Chapitre 27

6 minutes de lecture

KALOR

  La Comtesse me dévisageait, comme si je venais de formuler une énorme ineptie. Ses paupières clignèrent puis elle jeta un nouveau coup d'œil au bâtiment qui se trouvait dans mon dos.

  –L'opéra ? Répéta-t-elle.

  –Oui.

  Sans répondre à ma question, elle se leva et descendit du carrosse malgré les tremblements qui secouaient de nouveau son corps. Faisait-il vraiment si froid que cela ? Depuis que j'avais mon pouvoir d'Élémentaliste, ma sensibilité à la température avait complètement changé à cause du feu qui brûlait en moi. Actuellement, je trouvais tout juste le temps frais, alors que la Comtesse grelottait comme une feuille. Je me dépêchai de la conduire à l'intérieur pour qu'elle se puisse se réchauffer. Quand nous arrivâmes au niveau de l’entrée, le portier eut un moment de stupeur en reconnaissant mon visage. Il s'inclina rapidement et nous fit entrer.

  Un fois dans le hall, je sentis les tremblements de la Comtesse cesser juste avant que je n'enlève ma main de son dos. Je l'invitai à me suivre et la guidai vers la loge royale. Cependant, je m'arrêtai bien vite d'avancer. Je n'entendais plus ses talons frapper le carrelage. Intrigué, je me retournai et la surprit en train d'admirer l'architecture du bâtiment : les magnifiques peintures qui ornaient le plafond ainsi que la coupole au centre de l’entrée, à laquelle était suspendu un splendide et gigantesque chandelier en cristal. Son regard glissa sur les tableaux qui décoraient les murs crème, puis sur les immenses colonnes et arches finement taillés dans le marbre. Elle était tellement perdue dans son observation qu'elle ne remarquait même pas les personnes qui passaient à côté d'elle. En revanche, son visage n'exprimait rien du tout.

  –Comtesse ?

  Un petit spasme la traversa. Ses yeux turquoise se posèrent sur moi et elle me rejoignit. Sans rien dire, nous montâmes les escaliers et parcourûmes les couloirs pour atteindre la loge. Nous venions à peine de nous débarrasser de nos capes que le directeur de l'Opéra, le Comte Tonen, vint nous accueillir.

  –Altesses, déclara-t-il en s'inclinant. C'est un honneur de vous recevoir en nos murs. Souhaitez-vous de quoi vous sustenter et vous déshydrater pendant le spectacle ?

  Ayant mangé juste avant de venir, je déclinai l'invitation.

  –De l'eau, s'il vous plaît, demanda la Comtesse.

  –Nous vous apportons ça de suite, Madame.

  Juste avant de quitter notre loge, il ne put s'empêcher de se tourner et de la regarder, perturbé par son apparence.

  Elle s'installa sur le fauteuil et retira ses gants. La culpabilité me rongea de nouveau en voyant les traces bleues qui obscurcissaient encore sa peau. Je n'aurais jamais pensé l’avoir maintenue tellement fort que ma poigne lui aurait laissé de telles marques et qu’elle les aurait gardées aussi longtemps. Je n'en revenais toujours pas qu'elle m'ait pardonné. C'était bien plus que ce que j'avais espéré en l'emmenant dîner.

  L'un des employés arriva avec une carafe pleine et un verre sur un plateau. Il les déposa sur la petite table à droite de la Comtesse, la servit et repartit après avoir tiré sa révérence. Peu de temps après, on entendit les autres spectateurs arriver, ainsi que le brouhaha de conversations qui les accompagnaient. La salle se remplit bien rapidement, puis après quelques minutes la plupart des bougies furent éteintes. Le silence se fit. Le rideau se leva.

  J'avais décidé d'emmener la Comtesse voir cet opéra car la plus célèbre soprano colorature du pays y chantait, mais j’ignorai totalement si cela allait lui plaire. Alors, tout en regardant le spectacle qui se déroulait sur scène, je la surveillai du coin de l'œil. Appréciait-elle ? Je pensais pouvoir le deviner en regardant ses expressions, mais comme dans le hall, son visage était complètement impassible. Au bout d'un moment, elle finit même par taper nerveusement des doigts sur l'accoudoir. Visiblement, c'était un véritable échec. Plus que quelques heures de malaise et ça serait fini.

  Tout de même, elle avait une drôle de façon de taper des doigts : au lieu de tomber en boucle, ils ne suivaient aucun schéma. En revanche, ils me semblaient aussi précis et rythmés que le piano de l'orchestre... Le piano ? Troublé, je m'avançai un peu pour avoir un aperçu du pianiste sans perdre la Comtesse des yeux. Le choc me paralysa quelques secondes. Elle ne tapait pas nerveusement des doigts, elle jouait bien le morceau sur son accoudoir. Elle avait déjà retenu l'air principal de l'opéra ? Elle était musicienne ? Ce n'était pourtant pas inscrit sur son dossier.

  Le rideau se referma et les bougies furent rallumées, annonçant le début de l’entracte. J'observai de nouveau la Comtesse à la dérobée. Elle retira un ruban qu'elle avait au poignet et rassembla ses cheveux en un chignon haut qu'elle accrocha à l'aide du fin tissu, dégageant son visage. Il n'y a pas à dire, elle avait vraiment les traits fins et un port de tête très gracieux.

  Elle se servit un verre d'eau et le but tout en fixant la scène. J'avais beau essayer, je n'arrivais toujours pas à déchiffrer son visage.

  –Cela vous plaît-il ? risquai-je.

  Un violent sursaut la secoua et elle se tourna brusquement vers moi, les yeux écarquillés. Ce n'était pas la réaction à laquelle je m'étais attendu, à croire qu'elle avait oublié que j'étais juste à côté d'elle. Elle s'éclaircit discrètement la voix.

  –Oui, beaucoup. C'est très étrange d'entendre chanter dans votre langue.

  –Vous arrivez tout de même à comprendre ?

  –C'est un peu plus difficile que dans une conversation, mais oui.

  On toqua à la porte de notre loge et le Comte Tonen entra. Il s'inclina.

  –Comment se passe votre soirée ? Souhaitez-vous quelque chose, Princesse ?

  –Si vous aviez de quoi grignoter ? hésita-t-elle.

  –Nous avons des cookies, des petits sablés, des fruits...

  –Des sablés.

  –Votre Altesse ?

  –Ça ira pour moi, merci.

  La Comtesse picora pendant toute la suite de l’entracte et ne s'arrêta qu'au moment où le rideau commença à se lever. Elle qui n'avait plus d'appétit tout à l'heure... J'eus du mal à me retenir de sourire. Finalement, la soirée n'était peut-être pas un échec.

  L'opéra reprit et enfin, la soprano arriva sur scène. La note suraigüe qu'elle atteignit dès le début de son chant était tout bonnement incroyable et laissa la Comtesse figée de surprise. C'était pourtant loin d’être fini.

  Totalement subjuguée, la Comtesse ne cligna pratiquement pas des yeux de toute la performance. Ils étaient même brillants d'émerveillement. C'était tellement différent de quand j'étais avec Lokia. Je ne l'avais jamais vue regarder quelqu'un avec admiration comme le faisait la Comtesse... à part moi.

  La Comtesse fut tout aussi envoûtée par la qualité et la puissance des graves du chœur d'hommes lors du final. L'opéra terminé, elle fut l'une des premières à se lever pour applaudir les artistes. Je me redressai à mon tour.

  Mon cœur manqua un battement .

  Elle souriait.

  C'était la première fois que je voyais un sourire sur ses lèvres. Il était doux, sincère, et chaleureux. Après l'avoir vue verser une larme à cause de notre situation, je ne pensais pas qu'elle en serait capable avant un moment.

  Malgré cela, on ne prononça toujours pas un mot sur le chemin du retour. Elle avait de nouveau enfoui sa tête sous sa capuche.

  Toujours en silence, je la raccompagnai jusqu'à ses appartements. Elle déverrouilla les portes et les poussa.

  –Merci, murmura-t-elle. Vous aviez raison, j'avais besoin de sortir.

  –Il n'y a pas de quoi. Et je suis désolé...

  –De quoi ? s'enquit-elle en se retournant pour me faire face, le regard méfiant.

  –Qu'on vous ait forcé à vous marier.

  Son regard se radoucit.

  –Et moi je suis désolée pour votre fiancée... Passez une bonne nuit.

  –Vous aussi.

  Elle entra dans ses appartements, et referma la porte après avoir levé une dernière fois ses yeux turquoise vers moi.

  Je remontais le long des couloirs vides pour me rendre dans mes propres appartements quand je tombai sur Magdalena, adossée contre le mur. Elle se remit droite quand j'arrivai à sa hauteur.

  –Alors ? fit-elle.

  –Vous devez le savoir, non ?

  –Oui et non, je ne me suis pas permis de lire vos pensées. Je ressens juste vos émotions pour le moment.

  –La soirée s'est bien passé.

  Du moins, c'est ce que j'en pensais.

  –Bien.... J'espère que vous y penserez la prochaine fois que vous serez avec la Marquise Peysmond.

  –Qu'avez-vous contre Lokia ? demandai-je durement.

  –Dois-je vraiment m'expliquer ? Vous n'êtes pas aveugle, votre Altesse, mais il faut vraiment que vous ouvriez les yeux.

  Elle s'inclina et partit. Je gagnai mes appartements.

  Ouvrir les yeux ? Mais sur quoi ? Je retirai ma veste et ma chemise. Mes yeux se posèrent sur l’ecchymose que j'avais au poignet, semblable à ceux que j'avais faits à la Comtesse, en beaucoup plus sombre. Et pourtant, il allait déjà bien mieux qu’au début. Lokia avait vraiment été à deux doigts de me briser le poignet ce jour-là.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Au'coin'de'ton'jardin

Il voulait de l'amour
Même criblé de blessures
De vieilles cicatrices

Il voulait de l'amour
Juste différent
Il a porté trop de bagage
Il a été tant meutri

Il voulait de l'amour
Il en avait tellement vu
Il ne veut pas de l'amour qui est propre et lisse
Ce cher Elton John

Il voulait de l'amour
Juste différent
Après tout ce qu'il avait apprit
Il voulait de l'amour,
De l'amour

2
0
0
0
Princesse Licornes
Résumé : Anthéa s'est faite adoptée à l'âge d’un ans.
Ses parents ne pouvaient plus subvenir aux besoin de la fillette, et la vie était bien trop chère pour eux.
Ils place Anthéa dans une famille d'accueille.
Maintenant la petite fille de l'époque à dix huit an, il est temps de partire mais avant elle a décidé d’aller au camping avec sa petite famille.
Mais que va t elle découvre en arrivant la bas?
1
0
0
1
Défi
Louise F.
Marie-Anne ne va pas bien. Elle a mal sans raison. Les spécialistes qu'elle consulte ne lui trouvent rien, lui disent même que le problème est dans sa tête. Choc : Marie-Anne est psychiatre. Alors elle retourne à son cabinet écouter ses patients.
8
12
13
6

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0