Rojas

7 minutes de lecture

« Nous partons en soirée », dit Laura et je pense : Je pars au combat.

Vendredi, fin des cours, je file chez moi en évitant sciemment l’allée du canal, où se trouvent Da Costa et tous les autres, prêts à me prendre en embuscade et m’emporter de force à leur Vendredi-Saint hebdomadaire à la con. Au début, les Vendredi-Saint étaient de simples réunions entre potes, bonne ambiance, un peu d’alcool, qui se déroulaient soit chez Sami Lesage, soit chez Maxence, soit chez Da Costa et qui impliquaient une demi-douzaine de personnes. Puis chacun a commencé à ramener ses propres potes et les Vendredi-Saint se sont transformés en immenses chaos bordéliques et infâmes. Le dernier Vendredi-Saint a eu lieu chez moi et s’est soldé par : commode en bois fendue, trois assiettes et quatre verres cassés, un tableau détruit, du vomi entre deux coussins sur le canapé, une odeur persistante de beuh dans chaque recoin de la maison, des mégots partout sur l’allée etc etc. J’ai dit STOP et juré de ne plus jamais héberger de Vendredi-Saint.

Chez moi, Axel rage sur Call of : il n’a aucune vie sociale et aucune volonté d’y remédier. Il m’arrive de me demander si nous sommes réellement frères, si l’un d’entre nous n’a pas été adopté ou si tout ceci est un vaste complot parental. J’enfile une tenue de soirée correcte : pantalon noir stylé mais pas trop salissant, tee-shirt blanc (certes salissant, mais je l’ai en triple donc balek) et veste en jean. Le bleu est peut-être un peu trop clair mais si on arrive suffisamment tard, les gens seront déjà bourrés et ne le remarqueront pas.

Je retrouve Laura sous la petite halle, à mi-chemin de nos foyers respectifs. Elle porte un long pantalon pattes d’eph et une veste ouverte sur un crop top blanc crème à dentelle (je suis pas fan des dentelles mais elle est quand même très mignonne). Dès qu’elle me voit, elle passe un manteau par-dessus sa veste.

— Salut !

— Salut.

Nous nous mettons en route.

La soirée a lieu chez Alan Weiss, un pote de Laura. Alan Weiss est devenu une petite célébrité dans la région quand il a posté la vidéo du combat de deux obèses de même pas treize ans. Les Sumos, comme il les appelle dans la vidéo, se foutent de grands coups de poêle dans la tronche jusqu’à ce que l’un d’entre eux tombe dans les pommes. La vidéo s’arrête à l’arrivée de l’ambulance. Depuis, le compteur d’abonnés d’Alan frôle les 10 000 et certains jurent qu’il prépare Le Retour des Sumos dans le plus grand secret.

L’enjeu de cette petite fête est pour moi double : primo, je trouve Serena (elle connaît bien Alan donc doit logiquement venir ce soir) pour la forcer à rembourser Hurle et Strige ou à me rendre le sac. Éventuellement réclamer quelques explications. Secundo, conclure avec Laura et la chopper ce soir.

Je me sens un peu stressé.

Quand nous arrivons chez Alan, qui habite dans un quartier plutôt chic rempli de maisons avec piscines et grandes vérandas, il est environ huit heures du soir, il fait déjà nuit et le vent glacial gèle la moindre parcelle de nos corps. Les enceintes diffusent un rap commercial à bas volume et plusieurs personnes fument devant le petit portail. Aucun ne fait attention à nous quand nous entrons à l’intérieur.

— Lauraaaaa !

Alan Weiss quitte aussitôt le grand gars à qui il parlait et fait la bise à Laura, trois fois, tout en déclarant qu’elle est resplendissante. Il se tourne alors vers moi, me sourit d’un air sincère (ses yeux pétillent comme des bulles de champagne, ce qui doit expliquer pourquoi la moitié des filles de l’Hospitalet sont folles de lui) et me souhaite la bienvenue.

— Alan, je te présente Rojas, un… ami. Rojas… voici Alan.

Alan recule d’un pas, me regarde de haut en bas et éclate d’un grand rire. Pendant un horrible instant, je suis persuadé qu’il se moque de moi ou de ma tenue et je me mords les lèvres, honteux. Mais Alan se contente de murmurer à Laura, comme si je n’existais pas :

— Pas mal, il est vraiment pas mal.

Elle rit d’un air gêné.

— Ça vous dit de me suivre dire bonjour aux nouveaux arrivants ? propose alors Alan. Même si j’ai bien compris que vous comptiez rester ensemble (clin d’œil complice à Laura), vous pourriez toujours vous faire de nouveaux… amis.

Il nous entraîne dans un petit couloir, contourne un mec qui attend devant les toilettes du bas ; « Il y a aussi des toilettes en haut, c’est bien pratique en soirée, ça évite que les gens pissent dans les buissons ou dans la piscine », explique Alan en saluant des Théo, des Jules, des Roxanne, des Constantin, des Marie, et d’autres jeunes au visage anodin que j’oublie aussitôt. Dans le salon, les trois immenses canapés ont été recouverts de couvertures et sont déjà envahis.

— Vous voyez les deux qui s’embrassent ? (Alan pointe du doigt un couple en plein préliminaire). Il faut pas le dire, bien sûr, ça les vexerait, mais ils se sont filmés en train de… vous avez compris et comme ils étaient à moitié shootés, ils l’ont balancé en story publique au lieu de se l’envoyer en message privé. Grosse boulette : cinquante-trois personnes ont vu la vidéo avant sa suppression. Et une seule a eu l’intelligence de l’enregistrer discrètement : bibi (il se frappe le torse d’un air satisfait et nous rions ensemble).

— Alan, on a mangé le chien ! déclare quelqu’un au premier, avant de répéter en gueulant : Alan ! Alan ! Alan !

Alan place ses mains en porte-voix :

— Allez vous faire foutre !

Puis se tournant vers nous :

— C’est Ben Hamel, il raconte tout le temps de la merde.

— Qu’ont-ils fait du chien, dans ce cas ? interroge Laura avec de grands yeux horrifiés.

— Normalement, il est enfermé à double tour dans la chambre parentale, avec un os à ronger. C’est un dogue, plutôt vénère, donc ceux qui trouvent la clé pour ouvrir la porte risquent de passer un sale quart d’heure.

— C’est un beau chien, dis-je.

— Tu ne l’as jamais vu, réplique Alan.

— Tu avais publié une photo de lui pour son anniversaire. Tu essayais de lui faire souffler les bougies.

— Peut-être bien… Je ne me souviens plus, je publie beaucoup. Les likes, ça monte à la tête, on tuerait pour en avoir…

Je n’arrive pas à déterminer s’il plaisante ou non, alors je contiens mon rire. Dans la salle à manger, un Noir au corps sculpté sirote une bière avec trois filles plutôt canons.

— Salut Victor, dit Alan, tu es arrivé quand ?

Victor consulte son téléphone.

— Salut Alan. Oh, même pas une demi-heure.

Les trois filles éclatent simultanément de rire comme si tout ceci était hilarant.

— Victor a complété l’Alphabet avant ses dix-neuf ans, nous confie Alan alors que nous nous éloignons.

— L’Alphabet ? souffle Laura.

— L’Alphabet des meufs. Tu prends toutes les initiales des filles avec qui il a couchées et tu obtiens l’alphabet. Et il a certaines lettres en double, voire en triple. Dingue non ?

— C’est pathétique, juge Laura avec une moue dégoûtée.

— Comment a-t-il pu trouver des filles en X ? questionné-je, abasourdi.

— C’était une brésilienne en vacances en France, à ce que j’ai compris. Son prénom, je l’ai oublié mais apparemment, c’était une bombe nucléaire.

À mesure que nous évoluons dans l’immense maison d’Alan, je scrute le moindre recoin du regard, à la recherche de Serena, ou peut-être d’une de ses amies. Et puis je me souviens : l’étage. Nous ne sommes pas encore montés à l’étage.

— Il y a qui en haut ? demandé-je alors qu’Alan pointe du doigt Elena Prat, 3000 abonnés et grande habituée des photos aux pauses suggestives et son nouveau mec, Hugo Grand, seulement 1500 abonnés (il avait deux fois moins avant de sortir avec elle).

— Des jeunes, souffle Alan d’un air ennuyé. J’en sais rien moi.

Je me tourne vers Laura :

— Ça te dérange si je monte voir ? J’en ai pour deux minutes.

Sans lâcher Alan des yeux (qu’a-t-il de plus que moi, ce connard ?), elle acquiesce et attrape une bière avant de la décapsuler avec les dents.

— Fais gaffe au sang, me prévient Alan.

— Quel sang ?

— Ben Hamel a dû se faire bouffer par le dogue, à l’heure qu’il est.

— Je ferai attention.

— C’est une blague, hein ?

— J’avais compris.

À l’étage, trois types sont en train d’écouter à une porte tout en pouffant de rire. De l’autre côté, des aboiements féroces et des grognements. Parfois, ils frappent le sol pour exciter la bête. Ils ne me remarquent pas, tant mieux. Je bifurque dans un couloir sombre où même la musique ne semble plus parvenir. Dans l’obscurité, une fille déjà ivre (il n’est que huit heures du soir, merde !) essaie de sniffer de la bière. Elle se plie en deux et crache quelque chose avant d’éclater de rire et de me tendre la bouteille en me voyant :

— T… tu veux essayer ? Hé !

— Désolé, la prochaine fois peut-être. Il y a quoi derrière cette porte ?

— Où ça ?

Je lui montre une porte fermée du doigt. Elle regarde d’abord mon doigt et, après un douloureux effort de concentration, pivote vers la porte en question.

— Une chambre, j’en sais rien moi ! Pourquoi ? Tu… tu voudrais qu’on…

— Non ! m’écrié-je précipitamment. Écoute, je cherche une fille, taille moyenne, cheveux châtains, yeux bleus, peau très pâle et…

Soudain, le gargouillement d’une chasse d’eau parcourt les murs de l’étage. Je me retourne. Quelqu’un – vraisemblablement une fille – sort, mais dans le noir, impossible de discerner ses traits. Je m’avance doucement vers l’inconnue. Alors, elle allume la lumière et nous nous regardons.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Luciferr ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0