Chapitre 3 - Partie 2

4 minutes de lecture

  Les jumeaux sortirent de table avant nous pour aller dormir, ce qui nous permit de prolonger le repas et nos discussions. Puis nous nous rendîmes dans le salon extérieur pour le café. Un vent frais très appréciable s'était levé et venait caresser ma nuque.

  — Alors, Francesco, quand comptes-tu nous donner la raison de ta venue ? demanda soudain Giulia avant qu'un autre sujet ne suive celui que nous venions de clore. Ton annonce se fait désirer.

  Mon cousin sourit d'un air espiègle.

  — Eh bien, ma chère tante, vous voilà bien impatiente.

  — Au contraire, je trouve que j'ai été très patiente jusqu'à maintenant ; cela va bientôt faire trois heures que vous êtes arrivés. Alors ? insista-t-elle. Dois-je demander à ta sœur ?

  — Alicia ne sait rien ; j'ai tenu à garder le secret pour ne pas gâcher la surprise.

  — Ta femme attend un nouvel enfant ? tentai-je en portant ma boisson à mes lèvres.

  C'était la seule idée qui me venait à l'esprit.

  Un léger rire échappa à mon cousin.

  — Non, pas du tout. Cela te concerne, Lunixa. Je t'ai trouvé un fiancé.

  Ma tasse se figea à quelques centimètres de mes lèvres. Une seconde passa sans que je réagisse, comme sonnée par ces mots, puis je relevai les yeux vers lui.

  Que venait-il de dire ?

  — Tu m'as bien entendu, cousine, assura-t-il en bombant le torse, fier de mon mutisme. Tu vas te fiancer !

  — Mais... Non ! m'exclamai-je. Si j'ai refusé toutes les demandes que j'ai reçues jusqu'à aujourd'hui, ce n'était pas pour que tu me trouves un fiancé ! Pourquoi as-tu fait ça ? Tu sais pertinemment que je ne souhaite pas me marier !

  — Voyons, Lunixa, tu ne peux rester célibataire. Regarde-toi. On ne trouve pas deux femmes comme toi sur Terre. Tout le monde te désire à la cour.

  — Mais ce n'est pas une raison ! m'énervai-je en me redressant. Je ne me fiancerai à personne ! Contacte cet homme et romps-moi tout de suite cette promesse !

  — Je ne peux pas, rétorqua-t-il, soudain très sérieux.

  — Pourquoi ? Tant que les vœux du mariage n'ont pas été prononcés, des fiançailles peuvent toujours être annulées. Alors quand elles n'ont même pas eu lieu, je ne vois pas ce qui poserait problème !

  — C'est un ordre de Sa Majesté.

  Mon cœur cessa de battre dans un hoquet de stupeur. Avait-il vraiment dit sa Majesté ?

  — Que veux-tu dire par « c'est un ordre Sa Majesté » ? demanda Giulia d'une voix tranchante, reflet de la colère qui bouillonnait en elle.

  — Le Roi de Talviyyör et le nôtre ont décidé de former une alliance amicale entre nos deux pays. J'étais au château quand un émissaire talviyyörien est arrivé pour s'entretenir de ce sujet avec Sa Majesté et j'ai entendu leur conversation. L'émissaire cherchait une jeune femme noble de vingt-et-un an, car dans leur pays, les fiancés doivent obligatoirement se marier au cours de la vingt-deuxième année du futur époux. Comme Lunixa correspond tout à fait au profil, j'ai tout de suite pensé à elle et j'en ai touché un mot au Roi. En raison de notre rang, il était au départ assez sceptique. Une Comtesse ? Il y a mieux pour sceller une alliance. Cependant, c'est bien toi qui a été sélectionnée en fin de compte ! Donc prépare tes affaires, cousines, nous part...

  Francesco n'eut pas le temps de finir sa phrase. Folle de rage, je lui envoyai mon café à la figure.

  — Qu'une nouvelle Punition t'emporte !

  Le cœur battant à tout rompre, je quittai le salon extérieur en trombe et traversai le manoir d'un pas vif.

  Quand j'entrai dans la chambre des jumeaux, je les trouvai déjà profondément endormis dans leur lit respectif. Un poids insupportable s'écrasa sur ma poitrine à la vue de leur visage détendu, innocent. D'un geste sec, je verrouillai la porte, puis pris Alexandre dans mes bras pour nous glisser tous deux à côté d'Éléonora, que je serrai aussi contre moi.

  Ce qui venait de se passer ne pouvait avoir eu lieu. Je vivais simplement un cauchemar plus vrai que nature dont je serais libérée dès que mes yeux s'ouvriraient. Je ne pouvais pas me marier, c'était impossible ! Alors pourquoi ? Pourquoi Francesco avait fait cela ? Le Roi ne m'aurait jamais remarquée sans son intervention ! J'avais beau avoir de nombreux prétendants, officiellement, je n'étais qu'une Comtesse institutrice, sans aucune origine noble.

  Le cœur au bord des lèvres, j'étreignis davantage mes jumeaux. Oui, mes jumeaux. Si je souhaitais rester célibataire, c'était pour eux. Les tests de virginité avaient beau être exceptionnels, car en quérir un revenait au même qu'accuser sa fiancée d'un crime capital, ils n'étaient pas inexistants et rien ne garantissait que mon futur époux n'en ferait pas la demande si je prenais le risque de me fiancer. Je n'avais que quatorze ans quand j'avais mis au monde mes enfants ; un examen révélerait tout de suite que je n'étais plus vierge et que j'avais en plus déjà donné la vie.

  Si j'étais la seule menacée par les conséquences de mon crime, j'aurais pu envisager le mariage malgré les risques. Cependant, mes enfants étaient aussi coupables que moi aux yeux de la loi. Si quelqu'un venait à découvrir le vrai lien qui nous unissait, eux aussi seraient exécutés et il en était hors de question ! Par la Déesse, ils étaient innocents ! J'avais toujours tout fait pour leur éviter ce destin funeste : me faire passer pour leur sœur, me jurer de ne jamais leur révéler la vérité, peu importe à quel point l'idée de ne jamais les entendre m'appeler maman me nouait la gorge, m'orienter vers le célibat...

  Pourquoi avait-il fallu que Francesco détruise tous mes efforts ? ce que j'avais eu tant de mal à bâtir ? Je devais absolument trouver un moyen de me soustraire à ces fiançailles. C'était une question de vie ou de mort.

  Avec beaucoup de difficulté, je finis par m’endormir au bout de quelques heures, uniquement apaisée par la respiration synchronisée de mes enfants.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

philippemoi
Tu as vu ta gueule, connard!
18
36
134
16
Défi
Neverland-Wolves
[Réponse au défi "Nous sommes tous fous !!!! Soyons-en fier^^", de Tiffany Ledi]

Un jeune homme a quelques problèmes psychologiques ... Sandy en fera les frais.
6
9
5
4
Défi
Consonnesonore
Il n'y a pas que les héros qui partent en guerre contre les dragons, les cuvettes de toilettes aussi ! Suivez Quentin à la recherche de sa princesse.
3
8
3
2

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0