Chapitre 52 - Partie 2

4 minutes de lecture

  Alors que nous n'étions pas encore tout fait en ville le bruit des festivités nous parvint. Des cris joyeux et enthousiastes s'élevaient dans les airs, accompagnés de musiques de rue. Nous traversâmes le pont et arrivâmes à Lumipunki.

  –Le carrosse royal ! s'écria quelqu'un.

  –Vous pensez que la Princesse est à l'intérieur ?

  –Princesse Lunixa ! Princesse Lunixa !

  Magdalena s'assura que les rideaux étaient bien fermés. Cela n'empêcha pas le peuple de continuer à m'appeler et s'exclamer.

  –Vous savez qu'on raconte qu'elle a les cheveux aussi blancs que la neige ?

  –Elle serait plus âgée que notre Prince ?

  –Mais non, ses cheveux seraient simplement blancs !

  –Moi j'ai entendu dire qu'elle avait les yeux d'une couleur jamais vue dans notre pays !

  –Et sa peau ? Elle serait dorée comme le soleil !

  –J'ai vraiment hâte de la voir !

  Nous roulâmes encore pendant une dizaine de minutes jusqu'à ce que le carrosse s'arrête. Magdalena sortit la première, suivie de ses collègues. Elles déployèrent à nouveau le drap matrimonial puis je descendis à mon tour.

  –Princesse Lunixa ! Princesse Lunixa ! crièrent les habitant.

  Magdalena se glissa sous le drap et me prit par le bras pour m'aider à gravir les marches menant au temple. J'avais tenté de contenir mon stress pendant ma préparation et le trajet, mais je n'y parvenais plus à présent. Mon cœur se mit à battre à toute vitesse et bien trop fort. J'avais l'impression qu'il allait jaillir hors de ma poitrine. Je crus que j'allais défaillir avant d'arriver au sommet des escaliers. Mais par je ne sais quel miracle, j’arrivai jusqu'en haut.

  Les femmes de chambre me guidèrent dans une petite cour et retirèrent enfin le drap. Puis, elles s'inclinèrent et repartirent. Seule Magdalena resta avec moi pour tenir mon voile. J'observai les alentours. Tout ici était couvert de neige ici, à part le chemin sur lequel nous nous tenions et qui menait aux portes du temple.

  –Que faisons-nous à présent ? m'enquis-je après plus d'une minute de silence.

  –Nous attendons ceux qui vont prendre la relève. Souhaitez-vous vous recueillir avant la cérémonie ?

  Pour demander à Dame Nature de veiller sur mon couple et ma famille ? Non. J'avais cessé de la prier depuis que j'avais fui le château. Je n'allais pas recommencer aujourd'hui. De toute façon, ce n'était pas cela qui m'aiderait à calmer mon stress.

  J'aimais Kalor, sincèrement, mais le mariage me posait toujours problème. Et là, j'étais sur le point de renouveler mes vœux. Peut-être aurais-je dû demander de quoi boire en même temps que de quoi manger. Un peu d'alcool m'aurait aidé à surmonter tout cela.

  –Ah, Lunixa !

  Je sortis de mes pensées. La Princesse Valkyria s'approchait de moi dans une magnifique robe bleu marine ouverte sur des jupons bleu clair. Ses cheveux étaient rassemblés dans une tresse plaquée et sertie de fleurs. Sans me prévenir, elle me prit dans ses bras. Je me figeai. Elle mit fin à notre étreinte et replaça une mèche de cheveux derrière mon oreille.

  –Dame Nature, tu es absolument magnifique. Magdalena vous avez fait un travail remarquable.

  –C'est bien trop d'honneur, Princesse, fit ma femme de chambre.

  Ma belle-sœur m'accorda à nouveau son attention.

  –Et tu es aussi horriblement stressée, constata-t-elle. Respire, Lunixa. Tout va bien.

  –Il est déjà à l'intérieur ?

  –Oui et il t'attend.

  Oh Dame Nature. Mais qu'étais-je en train de faire ? Je la regardai, complètement paniquée. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres et elle posa sa main sur mon épaule.

  –Tout va bien se passer. Je te l'assure. Crois-en mon expérience, ça va être le plus beau jour de ta vie. (Elle se tourna). Nicholas ?

  Son mari, le Marquis Dragor arriva à son tour. Je fus surprise de le voir.

  –Comme votre cousin n'est plus là et que je suis celui qui vous a amenée dans ce pays, je vais vous conduire à l'autel, m'expliqua-t-il.

  Sa présence prenait sens.

  –Peux-tu me donner ton alliance ? me demanda Valkyria. On en a besoin pour l'échange des vœux.

  Avec plus de difficulté que je ne l'admettrais, je la retirai et la déposai dans le creux de sa main. Elle me sourit puis se pencha vers mon oreille et me murmura un message.

  –Vraiment ? m'étonnai-je.

  –Oui. Tu n'auras qu'à lui souhaiter la fin de la cérémonie, me conseilla-t-elle avant de s'éloigner. Les filles ! C'est à vous.

  Onze fillettes, toutes vêtues de robe blanche avec une ceinture turquoise et un gros nœud dans le dos jaillirent soudain dans la cour en sautillant et courant vers moi. L'une d'elle me donna un bouquet de roses blanches et se mit devant moi, six autres se répartirent sur les côtés, un panier en osier rempli de pétales dans les mains, et les trois dernières se placèrent dans mon dos. Magdalena retira ma cape, leur confia mon voile et rabattit la partie avant devant mon visage. Elle m'offrit un magnifique sourire puis se retira à son tour. Je me tournai vers le Marquis Dragor. Il me prit par le bras et me conduisit aux portes du temple. Les gardes les ouvrirent.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Mitsushi
On dit qu'une simple action peut changer toute une vie. Malheureusement, ce fut le cas pour Shiori Suzuki et Yuko Kiu.
Vivant normalement au Japon, chacune avait de bons résultats et étaient très amies. Il a fallu qu'un accident leur détruise la vie......Mais n'y a-t-il vraiment que ça ? Si il n'y avait rien d'autre, alors pourquoi la survivante fut témoin d'un assassinat ?! Elle devrait peut-être suivre la coupable...Et aussi potentiellement sauver les différents univers, mais ça, ce n'est qu'un simple détail, n'est-ce pas ?
14
8
8
38
Défi
CharlesDarrot
Constant est un être à part, certains diraient bizarre. Sa mère lui a toujours dit qu'il était exceptionnel. Même s'il s'en doutait un peu, il en eut la confirmation l'année de ses 17 ans. Un grand destin l'attendait.
Le premier chapitre est une réponse au défi schizophrène chronique.
3
0
0
12
Tristan Kopp (The old one)
Petite nouvelle à l'humour grinçant. Si vous aimez, réagissez. Si vous n'aimez pas... faites de même !
25
17
0
3

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0