Santa

11 minutes de lecture

Cassie

Je souffle. Une fois, deux fois, trois fois ... ÇA NE MARCHE PAS ! C'est qui déjà l'accro au yoga qui m'a vendu du rêve en disant que souffler comme un chien en plein accouchement ça pouvait aider à s'apaiser ? Ah bah oui ... c'est Scarlett !!! Tu parles d'une technique de relaxation toi !

Oui ... il lui faut tout autre chose, à elle.

Elle m'a octroyé cinq minutes de pause pour que j'aille me calmer. Mais le seul truc qui me calmerait, là, tout de suite, c'est de virer ce stupide accoutrement et de rentrer chez moi ! Enfin chez elle ! Enfin merdeeeeeee quoiiiiiii !!!!!!!!!!!!! je me hurle.

- Je vais la tuer ... Non pas bien Cassie ... Si, je vais la tuer .... Non, je ne peux pas tuer ma grande sœur ...

Du chocolat, il me faut du chocolat ! Une montagne de chocolat, avec des noisettes, ou des cranberries ! Je suis trop à cran. MAIS OUIIIIIIII ! Voilà ! Je devrais lui dire ça, que c'est une question de vie ou de mort. Pas la mienne hein, mais celle des gens, des clients du magasin. Oui, voilà, je dois faire ça. Ma sœur va comprendre, tout va rentrer dans l'ordre ...

Oui, puis demande-lui les numéros du loto, en passant ...

Je longe la file d'attente en sens inverse, je sais où trouver un téléphone, près de la grosse cabane du très gros bonhomme rouge. Mince alors, qui peut bien avoir envie de passer des heures à écouter des gosses expliquer leurs listes de cadeaux en long, en large et en travers ? Faut être complètement barje ! Ou à deux doigts de l'expropriation, ce n'est pas possible autrement...

Ou un grand-père ... sans petit enfant.

Bref, vieux, seul, et ne pas avoir envie de vivre sous les ponts. Charmant tableau ! Je passe le cordon de sécurité et me faufile entre les quatre autres elfes. Mais au moment où j'agrippe la poignée pour entrer dans la cabane, une grande carrure tout de rouge vêtue se place à ma gauche et plaque sa grande main gantée sur la porte pour m'empêcher ... bin de fuir, concrètement. Je me fige et ne bouge plus quelques secondes, comme s'il ne pouvait pas me voir ... bravo Cassie, super réaction !

Elle se prend pour un chat...

Toi là-haut, tu la fermes !

- Je vous demande pardon ? s'étonne la voix grave de tout à l'heure.

Hein ? Oh non ... la honte ... Quelle journée de merde ! J'ai parlé à voix haute, donc. Ma vengeance ne sera jamais assez terrible, impossible. Et punaise, il a une voix hyper sexy, le vieux !

- Oups ... je marmonne en haussant les épaules, tête baissée. Si vous pouviez ordonner à votre main d'aller se poser ailleurs, ce serait gentil, je lui dis en tentant encore d'ouvrir cette satané porte en bois.

Mais il la bloque toujours.

- Et où pourrais-je bien la poser, cette main, petit lutin ?

Oh oh. Pas bon !

Pincez-moi, je rêve ! Non mais il se croit où, celui-là ? Il s'est cru dans un bal costumé de vieux où il peut draguer et espérer peloter mamie sous une branche de gui ? C'est vraiment pas le jour !

- Ecoutez Petit Papa Noël, je lui annonce sèchement en relevant la tête et croisant les bras, si vous avez la libido qui vous démange, je vous conseille d'aller voir l'Elfe Doris, là-bas, je lui montre en la pointant du doigt. Il est de notoriété publique ici qu'elle a le pétale qui la chatouille et je suis certaine que vous ferez un heureux ! Parce que vu la tête que tire le pauvre type à qui elle tient la branche, sans mauvais jeu de mot bien entendu, il n'a pas l'air d'avoir pour projet d'aller explorer son calendrier de l'avant, si vous voyez ce que je veux dire ! Maintenant bougez de là ! J'ai un truc à faire ...

- Whaoo whaoo whaoo ! raille le grand type aux yeux bleu-gris si clair que j'ai même un doute sur la couleur. Navré mon lutin, mais je ne vais pas suivre votre conseil, me répond-il. Cette femme pourrait être ma mère et je ne fais pas dans les antiquités, personnellement ...

Attendez ... quoi ? Je manque de m'étrangler et dois tousser pour ne pas mourir là, tout de suite, de honte et du manque d'air. Mais de honte, surtout.

- Votre ... mère ?

- Je pense oui. Bon, nous continuerons cette charmante conversation plus tard, pour l'heure, prenez place, mon lutin ...

Il m'invite à repartir dans l'autre sens d'un geste de main. Bah ... non, toujours pas.

- Non mais il y a erreur, moi je travaille au troisième et ...

- J'ai parfaitement entendu Emma tout à l'heure, vous êtes mon lutin de Noël pour les quatre prochaines heures Miss, et je ne compte pas vous laisser partir. Allez ! À votre place !

Tuer c'est mal Cassie.

Il me défie du regard et me toise de sa hauteur. Je ne suis pas minuscule, un mètre soixante-sept, mais lui est grand. Vingt bons centimètres de plus, je pense. Et dans son costume, il ressemble à un guerrier Viking aux yeux clairs. Immense. Large. Au regard hypnotique ... et sa voix ! Bon, reprend-toi Cassie !

- Bon alors vous allez vous calmer Père Noël, je réplique avec un doigt sur son torse. Je ne suis le lutin de personne, c'est bien compris ? Emma me fait juste une farce parce que c'est mon premier jour, je lui explique. Alors voilà, ahahah ! ris-je exagérément, c'était super drôle mais moi je me tire d'ici !

Le con commence à rire, ou plutôt se bidonner. Un autre type nous rejoint, celui à qui est accrochée Doris.

- Qu'est-ce qu'il se passe ici ? nous interroge l'elfe sénior qui croquerait bien le grand blond.

- Rien Doris, tu devrais aider ce vieux monsieur à aller s'installer dans son fauteuil, il ne faudrait pas qu'il soit en retard, les enfants l'attendent ... dis-je avec un méga sourire en papillonnant des cils.

Hypocrite.

- Non, je préfère que vous m'accompagniez mon petit lutin, il rétorque sur le même ton de faux-cul que moi.

Le con !

- Oh mais je peux le faire, s'interpose Doris en le prenant déjà par le bras, toute contente de pouvoir se rendre utile.

Et plus si affinités ...

Il ne sait pas quoi répondre et déjà, elle l'emporte avec lui, et moi, j'ai gagné. Il se retourne néanmoins et pour appuyer ma victoire, je lui fais un petit geste de la main pour lui dire au revoir, en souriant de toutes mes blanches dents. Oui, je suis une garce !

- Aller, bon débarras, Santa ! dis-je pour moi-même en tournant les talons.

- Quoi ? Tu nous quittes déjà ? me demande l'ancienne proie de Doris. Moi c'est Will, se présente-t-il finalement.

- Moi c'est Cassie, et oui, je retourne à mon poste, le vrai !

Sur ce, je le plante là et pars en quatrième vitesse téléphoner à Scarlett. C'est bon, la plaisanterie a assez duré !

Oui. Ça va marcher la connaissant ...

- Je ne crois pas non, gronde la voix de ma sœur après que je lui ai expliqué le souci ... Cassie tu arrêtes ça tout de suite et tu retournes avec le Père-Noël. Je t'assure que Tim est un type gentil, tu verras. Il vient tous les ans, il est génial avec les enfants !

- Mais j'aime pas ...

Elle m'a raccroché au nez ! Non mais je vais craquer là. Pourquoi elle me fait ça ? Elle ne m'aime plus ?

Quelle mélodramatique, celle-là !

Je n'ai donc pas d'autre choix que de retourner au royaume ô combien cauchemardesque du Père Noël et de ses ... non mais sérieux ? On est censés être des lutins ? Non mais regardez la taille du lutin là-bas ! Il a du bouffer du rêne avant de venir le type ... Comment il a dit qu'il s'appelle déjà ? Will ? Il est aussi grand que le con en rouge ! Et puis Doris ? Elle ressemble à un lutin, peut-être ? Merde, je ne veux pas être méchante mais c'est en Mère Noël qu'elle aurait dû se déguiser ... Elton à la rigueur, il est tout petit, tout trapu ... mais bon, ils vendent des perruques ici, non ? Ils auraient pu faire un geste et lui en fournir une pour la journée ...

Ou toute la vie !

Oui, aussi ... Et puis Elton, c'est bien un prénom à en porter non ?

Punaise, je pars en vrille.

Non mais je ne peux pas. Je ne peux pas. C'est nerveux, je ne peux pas. La musique, la déco, les lumières, les cris de joies des enfants ou d'exaspération des parents, les pleurs, la queue longue comme le Nil. La musique, j'en ai parlé ? Je vais sortir d'ici avec une urticaire carabinée, c'est obligé ... Si j'entends encore une seule fois la vois de Mariah Carey sur All I Want For Chrismas ... je fais un scandale !

Noël. Décembre. Non. Je ne peux pas, c'est trop. Je vais finir soit en taule, soit en hôpital psychiatrique. Et J'aime pas le orange, c'est con, mais c'est comme ça ...Quand à la tenue blanche avec camisole, très peu pour moi.

Pourtant tu as tout pour ...

Je me donne une gifle mentale en m'encouragement. Quatre heures. Quatre longues et interminables heures. Après je rentre. Et j'hiberne.

- Ah ! revoilà mon petit lutin ! s'exclame l'enfoiré en rouge qui se fout de ma gueule. Pour quelqu'un qui disait que j'allais être en retard, faites-moi pensez à vous offrir une montre, sous le sapin !

Le dénommé Will se marre, Doris glousse comme une dinde énamourée, Elton souffle bruyamment ... génial, dans la joie et la bonne humeur !

- Où est Brie ? demande tout à coup Elton.

- Partie de refaire une beauté, l'informe Doris.

- Pourquoi elle croit qu'elle va draguer un sapin ou quoi ? ne puis-je m'empêcher de marmonner dans ma barbe.

- Bin non ma mignonne, pas un sapin ! me souffle Doris en riant.

Je regarde autour de moi. Ethan. Will, et l'enfoiré rouge. Ouais, ok, Will est charmant.

Will ... ouais. Ok.

Une demi-heure plus tard, j'en suis encore à me demander ce que j'ai fait à l'univers pour en arriver là. Mais aussi à prier que cette raclure de Mika soit quelque part au fin fond de l'Alaska en train de se geler les couilles ! Ou de faire attaquer par un ours, au choix. Non, ce n'est pas le moment, mais je fais ce que je peux pour rendre cette situation supportable.

- Mademoiselle, m'interpelle une mère son téléphone encore vissé à la main, je dois aller aux toilettes, je vous laisse ma fille, elle veut voir le Père-Noël !

Elle fourre la petite main de sa gamine dans la main, lui dit qu'elle revient et la petite hoche simplement la tête. La pauvre, elle doit avoir l'habitude ...

- Comment tu t'appelles ma jolie ?

- Jinny, me répond-elle de sa voix toute fluette tandis que je la guide derrière le cordon. Plus que deux enfants, et c'est son tour.

Elle monte enfin sur les genoux de celui qu'elle attendait bien sagement, et je vais récupérer un autre enfant. Je vois au loin sa maman revenir, toujours l'oreille vissée à son smartphone ... J'entends encore des parents râler que les choses ne vont pas assez vite. Punaise, je déteste cette période ! Lorsque je récupère la petite Jinny, l'enfoiré en rouge me retient par le bras et me fait me pencher pour parler à mon oreille :

- Et toi petit lutin, tu ne veux pas monter sur les genoux du Père Noël ?

Pourquoi ai-je des frissons quand il me parle ? Ou quand il parle, tout court ... Parce que je suis à bout. Au bout du rouleau.

Il t'en faudrait surtout un, de rouleau !

- Merci de votre proposition Santa, mais moi je ne suis plus une enfant, et je ne crois pas au Père Noël, en plus ... je lui souffle en retour.

- Tu devrais peut-être y croire alors, parce que sauf erreur, je suis bien ici, en face de toi. Alors si tu me disais quel cadeau je peux t'apporter ?

- Votre absence Papi, je lui réponds en plongeant dans ses yeux bleu polaire, avant de me barrer en gloussant toute seule, fière de ma petite répartie qui lui a cloué le bec.

18h55. Fin du calvaire dans cinq minutes. Il faut que je sorte de là.

- Hey Cassie ! Tu vois, m'interpelle Will, ça n'était pas si terrible !

Question de point de vue, j'imagine. Lui était très sympa, en tout cas.

- Pour moi si, je lui réponds frondeuse. Mais je n'ai ni torturé, ni tué personne, dommage, ça aurait été plus drôle ! je lui souris en laissant Elton se débrouiller avec les quatre enfants qui restent.

- Bin tu aurais voulu tuer qui ? me demande-t-il les yeux ronds.

La moitié des gens au moins qui sont venus.

- T'as huit ans devant toi pour que je te fasse une liste ? Mais j'aurai certainement commencé par Santa, si tu veux tout savoir.

- Santa ? Le père Noël ?

- Oui, tu en vois d'autres, toi ?

- Vous parlez de moi ? intervient la voix qui fait vibrer ma petite culotte.

- Oui, acquiesce Will narquois. Cassie me disait ...

- Qu'il est grand temps que je m'en aille ! je le coupe en lui faisant les gros yeux pour lui faire comprendre qu'il doit la fermer et que s'il ne s'exécute pas il pourrait en souffrir, beaucoup.

- Oh non mon petit lutin, pas avant que tu ne m'aies dit ce que je peux t'apporter, à Noël.

Je réfléchis une seconde. Ok, pas bien. Mais au moins, cette journée de merde, je vais la finir en sur une note positive, et drôle. Je fais un pas vers lui et le regarde en me mordant la lèvre, faussement ingénue.

- Je suis désolée Santa, mais il n'y a rien dans votre hotte aux cadeaux qui saura me contenter. Et puis vous savez, je n'ai pas été une petite fille sage, je suis plutôt du genre très, très vilaine, vous voyez ?

Je me concentre pour ne pas rire, et me mords même l'intérieure de la lèvre inférieure. Mais là où je pensais qu'il allait prendre la mouche, il rentre dans mon jeu, mange un peu la distance qui nous sépare encore.

- Ça tombe très bien mon petit lutin, me répond-il de sa voix chaude, parce que figure-toi que je m'occupe aussi des vilaines filles comme toi.

En me parlant, il se déleste de sa grosse barbe synthétique, révélant à mes yeux l'entièrement de son visage. Moi, j'essaie de rester stoïque autant que possible. Mais put*** ! Ça, je ne m'en serais jamais douté ... C'est qu'il est vraiment pas mal, l'enfoiré ! Et plus aucun doute, ce n'est pas un vieux schnock bedonnant sous le costume rouge. Il doit avoir la petite trentaine, tout au plus. Un nez droit, un visage très masculin, une peau dorée qui fait d'autant plus ressortir ses yeux cristallins, de longs cils, une légère barbe aux reflets auburn qui ombrage ses joues et son menton mais pas suffisamment pour cacher ses deux petites fossettes qui encadrent sa bouche.

Canon Papa Noël !

Bon, bon, bon. J'en était où, moi ? Ah oui, à lui clouer définitivement le bec ...

- Comme je vous l'ai dit, Père Noël, dis-je langoureusement, je suis une vilaine fille, et le seul jouet dont j'ai besoin ne fait pas partie de votre catalogue, et il est déjà dans le tiroir de ma table de nuit, en plus. Un petit bijou à piles ... enfin pas si petit que ça si vous voulez tout savoir, je lui précise avec un clin d'œil, mais qui contrairement à ses homologues de chair et de sang, ne me déçoit jamais. Pas de blabla, juste de l'action, beaucoup d'action, il est INE.PUI.SABLE. Alors désolée mais définitivement, vous n'avez rien qui m'intéresse, je finis en le reluquant de la tête aux pieds. Bonne soirée !

C'est totalement faux. Je n'ai aucun joujou de ce genre, mais il n'a pas besoin de le savoir et la stupéfaction qui s'est peu à peu peinte sur son beau visage valait un million de fois le coup. Je me précipite vers la sortie sans demander mon reste, mais j'entends, avant d'être trop loin, Will se fendre la poire et clamer " Aaaaah bah merde alors ! "

Oui, merde alors ...

Double merde, même.

Annotations

Recommandations

the Galactik
Je suis Niklas Hennessey, membre de la famille la plus riche d'Irlande.
Tout le monde vante les qualités des milliardaires. Mais moi je n'en ai qu'une : me battre ! Et cela ne convient pas du tout aux goûts familiaux. Mais je n'y accorde aucune importance. Je profite de ma vie.
Mais un soir, tout change !
Je dois arriver à gagner ma vie par mes propres moyens, tout seul, sans aucune aide. Donner des coups de poings ne me seront d'aucune utilité.
C'est alors que la possibilité de voyager dans l'Espace s'offre à moi. Mais malgré les précautions et mesures de sécurités, le voyage ne se passe pas du tout comme prévu. Je me réveille ensuite sur une planète perdue dans une autre galaxie, avec des occupants étranges, et de l'énergie cosmique dans mon organisme.
Si je veux pouvoir rentrer sur Terre, je vais devoir apprendre à la maîtriser sans commettre de dégâts. Et cela est loin d'être facile. Surtout que des aliens meurtriers tentent de me capturer...
5
6
0
73
Défi
Claude Carrès
J'avais pas de chien.. c'était sans compter sur leur fourberie et leur capacité à se déguiser en chaton.. les chat l'eau
11
13
6
1
Lou08
Voici un petit résumé de la légende de Tristan et Yseut, à la fin il y a un petit jeu. A votre avis qu'elle est la bonne fin ( pas le droit de tricher, bon je pourrais pas vous en empêcher!) n'hésitez pas a me faire part de vos réponse.
0
1
0
1

Vous aimez lire Line P_auteur ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0