Chapitre 40

5 minutes de lecture

KALOR


  Sans m'accorder un dernier regard, Lunixa referma la porte dans son dos. Je me mis à taper nerveusement du pied avant de lâcher un soupir et de passer une main dans mes cheveux. Pourquoi s'évertuait-elle à rester fermée sur elle-même ? Était-ce dans sa nature ou simplement parce qu'il s'agissait de moi ? Je n'arrivais pas à le déterminer et si je lui posais la question, j'étais presque certain de ne pas obtenir de réponse.

  Et puis pourquoi ne voulait-elle plus que nous partagions sa couche à présent ? Je pensais qu'elle avait fini par s'y habituer. Après tout, nous ne faisions rien d'autre que dormir.

  Je soupirai à nouveau.

  Ah, Dame Nature, qu'étais-je censé faire d'elle ?

  J'avais l'impression que nous menions une danse étrange. À chaque fois que nous faisions un pas en avant, Lunixa en faisait deux en arrière pour m'empêcher de l'atteindre. Puis, elle revenait vers moi, tout en s'assurant de rester hors de ma portée. Et ce ballet recommençait inlassablement.

  C'était exactement ce qu'il venait de se passer. Je lui avais promis de l'emmener au domaine des Kamsoski et juste après, elle refusait de me dire ce qu'il s'était passé avec le Prince Náttmörður.

  Tout cela devrait me fatiguer, pourtant, je n'avais aucune intention de lâcher prise. J'étais prêt à tourner en rond aussi longtemps qu'il le fallait pour qu'un jour, je puisse lui prendre la main et l'attirer à moi avant qu'elle ne recule.

  Finalement, c'était moi qui était irrécupérable.

  Dire qu'avant que je l'entende chanter, je n'avais aucune idée de ce que je ressentais pour elle. Alors que Magdalena, oui. C'était un peu gênant mais cela n'avait rien d'étonnant. Tous les Liseurs pouvaient lire en nous comme dans un livre ouvert. Lorsqu'ils utilisaient leurs pouvoirs, nos pensées et nos émotions n'avaient plus aucun secret pour eux.

  Je me grattai l'arrière de la tête puis retournai derrière mon bureau. Je rassemblai les documents nécessaires à ma prochaine réunion et ouvris le tiroir du milieu pour récupérer les derniers mais mon regard se posa sur le dossier de Lunixa. Je le sortis.

  Cela ne faisait pas cinq minutes qu'elle était partie, pourtant, je m'attardai quelques instants sur sa photo avant de feuilleter les pages. C'était bien la quatrième fois que je les regardais depuis hier. Et pour la quatrième fois, je me concentrai sur ses aptitudes.

  Pourquoi Lunixa n'y avait-elle pas indiqué qu'elle était musicienne ? Était-ce volontaire ou un simple oubli de sa part ? Une chose était sûre : très peu de personnes devaient être au courant à Illiosimera. Si sa virtuosité avait été de notoriété publique, elle n'aurait jamais été choisie pour devenir ma fiancée, car son pays ne se serait jamais séparé d'une musicienne aussi talentueuse.

  J'avais encore tant à découvrir la concernant.

  J'observai une dernière fois son visage sur le cliché, refermai le porte-document et le rangeai à sa place dans le tiroir. Puis, je terminai de rassembler mes affaires et me rendis à ma réunion. Les représentants des marchands devaient être arrivés.



  Lorsqu'en pleine nuit, mon pendule sonna trois heures, je me décidai enfin à poser mon stylo et à arrêter de travailler. Je tentai de réorganiser un peu mes affaires mais abandonnai rapidement l'idée. Si je commençai, je n'étais pas prêt d'aller me coucher.

  Je récupérai ma veste et me dirigeai vers la porte. Juste avant de l'ouvrir, j'ordonnai au feu de s'éteindre et toutes les flammes que ce soient celles de la cheminée ou des bougies s'éteignirent, me plongeant dans l'obscurité. Je quittai mon bureau, puis traversai les couloirs jusqu'aux appartements de Lunixa.

  Comme chaque nuit, je trouvai Magdalena assise sur le canapé, en train de broder. Elle termina son point avant de relever les yeux vers moi.

  –Tout s'est bien passé ? m'assurai-je.

  –Non.

  Je me figeai.

  –Comment cela, non ?

  –La Marquise Piemysond s'en est prise à votre femme.

  Mon pouvoir se déversa brutalement dans mes veines alors qu'un mélange de colère et de panique me gagnait. J'allai abandonner Magdalena dans le salon pour courir au chevet de Lunixa mais elle referma sa main autour de mon poignet pour m'en empêcher.

  –Calmez-vous, Altesse, m'ordonna-t-elle. Elle va bien.

  –Mais vous venez de dire que...

  –Que votre ex-fiancée s'en est prise à elle et c'est le cas. Mais après s'être désaltérée, votre femme s'est tout de suite sentie mieux.

  Je serrai les dents et les poings pour tenter de garder le peu de contrôle qu'il me restait sur le feu en moi. Lokia s'était servie de ses pouvoirs d'Élémentaliste.

  –Quand est-ce arrivé ?

  –Quand nous revenions de votre bureau.

  –Alors pourquoi je ne l'apprends que maintenant ? m'énervai-je.

  La température de ma peau augmenta encore. Magdalena, ne pouvant le supporter, grimaça et me relâcha vivement. Cependant, elle continua à soutenir mon regard.

  –Parce que je savais comment vous réagiriez si je vous prévenais juste après. Vous seriez allé voir la Marquise Piemysond. Mais quelle excuse lui auriez-vous donnée pour expliquer que vous étiez au courant de la situation ? Vous n'étiez pas là quand c'est arrivé.

  –Quelqu'un aurait pu m’avertir.

  –Tout ce qu'on vous aurait rapporté, c'était que votre femme a eu un léger vertige. Personne ne vous aurait précisé que votre ex-fiancée était également présente.

  Je détestai le reconnaître, mais Magdalena avait raison. Sans elle, je n'aurai jamais pu être au courant de ce qu'il s'était passé. Alors en allant confronter Lokia, je lui aurai révélé que j'avais confié la surveillance de Lunixa à un Lathos. Un Lathos qui souhaitait la protéger de la Cause et capable de reconnaître qu’elle avait provoqué son vertige. Ce qui n’était pas le cas de tout le monde.

  Lentement, mon pouvoir retourna se terrer en moi et je me rendis dans la chambre. Lunixa était profondément endormie, emmitouflée sous les couettes. Je m’assis à ses côtés, puis après une légère hésitation, je passai une main dans ses cheveux. Ce geste m’apaisa.

  Je savais que Lokia n'avait pas pu lui faire beaucoup de mal en utilisant ses pouvoirs directement sur elle. Elle était capable de manipuler l'eau sous toutes ses formes mais celle du corps lui était pratiquement inaccessible. Elle ne pouvait provoquer qu'une légère déshydratation qui se traduisait par des vertiges. Mais la simple idée qu’elle le lui ait fait subir…

  Finalement, ce voyage chez les Kamsoski tombait à point nommé. Même si ce n'était que pour quelques jours, j'allais pouvoir emmener Lunixa à l'abri. Loin du château. Loin de la Cause.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Lou Ainsel
Nous étions tous regroupés, dans l'espoir de voir à nouveau le soleil...

------------

Courte Nouvelle ! :D
1
2
18
4
Défi
Laurence Denis
Les plus belles ascensions et les chutes les plus douloureuses n'existent parfois que dans nos têtes. Cela ne construit pas une vie mais peut faire une histoire.
C'est celle de Maloco.
0
0
0
15

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0