Murphy

2 minutes de lecture

Dans ma chambre avec Serena. Nous regardons une série dont j’ai oublié le nom sur ma vieille télé qui doit avoir au moins trente ans. Je suis allongée sur mon lit ; Serena est assise sur une chaise, jambes repliées sur son torse et elle ne semble pas du tout intéressée par l’inspecteur en imper taupe qui essaie de trouver le meurtrier. Peut-être que je devrais éteindre la télé, mais ça nous plongerait dans un silence gênant.

Ma tante et mon oncle ne veulent pas que j’invite des gens à dormir en semaine, alors j’ai dû faire passer Serena en douce, après le repas. Ça a été plus simple que ce que je craignais. Elle a escaladé discrètement le petit portillon (on a pas de chien, heureusement) et en s’agrippant à une vieille poutre, elle a réussi à monter jusqu’à la fenêtre de ma chambre. Ni vu ni connu.

Je ne sais pas pourquoi elle ne peut pas dormir chez elle ce soir. Peut-être s’est-elle engueulée avec ses parents ? Ça ne m’étonnerait pas, venant d’elle.

— C’est à toi ça ?

Je sursaute. Serena fouille dans un tiroir et a trouvé un dessin, un de mes dessins. Merde, je pensais qu’il était fermé à clé. Je me lève précipitamment et lui arrache la feuille des mains avant de la froisser et la jeter dans la corbeille.

— Oh, c’est des vieux trucs… Rien d’intéressant.

Je referme le tiroir en évitant soigneusement son regard.

— Je ne savais pas que tu dessinais, commence-t-elle, moitié étonnée moitié vexée. Tu dessines bien, en plus.

— J’ai arrêté depuis longtemps, tu sais…

Elle plisse les yeux. Je n’aime pas quand elle fait ça.

— C’était quoi sur ce dessin ? Une araignée géante ? Un poulpe ?

— C’était il y a longtemps, j’ai oublié.

— Pourquoi tu ne veux pas que je regarde ? insiste-t-elle. Tu ne me fais pas confiance ?

— Serena, tu sais que tu es ma meilleure amie… pourquoi je ne te ferais pas confiance ?

Je soupire. Cette conversation prend une tournure désagréable.

— Je ne sais pas moi… poursuit-elle en lorgnant vers le tiroir. J’ai l’impression que tu me caches quelque chose.

— Je ne te cache rien du tout ! protesté-je.

Fous-moi la paix, s’il te plaît… Pour régler l’histoire, j’attrape tous les autres dessins du tiroir et les jette à la poubelle. Serena croise les bras, résignée.

— Des fois je te jure, je ne te comprends pas…

— Je vais me brosser les dents, répliqué-je. Touche pas à cette poubelle ou je te fous dehors.

— T’oserais jamais… siffle-t-elle en avisant la pluie par la fenêtre.

— On parie ?

Elle laisse échapper un petit sourire.

— OK, je te crois. Promis, je touche à rien.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Luciferr ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0