Chapitre 5 - Partie 2

6 minutes de lecture

  Je ne savais pas à quoi s'attendaient les deux hommes installés sur le canapé en face de ma mère ; peut-être ne les avait-on pas prévenus de mon apparence quelque peu particulière ; mais quand leurs yeux se posèrent sur moi, leur visage se figea de surprise. Celui du jeune étranger encore plus que l’autre. J'eus un mouvement de recul. Giulia vint à mon aide en posant une main sur mon épaule. Je pouvais presque entendre sa voix souffler : « Ne t'inquiète pas, je suis là. ».

  — Messieurs, je vous présente ma fille, déclara-t-elle. Lunixa Zacharias.

  Alors que mon corps me hurlait de fuir ces hommes, je saisis mes jupes et m'inclinai.

  Le plus âgé des deux, celui proche de la cinquantaine, avec une barbe courte et le teint doré par le soleil, se leva et s'approcha de nous. Je n'avais pas besoin de regarder son uniforme pour savoir qui il était. Même s'il avait vieilli depuis le temps, je l'avais vu suffisamment de fois au palais, avant ma fuite, pour le reconnaître. Il s'agissait du Marquis Blatos, l'un des représentant de mon père.

  Je me redressai et manquai une nouvelle fois de reculer en le trouvant devant de moi. Mon cœur se lança dans une course effrénée. Il était beaucoup trop proche ! J'avais beau avoir complètement changé en grandissant, j'avais aussi gagné les traits de ma mère, alors je craignais toujours que quelqu'un de mon passé ne me reconnaisse. J'évitais le plus possible de me mêler à la noblesse à cause de cela.

  Je retrouvai mon sang froid quand, malgré son rang plus élevé que le mien, il me fit l'honneur d'une révérence. En guise de remerciement, je lui tendis la main pour qu'il y appose un baiser.

  — Comtesse Zacharias, c'est un honneur de vous rencontrer. Permettez-moi de me présenter ; je suis le Marquis Blatos, représentant de sa Majesté. En son nom, je vous remercie de permettre, par votre futur mariage, la création de cette alliance historique avec le plus grand des pays enneigés. Votre dévouement envers notre patrie est un exemple pour tous.

  Mon dévouement ? Comme si on m'avait laissé le choix ! eus-je envie de hurler. Au lieu de quoi, je répondis d'une voix à peine audible :

  — Tout l'honneur est pour moi, Marquis.

  Giulia serra mon épaule. Qu'aurais-je fait sans son soutien ?

  — Marquis Blatos, en attendant que je m'entretienne avec sa Majesté, je veux votre parole que ma fille sera traitée avec tout le respect qui lui est dû.

  Le regard du représentant perdit de sa sympathie et il baissa les yeux vers ma mère adoptive. La parole d'un homme se demandait ; l'exiger comme Giulia venait de le faire reflétait une profonde irrévérence. Cependant, le Marquis n'eut pas le temps de la sermonner qu'une voix à l'accent étrange le devança.

  — Je vous fait serment au nom de Dame Nature, Comtesse, que votre fille sera traitée avec bien plus de déférence que celle due à son rang.

  Je détournai mon attention du Marquis Blatos pour la porter sur celui qui avait gardé le silence jusqu'à présent. C'était un jeune homme un peu plus grand que moi, dans la seconde moitié de la vingtaine et dont l'origine étrangère ne transparaissait pas seulement dans son léger accent. Aucun Illiosimerien ne possédait un teint diaphane comme le sien. Cet exotisme, renforcé par le contraste avec sa chevelure corbeau, ne jouait pas en sa défaveur. Au contraire. Je l'aurais trouvé charmant s'il n'était pas venu ici pour m'emmener dans son pays.

  Il s'avança jusqu'à moi et, comme le Marquis Blatos, m'offrit une révérence avant de me faire un baise-main. Ses yeux brun foncé s'accrochèrent à mon regard quand il se redressa.

  — Comtesse Zacharias, c'est un vrai plaisir de vous rencontrer, je suis le Marquis Dragor, émissaire de sa Majesté Odin VI, Souverain de Talviyyör. Je comprends votre inquiétude, vous n'êtes pas la première, ni la dernière, à être effrayée par l'inconnu. Mais je vous promets que vous n'avez rien à craindre.

  Je serrai les poings jusqu'au blanchiment de mes articulations pour masquer mon malaise grandissant. Cet homme n'avait aucune idée de quoi il parlait. J'avais tout à craindre de ce voyage.

  — Pourquoi moi ?

  J'avais eu beau y réfléchir, je ne comprenais toujours pas ce qui avait joué en ma faveur – défaveur. D'autres femmes, notamment les Marquises, avait une meilleure situation que la mienne. Officiellement, je n'étais même pas de sang noble !

  Je n'avais pas dû parler suffisamment fort en saluant le Marquis Blatos car, au son de ma voix, un sourire sincère fendit le visage du Talviyyörien. Je me renfrognai. Pourquoi lui avais-je posé cette question ? Les hommes m'avaient plus d'une fois complimenté sur mon timbre. J'aurais dû jouer la muette. Cela m'aurait évité de gagner des points alors que je ne cherchais qu'à en perdre.

  — Je suis navré, s'excusa-t-il sans se départir de son sourire, nous préférons ne pas dévoiler les critères de sélection.

  — Et son fiancé ? intervint Giulia. Qui est-il ?

  — Le Roi ne m'a pas mis dans la confidence. Mon travail consistait à trouver la femme qui correspondait le plus à ses attentes. Mais ne vous inquiétez pas, cette alliance est très importante pour nous. Son rang ne sera pas plus bas que le vôtre.

  Giulia lui posa de nouvelles questions pour chercher à en apprendre le plus possible sur ce qui m'attendait à Talviyyör, mais le représentant et l'émissaire restèrent tout aussi vague l'un que l'autre. Je n'avais aucun moyen de me préparer correctement. Ne pouvant en supporter plus, je m'excusai, puis sortis du salon. Je refermai la porte dans mon dos et m'y appuyai. La pression quitta aussitôt mes épaules, mes membres se mirent à trembler. Je n'étais pas encore partie que je perdais déjà mes moyens. Cela allait être encore plus dur que je ne le pensais.

  Je me rendis au jardin extérieur et une domestique vint m'apporter un café avec quelques gâteaux. La boisson chaude m'apaisa quelque peu. Malheureusement, ces maigres effets furent réduits à néant quand Giulia me rejoignit.

  — Ma chérie, c'est l'heure, annonça-t-elle d'une voix douce.

  Mon cœur manqua un battement. Ma mère adoptive m'adressait un regard compatissant et encourageant. Ravalant ma salive avec difficulté, je me levai, puis retrouvai mes futurs compagnons de voyage, devant le carrosse. Je venais de poser le pied sur le marchepied quand deux petites voix s'écrièrent :

  — Lunixa !!!

  Je me retournai immédiatement vers le manoir, une main sur les lèvres. Mes enfants jaillirent sur le perron et coururent dans ma direction. Je descendis du carrosse, puis m'accroupis face à eux, les réceptionnant de plein fouet dans mes bras. Je les serrai contre moi, posai leur tête dans le creux de mes épaules et enfouis la mienne dans leurs cheveux. Pourquoi étaient-ils venus ? J'avais fait exprès de ne pas les voir avant mon départ, je savais que ce serait trop dur. Maintenant, je ne pouvais plus les laisser, j'en étais incapable. C'était mes enfants, mes bébés, je ne pouvais pas les quitter ! Les larmes me montèrent aux yeux.

  — Lunixa... murmura Giulia.

  Je ravalai la boule qui se formait dans ma gorge et m'adressai, peut-être pour la dernière fois, à mes enfants.

  — Vous obéissez à Giulia, d'accord ? À mon retour, je veux qu'elle me dise que vous avez été sages comme des images.

  — OK, chantonnèrent-ils.

  — Je vous aime, murmurai-je d'une voix tremblante.

  Je déposai un baiser sur leur front, puis les enlaçai encore une fois. Je dus faire usage de toute ma volonté pour m'arracher à eux et monter dans le carrosse. Ce fut la chose la plus dure que j'avais jamais eu à faire de toute ma vie. Et Dame Nature savait que la mienne n'avait pas été facile.

  L'attelage se mit en marche. Par la fenêtre arrière, je regardai mes enfants, un grand sourire aux lèvres, agiter innocemment leurs petites mains pour me dire en revoir. Je restai retournée jusqu'à ce que je ne puisse plus distinguer le manoir du paysage. Une larme silencieuse roula le long de ma joue.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Marion Lou

Le sang coule lentement de mes jambes, et je comprends à cet instant précis que je suis en train de perdre mon enfant. Alors, je m'assois puis me couche dans l'herbe jusqu'à ce que ma tête repose contre le doux coussin moelleux que m'offre la nature. J'appuie sur mon ventre doucement, et relève un peu la tête afin de voir et surtout de surveiller l'écoulement de sang, de ce fluide si précieux et pourtant tant redouté de la vie. Soudain, je m'émerveille de ce doux balet incestieux, et me réjouis d'assister à un si beau spectacle que celui auquel j'assiste. Quoi de plus beau en effet que de se sentir libérer d'un poids trop pesant et qui m'encombrerai et me gacherai la vie en même temps. Après tout, je suis bien trop jeune pour porter un enfant! Mais je ressens tout de même une pointe de nostalgie. Avec cet enfant perdu, c'est aussi le détachement d'une famille dont je me trouve le témoin. En effet, en ayant coupé les liens avec ma famille, qui n'en n'a jamais été une pour moi, mis à part ma propre mère.
Je me sens tellement soulagée de sentir l'étincelle de vie qui s'éteinds peu à peu en moi pour rejoindre les ombres de ma conscience! Ah! Comme cela fait du bien! Je peux enfin me laisser aller et me bercer de l'illusion que j'ai offert un cadeau à cet enfant en ne le mettant pas au monde. Il me remerciera du haut des cieux de ne pas l'avoir porté jusqu'au bout. Surtout que ce n'était pas ma faute, puisque c'est mon corps qui a décidé de le dégager de là, de le sortir de moi. Enfant non-désiré, te voilà comblé à présent. Ta mère te rends justice en te délivrant d'une vie sans saveur. Moi-même j'aurai aimé ne jamais naître. C'est donc un cadeau que mon corps te fait mon ange parti trop tôt. J'espère qu'un jour à défaut de me comprendre tu respecteras mon choix. Car c'était le seul moyen pour moi de te prouver la véritable profondeur de mon amour pour toi mon petit ange que j'aimerais très fort tout au long de ma vie. De cela, n'en doute pas un seul instant mon amour. Mon amour pour toi est inconditionel. Mais, si cela peut te rassurer, sache que ce n'est pas la famille de sang qui compte, mais celle du coeur, celle qu'on se choisit soi-même tout au long de notre vie sur terre, au grès de nos rencontres. Je t'aime et t'aimerai au-delà de l'éternité.
Alors, une fois cette promesse dite, et le sang arrêté, je m'allonge doucement sur l'herbe et m'enfonce dans une torpeur douce-amère de non-retour sur terre.
Mon enfant, sache que je vais bientôt te rejoindre. Ta mère indignée arrive. J'espère que tu m'acceuilleras à bras ouvert et que tu seras prêt à m'enfanter de nouveau au travers de l'amour qui réuni deux âmes, deux êtres épris sincèrement l'un de l'autre.
Pour toujours et à jamais, sache que je t'aime.
0
0
0
2
Your Acid Jazz

En entrant dans sa chambre, la première chose que l’on puisse remarquer est la couleur. Pas bleue, pas rose, mais un doux mélange de ces deux couleurs. La tapisserie qui couvre les murs est pleine d’arabesques fleuries. Le sol est masqué par une moquette bleutée, qui se marie au ton des murs.
Le lit ne peut être plus proche de la fenêtre. Ce dernier possède une tête d’un blanc crémeux, sur laquelle est déposée une veilleuse ronde, qui, d’après les motifs qui l’ornent, projette un effet étoilé, lorsqu’elle est allumée. Idéale à utiliser lors d’une nuit solitaire et froide. Le drap, lui, est d’un bleu comparable à la nuit. La grosse couverture moelleuse et rassurante est nuancée de bleu et de violet, agrémentée par des petits pois blancs. Vus de hauts, ces derniers sont comparables à des étoiles.
Une petite table de nuit accompagne le meuble. Sur celle-ci, une lampe bien plus grande que celle qui trône sur le lit. Sûrement plus utile pour lire, que pour dormir. Dans le compartiment, trois livres sont empilés. Ce sont tous des romans. Deux d’entre eux sont des récits fantastiques, d’aventures et le troisième est un roman policier. Près d’eux, une console de jeu.
Puis, au coin des murs où se trouvent le lit et la porte, une étagère. Celle-ci est en bois blanc, rien de plus simple. Son côté visible est camouflé par un poster grandeur nature d’une héroïne de jeu vidéo, en costume de combat. L’étagère comporte des romans, des recueils de nouvelles, des DVDs, des cassettes de jeux divers, en passant d’un quelconque jeu d’arcade à celui le plus élaboré et attachant qui soit. Ensuite, on a des produits de beauté, comme du parfum, des crèmes, du déodorant ou encore un stick à lèvres, mais pas de maquillage en vue. Sur le même étage repose une tirelire en forme de tortue, sur ses petites pattes vertes. Le trou qui sert à y entrer des pièces se trouve dans la carapace. C’est cette dernière qu’il faut tourner un certain nombre de fois avant de pouvoir accéder à toutes les économies de la jeune fille. Après le reste, ce n’est que des affaires scolaires. Des cahiers, des manuels, des sacs. Pleins de sacs, à vrai dire. Faits main. Mais sûrement par quelqu’un d’autre, puisqu’aucun matériel de couture n’est présent, ici.
Quand on pénètre dans la chambre, ce sont des rideaux sombres qui nous accueillent. Ils sont sur le mur face à la porte. Ils sont dégagés, permettant aux rayons du soleil de s’infiltrer dans la pièce. La fenêtre est très grande, la luminosité est excellente et les rideaux ne sont pas très opaques, ce qui obligerait donc qui que ce soit à se réveiller, le matin. Idéal, pour les étudiants.
Contre le mur en face du matelas multicolore, se dresse une armoire. Elle aussi, semble bien simple, de l’extérieur. Toujours en bois, mais elle n’est pas repeinte. Après, bien sûr, ses deux portes sont décorées. L’une d’elle contient un poster d’un lieu sombre, faisant référence à une série télévisée, et un autre, plus joyeux et fantaisiste, faisant référence à une autre série magique. L’autre porte n’est décorée que par des photos souvenirs. Deux jeunes filles souriantes, exposant leur appareil dentaire. Un garçon et une fille, partageant une glace. Un groupe d’amis qui éclatent de rire. Et d’autres encore, qui ne peuvent que réchauffer le cœur de quelqu’un. L’armoire, qui d’habitude est fermée à clés, est ouverte. Elle permet à quiconque de jeter un coup d’œil à l’intérieur. La majorité des vêtements sont suspendus et une absence de robes ou de jupes est facilement remarquable. Ca ne veut pas dire pour autant que les hauts ne sont pas féminins.
En bas, il y a deux tiroirs ouverts, où se trouvent encore plus d’habits, la plupart, défaits. Derrière l’une des portes, un long miroir qui aide à se préparer. Derrière l’autre, une feuille froissée est épinglée. On peut y lire « Nombre de jours passés sans me mutiler ». En dessous du titre, il y a des petites barres qui représentent les jours passés. Puis, des ratures et des phrases démotivantes comme « je n’y arriverai jamais » ou encore « ça ne sert à rien ». Puis, d’autres barres. Puis des phrases encourageantes, d’une écriture différente. Des petits dessins drôles. Un sourire lui échappe une fraction de seconde. C’est lui, qui les avait faits.
Un peu plus loin de l’armoire, au coin du mur, il y a un pouf. Il est jaune et son dossier est agrémenté d’une fausse feuille verte. Il ressemble à une poire et paraît infiniment confortable.
Enfin, sur le dernier côté, siège une longue table blanche et sa chaise de bureau, roulante. Celle-ci est recouverte d’un fin drap rosâtre qu’elle utilisait pour être à l’aise à son maximum. Sur une partie de son bureau, il n’y a que du matériel de dessin. Des pinceaux, des palettes, de l’aquarelle, de la gouache, de l’acrylique, des feutres, des crayons de couleurs, des critériums, des gommes, et, bien sûr, des carnets. Ils sont fermés, et, franchement, il ne veut pas les ouvrir, maintenant. L’autre partie est bien plus banale, avec un ordinateur portable branché à des écouteurs (dont ils se servaient afin d’écouter de la musique ensemble). Un cahier rempli d’équations qu’elle s’est faite un plaisir à compléter jusqu’au moment fatidique où elle a lâchement abandonné à cause de la difficulté. Quelques stylos, un effaceur. Sous la table, un télescope plié et condensé. Tout en haut, proche du plafond, une lignée de guirlandes de basse luminosité. Sa chambre est tout simplement galactique, pas étonnant de penser qu’elle est passionnée par l’astronomie.
Il s’accoude au bureau, il a la tête qui tourne.
Il ferme les yeux. La bile qui était remontée se coince dans sa gorge.
Il déglutit. Il essaie d’ignorer le sang sur ses vêtements.


Quelle magnifique chambre.

Qu’est-ce qu’ils vont bien pouvoir en faire, maintenant qu’elle est morte ?
4
10
3
4
Défi
StephanieG
En réponse au défi Nouvelles BoD. Inspirée d'un texte que j'ai écrit et posté sur fanfic il y a quelques années.
1
1
0
3

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0