Chapitre 14 - Partie 1

3 minutes de lecture

KALOR


  Une fois la porte de mes appartements fermée, la pression et la tension que je ressentais depuis mon réveil aux côtés de la Comtesse me quittèrent enfin. Je m'adossai au mur et m'accordai deux minutes de répit. Je savais que cela allait être difficile, mais pas à ce point. Je ne pourrais jamais oublier l'effroi qui avait envahi son regard quand elle avait cru que nous nous étions unis. Comment allions-nous faire si je lui inspirais autant d'aversion ? Pourquoi n'avaient-ils pas choisi une femme qui désirait ce mariage ? L'idée de rejoindre la royauté avait dû en séduire plus d'une et cela aurait facilité les choses. Je m'étais préparé à faire des efforts, mais je ne pouvais en faire à sa place.

  Mon pouvoir s'agita en moi. Serrant les dents, je lui ordonnai de se rétracter. Il fallait que je retrouve le contrôle et une température normale. Ce n'était pas le moment pour que ma mère ou quiconque découvre ma nature d'Élémentaliste. Après une légère résistance, le feu dans mes veines finit par m'obéir et revint se terrer au plus profond de mon être, là où je le gardai enchaîné, caché, loin de tous.

  Afin d'être certain de chasser toute chaleur inhabituelle de ma peau, je pris une douche froide avant de me rendre à mon bureau. Je réfléchirais à tous mes problèmes plus tard ; pour le moment, du travail m'attendait.

  Perdu dans mes pensées, je remontai les couloirs sans faire attention au monde ou aux personnes qui m'entouraient, jusqu'à ce qu'une main se pose sur mon épaule. Je me retournai et fus surpris de me retrouver face à mon frère. D'un simple regard, il fit comprendre au garde proche de nous de s'éloigner avant de se concentrer sur moi.

  — Tout va bien, Kal ? Ça fait deux minutes que je t'appelle.

  — Désolé, je réfléchissais.

  — À quoi donc ?

  — Un tas de choses... Mais que fais-tu là, Thor ? Je te croyais en chemin pour Cavritau, afin de négocier les accords commerciaux.

  — C'était le cas, cependant un messager cavritois est venu nous trouver en cours de route. Le Roi Wolansk a fini par accepter nos nouvelles conditions, ce qui m'a permis de rentrer plus tôt.

  — Tant mieux.

  Je me remis en marche. Il m’emboîta le pas.

  — D'ailleurs, à mon arrivée au château, j'ai entendu quelque chose d'intéressant...

  Je continuai d'avancer sans faire attention à ce qu'il disait. Thor se plaça devant moi et continua d'avancer à reculons.

  — Est-ce vrai ?

  — Quoi donc ?

  — Que tu as épousé une aïeule ?

  — Qu... (Je me stoppai net.) Non, pas du tout. Qui t'a raconté pareille ineptie ?

  — Personne. Cette rumeur circule sur toutes les lèvres.

  Je me renfrognai. Tout le pays était-il déjà au courant de ma nouvelle situation ?

  — Kalor ?

  — Ce n'est pas une personne âgée ; ses cheveux sont simplement blancs. Elle a vingt-et-un an, comme moi.

  Enfin... je crois.

  J'ignorais tout de cette femme et mon père était déjà passé outre l'une de nos lois en me mariant avant mes vingt-deux ans ; rien ne me garantissait qu'il n'en avait pas contournée une autre. Toutefois, même si je ne connaissais que son nom, j'étais presque certain que la Comtesse n'était pas plus vieille que moi. Si de loin elle pouvait passer pour une femme âgée, il était impossible de se fourvoyer une fois à ses côtés.

  L'exotisme de sa peau naturellement dorée par le soleil adoucissait ses pommettes saillantes et mettait en valeur son port altier, la délicatesse de son visage, son petit nez fin, ses lèvres charnues. Allié à ses longs cils charbonneux, ce teint accentuait la profondeur de ses grands yeux turquoise au regard vif et la pureté de sa chevelure nivéenne. Malgré cette couleur particulièrement étrange et notre situation déplaisante, je ne pouvais nier que cette Illiosimerienne était une jeune femme ravissante. Cependant, elle aurait pu être la plus belle femme du monde, cela n'aurait rien changé. Elle n'était pas Lokia.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Agapé
France, 1943.
Quand une jeune fille de 15 ans fraîchement sortie du collège se lance dans la recherche de sa mère, une fille de joie disparue trois ans plus tôt, elle ne s'attendait pas vraiment à pouvoir la retrouver un jour.

Et pourtant ...

[Texte commencé en juin 2018, puis repris courant 2019... Attendez-vous donc à un changement de style et de rythme autour du chapitre 5-6, les premiers sont d'ailleurs à refaire !]
393
657
761
49
Défi
Ashes
Ma participation au Concours Radio France de la micronouvelle du 1er au 14 octobre 2018
"Un nouveau monde"
Réponse à "Micro-nouvelle. 1000 signes. Un nouveau monde"
0
2
3
1
ombe khaled
Une poésie réponse à un sujet sur les poèmes engagés...
FREE PALESTINE
4
14
1
1

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0