Chapitre 46 - Partie 2

5 minutes de lecture

  Un lourd silence tomba sur la chambre. Les yeux écarquillés et le souffle coupé, le Prince ne bougeait pas d'un cil tandis que je le fixais à travers mes larmes, la respiration haletante et la paume fourmillant de douleur. Son visage tourné sur le côté par la violence de ma claque m'exposait sa joue rougie. Il finit par y porter la main après de longues secondes, puis replaça sa tête dans son axe.

  — Je… t'ai inquiétée ?

  — Bien sûr que vous m'avez inquiétée, espèce d'inconscient ! J'étais même morte de peur ! Quand je ne vous ai pas vu ressortir de l'eau, j'ai cru que…

  De violents tremblements secouèrent à nouveau mon corps. À bout, je me laissai choir sur le lit et enfouis mon visage derrière mes mains.

  — Lunixa, je vais bien, assura pour la énième fois le Prince en s'agenouillant devant moi.

  — Non, vous ne pouvez pas aller bien ! Vous avez passé trop de temps dans l'eau ! C'est impossible de tenir aussi longtemps ! Vous ne devriez même pas être capable de bouger ! Quand j’étais tombée dans le lac, je…

  Un nouvel afflux de larmes m'empêcha de finir ma phrase.

  — Lunixa…

  La gorge nouée, je luttai de toute mes forces pour ne pas les laisser couler et relevai la tête. Le Prince posa une main contre ma joue. Une main chaude qui m'apaisa imperceptiblement.

  — Non seulement tu n'es pas du tout habituée à ce climat et ses températures, mais tu es en plus très fine. C'est normal que tu n'aies pas tenu aussi longtemps que moi.

  Il était en effet très grand et musclé, mais la corpulence avait-elle vraiment une influence en cas d'hypothermie ? Je devais certainement le savoir, mais je n'étais pas en état de réfléchir pour le moment.

  — Allez vous changer, s'il vous plaît.

  — C'était mon intention, mais je voulais te dire de le faire aussi. Ta robe est trempée.

  Sans lui répondre, je lui indiquai sèchement la salle de bain. Il se redressa dans un soupir, prit les vêtements que je lui avais préparés et s'y rendit. Mon souffle s'apaisa enfin. Pendant un instant, je fixai la porte derrière laquelle il venait de disparaître, puis je quittai le lit pour aller m'asseoir au pied de la cheminée, les jambes repliées contre ma poitrine et le front posé sur les genoux.

  Pourquoi avais-je eu aussi peur pour lui ? Pourquoi m'étais-je sentis aussi mal quand j'avais cru qu'il y avait laissé la vie ? Pourquoi avais-je versé des larmes de soulagement quand j'avais vu qu'il allait bien ? J'étais censée ne pas m'attacher à cet homme, ne rien éprouver pour lui. J'aurais même dû être heureuse ! Lui mort, j'aurais enfin été libérée de ce cauchemar et serais rentrée chez moi. Mais l'effroi et la panique qui m'avaient gagné avaient été bien trop forts. Pire que tout, ils avaient été en tout point semblables à ce que je pouvais ressentir pour mes enfants, les personnes qui étaient le plus cher à mon cœur, celles que j'aimais plus que tout au monde.

  Cela ne pouvait signifier qu'une chose et j'aurais préféré ne jamais m'en rendre compte.

  L'estomac nouée par cette révélation, je restai immobile un moment avant de relever la tête. Les restes du feu ne transmettaient presque plus de chaleur dans la pièce et ne pouvait plus sécher ma robe. Me redressant, je m'emparai du tisonnier, puis tentai de le raviver, en vain. La dernière flamme mourut et il ne resta bientôt plus que des braises incandescentes.

  — Ce n'est pas ainsi qu'il fait s'y prendre.

  Je me tournai vers le Prince dans un sursaut. Quand était-il sorti ? Je ne l'avais pas entendu s'approcher.

  Il referma la main sur le tisonnier pour me le prendre et ses doigts effleurèrent les miens. Une chaleur familière caressa ma peau à ce contact ; il avait retrouvé sa température supérieure à la mienne. Pourquoi était-il toujours aussi chaud ? J'avais d'abord pensé qu'il s'agissait d'une caractéristique talviyyörienne, cependant ce n'était pas le cas de sa sœur, de Magdalena, de Paulina, du Marquis Trotsligge ou encore des enfants avec qui j'avais fait de la luge. Parmi toutes les personnes que j'avais rencontrées, il était le seul à avoir l'air constamment fiévreux. Il allait pourtant très bien, alors pourquoi ? Qu'avait-il ?

  Le Prince rangea le tisonnier, déposa des branches sur les braises encore rouges, puis arracha un journal qu'il glissa entre les deux. Les morceaux de papiers s'enflammèrent au contact des restes incandescents et le feu se propagea sur les branches. Lorsque ces dernières eurent bien pris, le Prince ajouta finalement des bûches. Il approcha tant sa main du brasier naissant que je craignis un instant qu'il ne se brûle, mais ce ne fut pas le cas. Les flammes gagnèrent les bûches et il admira leur danse pendant quelques secondes avant de se redresser et de se tourner vers moi.

  — Sauras-tu le refaire ? (J'opinai.) Bien, fais juste attention à ne pas te brûler. Maintenant, peux-tu m'expliquer pourquoi tu n'es pas encore changée ?

  — Je n'ai plus de robe.

  — Du tout ?

  — Non, celle que je porte était ma dernière.

  — Alors mets-toi en chemise de nuit. Je vais voir avec Magdalena ce qu'on peut trouver.

  Dix minutes plus tard, ma femme de chambre arriva avec l'épouse de l’aubergiste.

  — Eh ben, sourit-elle cette dernière en me détaillant, on voit qu'elle est pas d'ici. Des menues comme elle, y en a pas chez nous ! Mais vous inquiétez pas, M'dame, j'devrais pouvoir vous dénichez quelque chose.

  Et en effet, une demi-heure plus tard, elle revint avec une ensemble populaire composé d'un jupon blanc avec de la dentelle en bas, d'une jupe lavande, d'un haut blanc à manches longues, et d'un petit gilet rose avec un laçage à l'avant et des manches ballons. Comme je n'avais pas besoin d'aide pour le revêtir, j'allais m'habiller seule dans la salle de bain. À mon retour, la femme de l'aubergiste me regarda avec satisfaction.

  — Eh ben voilà, c’est parfait !

  En vérité, cette tenue était un peu trop large, mais je ne m'attendais pas à ce qu'elle trouve des vêtements à ma taille. Et puis, mis à part ce problème, je me sentais bien à l'intérieur.

  — Merci beaucoup de me la prêter.

  — Allons, M'dame. Après c'qu'a fait votre mari c't'après-midi, c'est la moindre des choses. C'était inconscient d'aller dans l'eau g'lée comme ça, mais grâce à lui, tous les gosses y sont sains et saufs… D'ailleurs, ce soir, le repas y vous est offert, alors régalez-vous !

  Je lui souris timidement en retour, puis la suivis dans le couloir avec Magdalena lorsqu'elle sortit. Nous descendîmes ensuite à la salle à manger pour rejoindre le Prince et les gardes déjà attablés. Mes joues s’empourprèrent quand je le vis froncer les sourcils à mon approche.

  — Qu'y a-t-il ? Je ne devrais pas porter de tenue populaire ?

  — Non, ce n’est pas ça. J'ai juste été surpris. Elle te va très bien.

  Le rouge s'étendit sur mon visage. Gênée, je m'installai face à lui et me concentrai sur mon verre. À travers mes cils, je le vis faire un signe aux serveurs et ils nous apportèrent rapidement des assiettes remplies à ras bord de pâtes au jus de viande avec des champignons et du lard séché. L'odeur qui s'en dégageait était vraiment appétissante et le goût tout à fait à la hauteur de ce parfum, pourtant j'avais du mal à manger, trop travaillée par ce que je venais de découvrir.

  Les yeux baissés, j'observai mon alliance pendant quelques secondes, puis, discrètement, l'homme à qui elle me liait.

Pourquoi avais-je de tels sentiments pour lui ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Khia

Par ici : https://www.scribay.com/text/1476933845/les-micro-nouvelles-de-ceryse/chapter/435356
0
1
0
0
Défi
Ayah

Mon coeur palpite. Je prends une grande inspiration. Je ferme les yeux un instant. Et lorsque je les ouvre mon souffle s'est calmé. Alors je serre les points. J'essaye de submerger mon esprit de pensées inutiles. Alors je pense à mon repas de la veille, à si j'ai donné à manger à mon chien. Alors j'essaye de penser à d'autres choses, jusqu'au moment où mon souffle est court. J'ai chaud, très chaud. Et pourtant je sens de l'eau sur mon visage. Mes yeux se ferment instinctivement. Alors je prends conscience de mes larmes.
Je me revois assise à côté de ma mère, à la regarder faire à manger. Je me vois à côté de mon père, en train de découper des planches. Et puis étonnamant je revois ma grand mère, je marche à côté d'elle sur le bord de la plage, les pieds dans la mer.
Soudain, une douleur atroce m'arrache la jambe. Le feu. Je vois des flammes danser à mes pieds et se propager dans la cabane. L'air n'existe plus, enfin je pense. Je n'arrive plus à respirer. Alors toutes les personnes qui me sontt cher, je les vois disparaître. Elles partent en cendre et se propagent autour de moi.
J'ai tellement mal. Je veux que ça s'arrête. Je veux que les flammes en finissent. Je veux partir loins d'elles.
Quelques secodnes plus tard, les yeux fermé, je remarque une douleur étrange au coeur. Je me dis que c'est la fin. Alors j'ouvre les yeux et je vois ma chambre. Je suis allongée dans mon lit, un livre à côté de moi. Une bougie est allumée à ma droite, alors je souffle dessus. Je sens que ce n'est que le début lorsque jeressens cette même douleur au coeur.
Aujourd'hui j'aurais appris à quel point le feu peut-être insignifiant face à un mal-être constant. J'aurais préféré périr dans ce cauchemars, que de me réveiller dans un cauchemars qui lui est bien réel.
4
3
66
1
Samir

Pdv de kylie
------------

Je me réveillais difficilement cherchant du tâtons mon fichu réveille argh satané réveille murmurais je
Je pris les orreillés et me les plaqua dans la tête
Au bout de 2 minutes
Je dégnia regarder le réveil qui affichait..
Seigneur! je vais être en retard pour mon premier jour d'école grognais je
Je jetta l'oreiller et couru vers les toilettes
L'eau froide s'écouler lentement sur mon corps
Je regardais les marques de couteaux assez frais sur mon corps
La j'ai juste l'immense envie de me confier avant cette maudite rentré j'avais déménager ce qui veut dire maintenant nouvel école ,nouveaux amis et je ne sais quoi d'autre
J'appréhende beaucoup ce qui m'attend dans ma nouvelle école si j'ai déménagé c'est qu'il y'avait une raison ,j'espère fortement q que je vais pas encore me faire humilier me faire bat...

-kylie kylie

La résonnèrent des cries qui s'intensifiaient me fis soupirai et levais les yeux au ciel J'éteignis la chasse d'eau
Et me dirigea en trombe vers le salon avec mon peignoir

Je descendais les escaliers a pas de course regardant ma mére se relevait du canapé ou elle était endormie complétement saoule

Elle me faisait même pitié devrais je dire
Elle est comme ça depuis que Mon pére nous a abandonné je connais pas les raisons et je m'en contre fou,depuis ça
-elle ne va plus a son entreprise
Qu'elle a mit en gérence
-se saoule comme pas possible
-et me traite comme une comme une quoi même
Je ne pourrais même pas le qualifier


Elle:y'a 10 minutes que je t'appel sale trainer tu foutais quoi aboya t'elle

Moi:je me douché minaudais je

Elle:te
Douché prèpare moi du café et améne la Moi toute de suite

Moi:mais je dois aller a l'école je suis en retard repondis je Du tac levant les yeux au ciel

Elle:tout de suite lança t'elle largement agacé :je la dévisagea ,fis volte face et partit en trombe lui cherché son maudit cafè.


Elle:bruh Lança t'elle c'est quoi cette chose
Y'a même pas de sucre cria t'elle sur un ton agacé tout
En jettant la tasse en verre
Je sursauta lâchant un petit hoquettement en voyant ça

Olala tu viens vraiment de l'énervé

Moi:j'ai oublié tentais je de plaidre

Je pris mon sac et me dirigea vers la porte un extremis ne voulant pas subir une autre fois ni ses insultes ni ses archarnements sur ma personne

Elle:kylie kylie sale petite éffrontè vient par la

Kylie

Ca derniére kylie me fis stopper
Sa voix était anormalement douce trop même

Elle:je suis vraiment désolè ma fille

Dit t'elle les larmes au bord des yeux
Mon dieu
A cette instant je voulais aller la serrait fort trés fort dans mes nras mais quelque chose m'enempêcher
Je recula d'un pas vers la porte de la grande maison

Et m'apprèta a sortir

Elle:me fuis pas me chérie me fait pas ça

Ces mots me brisérent le coeur mais j'avais pas le choix elle peut redevenir la antonia folle dingue dans 1 minute
J'ouvris la porte et partit

Je fis face a une porche noir gris garè devant ma villa qui klaxona a ma vue

Kourtney ma cousine
Je sortis nonchalament de la maison que fait t'elle la

Kourt:cousine toujours aussi ringarde
Même le premier jour de clAsse tu ne peus pas bien t'habiller mon dieu

Moi:et toi que fait tu devant chez moi

Kourt:ma mére a dit de passer te prendre pour t'amener et si tu le savais pas nous sommes dans le même lycée

Moo:oh non lachais je

Tante tiara na pas pus faire ça
Moi dans la même ècole que cette peste de 1ere zone et il ne manquerez plus qu'elle m'annonce

Elle:et aussi dans la même classe les pluparts des cours

Non non ca c'était la nouvelle de trop

Moi et kourtey hamilton la fille la plus 1.2.3
On est dans la même classe

______~~~~~~~~~~~~~~~~_____

Bringthon high school
-----------------------

Cette ècole est anormalement immense seigneur

Je descendis timidement de la porche

Les regard étaient tous braqués sur moi

Conscience:chou cesse de réver

Oh oui j'avais presque oublié la pestaplasma qui se trouvait dérriére il se détacha dérriére moi et partit sans m'adresser le moindre regard
Qu'elle salope

Ma cousine me déteste depuis le primaire pour une chose stupide dont je me souviens même plus elle a tellement changé elle qui était si douce si gentille c'est transformée en une ado hautaine méprisable et qui détruit tout sur son passage

Dring dring

La cloche venait de retentir laissant un brouhaha impossible dans le grand lycée
Je marchais en trotinant jettant des coups d'oeil sur le bout de papier que m'avait donné kourtney
Inscrit au dessus les 4cours que j'avais de la journée et la salle
J'ai mon premier cours de français a la salle 37 et c'est ou la salle
37

Je marchais rapidement car je sais que j'étais éxtrémement en retard

Je marchais pendant des minutes tout a coup mon âme maladroite rentra sur quelque chose et je me retrouva propulser au sol

Moi:Mon dieu aïe

Lui:oups pardon

Je releva la tête et me concentra sur un brun ténébreux au yeux bleu mer captivant oh mon dieu quel beauté
Il me tendit la main émétant un sourire géné comme pour me dire je suis désolé

J'accepta sa main et me leva

Moi:c'est pas grave

Lui:je pense que t'es nouvelle car je ne t'ais jamais vu dans les parages
Dit t'il sur un ton imposant rauque et viril

Moi:oui je suis nouvelle je viens d'arriver

Lui:ah Et que fait tu la tout le monde est en cours dit t'il haussant les sourcils

Trés bonne question que fais je encore ici

Moi:euh je connais pas ma classe

Dis je baissant les yeux

Ah ma plus grande surprise il se moqua pas de moi

Lui:je regarde le papier que t'as entre tes mains

Je le lui donnant tout t'en le regardant

Lui:t'es dans la salle 30
T'as de la chance toi

Moi:heu non je crois pas dis je incrédule

Lui:si parceque je suis dans la même salle

Je le regarda et afficha un sourire

Lui:moi c'est justin

Moi:et moi kylie

Lui:enchantée ma chére bienvenue à bringhton high school

0
1
0
5

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0