Chapitre 5.2 : Conseil

5 minutes de lecture

Mina s'approcha discrètement d'une grande porte luisante, veillant sans cesse à jeter un coup d'œil au-dessus de son épaule. Pedro la suivait de près, ne cessant de la dévisager intensément, comme s'il lui reprochait son intrusion. Mais bien qu'elle le sache, sa curiosité était piquée à vif depuis qu'elle avait épié une conversation entre deux Druides haut placé. Elle n'avait pas compris grand-chose, mais Mina avait entendu dans leur consiliabule les mots << Ombres >> et << disparitions >>. Aussi avait-elle pris la décision d'en apprendre davantage.

Il y a encore quelques jours, peut-être qu'elle n'en aurait eu cure, mais depuis sa petite mésaventure avec ces créatures, tout ce qui les consernaient l'intéressait au plus au point. Idiot, n'est ce pas ? Mais le fait qu'elle ait pu leur survivre, et tout ce qui s'était passé cette nuit-là l'obsédait. Alors chaque information était la bienvenue.

La jeune prêtresse finit par entrer dans l'immense salle, illuminée par des cristaux de soleil grâce à des lustres dorés. Avec beaucoup de délicatesse, elle referma la porte, Pedro remontant sur son épaule en enroulant sa longue queue autour de son cou. Elle caressa rapidement la tête du félin, tout en tournant la tête de droite à gauche.

  • Bon, maintenant où est ce que je vais me cacher ?

Il y avait bien deux grandes armoires, mais c'était là où les Druides y déposaient leur tunique. Mauvaise idée. Il n'était pas non plus question d'aller se cacher dans le coffre en face de la porte. Ni la cheminée recouverte de cendres d'ailleurs. Elle resta quelques minutes indécises, jusqu'à ce que Pedro commence à s'agiter et que des bruits étouffés lui parvienne. Comprenant avec horreur qu'il s'agissait des Druides, elle avisa à nouveau tout ce qui l'entourait, et convaint finalement que la cheminée n'était pas une aussi mauvaise idée. Mina s'engouffra à la hâte dedans, soulevant par la même occasion un nuage de particules noires. Tout en étouffant un éternument, elle se colla le plus possible aux paroies.

Au même instant, la porte s'ouvrit brusquement, laissant entrer les Druides qui composaient le Conseil. Il y avait bien entendu le Haut Druide, le visage bien plus sombre que d'habitude, ainsi qu'une dizaine d'autre : le Druide Pavenski, le Druide Lohane, la Druidesse Mirana, le Druide Thomas, le Druide Orksa, la Druide Lia, le Druide Paul, le Druide Nicolas, le Druide Georges et la Druidesse Marianne. Chacun d'eux avaient atteint un certain âge, bien que plus jeune que le Haut Druide. Ils affichaient tous un air des plus grave, en tout cas de là où Mina pouvait les apercevoir et en juger. Après avoir déposé les tuniques qu'ils portaient, tous prirent place à l'une des chaises qui leur était attribuée. Seul le Haut Druide resta debout, balayant de ses vieux yeux la petite assemblée. Mina ne put s'empêcher de frissoner lorsque ses yeux regardèrent dans sa direction, et son rythme cardiaque s'intensifia un peu trop à son goût. Heureusement, il ne la vit pas et, d'une voix forte, il s'adressa à tous les Druides :

  • Mes chers frères et sœurs, je vous ais tous réunis pour évoquer un bien grave sujet, commença-t-il.
  • Je l'espère, Haut Druide. Le voyage jusqu'ici a été bien long, et je crois que c'est l'opinion de tous ceux ici présent.

Celle qui venait de prendre la parole était la Druidesse Marianne. L'air sévère et sec, un chignon argenté lui servait de coupe, elle darda ses yeux gris sur le Haut Druide. Au plus grand étonnement de Mina, le vieil homme ne répliqua pas. Il la surprit même encore plus :

  • Je m'excuse de vous avoir convié à me rejoindre dans les plus brefs délais, mais la situation l'exige, car nous sommes en train de disparaître !

Cette déclaration venait de jeter un froid dans la pièce. Les Druides se regardèrent sans oser parler, interdits. Mina en resta figée : que voulait-il dire ? Le Haut Druide attendit quelques instants, tel un maître dans l'art du discours, et reprit d'une voix sourde :

  • Il y a peu, nous avons envoyé un groupe de Conquérant dans la Forteresse Interdite. Ils devaient rammené des pierres à gaz afin de nous réapprovisionner, et se sont donc dirigé à Eden. Et ils ont fait une bien étrange découverte.

Mina retint un cri d'exclamation : c'était là-bas où Rogue s'était rendu il y a peu ! Le Druide Georges, un homme assez corpulent ressemblant à un rongeur aux joues remplies de noisettes, prit la parole :

  • Et qu'ont-ils découvert ?
  • Il n'y avait rien.
  • Mais enfin, que voulez-vous... s'insurgea le Druide.
  • Ils n'ont rien trouvé car il n'y avait plus la moindre trace des habitants ! s'exclama le Haut Druide.

Cette fois, des cris et des expressions d'horreur emplirent le lieu. Certains objectaient, d'autres posaient de nouvelles questions.

<< Comment ça, des disparitions ?! C'est ridicule ! >>

<< Quand tout cela a été découvert ?! >>

<< C'est impossible ! Il s'agissait d'un sous-Monde neutre ! >>

<< N'avez-vous trouvé personne ? En êtes-vous sûr ? >>

<< Ce n'était qu'un village d'une centaine d'habitant ! Cela ne veut rien dire ! >>

Tout ce brouhaha ne prit fin que lorsque le Druide Orksa, un homme à la carrure forte et imposante, qui était resté calme, fit tonner sa voix :

  • Silence ! Est-ce ainsi que doivent se comporter les Druides ?! Non ! Alors laissez notre frère s'exprimer ! Continuez donc.
  • Merci Druide Orksa, remercia le Haut Druide en abaissant légèrement la tête. Il n'y a aucune trace de rescapés, et il ne s'agit pas que du seul village touché. Ceux du Premier Monde ont également été les victimes de disparitions, ainsi que dans certains groupes de Conquérants. Un autre point est également inquiétant : les barrières de cristaux protégeant les villages ont, pour la plupart, perdus de leur éclat. Ils sont devenus aussi transparent que ceux des Premiers jours. Et ce n'est pas tout. Récemment, la jeune prêtresse Mina a été victime d'une agression de plusieurs Ombres hors de Lumis, alors que leurs apparitions étaient devenues presques nulles. Et certaines d'entre elles possédaient des yeux jaunes...

De nouveau, le silence. Mina ne comprenait plus rien : les barrières étaient censées protéger les habitants ! Comment ce faisait-il qu'elles ne fonctionnent plus dorénavant ? Si c'était le cas, Mina n'osait en imaginer les conséquences. La Druidesse Marianne dut se poser la même question, car elle demanda d'une voix emplie d'appréhension :

  • Est-ce que les cristaux des cités proches de la Forteresse Interdite ont été atteinte, elles aussi ?

Le Haut Druide ne répondit pas tout de suite. Mina commençait à se sentir mal, au fur et à mesure qu'elle les écoutait. Peut-être aurait-il mieux valu qu'elle ne sache rien.

  • Les... cristaux ont toujours leur éclat, ( En l'entendant, les Druides et Druidesses soupirèrent de soulagement, mais pâlirent en entendant la suite ), mais il ne se maintient plus aussi longtemps qu'auparavant. Dorénavant, nous allons jusqu'à extraire l'énergie de certaines armes et lumières grâce à des pierres d'extraction. Il s'agit d'une solution précaire, mais, désormais, la menace des Ombres ait plus importante que jamais ! Pour ne rien arranger, des citoyens et Conquérants auraient aperçus il y a peu des Démons et des Alfes aux alentours des barrières !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Alice D.
Lorsque Zoé débarque chez Debarsy, la maroquinerie de luxe, elle est bien décidée à ne plus jamais sortir avec un collègue.
Oui, mais voilà, Alexandre n'est pas un collègue comme les autres. C'est Alec, rencontré peu avant dans une boite de nuit, mystérieux et inaccessible, mais aussi prévenant et troublant.
Obnubilé par ses objectifs et son désir de revanche, il ne s'autorise aucune relation suivie.

Entre eux, l'attirance semble inévitable, mais bien trop de secrets les séparent.




*Club Valentine*
332
328
357
315
jesuispasunerockstar

Sweet dreams are made of this, who am I to disagree...
La voix de Marylin Manson résonne dans la chambre de Sindy.
Marylin Manson, je l’écoute en boucle. La chanson Sweet dreams (1) fait partie de la bande originale de « La maison de l’horreur ». Dans ce film, un milliardaire transforme son manoir, un ancien hôpital psychiatrique, en parc d’attractions de l’horreur. Il convie des invités pour tester...
Je ne vais pas tout vous raconter, vous n’avez qu’à le télécharger. Sachez simplement qu’avec le reste de la bande, nous avons adoré.

«Some of them want to abuse you
Some of them want to be abuuuuuuuuuused.»
Sindy et moi connaissons les paroles par cœur. Sin imite super bien la voix de Marylin Manson, j'ignorais même qu'il était possible pour une fille de chanter comme lui.
Ah oui, petite précision, Marylin Manson est un mec. Son nom de scène est une référence à l’actrice Marylin Monroe et au tueur en série Charles Manson. Si c’est pas mignon ! Exubérant, provocateur, une voix d'enfer, je kiffe grave !
Pendant le solo de guitare, Sin et moi secouons la tête de haut en bas, nos cheveux noirs volent dans tous les sens.

Sindy est ma meilleure amie. Elle déteste ce prénom, elle préfère son surnom, Sin, qui signifie mal ou péché en anglais. Elle le revendique, il colle bien à l’image de sataniste que les gens lui donnent. Qu’ils imaginent ce qu’ils veulent , elle ne va pas les contredire. Sindy, ça rime avec...
une marque de chaussette !
Mais si, la pub à la télé : Cindy, les chaussettes ne se cachent plus.
Je comprends, à sa place, je préférerais Sin.

C'est une chouette fille, hyper affective, un peu trop peut-être. Elle fait toujours tout son possible pour me faire plaisir, me fait découvrir des tas de lieux sympas, me prête ses robes noires, ses bijoux et même ses New Rock(2). J’adore son look. Je m’habille comme elle, maintenant que je fais partie de la bande, et vu qu'elle me fournit la plupart de mes fringues.
Le maquillage aussi. Ce qui fait bien chier ma mère. La tête qu’elle a faite quand je me suis teint les cheveux en noir. Rien que pour cela, ça en valait le coup.
Ma mère n’aime pas que je me maquille ni mes nouveaux amis. Elle n’aime pas Marylin Manson non plus. Bizarre.

Au fait, j’ai oublié de me présenter. Moi, c’est Maélie.
Ravie de faire votre connaissance.


(1) à l'origine, c'est une chanson de Eurythmics
(2) marque de chaussure


1525
1726
1323
440
Gaëlle N. Harper
Trois espèces s'opposent depuis la nuit des temps sous ce ciel noyé par une géante gazeuse, parmi des créatures ni animales ni végétales, des divinités amnésiques et les dangers de forêts titanesques et de déserts aux gouffres létaux.

Au sommet d'une montagne isolée, Karezial, chroniqueur désenchanté, essaie de faire remonter les souvenirs de son dernier espoir : une koxji surnaturelle, née esclave au sang teinté. Mais voudra-t-elle rejoindre son berceau tribal et sauvage, déchiré par les guerres fratricides des clans ?

Dans les derniers chapitres, vous trouverez des guides et glossaires en appendice qui peuvent compléter le récit, mais dont la lecture n'est pas indispensable.

CV : N'hésitez pas à me faire part de vos remarques, critiques et pistes d'amélioration !

TW: violence
1060
1771
1896
383

Vous aimez lire Dragon Fire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0