Chapitre 1 - Partie 3

4 minutes de lecture

  Ne voulant pas perdre une seconde, ces chenapans avaient déjà tout préparé en attendant mon arrivée et je n'eus qu'à m'installer avec eux pour commencer la partie.

  — T'as vu, Nix ? Cette fois-ci j'ai été la plus rapide, alors j'ai pu prendre les pions bleus ! me fit remarquer Éléonora.

  La fierté d'avoir réussi à devancer Alexandre transparaissait tant à travers ses traits que je ne pus contenir un sourire amusé.

  — J'ai vu, oui, confirmai-je

  — Mais c'est moi qui ai fait le plus grand nombre, donc c'est moi qui commence ! contra Alex en brandissant le dé dans son poing avant de le lancer. (Ses épaules retombèrent.) Oh non, un quatre.

  — À mon tour ! s'exclama Éli.

  À genoux sur sa chaise, elle colla son buste à la table pour récupérer le dé, puis le jeta. Il s'arrêta sur le deux.

  — Oh, je peux pas non plus sortir de l'écurie.

  — Je vais peut-être être la première à le pouvoir, les taquinai-je.

  Le regard on ne peut plus sérieux, ils fixèrent ma main sans ciller tandis que je secouais le dé au creux de ma paume, puis ils le suivirent du regard lorsqu'il roula sur le plateau. Leur bouche s'arrondit en un O parfait.

  — Un six ! Tu peux vraiment sortir.

  — Que vous avais-je dis ?  

  — Peut-être, mais c'est souvent le premier sorti qui finit dernier à l'arrivée, donc je me méfierais à ta place, me mit en garde Éli, une lueur de défi dans le regard.

  Le coin de mes lèvres se souleva encore plus.

  — C'est vrai, ça ! renchérit son jumeau. Et on n’a pas dit notre dernier mot.

  Joignant le geste à la parole, il récupéra le dé et le lança à nouveau.

  Comme Éléonora l'avait prédit, je finis bonne dernière à cette première partie et ne fit pas mieux à la suivante. Ce n'était pourtant pas faute d'avoir quitté l'écurie bien après eux cette fois-ci. J'étais donc officiellement la grande perdante de cette soirée, quant au grand vainqueur, il s'agissait d'Alexandre. La dernière manche avait été très serrée sur la fin, mais il avait fini par l'emporter. Déçue de ne pas avoir gagné une seule partie même si elle était arrivée en deuxième place, Éli tenta de négocier une nouvelle partie, sans y parvenir. Il était tant pour eux d'aller au lit.

  — Ne t'inquiète pas, Éli, on y rejouera demain et j'aurais peut-être moins de chance cette fois-ci, déclara Alex en lui donnant un petit coup d'épaule.

  Réconfortée par ces mots, elle lui sourit et acquiesça avec entrain. Les lèvres de son jumeau se soulevèrent en retour. Sur un regard complice, ils se prirent la main, puis partir en direction de leur chambre tandis que mon cœur se gonflait de tendresse.

  Alexandre et Éléonora se glissèrent tous les deux dans le même lit après leur toilette et attendirent que je souffle toutes les bougies de leur chambre, exceptées celles sur les tables de nuit, pour me tendre leur livre.

  — Chapitre douze, me précisèrent-ils d'une même voix malgré la présence du marque-page.

  Il s'agissait d'un court roman pour enfants, dans lequel Soterios, un jeune garçon, avait rejoint une bande de pirates afin de voyager à travers les mers et retrouver sa mère et son petit frère, enlevés par une bande adverse. Là où nous en étions, il avait déjà retrouvé son cadet et s'apprêtait à attaquer le repaire des ravisseurs caché au fond d'une grotte maritime.

  Je leur contais donc la longue nage que Soterios et ses compagnons effectuèrent pour s'infiltrer dans la cavité sans être remarqués, l'attaque qui s'ensuivit, la façon dont ce jeune garçon, qui n'avait rien d'un combattant, arrivait à surmonter ses adversaires grâce à sa vivacité, son agilité et ses tours de passe-passe.

  — Après la fin du combat et tandis que le capitaine Vathos surveillait les prisonniers, Soterios s'engagea à travers les couloirs creusés à même la pierre pour rechercher sa mère. Mais le pauvre garçon avait beau parcourir ce labyrinthe en l'appelant, il ne la trouvait pas et craignait ne plus jamais la voir. « Où es-tu, maman ? », se demanda-t-il dans un murmure, les larmes aux yeux. C'est alors que la douce voix qui avait bercé son enfance s'éleva à travers les murs irréguliers du boyau. « Par ici, mon trésor, je suis là, tout près de toi. » Guidée par ces mots, Soterios courut en direction de leur provenance et enfin il la trouva. Sa mère était là, juste derrière les barreaux d'une prison, mais toujours aussi belle. Sans perdre plus de temps, il crocheta la serrure, comme le lui avait appris les pirates, et se jeta dans ses bras. Et c'est ainsi que mère et fils furent enfin réunis.

  Refermant le livre, je baissai les yeux vers les jumeaux, à moitié endormis et blottis l'un contre l'autre. Je posai leur roman sur la table de nuit, puis je pris délicatement Éléonora dans mes bras pour la ramener dans son lit. Ses paupières s'entrouvrirent au moment où je l’y déposai.

  — Nix ?

  — Oui, c'est moi, ma puce, ne t'inquiète pas. Tu peux te rendormir.

  Ses paumières papillonnèrent pendant que je finissais de la border.

  — D'accord... Mais Nix ? Elle est où maman ?

  — Tout près de toi, ma puce, et elle sera toujours là pour toi.

  Un doux sourire fleurit sur ces lèvres et elle sombra définitivement dans les bras de Morphée. Je déposai un baiser sur son front et sur celui d'Alexandre, puis quittai leur chambre à pas de loup. Juste avant de fermer la porte, je me retournai pour les contempler un dernier instant, avant de les laisser dormir en paix.

  — Bonne nuit mes trésors.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Khia

Par ici : https://www.scribay.com/text/1476933845/les-micro-nouvelles-de-ceryse/chapter/435356
0
1
0
0
Défi
Ayah

Mon coeur palpite. Je prends une grande inspiration. Je ferme les yeux un instant. Et lorsque je les ouvre mon souffle s'est calmé. Alors je serre les points. J'essaye de submerger mon esprit de pensées inutiles. Alors je pense à mon repas de la veille, à si j'ai donné à manger à mon chien. Alors j'essaye de penser à d'autres choses, jusqu'au moment où mon souffle est court. J'ai chaud, très chaud. Et pourtant je sens de l'eau sur mon visage. Mes yeux se ferment instinctivement. Alors je prends conscience de mes larmes.
Je me revois assise à côté de ma mère, à la regarder faire à manger. Je me vois à côté de mon père, en train de découper des planches. Et puis étonnamant je revois ma grand mère, je marche à côté d'elle sur le bord de la plage, les pieds dans la mer.
Soudain, une douleur atroce m'arrache la jambe. Le feu. Je vois des flammes danser à mes pieds et se propager dans la cabane. L'air n'existe plus, enfin je pense. Je n'arrive plus à respirer. Alors toutes les personnes qui me sontt cher, je les vois disparaître. Elles partent en cendre et se propagent autour de moi.
J'ai tellement mal. Je veux que ça s'arrête. Je veux que les flammes en finissent. Je veux partir loins d'elles.
Quelques secodnes plus tard, les yeux fermé, je remarque une douleur étrange au coeur. Je me dis que c'est la fin. Alors j'ouvre les yeux et je vois ma chambre. Je suis allongée dans mon lit, un livre à côté de moi. Une bougie est allumée à ma droite, alors je souffle dessus. Je sens que ce n'est que le début lorsque jeressens cette même douleur au coeur.
Aujourd'hui j'aurais appris à quel point le feu peut-être insignifiant face à un mal-être constant. J'aurais préféré périr dans ce cauchemars, que de me réveiller dans un cauchemars qui lui est bien réel.
4
3
66
1
Samir

Pdv de kylie
------------

Je me réveillais difficilement cherchant du tâtons mon fichu réveille argh satané réveille murmurais je
Je pris les orreillés et me les plaqua dans la tête
Au bout de 2 minutes
Je dégnia regarder le réveil qui affichait..
Seigneur! je vais être en retard pour mon premier jour d'école grognais je
Je jetta l'oreiller et couru vers les toilettes
L'eau froide s'écouler lentement sur mon corps
Je regardais les marques de couteaux assez frais sur mon corps
La j'ai juste l'immense envie de me confier avant cette maudite rentré j'avais déménager ce qui veut dire maintenant nouvel école ,nouveaux amis et je ne sais quoi d'autre
J'appréhende beaucoup ce qui m'attend dans ma nouvelle école si j'ai déménagé c'est qu'il y'avait une raison ,j'espère fortement q que je vais pas encore me faire humilier me faire bat...

-kylie kylie

La résonnèrent des cries qui s'intensifiaient me fis soupirai et levais les yeux au ciel J'éteignis la chasse d'eau
Et me dirigea en trombe vers le salon avec mon peignoir

Je descendais les escaliers a pas de course regardant ma mére se relevait du canapé ou elle était endormie complétement saoule

Elle me faisait même pitié devrais je dire
Elle est comme ça depuis que Mon pére nous a abandonné je connais pas les raisons et je m'en contre fou,depuis ça
-elle ne va plus a son entreprise
Qu'elle a mit en gérence
-se saoule comme pas possible
-et me traite comme une comme une quoi même
Je ne pourrais même pas le qualifier


Elle:y'a 10 minutes que je t'appel sale trainer tu foutais quoi aboya t'elle

Moi:je me douché minaudais je

Elle:te
Douché prèpare moi du café et améne la Moi toute de suite

Moi:mais je dois aller a l'école je suis en retard repondis je Du tac levant les yeux au ciel

Elle:tout de suite lança t'elle largement agacé :je la dévisagea ,fis volte face et partit en trombe lui cherché son maudit cafè.


Elle:bruh Lança t'elle c'est quoi cette chose
Y'a même pas de sucre cria t'elle sur un ton agacé tout
En jettant la tasse en verre
Je sursauta lâchant un petit hoquettement en voyant ça

Olala tu viens vraiment de l'énervé

Moi:j'ai oublié tentais je de plaidre

Je pris mon sac et me dirigea vers la porte un extremis ne voulant pas subir une autre fois ni ses insultes ni ses archarnements sur ma personne

Elle:kylie kylie sale petite éffrontè vient par la

Kylie

Ca derniére kylie me fis stopper
Sa voix était anormalement douce trop même

Elle:je suis vraiment désolè ma fille

Dit t'elle les larmes au bord des yeux
Mon dieu
A cette instant je voulais aller la serrait fort trés fort dans mes nras mais quelque chose m'enempêcher
Je recula d'un pas vers la porte de la grande maison

Et m'apprèta a sortir

Elle:me fuis pas me chérie me fait pas ça

Ces mots me brisérent le coeur mais j'avais pas le choix elle peut redevenir la antonia folle dingue dans 1 minute
J'ouvris la porte et partit

Je fis face a une porche noir gris garè devant ma villa qui klaxona a ma vue

Kourtney ma cousine
Je sortis nonchalament de la maison que fait t'elle la

Kourt:cousine toujours aussi ringarde
Même le premier jour de clAsse tu ne peus pas bien t'habiller mon dieu

Moi:et toi que fait tu devant chez moi

Kourt:ma mére a dit de passer te prendre pour t'amener et si tu le savais pas nous sommes dans le même lycée

Moo:oh non lachais je

Tante tiara na pas pus faire ça
Moi dans la même ècole que cette peste de 1ere zone et il ne manquerez plus qu'elle m'annonce

Elle:et aussi dans la même classe les pluparts des cours

Non non ca c'était la nouvelle de trop

Moi et kourtey hamilton la fille la plus 1.2.3
On est dans la même classe

______~~~~~~~~~~~~~~~~_____

Bringthon high school
-----------------------

Cette ècole est anormalement immense seigneur

Je descendis timidement de la porche

Les regard étaient tous braqués sur moi

Conscience:chou cesse de réver

Oh oui j'avais presque oublié la pestaplasma qui se trouvait dérriére il se détacha dérriére moi et partit sans m'adresser le moindre regard
Qu'elle salope

Ma cousine me déteste depuis le primaire pour une chose stupide dont je me souviens même plus elle a tellement changé elle qui était si douce si gentille c'est transformée en une ado hautaine méprisable et qui détruit tout sur son passage

Dring dring

La cloche venait de retentir laissant un brouhaha impossible dans le grand lycée
Je marchais en trotinant jettant des coups d'oeil sur le bout de papier que m'avait donné kourtney
Inscrit au dessus les 4cours que j'avais de la journée et la salle
J'ai mon premier cours de français a la salle 37 et c'est ou la salle
37

Je marchais rapidement car je sais que j'étais éxtrémement en retard

Je marchais pendant des minutes tout a coup mon âme maladroite rentra sur quelque chose et je me retrouva propulser au sol

Moi:Mon dieu aïe

Lui:oups pardon

Je releva la tête et me concentra sur un brun ténébreux au yeux bleu mer captivant oh mon dieu quel beauté
Il me tendit la main émétant un sourire géné comme pour me dire je suis désolé

J'accepta sa main et me leva

Moi:c'est pas grave

Lui:je pense que t'es nouvelle car je ne t'ais jamais vu dans les parages
Dit t'il sur un ton imposant rauque et viril

Moi:oui je suis nouvelle je viens d'arriver

Lui:ah Et que fait tu la tout le monde est en cours dit t'il haussant les sourcils

Trés bonne question que fais je encore ici

Moi:euh je connais pas ma classe

Dis je baissant les yeux

Ah ma plus grande surprise il se moqua pas de moi

Lui:je regarde le papier que t'as entre tes mains

Je le lui donnant tout t'en le regardant

Lui:t'es dans la salle 30
T'as de la chance toi

Moi:heu non je crois pas dis je incrédule

Lui:si parceque je suis dans la même salle

Je le regarda et afficha un sourire

Lui:moi c'est justin

Moi:et moi kylie

Lui:enchantée ma chére bienvenue à bringhton high school

0
1
0
5

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0