Chapitre 30 - Partie 1

6 minutes de lecture

Kalor

  Je me réveillai en sursaut et en nage, victime d’un cauchemar. Je n'en avais plus fait depuis des années et m'en serais bien passé. Je passai une main dans mes cheveux et me forçai à respirer lentement pour me reprendre. Puis je jetai un coup d'œil sur le côté. La Comtesse était juste là, collée contre moi alors qu'elle s'était endormie au bord du lit. Encore inquiet, je posai deux doigts sur sa nuque. Je ne pus retenir un soupir de soulagement en sentant son pouls et me laissai retomber lourdement sur l'oreiller. Quand elle m'avait annoncé que la pomme dans laquelle elle avait croquée était empoisonnée, mon cœur s'était arrêté.

  Elle aurait pu mourir. Par ma faute.

  Je ne sais pas comment c'était possible, mais si elle n'était pas immunisée au merizzi, elle serait morte.

  Je ne pensais pas que son sort me toucherait autant, mais la panique que j'avais ressentie m'avait prouvée le contraire. Je ne pouvais plus le nier, même si nous n'avions passé que peu de temps ensemble, je m'étais attaché à elle bien plus que je ne l'aurais cru. Elle n'était plus que l'étrangère que j'avais épousée, mais une femme à laquelle je tenais.

  Je ne pouvais pas la perdre.

  Jusqu’à ce que le pendule sonne sept heures, je veillai sur elle. Elle avait fini par se blottir complètement contre moi alors je dus la bouger légèrement pour sortir du lit. Elle resta profondément endormie. Vu la quantité de poison qu'elle avait ingéré, cela ne m'étonna pas : elle aurait bien besoin de la journée pour s'en remettre entièrement. Cependant, je me trouvais dans une impasse : qu'étais-je censé faire ? Je devais aller travailler mais après ce qu'il s'était passé, je ne pouvais plus la laisser seule. Devrais-je l'amener dans mon bureau, quitte à ce qu'elle continue de dormir sur le canapé ? Après tout, qu’elle autre option avais-je ? Je n'avais personne a qui confié sa surveillance. Un humain ne serait pas suffisant contre la Cause et je ne faisais confiance à aucun Lathos présent au château pour assurer sa sécurité.

  Ah si, il y en a une...

  Je pris une profonde inspiration, pas tout à fait sûr de ce que je m'apprêtai à faire.

  –Magdalena, pensai-je très fort, m'entendez-vous ?

  –Oui, votre Altesse.

  Un frisson remonta le long de mon échine. La sensation de ses pensées s'insinuant dans mon esprit était toujours aussi étrange et désagréable.

  –Venez dans les appartements de la Comtesse, j'ai besoin de vous.

  Elle arriva en à peine cinq minutes.

  –Que se passe-t-il ? s'enquit-elle. Je me doute bien que vous ne m'auriez jamais contactée de cette façon si la situation n'était pas grave.

  –Vous ne le savez pas ? m'étonnai-je.

  –Mes pouvoirs ne sont pas toujours actifs, Altesse. Et même quand ils le sont, si je n'ai pas de contact physique, les seules pensées que je peux lire sont celles du moment. Et en dans votre cas, vous ne pensez qu'à votre femme.

  Bizarrement, qu'elle l'appelle ainsi me dérangeait moins que les autres.

  –Elle a été empoisonnée au merrizi, hier soir, expliquai-je.

  Le regard de Magdalena regard se durcit. Elle réduit la distance qui nous séparait.

  –Et vous savez très bien de qui il s'agit, fit-elle froidement. Les partisans de la Cause.

  –Oui, c'est pourquoi elle ne peut plus rester seule à partir de maintenant. Mais je ne peux pas toujours être avec elle, alors quand c'est le cas...

  –Vous voulez que je la suive comme son ombre afin que je vous prévienne au moindre danger.

  Elle avait dit exactement ce que je pensais.

  –C'est ça, soupirai-je. Vous savez, c'est particulièrement perturbant...

  –Quand je finis vos phrases ? me coupa-t-elle. Je sais. Je suis désolée si je prends trop de liberté. C'est juste que vous êtes l'une des rares personnes avec qui je puisse me le permettre.

  Je la comprenais parfaitement. Devoir cacher son pouvoir, le brimer, était étouffant. Ne pas avoir à le faire était tellement libérateur.

  À cette pensée, je sentis mon pouvoir s'agiter légèrement en moi pour me signaler sa présence, me demander de le relâcher. Je n'en fis rien.

  –Altesse..., commença Magdalena d'une voix compatissante.

  –Je ne connais pas bien votre pouvoir, la coupai-je. Est-ce que, à l'instar des Gardiens, ils ne sont efficaces que dans un certain rayon ?

  On ne pouvait pas dire que mon bureau était celui le plus proche des appartements de la Comtesse.

  –Bien évidemment, mais vous n'avez pas à vous en faire. Si nous restons ici, je pourrai vous contacter sans problème.

  Maintenant que j'y pensais, c'est vrai que Magdalena avait été capable de savoir que la Comtesse était au Lac Frator alors qu’elle était au château. Les muscles de mon dos se détendirent et c'est rassuré que je la quittai.

  Ma journée s'annonçait des plus exécrables. Mes dossiers me demandaient bien plus de travail que prévu et mon père m'avait délégué deux de ses réunions. La première dura deux bonnes heures et je n'avais qu'une petite quinzaine de minutes pour manger avant d'enchaîner avec la seconde. Mais je préférai mettre ce temps à contribution pour aller voir la Comtesse. Même si Magdalena m'avait tenue au courant toute la matinée, j'en ressentais le besoin. Je devais voir qu'elle allait bien.

  À mon arrivée, je trouvai l'Illiosimerienne endormie sur son canapé, un livre en main. Dire qu'elle s'était réveillée il y a tout juste une heure... Je m'assis à ses côtés et dégageai la mèche immaculée qui avait glissé sur son visage. Ses joues étaient encore bien creuses. Elle paraissait si fragile. Comment avait-elle pu résister à la violence du merizzi ? J'étais également immunisé, mais seulement depuis qu'on avait forcé mon corps à le devenir, au prix de plusieurs empoisonnements contrôlés par les médecins. Et ces horribles traitements n'étaient infligés qu'à la royauté, en mesure de prévention. Alors pourquoi, cette femme, une simple Comtesse, était immunisée ? Serait-ce parce qu'elle était illiosimerienne ? Il faudrait que j'en parle avec le médecin.

  L'horloge sonna la demi et je réalisai soudain que je caressai les cheveux de la Comtesse. Je retirai vivement ma main, surpris. Qu'est-ce qui me prenait ? Légèrement perturbé, je me relevai, puis goûtai à son repas. Ne sentant rien en particulier, j'autorisai Magdalena à lui donner à son réveil, puis je me rendis à ma réunion.

  Les deux premières heures du jour nouveau étaient déjà passées quand enfin, je posai mon stylo. Je passai les mains sur mon visage et soufflai un bon coup. En plus de tout le travail déjà amoncelé sur mon bureau, plusieurs rendez-vous de dernière minute s’étaient ajoutés dans l’après-midi, prolongeant d’avantage cette journée interminable. Et il ne me restait encore une chose à faire avant de me coucher. Je récupérai ce que j'avais gardé caché dans le buffet et quittai mon bureau avec une seule destination en tête : celui de ma mère.

  Malgré l'heure tardive, j'étais presque sûr de la trouver et mon instinct ne me trahit pas. Lorsque j'entrai dans la pièce, elle refermait son dernier dossier. La surprise gagna ses traits lorsqu'elle me vit.

  –Kalor ? Que fais-tu encore debout ? N'as-tu pas une réunion demain matin ?

  –Si, souris-je, mais comme vous, ma journée a été très dense… Et j'avais une question à vous poser.

  –Qu'y a-t-il ?

  Je m’assis en face d’elle et posai une pomme sur son bureau. Elle la regarda d'un drôle d'œil.

  –Vous ne voulez pas y goûter ? J'ai entendu dire que la récolte était particulièrement bonne.

  –Je n'ai pas très faim, mais je la mangerai volontiers demain matin.

  –Je préférerais que vous la mangiez maintenant, insistai-je. Pour me donner votre avis, il m'importe.

  –Kalor, je t'ai dit que je n'avais pas faim.

  –Ce n'est qu'une pomme, mère. Et vous prenez toujours un petit en-cas avant de vous coucher.

  –J'ai déjà quelque chose de prévu.

  –Vraiment ? Je pensais que vous préféreriez goûter le fruit de votre labeur. A moins que le merizzi dont vous l'avez imprégnée ne vous rebute.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Lou Ainsel
Nous étions tous regroupés, dans l'espoir de voir à nouveau le soleil...

------------

Courte Nouvelle ! :D
1
2
18
4
Défi
Laurence Denis
Les plus belles ascensions et les chutes les plus douloureuses n'existent parfois que dans nos têtes. Cela ne construit pas une vie mais peut faire une histoire.
C'est celle de Maloco.
0
0
0
15

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0