Chapitre 45 - Partie 2

3 minutes de lecture

  Après le café, je sortis fumer en me promenant dans les rues. Tout en expirant un nuage de fumée, je levai les yeux au ciel. Il était couvert de nuage neigeux. Nous risquions bien de passer une journée supplémentaire ici. Si nous avions pris des traîneaux, nous n'aurions pas ce problème. Cependant, j’avais préféré le confort du carrosse à leur praticité.

  Je continuai à marcher en observant le quotidien des villageois. J'avais toujours aimé cela. Malheureusement, les occasions étaient rares depuis quelques années, à cause de la charge importante de mon travail. Mais j'avais la ferme intention d’y remédier. Je voulais faire visiter le pays à Lunixa, qu’elle découvre la richesse de ses paysages, ses secrets, la vie de ce royaume, de ses habitants…

  Alors que je réfléchissais aux endroits où je pourrais l'emmener, j'entendis soudain des cris de paniques dans mon dos, au loin. Je me retournai vivement et d'autres se joignirent aux premiers. Je ne perdis pas plus de temps et courus immédiatement vers leur origine.

  J'arrivai sur la place centrale. Dame Nature ! Une vingtaine d'enfants étaient prisonniers sur la rivière. La glace, plus fine qu'à l'endroit où nous avions patiné avec Lunixa, avait en partie cédé. C'était pour cette raison que nous étions sortis du village, sur les conseils de l'aubergiste. Il m'avait averti qu'ici, il était dangereux de s'aventurer au centre du cours d'eau. Les villageois devaient connaître cette information, pourtant, un petit groupe d'enfants s'y était risqué et la glace n'avait pas supporté leur poids. Elle s’était complètement brisée autour d'eux, les isolant sur un îlot au milieu de l'eau glacée, et des fissures plus ou moins profondes s'étendaient à sa surface.

  Les adultes présents avaient déjà commencé à prendre les choses en mains, ordonnant aux plus jeunes de se mettre allongé pour répartir leur poids afin de ne pas aggraver la situation.

  –Que ceux qui sont proches des berges viennent lentement vers nous en restant sur le ventre, ordonna un homme. Les autres, ne bougez surtout pas, on va venir vous chercher.

  Ils s'exécutèrent, se déplaçant en mesurant chacun de leurs gestes. Certaines personnes sur la rive leur lancèrent leurs écharpes pour pouvoirs les tirer vers nous une fois qu'ils pourraient les atteindre. D’autres commençaient à créer un passage dans la glace pour mettre une barque à l’eau et récupérer les enfants coincés sur l’îlot.

  Un morceau s’en détacha et s'enfonça dans l'eau. Je jurai. Il risquait de se briser d’un instant à l’autre, nous n’avions pas le temps d'attendre une embarcation. Je me débarrassai de ma cape puis de ma veste et m’avançai au bord de la berge.

  –Jeune homme ? m'interpella celui qui avait pris les rênes de l'opération. Qu'est-ce que vous...

  Je plongeai. Dame Nature, qu’est-ce que l'eau était froide ! Même moi je le sentais. Je relâchai une partie du feu qui m'habitait pour ne pas être trop affecté par la température de la rivière, m'enfonçai sous la glace et nageai en direction de l'îlot.

  À cause du courant, je mis plus de deux minutes à l’atteindre. Les enfants, terrifiés, tendirent leurs mains vers moi lorsque je remontai à la surface.

  –Restez calme, leur ordonnai-je avec douceur. Je ne peux pas ramener tout le monde. Je vais d'abord prendre les plus grands, parce qu'ils sont plus lourds, d'accord ?

  Ils hochèrent lentement la tête. Je n'aimais pas devoir laisser les plus jeunes ici, mais j'avais peur que la glace ne tienne pas si je les ramenais en premier. Les deux plus âgés se laissèrent glisser dans l'eau et je les pris par la taille.

  –J'ai froid ! se plaignit l’un d’eux.

  Je donnai un peu plus de liberté à mon pouvoir pour les réchauffer, mais je ne pouvais pas faire plus.

  Je mis plus de temps à revenir.

  –Vous êtes complètement fou ! s'exclama celui qui dirigeait.

  –Je sais. Mais prenez-les, ils sont gelés.

  Je lui fis passer les enfants. Des femmes s'empressèrent de leur ôter leurs vêtements mouillés avant de les envelopper d'une cape épaisse.

  –Et vous, sortez avant d'attraper la mort !

  –Oui, dès que j'aurais...

  Il y eu un bruit sourd et des hurlements. Nous nous retournâmes tous d'un coup. L'îlot avait cédé.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
phillechat
L'invasion des robots
7
10
0
2
Martin Gagnon
C'est Milou qui fugue parce ce qu'il n'aimes pas Maggie parce ce que celle-ci le chicane parce ce qu'il rentre chez lui tout sale avec de la boue sur ses pattes et elle chicane aussi Martin Tavarès qui lui fais des enquêtes l'imperméable pas attacher.
0
0
0
8
Arpège

Quand il pensait à elle, quand il la voyait dans ses yeux fermés, quand il voulait l'entraîner vers elle-même, et donc aussi vers lui Il aurait aimé pulvériser ces pensées qui lui emplissaient  le passé... une sorcière
se promenait
sur le plafond
de son ciel
de ses yeux
elle pose
des larmes de rose
elle la chatouille
la titille
de ses regards
de brindille incandescente
la prend
dans sa toile
et renait
aux étoiles. Et elle va dîner croisière, S'enivrer à la vodka Shéhérazade Et elle sait, sera sur les genoux… A genoux, on prie !!! En don de soi... Toute de soie parée,
Elle dressait sa croupe offerte en un dernier secret.
Les yeux en soi, les tétons dressés.
Dans les escarpins, les petits pieds gainés, 
S'étaient arrêtés.
Ariane attendait.
Elle n'attend plus.
Ou elle ne sait plus ce qu'elle attend. La voix changée, il lui a demandé.
Elle a exaucé.
Ariane s'est penchée.
Adorante pécheresse, ses yeux vers lui a levé.
Et ses lèvres l'ont enveloppé.
En agaçants titillés.

En dernière joute, leurs peaux ont lissé, 
En maître-maîtresse ils se sont séparés, 
Se promettant encore d'autres caresses avouées.
D'autres secrets, libérés.
De ces prémices nées
De fantasmes, jusqu'ici, demeurés secrets. Ses vallons qui s'écartaient. Sa source qui jaillissait. A lui elle offrait son jet.  Tel un cyclone, l'œil avalant toute sensation, Qui triture, cisèle, taille. L'instant est là. Ne prendre que l'instant. Magique. Unique. Un regard entraperçu. Un visage fantasmé dans une vitre brouillée. Un plaisir partagé dans un espace rêvé. Hors tu temps. Une contraction de l'espace-temps. Une mémoire du temps tatouée à jamais. Jamais, plus jamais …
0
0
0
1

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0