~

Moins d'une minute de lecture

~ Ils engendrent la vie, mais provoquent la mort. ~

~ Ils surpassent leurs limites, mais deviennent insolents ~

~ Ils accaparent la Terre, comme s'ils la possédaient,

Dérobent ses bienfaits et la laissent périr ~

~ Ils se croient supérieurs, ces parasites abjects,

Ils pillent sa création, saccagent notre maison.

Ils sont si arrogants, ces misérables insectes,

Qu'ils se prennent pour des dieux avares de tous pouvoirs. ~

~ Mais qui sont donc ces gens que je méprise tant ? ~

~De simples êtres de chair, que ma sœur nomma Hommes. ~

~ Et ils vont payer cher, pour tout ce qu'ils ont fait. ~

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
phillechat
L'invasion des robots
7
10
0
2
Martin Gagnon
C'est Milou qui fugue parce ce qu'il n'aimes pas Maggie parce ce que celle-ci le chicane parce ce qu'il rentre chez lui tout sale avec de la boue sur ses pattes et elle chicane aussi Martin Tavarès qui lui fais des enquêtes l'imperméable pas attacher.
0
0
0
8
Arpège

Quand il pensait à elle, quand il la voyait dans ses yeux fermés, quand il voulait l'entraîner vers elle-même, et donc aussi vers lui Il aurait aimé pulvériser ces pensées qui lui emplissaient  le passé... une sorcière
se promenait
sur le plafond
de son ciel
de ses yeux
elle pose
des larmes de rose
elle la chatouille
la titille
de ses regards
de brindille incandescente
la prend
dans sa toile
et renait
aux étoiles. Et elle va dîner croisière, S'enivrer à la vodka Shéhérazade Et elle sait, sera sur les genoux… A genoux, on prie !!! En don de soi... Toute de soie parée,
Elle dressait sa croupe offerte en un dernier secret.
Les yeux en soi, les tétons dressés.
Dans les escarpins, les petits pieds gainés, 
S'étaient arrêtés.
Ariane attendait.
Elle n'attend plus.
Ou elle ne sait plus ce qu'elle attend. La voix changée, il lui a demandé.
Elle a exaucé.
Ariane s'est penchée.
Adorante pécheresse, ses yeux vers lui a levé.
Et ses lèvres l'ont enveloppé.
En agaçants titillés.

En dernière joute, leurs peaux ont lissé, 
En maître-maîtresse ils se sont séparés, 
Se promettant encore d'autres caresses avouées.
D'autres secrets, libérés.
De ces prémices nées
De fantasmes, jusqu'ici, demeurés secrets. Ses vallons qui s'écartaient. Sa source qui jaillissait. A lui elle offrait son jet.  Tel un cyclone, l'œil avalant toute sensation, Qui triture, cisèle, taille. L'instant est là. Ne prendre que l'instant. Magique. Unique. Un regard entraperçu. Un visage fantasmé dans une vitre brouillée. Un plaisir partagé dans un espace rêvé. Hors tu temps. Une contraction de l'espace-temps. Une mémoire du temps tatouée à jamais. Jamais, plus jamais …
0
0
0
1

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0