Case départ

7 minutes de lecture

Cassie

Je passe la porte de la cuisine de chez ma sœur, une fois de plus totalement dépitée, pose mon sac sur une chaise de haute du grand bar en marbre avant de la rejoindre à côté de l'évier. Elle n'attend pas que je le lui demande et m'enlace tendrement comme elle le fait dès que j'en ai besoin. Nous avons neuf ans d'écart, elle est moi, mais cela ne nous a jamais empêché d'être proches, au contraire, et heureusement.

- Mauvaise journée ma puce ?

- Oui, nous sommes en décembre je te rappelle, comment cela aurait-il pu être autrement? je lui demande la tête toujours enfouie dans son cou.

- Cassie, il faut que tu arrêtes avec ça. Si tu veux voir du noir, tu verras du noir, je te l'ai déjà dit. Décembre n'a rien à voir avec tes problèmes. Ce sale con en revanche, si je lui mets la main dessus, je te jure que d'abord je lui fourre mon gros godemichet dans le rectum pour le décoincer, et après je lui coupe les coui...

- C'est quoi un godichet maman ? nous coupe Jackson, mon filleul.

- Sérieux Emma surveille ton langage quand Jack est dans les parages ! râle Gabriel, mon beau-frère en entrant dans la cuisine.

- Oups ... rit-elle avant de prendre son fils dans ses bras. Grosminet mon bébé, tatie et moi nous parlions de Titi et Grominet, tu ne veux pas aller regarder un épisode avant le bain ? se rattrape-t-elle en une pirouette sous le regard amusé de son mari.

Le petit diable saute de joie contre sa poitrine, lui dépose un gros bisou baveux sur la joue avant que je ne lui fasse moi aussi une petite séance de câlins et de chatouilles sur son joli bidou. Sitôt à terre, il s'évade de la pièce sur ses petites jambes et nous le voyons grimper sur le canapé et s'y installé avec sa couverture dinosaure, son doudou et son pouce à la bouche, attendant que son père enclenche le dessin animé qu'il adore. Et moi c'est mon neveu que j'adore. Cet enfant est un rayon de soleil même un jour de tempête. C'est un petit coquin mais il est à croquer ! Et qu'est-ce qu'il est beau ! Une œuvre d'art, et je dis cela en toute objectivité, bien entendu. Il a la jolie peau métisse de son père, de magnifiques cheveux brun bouclés dans lesquels j'aime glisser mes doigts car c'est si apaisant, et ses yeux sont un savant mélange de ceux Gabriel, gris, et ceux de Scarlett, émeraude tout comme les miens. Héritage de notre maman. Oui, cet enfant est un rayon de soleil. Il peut par un unique sourire chasser les nuages les plus noirs, même dans un ciel têtu.

Lorsque je suis arrivée ici il y a cinq jours, ce n'est pas à la vue de Scarlett que j'ai fondu en larmes alors que je n'y attendais pas, non, c'est quand j'ai aperçu la petite bouille de Jack qui courait vers moi les bras tendus et criant "Tatie !". Quand j'ai suivi Mika dans l'Illinois, laissé Jack derrière moi a été un crève-cœur. Heureusement, Scarlett et Gabriel n'ont jamais raté un seul de nos rendez-vous Visio pour que je puisse voir et parler à Jack - et leur parler à eux, bien-sûr mais c'est tellement secondaire... Ils ont fait le déplacement, quelques fois, bien qu'entre Scarlett et Mika, ça n'ait jamais été l'entende cordiale. Ils se sont supportés mutuellement par devoir, mais sans jamais faire plus que cet effort. Je ne leur en ai jamais voulu néanmoins, car on ne choisit pas qui l'on aime ou apprécie, c'est une question de feeling, d'affinités. Et eux n'en avait pas, et je comprends mieux pourquoi.

Scarlett est la meilleure sœur du monde, non, de l'univers. Même si parfois nous nous disputons et qu'elle a une prédisposition à me rendre chèvre, je ne verrais pas ma vie sans elle. Elle est également ma meilleure amie - mais je n'oublie pas Hannah qui partage cette place avec elle, ainsi que Wyatt mon meilleur ami qui ne devrait pas tarder à débarquer. Scarlett m'a toujours soutenue dans les bons et les mauvais moments, mis un coup de pied aux fesses quand elle l'a jugé nécessaire, mais en même temps m'a laissé faire mes propres erreurs sans jamais me juger. Oui, Scarlett m'a manqué, mais l'odeur de bébé de Jack est comme une drogue pour moi.

- Tu me racontes ou je dois t'envoyer un faire-part ? m'interpelle ma sœur me sortant de ma rêverie avec un petit coup d'épaule.

Je souffle, me sers un grand verre d'eau au frigo puis m'installe sur un haut tabouret près d'elle qui s'affaire à préparer le dîner.

- Rien de différent des trois derniers jours, je lui réponds contrariée. J'ai encore mailé des CV dans une vingtaine d'agences qui ont publié des annonces de recrutements ces derniers jours, je suis allée en remettre à tout autant dans plusieurs quartiers mais la réponse est toujours la même, que je n'ai pas assez d'expérience dans cette ville et une méconnaissance du marché actuel.

- Ce sont des abrutis Cassie ! s'exclame ma sœur en lâchant la courgette qu'elle épluchait. Ne te démotive pas ! Tu as un très bon parcours scolaire et universitaire, une expérience réduite mais c'est tout à fait normal en début de carrière et tu t'investis dans ce que tu fais. Alors continue de chercher et montre-leur qu'ils avaient tort, se calme-t-elle enfin.

Elle a raison. Je n'en suis qu'au début de mes recherches, pourtant, de sens déjà la lassitude me gagner, et elle le voit. Elle pose ses ustensiles et vient m'enlacer une fois de plus en posant sa tête sur mon épaule.

- Cassie je sais que c'est dur ma puce, mais il faut que tu positives, cette fois. Tu sais ce que j'en penses, Mika n'était pas fait pour toi et surtout, tu étais trop bien pour lui, alors tout ceci est un mal pour un bien. Vois le bon côté des choses, me dit-elle en caressant mes cheveux. Tu détestes le froid et en rentrant ici tu retrouves ton climat de prédilection. Tu haïssais son envahissante mère et tu en es débarrassée à tout jamais. Tu es de retour à la maison Cassie ...

- Mika n'est pas le problème Scarlett, je la coupe. C'est juste un tout. Et j'ai besoin de travailler, je ne peux pas vivre à vos crochets, je veux au moins pouvoir participer aux courses ...

- Ce n'est pas un problème Cassie, intervient Gabriel qui nous rejoint dans la cuisine. Prend le temps qu'il te faut, on ne sera pas ruinés dans un mois parce que tu vis ici, me sourit-il tendrement.

- Merci Gaby, mais j'ai tout de même des frais, moi aussi. Et j'ai vraiment besoin de trouver quelque chose rapidement. Demain matin, je vais dans les agences d'intérim, je suis prête à prendre n'importe quoi en attendant d'avoir une réponse positive dans l'immobilier.

Scarlett reprend sa place face à moi et son épluchage. Je me lève pour prendre de quoi l'aider dans les tiroirs pendant que Gabriel prépare le couvert en surveillant l'horloge pour l'heure du bain du petit Jack. Après quelques minutes d'un silence reposant, elle se racle la gorge et me demande d'une voix mal assurée :

- Cassie quand tu as dit que tu étais prête à prendre n'importe quoi, tu peux développer le « n'importe quoi » s'il te plaît ?

Et allez savoir pourquoi, je pars dans un fou-rire qui n'en finit pas. Enfin si, je sais pourquoi. J'imagine très bien ce qui lui ai passé par la tête, à cette espèce de folle ! Bon à sa décharge, j'ai dit « n'importe quoi » mais je me comprends.

- Ne t'inquiète pas Scarlett, rien qui n'implique d'être sur un trottoir ou à poil dans un bar miteux ! je ris toujours. Ni habillée dans un bar miteux, au cas où tu te poserais la question !

Et là, le sourire diabolique qu'elle affiche en réponse ne me dit rien qui vaille, mais alors rien du tout. Je regarde Gaby qui a vu la même chose que moi et hausse les épaules.

- Tu sais qu'avec Emma il faut choisir tes mots Cassie, c'était à tes risques et périls ! dit-il avant de quitter la pièce. Allez mon champion ! C'est l'heure du bain !

- Emma ... je grogne en croisant les bras.

- Tu ne m'appelles jamais Emma, Cassie, note-t-elle avec un regard interrogateur.

Non, parce que depuis que je suis petite, je la surnomme Scarlett. Mais je ne réponds rien de plus, attendant qu'elle se décide à traduire ce sourire qu'elle a emprunté au diable.

- Donc si je comprends bien, tu accepteras le premier truc qui te sera proposé du moment que la tenue de travail est décente et que ce n'est ni dans un bar ni pour un proxénète, j'ai bien compris ?

Oui, c'est ce que j'ai dit. Comme tout à chacun, j'ai besoin d'un emploi et surtout d'un revenu pour pouvoir tout recommencer à zéro, ici, même si j'ai des appréhensions. Il me faut un logement à moi et sans salaire, pas de location, je suis la mieux placée pour le savoir. Alors oui, elle a bien compris mes mots. Donc le verre de vin blanc qu'elle s'enfile depuis tout à l'heure ne lui a pas grillé tous les neurones, c'est rassurant. Quoi que ...

Ne jamais penser trop vite, Cassie ...

- Super ! s'exclame-t-elle en tapant dans ses mains. Alors ne cherche plus ma puce, tu as un emploi !

Oh merde ... C'est trop tard, pour l'idée du proxénète ?

Annotations

Recommandations

the Galactik
Je suis Niklas Hennessey, membre de la famille la plus riche d'Irlande.
Tout le monde vante les qualités des milliardaires. Mais moi je n'en ai qu'une : me battre ! Et cela ne convient pas du tout aux goûts familiaux. Mais je n'y accorde aucune importance. Je profite de ma vie.
Mais un soir, tout change !
Je dois arriver à gagner ma vie par mes propres moyens, tout seul, sans aucune aide. Donner des coups de poings ne me seront d'aucune utilité.
C'est alors que la possibilité de voyager dans l'Espace s'offre à moi. Mais malgré les précautions et mesures de sécurités, le voyage ne se passe pas du tout comme prévu. Je me réveille ensuite sur une planète perdue dans une autre galaxie, avec des occupants étranges, et de l'énergie cosmique dans mon organisme.
Si je veux pouvoir rentrer sur Terre, je vais devoir apprendre à la maîtriser sans commettre de dégâts. Et cela est loin d'être facile. Surtout que des aliens meurtriers tentent de me capturer...
5
6
0
73
Défi
Claude Carrès
J'avais pas de chien.. c'était sans compter sur leur fourberie et leur capacité à se déguiser en chaton.. les chat l'eau
11
13
6
1
Lou08
Voici un petit résumé de la légende de Tristan et Yseut, à la fin il y a un petit jeu. A votre avis qu'elle est la bonne fin ( pas le droit de tricher, bon je pourrais pas vous en empêcher!) n'hésitez pas a me faire part de vos réponse.
0
1
0
1

Vous aimez lire Line P_auteur ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0