Société médiocre

de Image de profil de Ylôan ColletYlôan Collet

Apprécié par 3 lecteurs

Je n'étais rien et voilà qu'aujourd'hui, je suis le sommeil du gardien de ses nuits, toi aussi cette douce mélancolie te fait surgir de vieux souvenirs ? Et bien sache que ce ne sont que des foutaises.


On naît de rien, on devient tout. Ces quelques millimètres dans le ventre de ta mère ont combattus tellement plus que tu n'oses le faire actuellement , relève toi, tu as su le faire tant de fois! La peur tu me diras, le manque de courage je te répondrai. Ta vie vient seulement de débuter et tu te permets de laisser ces personnes la foirer ? Fumette, alcool, drogue en sont que des mots qui résonnent dans ta tête pourtant ce sont les démons de la tentation interdite hurlant dans l'être de certains. Je regrette, mais je regrette tellement de m'être sous-estimé, au risque d'avoir mis en péril le peu de cette divine confiance que j'ai tant de mal à attribué au mérite de tout ceux qui se sont acharnés et ont prouvés qu'ils en étaient digne, néanmoins cette même confiance que j'ai, malgré moi, si facilement donné à ces âmes impures, ces pourritures.


Une question me bouscule mais les réponses se font attendre sous le flots des vagues naissantes dans ma vision personnelle de cette société injuste, pourquoi ? J'ai 16 ans, et ni ma mère, ni mon père, ni même dieu ont satisfait ce désir de connaissance inconnue. je meurs de vivre et je vis pour mourir, n'est-ce pas si triste lorsqu'on est si jeune et pourtant nos pensées si proches de la mort de penser ainsi ? Et pourtant je parle en l'honneur de tout ces enfants en manque d'assurance, tout ces jeunes en souffrance, on m'a dit que la vie valait la peine d'être vécu, je n'en suis pas si sûre, combien de fois n'avons nous pas dessiner le schéma de cette corde, tu sais cette porte de la liberté et pourtant ce dessin qui pour certain est devenu une image de générique de fin réelle laissant toute cette rage destructrice derrière elle. Le suicide est une chose stupide, non, stupide est la chose, liberté est le suicide. Nous ne fuyons pas, nous affrontons et avons le courage de nous libérer de ces chaînes que nous imposent nos expériences et notre passé foireux.


Tiens parlons-en du passé, tu sais cette chose magnifique dans laquelle tout enfant évoluent pour laisser place à un adulte mature, je dis merde, merde à ce préjugé qui touche une infime population de la société, tout ces gosses de riches, ces gens corrompus ou encore ces personnes intouchables quant-a la justice, ces « acteurs » du monde qui n'ont pas eu à se démener pour se trouver un foyer, à vivre l'abandon d'un père, l'alcoolisme d'une mère ou à travailler d'arrache-pied pour se payer le strict minimum afin de subsister le temps d'un instant. Qui êtes-vous pour nous juger rappelez-le moi ?


Regarde ce que tu me fais faire, tu cherches à me détruire lorsque je suis épanouie, ces marques sur mon avant-bras, ces cicatrices sur mes poings et même les larmes cherchant le chemin tortueux de mes joues qu'elle connaissent pourtant si bien, l'ayant emprunter de multiples nuits en sont témoins que tu n'es et tu n'as jamais été la personne que tu prétendais être. Tu m'as recueillis sous ton aile lorsque j'étais au plus bas, que je n'avais ni le courage ni la foi. Tu t'es servis de mes faiblesses contre-moi. Et ça je ne l'oublierai pas. Sache que les blessures physiques ont beaux s'effacer avec le temps, les psychologiques se marient à ton âme jusqu'à ce que la mort les séparent. Tu était pourtant si gentille lorsque je t'ai rencontré, comment as-tu pu faire ça ? Ces secrets dévoilés, tout ces moments aux apparences pures et sincères, mon cœur ne cesse de se morfondre en ne pouvant penser que c'était du vent tandis que ma raison épuise sa voix à répéter que je dois courir aussi loin que possible, m'éloigner de ce feu vif me prenant plein tripe «Brûler tu finiras, tes cendres il restera. ». J'ai trouvé et je puiserai une nouvelle fois au plus profond de moi cette rage immesurable pour renaître comme tu l'as si bien dis de mes « cendres » car un phoenix a beau se brûler les ailes, il renaîtra car c'est l'unique chose qu'il sait faire.

JeunesseExpérimentalAutobiographiesociété
Transfert dans le Domaine Public
1 chapitre de 3 minutes
Commencer la lecture

Table des matières

Commentaires & Discussions

La voie de la raisonChapitre2 messages | 1 an

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur Scribay, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0