Réveil glacial

8 minutes de lecture

Casey

Sans même ouvrir les yeux, je sais. Je sais que je suis le seul occupant de ce lit. Je ne sens plus ni Cassie contre moi, ni la canicule de son petit corps qui malgré le peu de place qu'elle prend sous les draps suffirait à chauffer la pièce en pleine tempête de neige. Je ne l'entends pas non plus respirer, preuve de plus s'il en fallait une qu'elle n'est plus là. Pourtant, par reflex, mon bras gauche fouille la place vide. Personne.

Les yeux ouverts, ça aurait été pareil.

La salle de bains attenante est aussi silencieuse qu'une morgue, peu de chances que ce soit là-dedans qu'elle se cache. J'ouvre les yeux, soupire d'agacement, tentent de reléguer au second plan la boule qui s'est logé dans mon estomac et n'a rien à voir avec la fin.

- Celle-là, je ne l'ai pas vu venir, grommelé-je en me levant.

Et sa réaction quand elle va apprendre ce que tu as "oublié" de lui dire, tu la vois venir ou pas du tout ?

Merde, si même ma conscience s'y met à ... 10h14 du matin, c'est vraiment que j'ai un problème.

Non tu crois ?

Franchement, ce n'est pas le moment pour avoir une conversation à huit clos avec moi-même. Ni avec personne à ce sujet, d'ailleurs. Dans le dressing, je récupère rapidement un boxer et de quoi m'habiller rapidement. Cinq minutes plus tard, je suis douché, frais, et ...

Angoissé comme un jour d'exams finaux au lycée.

- Putain, mais reprends-toi Casey !

Dans le miroir, je me file une bonne claque mentale en passant une main dans le bordel de mes cheveux. Le souvenir d'autres doigts tirant sans délicatesse dessuis m'apparaît en flash. Mes sens n'ont rien oublié. La douceur de sa peau, l'odeur de sa transpiration mixée au reste de son parfum, aux effluves de ses cheveux. Le goût de sa langue qui suçait la mienne avec avidité, les étincelles dans ses yeux quand elle jouit, les cris de délivrance quand l'orgasme prend possession d'elle. J'ouvre les rideaux et volets, prends une grande inspiration mais manque de m'étouffer quand l'idée qu'elle a peut-être vu ce qu'elle n'aurait pas dû s'immisce dans ma tête.

Eh ouais, à force de tout faire de travers, on oublie les détails, Casey.

Non, je m'emballe, elle m'aurait probablement réveillé en hurlant - et pas de plaisir au contraire - si elle avait trouvé quelque chose. Elle n'a sûrement pas dû vouloir me réveiller et est partie déjeuner avec sa copine ... Ou elle s'est barrée car elle n'avait plus envie de dormir par intermittence. Je pourrais vivre avec cette explication.

Ce qui est une possibilité. Enfin pour l'insigne d'enquêteur, tu repasseras un autre jour mec. Va plutôt emballer des cadeaux Santa, t'es pas mauvais au moins.

Après un détour par sa chambre où elle n'est pas, je descends dans la cuisine, persuadé que c'est là-bas que je vais trouver ma petite affamée. C'est qu'elle en a dépensé des calories, cette nuit.

L'odeur du café chaud et des croissants flottant dans tout le rez-de-chaussée caresse mes narines, me rappelle que j'ai une autre faim que celle de Cassie à assouvir pour reprendre des forces. J'entre dans la vaste pièce qui pourrait accueillir une dizaine de convives, mais pour le coup, l'accueil que me réserve Hannah est glacial. Je ne demandais pas un tapis rouge, mais la miss semble être dépourvue de chaleur humaine ce matin - avec moi du moins. Pas même un sourire ou un regard, simplement un grognement :

- Salut.

Will serre d'abord les lèvres puis hausse les épaules. Il dépose devant moi une grande tasse de café fumante, s'installe sur un tabouret haut de l'ilot centrale et ouvre la symphonie de conneries qui devaient se bousculer dans sa bouche d'abruti depuis un moment :

- Bien, je ne te demande pas si tu as bien dormi vieux, sourit-il goguenard. En revanche je peux te demander comment tu fais pour tenir debout après autant de sport et si peu d'heures de sommeil ?

- Ferme-là Will.

Loin d'être offensé, il m'honore de son rire gras et d'un clin d'œil de connivence, alors que sa copine elle, me lance au contraire un regard noir.

- Bon sinon, y'a moyen de trouver des boules Quiès ici ou il faut que j'aille en acheter ? D'ailleurs t'as pas besoin de capotes au passage ? Parce que quitte à y aller, je peux te fournir aussi, Dealeur c'est pas dans mon contrat mais ...

Pas con. Cinq capotes cette nuit Casey.

- Prends aussi un rendez-vous chez un orthodontiste frérot, tu vas avoir besoin de pivots dans pas longtemps. J'ai comme une prémonition, je réplique en le fixant.

Elle celle-là, tu l'avais senti venir Monsieur Soleil ?

Une claque qui n'a rien de mentale s'abat sur l'arrière de mon crâne. C'est qu'elle a de la force la petit Hannah !

- Hannah Bébé ... tente de la calmer Will avant de se faire rembarrer en bonne et due forme.

- Suis le conseil de ton pote William et ferme-là ! lui assène-t-elle en le pointant de son ongle le plus menaçant pendant que je frotte vivement le point d'impact. Toi ! dit-elle ensuite sur le même ton qui ne me donne pas du tout envie de me disputer avec elle car je sais ce qu'elle va dire, je croyais qu'on était d'accord ! Tu devais lui dire hier et tu n'as rien fait, enfin à part coucher avec elle, j'entends, et pas qu'une fois en plus ! Merde Casey ! J'étais ok pour votre plan à condition que tu lui parles ! Alors je te préviens, moi je m'en fiche comme de mon premier rouge à lèvres de qui tu es, si je dois t'empoisonner à l'arsenic, découper ton corps et le donner aux crocos, je le ferai ! Compris ? Parce que là pour moi, t'es ni plus ni moins qu'un gros con qui pense avec sa bite, t'es comme les autres !

- Hey ma douce ...

- Tu sais ce qu'elle te dit ta douce Will ?

De la fermer...

- Non ... lui répond mon pote qui vient de perdre 28 ans en une phrase.

- De surveiller ce que tu vas bouffer toi aussi ! Lui et toi, ajoute-t-elle en nous englobant de la main, vous êtes dans le même bateau les gars ! Vous coulerez ensemble mais hors de question que je prenne l'eau avec vous !

- Je ne voyais pas les choses autrement Hannah, je tente de la rassurer. J'aurais dû, tu as raison, mais je n'ai pas pu, pas trouvé le bon moment.

- Bah oui, entre une pipe et un cunni c'était pas évident, j'comprends ! s'exclame-t-elle en s'asseyant entre nous.

On ne parle pas la bouche pleine Mademoiselle, et le grand l'a eue toute la nuit. Moi je dis ça je dis rien.

Stupéfait de l'entendre parler si crument, et de me dire mes autres vérités aussi, je ne réponds rien. Que dire de toute façon ? Elle a raison. A vrai dire, j'apprécie son élan de franchise, tout autant que le fait qu'elle me traite comme n'importe quel con, je ne peux pas nier les faits, qui aurait joué au muet quand il fallait parler. Puis elle se radoucit, prend son visage entre ses mains, dépitée :

- C'est la cata, souffle-t-elle à mi-voix. Il fallait qu'on lui dise hier, dès qu'on est arrivées ici. Maintenant, elle va péter un câble. Je suis désolée, je sais que moi aussi je devais lui ... débute-t-elle avant que je l'interrompe.

- Hannah, tu n'y es pour rien, c'était à moi et moi seul de lui dire. Nous n'aurions même pas dû te missionner pour l'avertir que nous serions là, c'était notre idée après tout.

Et je pense toujours qu'elle était bonne, elle m'a quand même permis d'abattre un mur avec elle, et d'avancer.

Ouais, et tu vas te casser la gueule quand même Santa. Il va dérailler, ton traineau pas si magique.

Qui que je sois, qu'est-ce que cela change maintenant ? Je serai toujours le même.

- C'est vrai Bébé, c'était entièrement notre idée. Il est encore temps de le lui dire, ce n'est pas comme s'il y avait une date de péremption.

- Vous ne pouvez pas comprendre, rétorque Hannah d'une voix peu assurée tout à coup, on aurait dû lui dire avant, c'est tout. Avant-hier, avant avant-hier ! Depuis le début. Ce séjour, maintenant en plus, je n'aurais jamais dû accepter. Et j'aurais aussi dû tout lui dire dès que je l'ai su, c'est ma meilleure amie et ...

- Et ce n'est pas si grave, il n'y a pas mort d'homme enfin ! la rabroue son petit-ami.

Will se lève, passe dans le dos de sa copine et l'enlace de ses larges bras en déposant plusieurs baisers sur ses cheveux pour la calmer.

- On va le faire aujourd'hui Hannah, on peut lui expliquer la situation tous ensemble, je pense que cela vaut mieux. Nous avons tous un truc à expier, en plus.

- Surtout pas aujourd'hui ! s'écrie Hannah en le repoussant et descendant de son siège. Tu veux qu'Emma nous fasse la peau ou quoi ? Tu ne la connais pas, mais moi oui !! s'affole-t-elle. Putain déjà que quiconque touche à sa petite sœur est suicidaire les 364 autres jours de l'année, alors si en plus on fait quoi que ce soit à Cassie aujourd'hui, autant s'ouvrir les veines maintenant, ici ! Enfin surtout moi ! Emma est capable de débarquer ici si Cassie lui raconte ce qui se passe.

- Bébé tu exagères...

- Ecoute-moi bien Maître, articule-t-elle en tapotant son sternum, si un jour t'as envie de mourir dans d'atroces souffrances, prends-toi en à Cassie Green car la Terre et toutes les galaxies ne seront jamais assez vastes pour te cacher. Emma Anderson est pire que le FBI gonflé à toutes les merdes pour se doper et aux OGM, pire que le meilleur des satellites dans le ciel capable de débusquer un rat dans un égout. Tu touches à Cassie, autant te tirer une balle ou prier pour te faire trouer le cul par le pire des sadiques. Cette femme peut devenir le pire cauchemar de n'importe qui, et apparemment l'ex de Cassie a oublié ce détail avant de se barrer comme le gros connard qu'il est. Mais il va vite regretter ce qu'il a fait, croyez-moi. Pour moi, il est déjà mort d'ailleurs. Emma va lui faire la peau. Alors je vous le dis, aujourd'hui on ne fait pas de vagues, c'est compris ?

Bon elle développe ou faut la torturer ?

- Mince mais pourquoi j'ai accepté de venir ici cette semaine ? Je suis trop conne ! se flagelle-t-elle en tapotant son front.

- Hannah, je suis certain que tu te comprends Bébé mais nous ne sommes pas dans ta tête, tu nous expliques ?

Et j'ajoute :

- Et surtout elle est passée où, Cassie ?

Annotations

Recommandations

the Galactik
Je suis Niklas Hennessey, membre de la famille la plus riche d'Irlande.
Tout le monde vante les qualités des milliardaires. Mais moi je n'en ai qu'une : me battre ! Et cela ne convient pas du tout aux goûts familiaux. Mais je n'y accorde aucune importance. Je profite de ma vie.
Mais un soir, tout change !
Je dois arriver à gagner ma vie par mes propres moyens, tout seul, sans aucune aide. Donner des coups de poings ne me seront d'aucune utilité.
C'est alors que la possibilité de voyager dans l'Espace s'offre à moi. Mais malgré les précautions et mesures de sécurités, le voyage ne se passe pas du tout comme prévu. Je me réveille ensuite sur une planète perdue dans une autre galaxie, avec des occupants étranges, et de l'énergie cosmique dans mon organisme.
Si je veux pouvoir rentrer sur Terre, je vais devoir apprendre à la maîtriser sans commettre de dégâts. Et cela est loin d'être facile. Surtout que des aliens meurtriers tentent de me capturer...
5
6
0
73
Défi
Claude Carrès
J'avais pas de chien.. c'était sans compter sur leur fourberie et leur capacité à se déguiser en chaton.. les chat l'eau
11
13
6
1
Lou08
Voici un petit résumé de la légende de Tristan et Yseut, à la fin il y a un petit jeu. A votre avis qu'elle est la bonne fin ( pas le droit de tricher, bon je pourrais pas vous en empêcher!) n'hésitez pas a me faire part de vos réponse.
0
1
0
1

Vous aimez lire Line P_auteur ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0