Chapitre 52 - Partie 3

4 minutes de lecture

  L'orchestre entonna le morceau d'entrée et l'ensemble des invités se leva, faisant grincer quelques chaises au passage. Cependant, à cause des battements frénétiques de mon cœur, je les entendis à peine.

  Je pris une profonde inspiration et me mis en marche. Notre cortège remonta le long de l'allée centrale, recouverte d'un tapis violet aux bordures dorés. Il faisait ressortir la blancheur de ma tenue et étouffait le bruit de mes talons. Les petites filles d'honneur lançaient des pétales de façon régulière et synchronisée. De grands étendards avec les armoiries royales avaient été déployés entre les immenses fenêtres. Il y avait des bouquets de fleurs absolument partout. Tous les nobles venus pour l'occasion avaient revêtu leur tenue d'apparat. Mais les robes, toutes plus belles les unes que les autres, n'arrivaient pas à la cheville de la mienne. Magdalena avait fait un travail spectaculaire. Quand avait-elle eut le temps de la confectionner ?

  Après deux minutes de procession, les fillettes se répartirent le long des marches après que celle devant moi a récupéré mon bouquet. Puis, toujours au bras du Marquis Dragor, je montai l'escalier menant à l'autel... et Kalor.

  Je perdis mon souffle dès que mon regard se posa sur lui. Il portait une veste d'uniforme tout aussi blanche que ma robe et ornée de galons doré. Il y en avait également sur les côtés de son pantalon bleu nuit, ce qui soulignait ses longues jambes. Une chaîne d'or traversait son torse pour retenir la cape qui reposait sur son épaule gauche. Ses cheveux étaient coiffés. Et il avait ce sourire...

  Le Marquis lui confia mon bras et les lèvres de Kalor s'étendirent encore plus. Ses yeux étincelaient de bonheur. Il se tourna vers l'autel et la cérémonie débuta. Cette fois, elle fut complète, avec les lectures des textes sacrés, les chants et les danses, les temps de recueillement et de prière...

  Puis vint le moment des vœux. Mon cœur battait à mille à l'heure, je le sentais jusque dans mes cheveux. Malgré ses gants, je sentis la peau de Kalor devenir plus chaude. Pour la première fois depuis le début de la cérémonie, je plongeai mon regard dans le sien.

  –Tout va bien, articula-t-il en silence.

  Un garçon d'honneur arriva avec un coussin sur lequel reposaient nos alliances. La prêtresse qui le suivait en avait également un avec le ruban sacré.

  Kalor prit ma bague et la mit à mon doigt. Je n'aurais jamais cru être aussi heureuse de la sentir à nouveau contre ma peau. Il retira ses gants, les posa sur le coussin et à mon tour, je récupérai sa bague. Tremblante, je la fis glisser sur son annulaire. Il reprit mes mains juste après. Le prêtre forma le symbole de l'infini autour de nos poignets avec le ruban sacré, puis il plaça ses paumes au-dessus et prononça les paroles sacrées. Quand il eut fini, il porta son attention sur Kalor.

  –Votre Altesse, c'est aujourd'hui à l'homme et non à l'héritier que nous demandons de parler. C'est pourquoi je me permets de m'adresser à vous ainsi : Kalor, Asbörjn, Erich, Sigurd, Harold, Asmund Talvikrölski, voulez-vous prendre pour épouse, Lunixa Zacharias, ici présente ?

  –Oui, je le veux, affirma-t-il en me regardant droit dans les yeux.

  –Promettez-vous de lui rester fidèle, de la chérir et de la respecter dans votre vie commune ? De la soutenir dans les épreuves et la maladie ? De la faire sourire et rire dans le bonheur et la santé ? De pouvoir lui accorder votre pardon ? D'être le père des enfants qu'elle portera ? De l'aimer tout au long de votre vie et jusqu'à ce que la mort vous sépare ?

  –Je le promets.

  Le prêtre se tourna vers moi. Un frisson me traversa.

  –Comtesse, c'est aujourd'hui à la femme et non à la noble que nous demandons de parler. C'est pourquoi je me permets de m'adresser à vous ainsi : Lunixa, Ilona, Alexiane, Calliopée Zacharias, voulez-vous prendre pour époux, Kalor Talvikrolski, ici présent ?

  Pendant quelques secondes, je restai immobile, incapable de prononcer un mot. La chaleur des mains de Kalor caressa ma paume. Le visage de mes enfants s'afficha dans mon esprit.

  Ils voudraient que je sois heureuse.

  –Oui, je le veux, répondis-je d'une petite voix.

  –Promettez-vous, de lui rester fidèle, de le chérir et de le respecter dans votre vie commune ? De le soutenir dans les épreuves et la maladie ? De le faire sourire et rire dans le bonheur et la santé ? De pouvoir lui accorder votre pardon ? De porter ses enfants ? De l'aimer tout au long de votre vie et jusqu'à ce que la mort vous sépare ?

  –Je le promets.

  –Par les pouvoirs que m'a conférés Dame Nature, mère de toutes choses, et de toutes vies. Je vous déclare à présent mari et femme.

  Le prêtre retira le ruban. Les cloches sonnèrent la fin de la cérémonie. Les nobles se levèrent. Kalor s'approcha de moi, souleva mon voile et le laissa tomber dans mon dos. Je ne pus contenir un sourire. Il me prit par la taille, m'attira à lui et m'embrassa avec passion, sous les applaudissements de l'assemblée.

  –Je t'aime, murmura-t-il à mon oreille.

  Il me donna un nouveau baiser. Puis il me prit par le bras et m'entraîna avec lui. Nous descendîmes les marches, traversâmes le temple, la petite cour et arrivâmes dehors.

  La foule poussa des cris de joie en nous apercevant. Kalor les salua et je l'imitai. Tout à l'heure, à cause du drap matrimonial, je n'avais pas vu que la ville avait été décorées de banderoles multicolores nous souhaitant une longue et heureuse vie.

  Alors que je ne m'y attendais pas du tout, Kalor me fit basculer sur le côté et m'embrassa à nouveau. Remise de ma surprise, je posai une main sur sa joue et lui rendis son baiser.

  Les acclamations se firent encore plus nombreuses.

  Cela n'avait rien à voir avec notre mariage anticipé.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
lauratrice

Cela doit faire heure que je suis debout, inanimée devant le miroir de ma salle de bain. Dehors le soleil à laisser place à une nuit apocalyptique. La pluie est torrentielle et je vois les éclairs fuser au travers de ma fenêtre. Je suis seule dans ma maison qui est plus silencencieuse que jamais. Les seuls bruits qui se font entendre sont ceux de la foudre qui s'abat au sol et les notifications qui saturent la mémoire de mon téléphone. Je me regarde, les yeux cernés et humides.
"- T'as déconné ma pauvre fille. Tu te rends compte de ce que tu viens de faire ? Huit putin de mois que tu te bats et aujourd'hui tu fuis ? Mais qu'est ce qui t'as pris? Tu crois que c'est comme ça que ça ira mieux ? Et tu ne prends même pas la peine de regarder ton portable. Ton mari, tes enfants, ils s'inquiètent pour toi ! ELLE s'inquiète pour toi. T'as l'impression que c'est cohérent ? Tu fais peine à voir. Tu n'assumes pas ton rôle, t'avais pas le droit de partir comme une voleuse un jour si important. Qu'est ce qu'elle va penser, hein ? Tu t'es posé la question peut-être ? Même pas. T'es pitoyable. Tu devais être là pour elle, la soutenir, lui montrer que tout ira bien. Et à la place, qu'est-ce-que tu fais ? Tu te casses en courant les larmes aux yeux. C'était trop tu dis? Mais t'as pas fini ! C'est loin d'être la fin les médecins sont formels. Le plus dur est à venir, mais aujourd'hui, t'as interdiction de penser qu'elle va mourir. Sa vie est déjà bien trop courte, tu dois retourner au front et être une guerrière pour elle, jusqu'à la fin. Illumine les mois qui lui restent au lieu de te morfondre. Tu auras le restant de ta vie pour pleurer après. Mais en ce moment et jusqu'au bout tu dois rendre sa vie la plus heureuse possible. "

Je sentais mon téléphone vibrer sous mes doigts. C'était mon mari qui m'informait que le rendez-vous avec le perruquier avaient été douloureux. La petite princesse ne voulait pas enlever son chapeau. Ce joli accessoire que sa mamie lui avait acheté pour cacher que la plupart de ses cheveux étaient tombés à causes des chimiothérapies. Une petite fille chauve, ça ne devrait pas existé. Comment allait-elle surmonté ça ? Je me regardais une nouvelle fois dans la glace, tentant de sécher mes larmes et de retrouver un semblant de force mentale. Je fermai les yeux et me penchai pour asperger mon visage d'eau fraîche et me ressaisir. Comment pourrai-je aider ma fille et racheter ma conduite plus que lâche d'aujourd'hui? Je voulu reposer mes mains sur les bords sur lavabo mais je posai ma main sur un objet : la tondeuse de mon mari. J'attrapai la tondeuse et releva la tête.

"- Vas-y ! Fais le ! Montre à ta fille que tu la soutiens, que vos sublimes et longs cheveux d'or ne sont pas indispensables à votre beauté. Fais un beau geste pour elle. T'as loupé la moitié des rendez-vous, tu lui dois bien ça. Un acte de pur folie. Celle d'une mère voulant à tout pris aider sa princesse. C'est ça, continue. Une mèche après l'autre. Et tu sais quoi ? Imagine qu'à cet instant, chaque mèche qui tombe dans ce lavabo est une de tes lâchetés passées. Sépares les de ton corps. Abandonnes toutes tes pensées négatives, tes sautes d'humeurs. Chaque centimètre de cheveux qui repoussera sera le symbole de ton retour auprès de ta fille. Maintenant regarde toi. Admire ton crâne. Observe-le comme tu l'as longuement fait avec celui de ta fille. Et rends toi compte que tu lui fais un immense cadeau. Vous aviez la même crinière magnifique et elle en déprimait de ne plus te ressembler. Mais tu as fait ce qu'il faut. Tu lui as permis d'être à nouveau comme toi. Sois fière de ce que tu as fait. Et ne regrette jamais pour qui tu l'as fait. C'était pour elle, ta princesse, ton amour, ton trésor.
Pour Serena. 
2
8
26
3
Défi
Silri


Par la fenêtre grande ouverte je perçois la nuit qui finit dans la beauté d’un ciel couvert et le murmure du vent. Dans l’air dormant flotte, léger, le bruissement de la première pluie et c’est l’heure, très belle, où les yeux consentent malaisément à s’entrouvrir. La forêt est encore engourdie. Les fleurs frissonnent sous la bruine matinale et une discrète musique enchante les nuages. A peine entend-on le clapotis doux sur les bruissants feuillages. Il faut écouter ce temps magique, quand les perles d'eau glissent sur les jeunes ramures, quand les arbres chuchotent, quand la nature tout entière nous compose un prélude.
Le doux bruit de la pluie et le bonheur des arbres chassent de l’âme les fantasmes de la nuit. On croit entendre sous la clarté naissante quelques notes sacrées jouées dans l’infini. Le temps s’arrête dans un accord parfait. Mais déjà le chant des oiseaux dispute le silence au piano de l’ondée.
Puis tout à coup l’aube jette un premier rayon et m’invite à quitter la douceur de mes draps. L’averse s’enfuit. La pluie se tait. Les gouttes, suspendues aux brindilles que leurs poids courbent à peine, tombent une à une dans le silence revenu. Alors dans la fraîcheur du printemps, la végétation encore humide diffuse son subtil parfum et, avec délicatesse, la blanche vapeur monte. Les herbes folles, les fleurs et les roches, dans la lumière diaphane, brillent de mille diamants. La journée commence.
1
2
0
1
Robin Parady
Où il est question d’une énigme et d'un trésor à la clé. Saurez-vous y répondre?
3
2
4
2

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0