Chapitre 45 - Partie 1

5 minutes de lecture

KALOR

 

  Lunixa dormait toujours à mon réveil, je sortis discrètement du lit puis quittai la chambre et me rendis dans la salle à manger. Il me suffit d'un seul coup d'œil à l'extérieur pour comprendre que nous ne pourrions toujours pas partir aujourd'hui. Il s'était remis à neiger durant la nuit, ce qui avait balayé le travail de ceux qui dégageaient les routes. J'aurais pu aller me recoucher, mais maintenant que j'étais debout, je n’arriverais pas à me rendormir. Je récupérai mon roman et m'installai près de la cheminée pour lire et sentir la présence des flammes.

  De temps en temps, je relevais le nez de mon livre pour jeter un œil aux escaliers. Cependant, les heures passèrent et Lunixa ne descendit pas. Je ne savais pas si elle dormait encore, mais elle resta toute la matinée dans la chambre, sans venir manger. Elle n’apparut pas non plus pour le déjeuner.

  Son comportement m'inquiétait. La culpabilité que j'avais lu dans son regard hier soir, alors que nous ne faisions que patiner, n'était pas normale. Elle lui était venue d'un seul coup. Il s'était produit la même chose lorsque nous étions rentrés de la bataille de boules de neige. On aurait dit qu'elle se sentait coupable d'être heureuse. Cela ne pouvait plus durer.

  Je me levai de table.

  –Monsieur, fit Magdalena d’un ton dur.

  –Je vais y aller doucement.

  Elle haussa un sourcil, sceptique. Je n'y fis pas attention et montai les marches quatre à quatre jusqu'au deuxième étage. Une fois devant la porte de la chambre, je toquai.

  –Lunixa ?

  Aucune réponse. J'entrai.

  Elle n'était plus là mais j’entendais du bruit dans la salle de bain. Je n’eus pas à attendre longtemps qu’elle en sorte. Elle portait toujours la coiffure traditionnelle que lui avait fait Magdalena et qui lui allait divinement bien, mais elle ne s'était pas habillée et son regard était empreint de mélancolie. Où était passé la jeune femme pleine de vie et souriante avec qui j'avais patiné la veille ?

  –C'est l'heure du déjeuner, l'informai-je

  –Bien. Bon appétit.

  Elle s'approcha du lit et tira les couettes pour se recoucher.

  Oh non, certainement pas.

  Je lui attrapai le poignet. Elle leva ses yeux ternes vers moi.

  –Tu viens.

  –Je n'ai pas faim, répliqua-t-elle.

  –Je n'ai rien dit pour le petit-déjeuner, mais il est hors de question que tu fasses également l’impasse sur le déjeuner. Je suis prêt à te descendre de force et en chemise de nuit s'il le faut.

  Une étincelle de vie vint rallumer son regard et elle fronça les sourcils. Elle ne m'en croyait pas capable, à juste raison. Aucun homme ne voudrait montrer sa femme en tenue de nuit aux autres. Mais elle se trompait lourdement. Je préférais cela que la laisser dépérir.

  Ses yeux se posèrent sur le lit. En une seconde, je la pris par la taille et la jetai sur mon épaule.

  –Non ! C'est bon ! J'ai compris ! s'écria-t-elle. Je vais venir. Faites-moi descendre !

  –Promis ? M'assurai-je.

  –Oui, promis ! Reposez-moi par terre !

  Je la fis glisser contre moi jusqu'à ce que ses pieds touchent le sol. Elle s'empressa de remettre sa chemise de nuit en place.

  –Pouvez-vous appeler Magdalena ? demanda-t-elle en détournant les yeux.

  Elle ne semblait pas vouloir me faire face, mais au moins, elle était plus vivante.

  Je regagnai la salle à manger, prévins sa femme de chambre et l'attendis à table. Lunixa arriva vingt minutes plus tard, dans la même tenue qu'elle avait hier soir et qui soulignait sa taille très fine. Elle s'installa en face de moi et se remplit un verre d'eau sans m’adresser un mot. Un serveur nous amena nos plats peu de temps après. Pendant plusieurs minutes, elle joua avec ses lentilles sans en prendre une seule bouchée.

  –Mange, lui ordonnai-je.

  Elle soupira mais remplit enfin sa cuillère et la porta à ses lèvres.

  –Qu'est-ce que tu as aujourd'hui ?

  –Rien, murmura-t-elle en restant concentrée sur sa nourriture.

  Elle mit du temps pour terminer son assiette, puis la poussa vers le centre de la table, prête à repartir. Je la retins.

  –Il reste le dessert.

  Elle roula les yeux et se rassit. Son regard se perdit dans le paysage.

  –Nous ne pourrons pas repartir aujourd'hui ? demanda-t-elle.

  –Non, ni demain, je pense.

  Et si cela durait plus longtemps nous aurions un sérieux problème. Le renouvellement de nos vœux avait lieu dans quelques jours.

  Lunixa resta immobile jusqu'à ce qu'un serveur dépose sa tarte aux pommes devant elle. Elle la mangea sans aucun entrain, seulement parce que je ne lui laissais pas le choix. Qu'est-ce qui l'avait mise dans un état pareil ? Elle qui était si souriante hier.

  –Est-ce le renouvellement de vœux qui te préoccupe ?

  Elle haussa les épaules.

  –Lunixa, soupirai-je. Explique-moi.

  Si ce n'était pas nos vœux alors qu’est-ce que c’était ? Alex et Eli ? Les personnes qu'elle avait mentionnées pendant son cauchemar ?

  Elle releva les yeux vers moi.

  –C'est...

  –Ah, elle est là ! s'écria une voix aigüe.

  Surpris, nous nous retournâmes. Une partie des enfants avec qui nous avions joué hier avaient envahi l'auberge, dont la fillette avec qui Lunixa avait fait sa première descente en luge. Elle la pointait du doigt. Ils coururent vers nous.

  –Je vous avais dit qu'elle avait les cheveux blancs et que c'était pas une mamie !

  –Hé non, je ne suis pas une mamie.

  Ceux qui n'étaient pas là hier étaient complètement choqués et j’en entendis certains faire des commentaires sur sa peau hâlée. Ils se demandaient pourquoi elle avait cette couleur.

  –Dites, Madame, vous voulez bien revenir jouer avec nous aujourd'hui ?

  Un sourire à la fois triste et heureux se dessina sur les lèvres de Lunixa.

  –Je finis de manger et j'arrive, d'accord ?

  Les enfants trépignèrent d'impatience et allèrent l'attendre dehors. Avec un peu plus d'entrain, elle termina son dessert puis un spasme la traversa.

  –Au fait, ai-je le droit de me promener seule ?

  –Bien sûr que tu as le droit.

  Ses lèvres s'étendirent un peu plus. Elle quitta la table et rejoignit les enfants. Des piaillements d'impatience se firent entendre. Si mon père apprenait que je l'avais laissée seule, il me passerait un sacré savon. Normalement, elle devait être accompagnée à chacune de ses excursions. Mais qu'est-ce qui pouvait arriver dans cette bourgade ? Et puis, si jouer avec les enfants l'aidait à se sentir mieux, je n’allais pas l’en empêcher.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Au'coin'de'ton'jardin

Il voulait de l'amour
Même criblé de blessures
De vieilles cicatrices

Il voulait de l'amour
Juste différent
Il a porté trop de bagage
Il a été tant meutri

Il voulait de l'amour
Il en avait tellement vu
Il ne veut pas de l'amour qui est propre et lisse
Ce cher Elton John

Il voulait de l'amour
Juste différent
Après tout ce qu'il avait apprit
Il voulait de l'amour,
De l'amour

2
0
0
0
Princesse Licornes
Résumé : Anthéa s'est faite adoptée à l'âge d’un ans.
Ses parents ne pouvaient plus subvenir aux besoin de la fillette, et la vie était bien trop chère pour eux.
Ils place Anthéa dans une famille d'accueille.
Maintenant la petite fille de l'époque à dix huit an, il est temps de partire mais avant elle a décidé d’aller au camping avec sa petite famille.
Mais que va t elle découvre en arrivant la bas?
1
0
0
1
Défi
Louise F.
Marie-Anne ne va pas bien. Elle a mal sans raison. Les spécialistes qu'elle consulte ne lui trouvent rien, lui disent même que le problème est dans sa tête. Choc : Marie-Anne est psychiatre. Alors elle retourne à son cabinet écouter ses patients.
8
12
13
6

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0