Chapitre 51 - Partie 2

5 minutes de lecture

  Les chevaux ralentirent progressivement et finirent par s'arrêter devant le perron du château. Je pris une franche inspiration. D'ici quelques instants, j'étais sûre que nous verrions le Roi. Kalor posa une main sur mon épaule.

  –Tout va bien ? s'assura-t-il.

  –Oui.

  Et c'était la stricte vérité. J'allais enfin pouvoir protéger les miens et me faire un plaisir de montrer à son père qu'il s'en était pris à la mauvaise personne.

  Déterminée, je suivis Kalor hors du carrosse et gagnai le palais. Sans surprise, nous fûmes immédiatement convoqués par le Roi. Kalor me serra la main en signe de soutien et nous nous y rendîmes. Malgré l'heure tardive, il y avait encore du monde dans les couloirs, majoritairement des domestiques qui passaient de pièce en pièce pour s'occuper des différents invités et finir de préparer le château pour les renouvellements de vœux, ainsi que des soldats, plus nombreux que d'habitude.

  Deux d'entre eux gardaient les portes du bureau du Roi. Ils s'inclinèrent devant nous.

  –Altesses.

  Ils nous ouvrirent les portes. Puis le secrétaire, un homme d'une cinquantaine d'année, nous salua à son tour et annonça notre arrivée. Nous entrâmes dans le bureau.

  Le Roi nous accueillit d'un regard glacial. Malgré cela, je lui offris ma révérence.

  –Votre Majesté.

  –J'ai cru pendant un instant que vous n'alliez pas venir à vos propres renouvellements de vœux, déclara-t-il froidement.

  –Cela n'a jamais été notre intention, intervint Kalor. Nous avons été retenus par la neige aux alentours de Radoscilo.

  –Tu aurais dû te douter que cela arriverait, le réprimanda son père. Partir à moins de deux semaines de la cérémonie et sans m'en informer était totalement irréfléchi. Que se serait-il passé si vous n'étiez pas rentrés à temps ? Tu y avais pensé ?

  –J'avais pris mes précautions pour que cela n'arrive pas. Et comme vous n'étiez pas là, j'en avais informé Thor.

  –Cette décision était tout de même inconsciente. Que cela ne se reproduise pas à l'avenir ou je me verrai dans l'obligation de te retirer une part des villes sous ta juridiction. Tu peux disposer à présent, mon fils. J'aimerais discuter seul avec ta femme.

  Ses yeux brun sombre se posèrent sur moi. Je les fixai en retour.

  –Tu es sûre que ça va aller ? me demanda Kalor.

  –Oui.

  Avec appréhension, il s'éloigna de moi et regagna le secrétariat. D'un geste de la main, le Roi m'invita à prendre place dans le salon. Je m'installai sur le canapé et il s'assit face à moi.

  –Avez-vous profité de ce voyage pour accomplir votre devoir d'épouse ?

  –Non.

  –Dois-je vous rappeler que vous avez jusqu'à demain soir ?

  Je croisai les jambes. Il ne manqua pas cette effronterie, totalement contraire au protocole.

  –Nous ne coucherons pas ensemble, déclarai-je d'une voix franche.

  Un muscle de sa mâchoire tressauta.

  –Ma patience arrive à sa limite, Lunixa. Voulez-vous vraiment que votre famille soit punie parce que vous n'accomplissez pas votre devoir ? Voulez-vous vraiment que je fasse appel à un médecin pour que vous vous unissiez ?

  Je serrai les dents et l'incendiai du regard. S'il comptait sur un praticien pour nous forcer à consommer notre mariage c'était qu'il avait l'intention de nous obliger à prendre des aphrodisiaques. S'ils en utilisaient un aussi fort que la racine de vagyon, Kalor et moi serions incapables de résister au désir sexuel que cela provoquerait en nous.

  Dire qu'il était prêt à infliger une chose pareille à son propre fils.

  La colère bouillonnait en moi et mon envie de la laisser s'exprimer en brisant ce qui se trouvait à ma portée me démangeait. Pourtant, je ne fis rien.

  Il était grand temps de le remettre à sa place.

  –Kalor n'est pas votre second fils, claquai-je.

  Le Roi se pétrifia, me dévisagea, puis brusquement éclata de rire.

  –Allons Lunixa....

  –Vous aimiez sincèrement votre première femme, repris-je sans perdre mon assurance. Sa mort vous a beaucoup affecté. Et ça a également été le cas de sa meilleure amie et confidente, la Duchesse Kamsoski. Vous avez tous les deux cherché quelque chose... ou quelqu'un à qui vous raccrocher, de peur de sombrer dans le désespoir. Vous avez fini par trouver du réconfort. Ensemble. Au lit. Elle vous rappelait votre femme, vous lui rappeliez sa meilleure amie. Je n'ai aucune idée du temps qu'a duré votre liaison ou si ce n'était qu'une aventure d'un soir, mais la Duchesse est tombée enceinte. Cependant, était-ce de vous ou de son mari ? Il n'y avait aucun moyen de le savoir avant la naissance. Pendant des mois cette question a dû vous ronger de l'intérieur.

  » La Duchesse a fini par accoucher, elle a eu un fils. Ce n'était pas celui du Duc Kamsoski, mais bien le vôtre. Et comme tout héritier du trône, il avait une marque royale pour le prouver. Heureusement pour vous, Odin, ajoutai-je froidement, cet enfant est mort-né, ce qui vous a évité bien des problèmes. Comment aurait réagi le peuple en découvrant que leur souverain avait un bâtard ? Il aurait été la preuve de votre crime et même vous, le Roi, n’auriez pu échapper à la condamnation à mort. C'est seulement trois mois après cette naissance que vous avez épousé la Duchesse Grimhild Skjulunt et des années plus tard, elle a donné naissance à Valkyria, puis à Kalor.

  Le Roi avait perdu toute couleur. Il ne riait plus, ne pipait mot, ne respirait presque plus, tandis que je l'observais, les yeux toujours aussi flambants. Il ne devait pas se douter que quelqu'un découvre ce terrible secret. Et je devais reconnaître que c’était par chance si j’y étais parvenue.

  J’aurais préféré mettre la main sur autre chose. Devoir me servir de la naissance d'un enfant illégitime comme moyen de pression alors que les miens l'étaient également me répugnait. Ce n'était pas pour rien que mes terreurs nocturnes étaient revenues. Mais il ne m'avait pas laissé le choix.

  –Qui vous...

  –Personne, le coupai-je. Personne ne m'a rien dit. J'ai mené mes propres recherches et une fois toutes les pièces en main, j’ai été en mesure de reconstituer le puzzle. (Je me levai). Je ne l'ai dit à personne et je ne compte pas le faire. En échange de mon silence, je vous conseille de ne plus jamais menacer ma famille, le mis-je en garde. Car je ne me montrerai pas aussi clémente la prochaine fois.

  Je m’apprêtai à sortir de son bureau quand le Roi reprit la parole.

  –Comment ?

  –Vous n'auriez jamais dû vous en prendre aux miens, votre Majesté.

  Je lui accordai un dernier regard et refermai la porte derrière moi. Je traversai le secrétariat la tête haute et arrivai enfin dans le couloir. Kalor m'attendait, adossé contre le mur. Il se redressa immédiatement en me voyant. Je m'avançai vers lui et dès que je fus suffisamment proche, il referma ses bras autour de moi. Toute la tension qui m'habitait depuis le jour où j'avais mis les pieds dans ce château me quitta enfin. Je me laissai aller contre lui.

  –Faut-il que j'aille le voir ? me demanda-t-il.

  –Non, c'est fini.

  C'est vraiment fini

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
lauratrice

Cela doit faire heure que je suis debout, inanimée devant le miroir de ma salle de bain. Dehors le soleil à laisser place à une nuit apocalyptique. La pluie est torrentielle et je vois les éclairs fuser au travers de ma fenêtre. Je suis seule dans ma maison qui est plus silencencieuse que jamais. Les seuls bruits qui se font entendre sont ceux de la foudre qui s'abat au sol et les notifications qui saturent la mémoire de mon téléphone. Je me regarde, les yeux cernés et humides.
"- T'as déconné ma pauvre fille. Tu te rends compte de ce que tu viens de faire ? Huit putin de mois que tu te bats et aujourd'hui tu fuis ? Mais qu'est ce qui t'as pris? Tu crois que c'est comme ça que ça ira mieux ? Et tu ne prends même pas la peine de regarder ton portable. Ton mari, tes enfants, ils s'inquiètent pour toi ! ELLE s'inquiète pour toi. T'as l'impression que c'est cohérent ? Tu fais peine à voir. Tu n'assumes pas ton rôle, t'avais pas le droit de partir comme une voleuse un jour si important. Qu'est ce qu'elle va penser, hein ? Tu t'es posé la question peut-être ? Même pas. T'es pitoyable. Tu devais être là pour elle, la soutenir, lui montrer que tout ira bien. Et à la place, qu'est-ce-que tu fais ? Tu te casses en courant les larmes aux yeux. C'était trop tu dis? Mais t'as pas fini ! C'est loin d'être la fin les médecins sont formels. Le plus dur est à venir, mais aujourd'hui, t'as interdiction de penser qu'elle va mourir. Sa vie est déjà bien trop courte, tu dois retourner au front et être une guerrière pour elle, jusqu'à la fin. Illumine les mois qui lui restent au lieu de te morfondre. Tu auras le restant de ta vie pour pleurer après. Mais en ce moment et jusqu'au bout tu dois rendre sa vie la plus heureuse possible. "

Je sentais mon téléphone vibrer sous mes doigts. C'était mon mari qui m'informait que le rendez-vous avec le perruquier avaient été douloureux. La petite princesse ne voulait pas enlever son chapeau. Ce joli accessoire que sa mamie lui avait acheté pour cacher que la plupart de ses cheveux étaient tombés à causes des chimiothérapies. Une petite fille chauve, ça ne devrait pas existé. Comment allait-elle surmonté ça ? Je me regardais une nouvelle fois dans la glace, tentant de sécher mes larmes et de retrouver un semblant de force mentale. Je fermai les yeux et me penchai pour asperger mon visage d'eau fraîche et me ressaisir. Comment pourrai-je aider ma fille et racheter ma conduite plus que lâche d'aujourd'hui? Je voulu reposer mes mains sur les bords sur lavabo mais je posai ma main sur un objet : la tondeuse de mon mari. J'attrapai la tondeuse et releva la tête.

"- Vas-y ! Fais le ! Montre à ta fille que tu la soutiens, que vos sublimes et longs cheveux d'or ne sont pas indispensables à votre beauté. Fais un beau geste pour elle. T'as loupé la moitié des rendez-vous, tu lui dois bien ça. Un acte de pur folie. Celle d'une mère voulant à tout pris aider sa princesse. C'est ça, continue. Une mèche après l'autre. Et tu sais quoi ? Imagine qu'à cet instant, chaque mèche qui tombe dans ce lavabo est une de tes lâchetés passées. Sépares les de ton corps. Abandonnes toutes tes pensées négatives, tes sautes d'humeurs. Chaque centimètre de cheveux qui repoussera sera le symbole de ton retour auprès de ta fille. Maintenant regarde toi. Admire ton crâne. Observe-le comme tu l'as longuement fait avec celui de ta fille. Et rends toi compte que tu lui fais un immense cadeau. Vous aviez la même crinière magnifique et elle en déprimait de ne plus te ressembler. Mais tu as fait ce qu'il faut. Tu lui as permis d'être à nouveau comme toi. Sois fière de ce que tu as fait. Et ne regrette jamais pour qui tu l'as fait. C'était pour elle, ta princesse, ton amour, ton trésor.
Pour Serena. 
2
8
26
3
Défi
Silri


Par la fenêtre grande ouverte je perçois la nuit qui finit dans la beauté d’un ciel couvert et le murmure du vent. Dans l’air dormant flotte, léger, le bruissement de la première pluie et c’est l’heure, très belle, où les yeux consentent malaisément à s’entrouvrir. La forêt est encore engourdie. Les fleurs frissonnent sous la bruine matinale et une discrète musique enchante les nuages. A peine entend-on le clapotis doux sur les bruissants feuillages. Il faut écouter ce temps magique, quand les perles d'eau glissent sur les jeunes ramures, quand les arbres chuchotent, quand la nature tout entière nous compose un prélude.
Le doux bruit de la pluie et le bonheur des arbres chassent de l’âme les fantasmes de la nuit. On croit entendre sous la clarté naissante quelques notes sacrées jouées dans l’infini. Le temps s’arrête dans un accord parfait. Mais déjà le chant des oiseaux dispute le silence au piano de l’ondée.
Puis tout à coup l’aube jette un premier rayon et m’invite à quitter la douceur de mes draps. L’averse s’enfuit. La pluie se tait. Les gouttes, suspendues aux brindilles que leurs poids courbent à peine, tombent une à une dans le silence revenu. Alors dans la fraîcheur du printemps, la végétation encore humide diffuse son subtil parfum et, avec délicatesse, la blanche vapeur monte. Les herbes folles, les fleurs et les roches, dans la lumière diaphane, brillent de mille diamants. La journée commence.
1
2
0
1
Robin Parady
Où il est question d’une énigme et d'un trésor à la clé. Saurez-vous y répondre?
3
2
4
2

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0