Chapitre 23 - Partie 1

4 minutes de lecture

LUNIXA

  Je fus si surprise de l'entendre rire que je me figeai, prise au dépourvu. Il était franc, sincère...

  Mes cheveux furent de nouveau tirés.

  –Mais que faites-vous ? Lui demandai-je.

  –Je retire ma cape, ils sont coincés dans la chaîne.

  Je dus prendre mon mal en patience avant qu'il ne se mette devant moi, sa cape en main.

  –C'est ici, m'indiqua-t-il en me montrant les maillons.

  Je la pris en main, et examinai la situation. Non, mais comment avaient-ils pu s'emmêler autant ?

  –Avez-vous besoin d'aide ? Me demanda le Prince.

  Je levai la tête vers lui et mon cœur manqua un battement en voyant l'immense sourire qui fendait son visage. Il me paraissait tellement différent comme ça. Je n'étais plus seulement face au Prince, mais aussi au jeune homme qu'il était, amusé par une idiotie. Je détournai le regard et m'éclaircis la voix.

  –Pouvez-vous tendre la chaîne ?

  Il tira les deux extrémités et je pus démêler mes cheveux.

  –C'est bon ? s'assura-t-il quand je remis ma mèche derrière mon oreille.

  –Oui, merci.

  –Brossez-vous les cheveux la prochaine fois.

  –C'est ce que j'ai fait, me défendis-je.

  –On ne dirait pas, fit-il en remettant sa cape sur son épaule.

  Il se rendit soudain compte de la situation, de son attitude détendue et se figea. Son visage se referma.

  –Voulez-vous voir le résultat ? Nous proposa le peintre.

  C'était seulement une question rhétorique, car sans attendre notre réponse, il fit pivoter son chevalet, et nous présenta son œuvre. Je déglutis difficilement en voyant l'attitude royale que j'avais sur la toile. Ce n'était plus moi. C’était pareil pour le Prince. Il faisait si froid, si inaccessible. C'était complètement différent du sourire qu'il avait eu juste avant.

  –C'est parfait, Arthur, déclara le Prince, merci.

  –Nous commencerons le tableau suivant après votre déjeuner, Altesses.

  Et sur ces mots, des valets apportèrent des dessertes dans la pièce et je me retrouvai à manger en tête à tête avec le Prince.

  L'atmosphère était extrêmement tendue. Il avait retrouvé son attitude princière et je n'étais de nouveau plus du tout à l'aise en sa présence. Il était beaucoup trop près de moi. Il ne lui suffisait qu'à tendre le bras pour me toucher. Les marques violettes que j'avais sur les poignets me démangeaient.

  –Valkyria m'a dit qu'elle vous avait fait visiter le palais.

  Je sursautai. Je relevai les yeux, croisai son regard argenté, posé sur moi et reportai immédiatement mon attention sur mon assiette.

  –Hum hum, fis-je en jouant avec mes légumes.

  –Mais pas les jardins ?

  –Non.

  ….

  On poursuivit notre repas dans le silence.

  –Voudrez-vous y aller ?

  Je sursautai à nouveau.

  –Où ça ? M'enquis-je.

  –Dans les jardins.

  –Je ne sais pas...

  Notre repas se termina comme il avait commencé : dans le silence le plus total. Peu de temps après, sa sœur arriva, suivie du Marquis Dragor. Me sentant tout de suite mieux, mes épaules retombèrent. La Princesse Valkyria m'adressa un franc sourire avant d'enlacer son frère. Puis, un couple d'une trentaine d'année, tous les deux aux cheveux noirs comme l'ébène et aux yeux bruns, entra à son tour. L'homme était légèrement plus petit que le Prince, assez fin, mais aux épaules larges, capables de soutenir la lourde charge qui l'incomberait un jour : il portait plus de médailles sur sa poitrine, ainsi qu'une couronne plus riche. C'était le Prince héritier. Avec sa femme. Je m'inclinai.

  –Allons, Lunixa, sourit l'héritier. Pas de ça entre nous. Nous sommes de la même famille, à présent.

  –Voici notre frère, Thor, présenta Valkyria en désignant l'héritier, et sa femme, Mathilda.

  –Vous êtes trois ? Demandai-je.

  –Oui, sourit-elle.

  Comme nous aurions dû l'être. Mais mon frère Poséidon était mort depuis des années, et je l'étais aussi, officiellement. Mes parents n'avaient plus qu'Apollon.

  Je regardai de nouveau la fratrie. Le Prince et sa sœur se ressemblaient beaucoup, notamment par leurs yeux gris argenté. En revanche, ils n'avaient pratiquement rien en commun avec leur frère aîné. Et puis leur différence d'âge était assez importante, probablement une dizaine d'année entre le Prince Thor et la Princesse Valkyria. À moins que le poids des responsabilités qu'il avait déjà ne lui donne un air plus âgé et ne fausse mon jugement.

  À la limite de mon champ de vision, je vis une nouvelle femme entrer. C'était peut-être la première fois que je la voyais, je sus tout de suite qui elle était, grâce à ses yeux argentés et les traits qu'elle partageait avec la Princesse Valkyria. C'était la Reine. C'est à peine si elle m'adressa un regard et alors qu'elle allait saluer ses enfants, le Roi arriva à son tour. Je ne pus m'empêcher de reculer d'un pas, même si ça me rapprocha du Prince.

  Après des échanges courtois, le peintre nous plaça sur des fauteuils, canapés ou encore debout à côté d’une immense cheminée. Cette fois, je me méfiai de la chaîne du Prince quand il se mit dans mon dos. Avoir les cheveux coincés dedans une fois m'avait suffi.

  C'est seulement bien plus tard que je retournai dans la chambre et que je m'écroulai sur le lit, exténuée. Le second tableau avait duré beaucoup plus longtemps que prévu et il était trois heures du matin. Moi qui avait besoin d'être en forme pour le lendemain...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Akemi Eragon

Je t'ai rencontré au moment où tout allais mal.
J'avais lâché les armes.
J'étais à terre prêt à me prendre cette balle qui m'enverrait 6pieds sous terre.
Puis tu es arrivé, sorti de nul part
Tu m'as tendu la main, tu m'as promis une histoire différente des autres
Tu m'as promis un paradis dans cet enfer
Des anges déployant leurs ailes au milieu de ces démons sortant leurs cornes
Tu m'as promis un combat gagné d'avance mais tu ne m'avais pas précisé pour qui était la victoire.
Tu m'as utilisé, tu as profité de ma souffrance et de ma faiblesse
Tu m'as utilisé à tes fins et cet homme que je pensais être un ange n'était en réalité qu'un démon m'ayant transpercé de ses cornes
Mes ailes déployées je les utilisa afin de m'envoler dans un monde meilleur
Loin de ce dégout
Tu m'as mise à nu et jamais je ne te le pardonnerai.
Je me sens sale.
Le démon est rentré en moi et le seul moyen de l'en sortir et de mettre fin à mes jours.
Le démon a gagné.
1
3
0
1
Défi
celina72
Réponse au défi
4
6
0
1
Patrick Peronne


Les volets ouverts
la maison cligne des yeux.
Entre le soleil
3
1
0
0

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0