu’à cette petite base isolée. Nous devions être les premiers à l’extraire de son sarcophage de polymère synthétique, puis à le reconstituer par syntonisation moléculaire à partir de ses informations génétiques.

À ce stade, le sujet consistait en quelques os très abimés, longilignes et ressemblant à du verre, le tout servant d’écrin à un corium de la taille d’une petite balle, et de la couleur, étrangement, du jaune d’œuf cru. Le cœur du spécimen – car il s’agissait de cela – m’évoqua une boule de silice en fusion, une gemme sertie dans un bijou délicat. Comme toutes les choses dangereuses (il s’agissait d’un magma hautement radioactif, dont la température avoisinait les 3000°), il était fascinant à regarder.

— On en est sûrs ? murmurai-je à Tanikaze.

— Quasiment certains. L’analyse a identifié ce corium comme étant un organe super solénoïde. Seuls les organismes ultari en possèdent.

Exceptionnellement, le SVGARD avait levé les restrictions d’accès sur les données concernant le système d’Ultar, à notre seul bénéfice. Tanikaze m’invita à les consulter dès que possible.

Je n’y appris pas grand-chose. Pour une exobiologiste de formation, le contenu apparaissait opaque et peu utilisable dans le cadre d’une démonstration empirique. Beaucoup de légendes issues du folklore vieux-terrien, de mythes. L’Hubris, les ténèbres, la barbarie. L’étrange parfum glacé de l’Ancien Monde. Les informations étaient souvent contradictoires : on nous décrivait tantôt les ældiens comme des bêtes féroces et anthropophages, soumises aux instincts les plus primaires, tantôt comme des êtres d’un extrême raffinement, passeurs et gardiens d’une culture plusieurs centaines de fois millénaire.

Cependant, il y avait un point sur lequel toutes ces sources s’accordaient : il s’agissait de créatures dangereuses, avec qui les interactions se révélaient souvent funestes. Leur implication dans la Guerre de Fondation, d’après les rares sources historiques fiables les mentionnant, ne racontait pas autre chose. À la fin du conflit galactique, certains s’étaient payés directement sur le troupeau, en prélevant des équipages humains dans leur totalité. Des flottes entières disparurent corps et biens. La part de Baal-Moloch, ce terrible dieu carthaginois avide de sacrifices, pour reprendre les mots de l’amiral Ahmed Aden… Aucun de ces documents ne fournissait d'indications sur leur sort, mais en compilant d’autres sources, je pus aisément le deviner.

À l’époque, les ældiens passaient pour les derniers représentants dégénérés d’une espèce jadis glorieuse, une race de maîtres tyranniques et cruels, qui avait, des centaines de milliers d’années durant, asservi la galaxie. Leurs immenses vaisseaux de guerre aux lignes acérées arpentaient déjà le ciel alors que l’humanité s’éveillait à la conscience de sa propre existence. Ils accompagnèrent nos premiers pas, comme un parent concerné, mais malveillant, qui regarde tituber l’enfant d’un autre d’un œil ironique. Puis, nos progrès et leur propre déclin aidant, on les oublia. Et ils disparurent. Lorsque l’Homme combattit les korridites, lors de son envol hors du système solaire, les individus féroces et assoiffés de tueries qu’il trouva pour l’aider n’étaient plus que les ultimes feux d’une espèce mourante. C’était il y a plus de dix mille ans. La dernière fois que les dieux intervenaient dans une guerre des hommes.

En dernier lieu, les archives faisaient mention d’autres dangers, plus insidieux. Mais à ceux-là, je ne fis pas attention. Je suis une scientifique : je ne croyais ni à la sorcellerie, ni à la magie ou au sombre pouvoir de fascination que l’on prêtait à ces créatures.

On ne me laissa pas assister à la syntonisation du spécimen. On m’expliqua que les doses de radiation seraient trop hautes pour un observateur humain, même derrière une protection en sitrate. Aucune machine ne peut supporter les conditions extrêmes produites par la fission du cœur S² d’un organisme ultari pendant la syntonisation. On se passa donc de support visuel, et comme les autres, j'ai accepté qu'un petit tas d’ossements fossilisés coulés dans l’isomercurial devienne un spécimen de mâle adulte bien vivant.

Je fus mise en sa présence dès le lendemain, avec tout le reste de l’équipe. En tant que chargée de recherche du CGRS et relais gouvernemental pour l’équipe d’exobiologie, Vatel avait obtenu l’autorisation d’être sur place dès le matin même. Nous étions tous impatients de voir le sujet. C’était le premier ældien sur lequel l’humanité allait poser les yeux depuis plus de dix mille ans. Je ne savais pas à quoi m’attendre. Tanikaze, en raison de ses recherches, avait une vague idée, mais la réalité était bien au-dessus de ses attentes.

Nous avons peu d’images de Stripe, en effet, et aucune n’est une capture réelle du sujet. Les hautes quantités de radiation émises par le spécimen dérèglent les machines et empêchent toute sauvegarde visuelle stable : ce fut l’un de nos tout premiers constats. L’image que vous m’avez montrée est une reconstitution holographique élaborée par les ingénieurs responsables du traitement des données à partir de nos rendus descriptifs : ce n’est pas une holographie du sujet à proprement parler. Parfois, la science échoue à capturer le réel. Je l’ai souvent constaté pendant mes recherches. De toute manière, quelle différence y a-t-il entre le prisme d’une machine holographique et celui du cerveau humain ? Dans tous les cas, cela ne reste qu’une reconstitution. La réalité ne peut être appréhendée que par l’expérience directe.

Au départ, je ne vis rien d’autre que des images fugitives. La créature refusait de se montrer et déréglait toutes nos machines. Une vive et spectaculaire queue de fourrure d’un blanc pur… Une main démesurément longue, armée de griffes ayant la taille et le fil meurtrier d’une lame de couteau. Le tout, noir comme l’anthracite. Un œil pareil à une perle d’argent, dépourvu de pupille, qui s’alluma dans les ténèbres, subrepticement.

Puis on trouva un moyen d’éclairer la cellule. C’est là qu’il nous apparut dans toute sa sublime altérité, ôtant la parole à tous les spectateurs venus assister à sa renaissance.

Les cheveux de la créature avaient la non-couleur du halo d’une explosion thermonucléaire. Mais sa peau était noire comme le vide sidéral. C’est ce contraste qui lui valut le nom de Stripe, en hommage au monstre nettement plus bénin de ce film antique, sorti une vingtaine d’années après la conquête de Luna. Tanikaze fut l’auteur de ce petit hommage : il a toujours été très calé en films vieux-terriens, c’était l’une de ses nombreuses fantaisies. Nous aurions pu baptiser le spécimen « Porteur de Lumière » – en référence à son cœur de feu – ou « Baal-Moloch », justement. Les deux appellations auraient été appropriées et auraient fait honneur à sa superbe. Sauf que nous avions tous besoin de dédramatiser cette rencontre. De faire tomber la créature de son piédestal, en quelque sorte. Sans nous concerter réellement, nous avons donc adopté ce nom à l’unanimité.

Stripe arborait une parure tout à fait régalienne : une superbe queue en panache, d’un blanc pur sablé de noir, qui nous dissimulait la moitié de son dos et de son épaule. Il était grand – deux mètres quarante-trois exactement – et bien découplé, avec une musculature tonique et fuselée, un corps taillé pour la danse ou la chasse. Debout dans sa cage, il mangeait son repas, le dos tourné, lorsque nous fûmes mis en sa présence. C’était sans doute pour cela qu’il nous avait refusé la lumière en déréglant toutes les machines dans sa cellule, tantôt.

— Il est en pleine forme, nous a tout de suite fait remarquer Vatel, fier comme un père. Il a déjà mangé trois faux-singes.

Cette mention me fit tiquer, à l’instar de n’importe quel citoyen. Je suis loin d’être une hérétique carniste.

— On lui a donné de la viande organique, issue d’un faux-singe vivant ? m’indignai-je. C’est interdit, Vatel !

— Les ældiens sont des mangeurs de chair crue. Il n’accepte que cela. Je doute qu’il se sente concerné par les lois de l’Holos, et ici, tant que durera le protocole, nous en sommes nous-mêmes exemptés !

Il a gloussé, brièvement, avant de reprendre :

— À le voir ainsi, fringuant et mangeant de si bon appétit, je ne peux que mettre en doute les résultats fournis par nos collègues de géologie.

— Qu'est-ce qu’ils ont dit ?

— Le carbone 14 a révélé qu’il avait entre vingt et cinquante mille ans. Eh oui !

Il partit d’un rire bon enfant. Vingt mille ans… À cette époque, l’humanité n’avait pas encore quitté Veille-Terre.

— Peut-il nous voir ? demanda Tanikaze, les yeux fixés sur la vitre qui nous séparait du module dans lequel le spécimen était enfermé.

Pour plus de protection, l’habitacle de Stripe était isolé dans une grande ossature renforcée d’iridium doublé de fer non traité – une substance à laquelle les ældiens sont, d’après les sources archéologiques, très sensibles – lui-même enchâssée dans une mégastructure blindée, gardée à l’extérieur par une double ceinture de mines et une unité d’assaut prête à intervenir à tout moment. Toutes les mesures de sécurité avaient été prises, le protocole suivi à la lettre.

— Il ne le peut pas, nous apprit Vatel.

Mais cela, je l’ai mis en doute tout de suite. En effet, une fois son repas terminé, Stripe se retourna. J’ai croisé son regard alors – deux éclats de mercure liquide, effilés comme une pointe de dague nanomoléculaire. Un visage de statue, sagace, étonnamment proche du nôtre, mais comme peut l’être celui d’un masque : une sorte de caricature animale, une contrefaçon à la fois hybride et parfaite. Je ne l’ai vu qu’un quart de seconde – la créature s’empressa de nous tourner le dos à nouveau, dédaigneusement – mais cette image anomique resta enregistrée dans ma rétine comme si je l’avais scannée.

Déposition à l’Officio Inquisitorium du docteur Nira Lair concernant l’incident sur Kybos Prime, rapport demandé et remis à l’amiral Priyanca Varma.

Annotations

Recommandations

Défi
Olivia Gellin

Offre contre bon soin petit coeur abimé, peu servi mais bien usé. Il faudra l'aimer, le respecter, le chérir. Il vous le rendra à en mourir.
Si vous savez en prendre soin, il vous fera tant bien. Il aime donner de l'amour nuit et jour, il aime rêver et espérer, qu'un matin quelqu'un viendra et le tiendra au chaud dans ses bras. Il est fait pour vivre à deux, sans quoi il sera vite bien malheureux. Si vous êtes doux, tendre et protecteur, il saura remplir votre vie de bonheur. Bourreau des coeurs s'abtenir, il mérite un plus bel avenir ...
7
4
1
0
Défi
phillechat
Senteur et mélodie
7
8
0
0
MimieCookie

À mon Dieu

Aujourd’hui, j’ai très mal au ventre , mais j’ai décidé  de réviser mes leçons et de commencer à écrire ce témoignage pour mon baptême. Au début, et encore même ce moment, je ne pas quoi dire , car je n’ai pas l’habitude  de me livrer à qui que ce soit et surtout pas à une assemblée de personnes. Pourtant je vais essayé de faire un bon témoignage qui pourrait  peut-être une seule personne  à aller vers toi. Même si ce n’est qu’une, je serais fière  du bonheur, de la joie que tu pourrais accordé  à cette personne  par ta grâce.
Mais tout d’abord je voudrais un simple mot à toi qui veut tout dire; désolé. Oui je voudrais m’excuser auprès de tout le monde  de t’avoir attristé et peut-être encore aujourd’hui parce que tu es mon papa  et tu le sais très bien, je ne suis pas facile à vivre. Là j’imagine en écrivant cela  que beaucoup de personnes  peuvent être étonné qu’une fille aussi douce  puisse être difficile,mais comme tu me connais si bien, tu sais très bien que je n’étais pas très respectable envers toi ni très très gentille envers moi-même.
Pour cause j’ai osé me demander, hier soir,  si tu étais mon allié dans la vie; deux jours à peine avant mon baptême. Oui je l’avoue, j’ai douté parce que je ne me suis jamais imaginé que tu pouvais m’aimer  autant que les autres, car moi je me suis laissé croire  que même dans la vie chrétienne et dans la vie de ce monde, qu’il fallait être quelqu’un d’extraordinaire pour avoir bien  des bénédictions  de ta part. Je sais que c’est faux , mais il faut un temps pour se le persuader, n’est-ce pas? Cela m’a beaucoup angoissé et j'espère que cela ne m'angoisse plus maintenant parce qu’il y a que toi seul  qui est merveilleux et s’est  par ton amour que tu bénis chacun d’entre nous.  
Je pense que ce que tu attends de nous tous, c’est tout d’abord que tous chrétiens à son histoire avec toi Jésus. Une histoire qui se doit d’être sincère , amoureuse et respectueuse.


La nôtre à nous deux n’a pas toujours été  symbolisé par ses adjectifs, et pourtant elle a commencé comme telle. Ma mère Gloria ( au passage, je te bénis de l’avoir parce que c’est la personne la plus courageuse que je peux connaître) a eu  des problèmes de grossesses et à ma naissance, j’ai eu des soucis de santé.  A chacun de ces moments j’ai été sauvé de justesse. Pourtant je n’ai jamais fais attention à la portée de ce geste de vouloir à tout prix  que je vive. Non parce que j’ai été absorbé par beaucoup de choses en grandissant. A partir du collège j’ai appris  que le monde n’est pas comme tel que je le voyais auparavant. Il est moins beau  que les bras de maman. Les gens jugent ton apparence , ta personnalité, ton autisme et c’est traumatisant parce que c’est toujours une réalité qui encombre ma vie.  Même moi à force, je me mets à juger les autres.  Je me dis parfois que ce sont les gens qui ont un problème, et ça peut paraître une bonne chose , mais à force de résister; j’ai du mal  à ne pas être comme eux dans mes pensées. Mais je le dis devant tout le monde; nous juger chacun d’entre nous  soit parce qu’on envie l’autre, soit parce qu’il a un défaut insupportable n’arrange pas les choses. Je ne sais pas si c’est bien Dieu, mais je suppose qu’il faut se dire que chacun a un coeur et d’être apprécié à sa juste valeur même si cela n’est pas simple tous les jours de respecter tous les jours.  En pensant comme cela, je suis désolé d’avoir eu des mauvaises pensées, pour des mauvaises raisons contre beaucoup de personne.
A toi Dieu, à toi qui j’ai longtemps comparé  à quelque chose de mal même si quelque chose en moi me disait que c’était faux, je m’excuse d’écouter les autres ou l’adversaire qui lui ne voudrait pas que j’ai de bénédiction de ta part. Tu n’as jamais été mon ennemie=  et tu ne le seras jamais. Malheureusement, je me rends compte seulement en écrivant cette lettre.
Tu sais Dieu tu as toujours veillé pour moi encore lorsque je vais au plus mal, alors pour cela je te dis merci. Un grand merci. J’aimerais terminer ce témoignage  par ce merci. J’aimerais terminer ce témoignage  par ce merci  mais je désire avant tout te demander une nouvelle fois pardon. A cet instant, c’est le pardon le plus important selon moi. Je te demande pour pardon parce que je ne t’aime pas certainement comme tu le voudrais que je t’adore, car tu mérites réellement tout mon amour. Je t’ai souvent abandonné au profit de rêves  d’être quelqu’un d’autre ou le fait de choisir moi-même mon avenir.  Tu sais ce que je voudrais être plus tard, être plus satisfaite de ma vie en ayant tout ce que je veux. Néanmoins, j’ai appris que l’amour des biens et des êtres humains ne sera en aucun cas  aussi parfait que celui de Dieu. C’est pour cela que j’aimerais te dire  que je t’aime. Seulement parce qu’à force de rester à tes côtés, et même si je veux toutes belles choses, je veux me forcer à rester humble envers toi et à ne pas oublier que tu es le premier à m’aimer.  J’aimerais que tu m’offres deux choses (mais la seconde chose j’aimerais la garder entre nous pour l’instant). Mon premier cadeau  c’est de grandir dans la foi . La confiance en toi est une grande chose pour nous deux parce que je n’aimerais plus savoir qui je suis ou à demander des choses  sans faire des calculs dans ma tête. Je pense avoir un coeur  comme tout le monde mais je veux apprendre à t’aimer , sans être un enfant égoïste et impatient comme je le fais si  souvent. J’aimerais être souvent qui ne se pose pas de questions, respecte son père et les autres et se plaint pas quand ça n’aille pas je le voudrais.  
J’aimerais que ma foi soit la chose la plus forte  que j’ai à l’intérieure de moi. Ce n’est pas purement pour avoir des miracles dans ma vie , mais aussi pour te donner un amour de grande valeur. J’aimerais vraiment que tu penses que ta fille t’aimes vraiment  même si ce n’est pas simple tous les jours. Pour moi même si tu ne me le dis pas, le fait que tu ne le penses serait une grande chose pour moi. Le seul truc que j’aimerais te dire , c’est que même si je fais des erreurs, qui m’arrive malheurs ou que je fais des bonnes oeuvres et qui m’arrive de beaux moments , j’aimerais rester humble envers toi comme j’aimerais apprendre à te discerner.
0
3
0
5

Vous aimez lire Maxence Sardane ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0