Chapitre 34 - Partie 2

6 minutes de lecture

  Je manquai de m'étouffer avec mon café. Ma sœur se pétrifia contre moi.

  Que vient-il de dire ?

  Alors que je le dévisageais, hébétée, encore incapable de réagir, Valkyria se redressa.

  –Mais Thor, d'après les médecins...

  –Je ne devrais pas être capable d'avoir d'enfant puisque je suis stérile, compléta-t-il en refermant enfin son journal pour nous faire face. Cela n'a pas changé.

  –Alors... comment ? demandai-je.

  –Nous n'en savons rien. Mathilda m'assure qu'il est de moi, mais je ne pourrais en être sûr qu'à la naissance. Si cet enfant naît avec une marque royale, il sera bien de moi et sa venue sera un véritable miracle, sinon cela voudra dire...

  –Que Mathilda t'a été infidèle ? le coupai-je.

  –Elle t'aime, ajouta Valkyria.

  –Je sais, je sais. C'est pourquoi je lui laisse le bénéfice du doute, même si cela semble impossible.

  Il expira et se pencha en avant, appuyant son coude sur son genou et son front sur sa paume. Il avait l'air à bout.

  Valkyria prit une profonde inspiration.

  –Thor, écoute-moi bien. (Il releva les yeux). Les preuves ne sont clairement pas en faveur de Mathy, mais si quelqu'un trouve quoique ce soit à dire sur cette grossesse, tu peux compter sur mon soutien.

  –Et le mien, ajoutai-je après elle. Nous ne la laisserons pas être accusée à tort.

  Tout cette histoire paraissait complètement surréaliste. J'avais même encore du mal à croire ce que je venais d'entendre. Mais je connaissais ma belle-sœur. Jamais elle n'aurait trompé mon frère. Je ne la voyais pas capable de commettre un tel crime quand bien même ne pas avoir d’enfant après toute ces années de mariage la peinait. Alors tant que nous n'aurions pas de preuve irréfutable d'une quelconque infidélité, je la défendrais.

  Mais même si nous avons raison…

  Les épaules de Thor retombèrent et un demi-sourire fendit son visage fatigué.

  –Merci. Votre soutien m'importe beaucoup.

  Valkyria se releva et alla s'asseoir sur l'accoudoir de son fauteuil. Elle passa une main réconfortante dans son dos et embrassa son front.

  –Tu n'as pas à nous remercier, c'est normal.

  À ces mots, son sourire s'agrandit, chassant la fatigue et la tension qui l'habitaient encore, alors que la mienne grandissait en force.

  –Qui est au courant pour Mathilda ?

  –Et depuis combien de temps est-elle enceinte ? renchérit Valkyria.

  Je lui jetai un rapide coup d'oeil. À son air sombre, je compris tout de suite que nous pensions à la même chose.

  –A part son médecin et vous deux, personnes d'autre, déclara Thor. Et cela va bientôt faire deux mois.

  –Alors tant que cela ne se voit pas, ne le dites à personne d'autre, lui ordonna-t-elle. Cette nouvelle ne va pas plaire à tout le monde.

  À ce niveau, cela ne pouvait même plus être appelé un euphémisme. La situation tenait sur le fil du rasoir.

  –Je sais, fit-il tristement.

  Je vidai ma tasse d'une traite et me levai. Il fallait absolument que je parle à Val. Maintenant.

  –Kalor, rassieds-toi, m'ordonna Thor. Nous n'avons pas fini de discuter.

  J'eus l'impression de prendre vingt ans d'un coup. Quelle autre catastrophe allait-il m'annoncer. Je me laissai retomber sur le canapé et pris une profonde inspiration, me préparant pour ce qui allait suivre.

  –Où en êtes-vous avec Lunixa ?

  Je ne m'attendais tellement pas à cette question que quelques secondes s'écoulèrent avant que je ne soupire longuement. Après ce qu'il s'était passé cette nuit, je n'avais pas franchement envie d'en parler.

  –Allez Kalor, intervint Val. On veut juste t'aider.

  –Au même point qu'avant le mariage.

  –On m'a pourtant rapporté que tu quittes sa chambre tous les matins.

  Je me tournai vers mon frère, perdu.

  –Tu me fais surveiller ?

  –Non, du moins pas directement, je garde juste un œil sur le château.

  –Je passe juste la voir avant d'aller travailler, mentis-je.

  Je ne pouvais pas lui avouer que la Comtesse avait été empoisonnée. Il commencerait à se poser des questions et je voulais éviter cela.

  –C'est déjà beaucoup mieux qu'avant, s’enthousiasma Val. Elle ne voulait pas te parler.

  –On peut dire ça.

  –Où l'avais-tu emmené ?

  –Au restaurant et à l'opéra.

  Elle me sourit et revint s'asseoir à côté de moi pour embrasser furtivement ma joue.

  –Et qu'est-ce que tu ressens pour elle ? enchaîna-t-elle.

  –Pouvons-nous éviter de parler de cela ? (Son regard se fit plus insistant et celui de Thor vint le soutenir). Je n'en sais rien, cela vous va ?

  Vu leur haussement de sourcil synchronisé, c'était loin d'être le cas.

  –On commence tout juste à se connaître...

  –Tu sais, le coup de foudre existe, me coupa Valkyria.

  –Et j'aime Lokia, terminai-je.

  Sa mine s'assombrit brusquement. Elle reprit un gâteau et marmonna quelque chose d'incompréhensible.

  Mon frère allait faire un commentaire à son tour mais on toqua à la porte. Il donna son autorisation et son secrétaire entra.

  –Votre Altesse, pardonnez-moi de vous déranger en plein rendez-vous, mais votre carrosse est prêt. Ils n'attendent plus que vous.

  –Très bien, j'arrive.

  Il finit son café et se leva. Avec Valkyria, nous le suivîmes dans le couloir et lui souhaitâmes bon voyage. Alors qu'il s'éloignait de nous, se dirigeant vers l'entrée du palais, Valkyria laissa tomber son masque souriant. Je n'eus qu'à faire un geste de la tête pour qu'elle m'emboîte le pas jusqu'à mon bureau.

  –Quand mère découvrira que Mathilda est enceinte, elle ne s'embêtera pas à savoir qui est le père pour agir, déclara-t-elle dès notre arrivée. Il va falloir la surveiller.

  –Oui.

  Sinon, cet enfant ne vivrait pas assez longtemps pour voir la lumière du jour. Elle mettrait un terme à cette grossesse.

  –Mais ce n'est pas la seule raison pour laquelle tu m'as fait venir ici, pas vrai ?

  –Non.

  –Kal, que se passe-t-il ?

  Je me passai une main derrière la nuque, mal à l'aise.

  –Quand je sors des appartements de la Comtesse, ce n'est pas seulement parce que je vais lui parler... Je dors avec elle.

  Les yeux de Valkyria s'agrandirent d'un coup et elle cligna des paupières.

  –Et pourquoi tu ne l'as pas dit tout à l'heure ? s'étonna-t-elle. C'est très bien.

  –Parce que je le fais pour m'assurer qu'il ne lui arrive rien. (Elle fronça les sourcils). Mère l'a empoisonné au merizzi.

  L'horreur de cette nouvelle lui fit perdre toute couleur. Elle porta une main à ses lèvres.

  –Dame Nature, Kalor, quand est-ce arrivé ?

  –Il y a une semaine.

  –Et pourquoi je n'en entends parler que maintenant ? Le médecin a pu lui donner le remède à temps ?

  –Oui, mais elle n'en avait pas vraiment besoin. J'ai été très surpris, mais elle est immunisée. Quand j'en ai parlé avec le docteur il m'a dit que cela pouvait être une caractéristique illiosimerienne. Nous vivons dans des environnements totalement opposés, ce qui peut différencier nos immunités. Mais Dame Nature, heureusement que c'est le cas. Autrement elle n'y aurait pas survécu.

  Valkyria se laissa choir sur le fauteuil le plus proche et se frotta les yeux avant de se tourner vers moi.

  –Comment va-t-elle ? Comment vas-tu ?

  –Mieux... Mais j'ai besoin de toi pour m'aider. Mère ne m'écoute pas, elle est déterminée à s'en débarrasser.

  –Je vais faire mon possible, cependant je ne peux rien te promettre. Depuis que je suis avec Nicholas, elle ne me fait plus autant confiance qu'avant. (Elle passa ses mains sur son visage). Entre ton mariage avec Lunixa, une humaine, et la grossesse de Mathilda, je crains le pire.

  C'était aussi mon cas. Tout ce qu'avait prévu la Cause était en train de s'effondrer. Si la grossesse de Mathilda arrivait à terme et que l'enfant portait bien la marque royale, je ne pourrais pas accéder au trône comme ils le voulaient et leur dynastie de Lathos ne verrait pas le jour. Thor et son enfant seraient alors pris pour cible.

  L'avenir s'assombrissait dangereusement.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Lanéric


Dans une vie sombre
Existe toujours une belle âme dans ton ombre
Une âme qui pourrait tout t’apporter
Et clarifier cette vie non enchantée

Toi qui la considères comme une beauté mirage
Alors qu’elle doute de son image
Une beauté irrésistible
Qui te rend fébrile

Lorsque tu la vois tu manques de souffle
Et pourtant ces sentiments que tu camoufles
Tu voudrais lui dire qu’elle est belle
À en faire péter les décibels

Mais tu restes à ta place
Et ne peux briser la glace
Car cette beauté mirage
Tu respectes son image

Dans une vie de brouillard
Où tout parait blafard
Cette âme peut guider ton chemin
Vers un avenir serein

Certes elle doute
Dans cette confiance absoute
À toi de la convaincre
Qu’un avenir ne se fixe pas sur un cintre

Qu’une beauté mirage
Peut sortir de l’ombrage
Trouver une étincelle
Peut rendre cette vie plus belle

Mais tu restes à ta place
Et ne peux briser la glace
Par pudeu tu ne pourras lui dire
Qu’elle peut tant te saisir

Dans une vie ensoleillée
Reste présente cette âme de qualité
Une âme d’un charme étincelant
Aussi palpitant que vibrant

Toi qui la considères comme une beauté mirage
Alors qu’elle doute de son image
À toi de lui ouvrir les yeux
Dans des instants gracieux

À toi de lui faire découvrir
Que ses effets auxquels tu chavires
Sont liés à cette âme parfaite
Que tu recherches en toute quête

Mais te connaissant tu resteras à ta place
Et ne pourras briser la glace
Car cette beauté mirage
Tu continueras à respecter son image

3
8
10
1
Défi
Jonas
Dix incipits de textes passés ou à venir...
3
10
1
1
Ylian Estevez
Offert à mes lecteurs pour Noêl dernier, je salue l'initiative Scribay en offrant cette nouvelle à la communauté. Bonne lecture, Maxime Frantini
3
3
0
55

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0