Chapitre 5 : Retour à Châtaigne (7/9)

7 minutes de lecture

— Ce… C’était vraiment de la magie ? Ça voudrait dire que Wang est… questionna Matt à voix basse.

— Oui, sans l’ombre d’un doute. Ce vieil homme est un mage, je dirais même qu’il en est un très puissant, confirma Rionnel. Mais nous devrions attendre d’être au calme pour en parler.

Thuran surpris son regard. Le capitaine ne cessait d’observer Wang, ses yeux trahissaient un mélange de crainte et de respect.

— En avant, il est temps de s’éloigner de ces bois ! ordonna Kylian.

Le groupe s’élança. Wang resta silencieux aux côtés du maître-chasse jusqu’à ce qu’ils soient de retour à l’air libre, mais une fois de retour dans les steppes il s’adressa à lui d’une voix forte.

— Je vais rentrer à Rosépine, continuez sans moi.

— Vous partez ?! s'étonna Farraver.

— Ce genre d'aventures ne sont plus de mon âge. Ce bandit a dit la vérité, croyez-moi, aucun danger ne vous guette à Châtaigne. Par ailleurs j'ai pu observer vos capacités d'éclaireur, je suis sûr qu'il ne vous arrivera rien de fâcheux. Je peux rentrer l'esprit tranquille.

Le vieil homme fit pivoter sa monture vers l'arrière sans attendre de réponse et s’engagea sur la route du retour. Il croisa le regard de Thuran au passage. Le nain avait beaucoup de questions, mais était conscient qu’il n’avait pas le droit d’exiger des réponses. Wang avait tenté de l'aider à y voir plus clair et il l’avait protégé, il n'avait pas le droit d'en demander plus.

— Merci, déclara-t-il donc simplement en le croisant.

Il reçut un sourire chaleureux en réponse. Après le départ de Wang, les conversations s’animèrent. Rionnel questionna aussitôt les deux jeunes.

— Vous le connaissez ?

— C'est... un ami de Rosalie. Elle nous a présenté à lui, expliqua Thuran.

Le capitaine était visiblement troublé.

— Qu’y a-t-il ? demanda Matt.

— Les mages sont des gens à part, ils… Enfin, ce ne sont pas le genre de personnes qui vivent une vie banale dans un village isolé.

— Rosalie nous a dit qu’il était venu ici pour vivre une vie calme et paisible justement, expliqua le nain.

Le soldat lui jeta un regard circonspect.

— C’est une aspiration naturelle pour un homme âgé qui a eu une vie bien remplie. Cependant les choses sont différentes pour les mages.

— Comment ça ? fit Matt en fronçant les sourcils.

— Vous ne connaissez rien de leur monde et ses règles, constata Rionnel. Remarquez que ce que j’en sais moi-même se limite au savoir commun. Pour commencer vous devez savoir qu'ils sont formés dans une académie de Ténébris. Lors de la réception de leur diplôme, ils doivent choisir quel royaume… ou quelle Cité-État ils serviront.

— Ils doivent jurer allégeance ? proposa le nain.

— C’est exactement ça, il s’agit de l’Édit Magique. Il dit que la magie étant une force puissante et dangereuse, des règles doivent régir son utilisation pour qu’elle demeure au service du peuple.

— Mais avant tout des gouvernements, fit remarquer Thuran.

Rionnel sourit.

— Tu as sûrement lu quelques livres d’histoire ? As-tu entendu parler des guerres magiques ?

— Ce sont des évènements de l’ère antique… des mages en quête de puissance qui se disputaient le contrôle du monde ?

— Et qui l’auraient presque détruit. Bien sûr, aussi loin dans le passé l’histoire et la légende se mêlent. Reste que l’Édit date de la fin de cette ère. Depuis les mages sont sous le contrôle des rois.

— Donc ils prêtent serment. Mais qu’est ce qui les empêche de s’en libérer ensuite ? interrogea Matt.

— Ce n’est pas une simple promesse, c’est un rituel. Je ne connais pas les détails, mais ceux qui iraient à l’encontre de leur serment seraient tués par leur propre magie. Et parmi les engagements, il y a une limite concernant leurs déplacements hors des frontières du royaume envers lequel ils s’engagent.

Thuran comprit alors ce qui gênait Rionnel.

— Comme il n’y a pas de gouvernement royal dans les terres frontalières, aucun mage ne peut s’y rendre…

Le capitaine approuva de la tête.

— Ils peuvent s’y rendre, la limite n’est pas si catégorique. Il y a toujours des moyens détournés... Mais pas y vivre durablement.

Matt les fixa tous les deux.

— Mais alors, comment Wang peut-il être…

— Il reste un cas que je n’ai pas abordé, celui des mages renégats, expliqua Rionnel. Des mages qui ont su éviter de prêter serment, par exemple en disparaissant pendant leurs études. Quelles que soient leurs raisons au départ, le plus souvent ils finissent mal. Beaucoup rejoignent le milieu criminel. Et ils sont traqués par l’Inquisition, une troupe spécialement créée pour les gérer.

Le nain se tourna sur sa selle pour regarder le vieil homme qui disparaissait, loin derrière eux. Le mystère entourant Wang s'épaississait.

— Vous pourriez nous en dire plus sur la magie ? Sur les capacités des mages ? demanda-t-il finalement au capitaine.

Mais ce dernier secoua la tête.

— Je ne sais presque rien à ce sujet. C’est seulement la deuxième fois de ma vie que je vois un mage en action.

— Et que font ces mages qui ont prêté allégeance ? demanda à son tour Matt.

— Certains servent directement des seigneurs, comme conseillers et protecteurs. D’autres tiennent des commerces spécialisés ou aident des artisans. La magie est très utile dans ces domaines, son utilité est comparable aux magicytes tout en étant plus versatile.

— Et des aventuriers ? Il n’y a pas de mages qui voyagent à travers le monde pour prêter assistance au peuple ?

Rionnel sourit.

— Les apprentis en formations y sont encouragés, mais les mages de rang sont rares à choisir de continuer dans cette voie, plus dangereuse qu’une vie tranquille dans l'une des grandes cités ou auprès des nobles. Il faut dire aussi qu’ils doivent faire avec leur mauvaise réputation...

Thuran le fixa, étonné.

— Pourquoi cette défiance à leur l’égard ?

— La méfiance, la jalousie, sans parler des rumeurs les plus farfelus qui peuvent circuler sur leur compte. Si vous voulez mon avis, les puissants font eux-mêmes en sorte de propager ces rumeurs mettant en cause les mages. Histoire de garder les faveurs de la population. Le mage de la cour du Haut-Neck est quelqu’un de bien, j’ai parfois conversé avec lui du temps où je servais dans la garde royale. Il n’a pas la grosse-tête, pas d’ambition démesurée…

— Vous avez servis dans la garde royale ?! s’étonna Matt.

— C’était il y a longtemps.

D’un simple coup d’œil, Rionnel fit comprendre qu’il ne souhaitait pas s’appesantir sur ce sujet. Thuran se posait encore beaucoup de questions, sur la manière de devenir un mage par exemple, mais le capitaine ne détenait pas les réponses et ils finirent par laisser le sujet de côté.

À mesure que l'après-midi avançait, l'ambiance devenait de plus en plus pesante. Ils approchaient de leur destination et craignaient le spectacle qui les attendait. Comme le soleil commençait à virer au rouge pâle, ils commencèrent à distinguer les contours de la ville, une silhouette noire et désolée à l'horizon. Et un mélange d'odeurs de brûlé vint agresser leurs narines.

Farraver fit signe au groupe de s'arrêter.

— On monte le camp ici ! Nous attendons demain pour explorer la ville, ce serait trop dangereux avec le jour qui tombe.

Thuran devait avouer qu'il n'était plus si pressé d'aller plus loin, son courage commençait à manquer. Qui sait ce qu'il allait devoir affronter ? Le cadavre de son oncle traînant dans les cendres ? Matt pour sa part grimaça, il devait penser à l'avance que prenaient encore ceux qui avaient enlevé sa famille. Mais il ne fit pas entendre d'opposition. La troupe déplia trois grandes tentes en toile. Rionnel, Thuran et Matt partagèrent l'une d'elles.

Le nain eut du mal à trouver le sommeil ce soir-là. Des questions tourbillonnaient dans sa tête et ses cuisses le torturaient après cette longue chevauchée... et puis il y avait une image, cet homme couvert de flammes qui hurlait, qui revenait sans cesse le hanter.

Le lendemain matin, ils approchèrent enfin de la ville. Les murs d'enceinte étaient noircis et éboulés par endroit. La majorité des bâtiments semblaient avoir disparus. Bien que l'incendie fût totalement éteint, la bise soulevait toujours des fumerolles de poussière qui achevaient de donner une allure désolée à ce qui avait été une bourgade prospère.

— Ils ont mis le feu à toute la ville ! constata Matt avec amertume.

Avant même de pénétrer dans la ville, une vision d'horreur les attendait sous la forme d'un grand arbre à proximité duquel étaient suspendus une vingtaine de corps. C'était tous des hommes, des jeunes comme des vieillards. Les corbeaux et autres charognards étaient à pied d'œuvre. Thuran dû retenir un haut le cœur, quant à Matt il détourna aussitôt le regard. Il connaissait ces gens personnellement.

Jaek Summer s'adressa à ceux qui le suivaient.

— S'il y a des volontaires, aidez-moi à les descendre de là. Il faut leur donner des sépultures descentes. Ceux qui veulent entrer tout de suite, évitez de vous aventurer seuls. Restez au moins par deux et soyez prudents ! Les bâtiments pourraient s'effondrer à tout moment.

En l’absence de sa femme, monsieur Summer se révélait un dirigeant compétent. Le contraste était saisissant, il était complètement effacé en compagnie de Maria. Même sa fille Rosalie le menait par le bout du nez.

— Je... préfère aller voir en ville tout de suite, annonça Matt.

— Je te suis, approuva aussitôt le nain.

— Avec un seul bras je ne serais pas d’une grande aide pour creuser des trous, je viens avec vous, réagit à son tour Rionnel en s’emparant d’une des sacoches de son cheval.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Maxence Sardane
À la mort de sa grand-mère, prêtresse des dieux, Saiô, jeune archéologue dans un Japon usé par les catastrophes écologiques et noyé dans la globalisation galopante, se retrouve forcée d'accepter un héritage bien encombrant... Qui est "Shira-sama", ce nom qui court sur toutes les lèvres, dans l'entourage de sa grand-mère ? Pourquoi tient-on tant à ce qu'elle reprenne la suite de cette dernière ? Que signifie donc cet héritage pour la communauté ? Et pour elle-même ?

CV : Je prends toutes les remarques, corrections, annotations et suggestions que vous aurez la gentillesse de me laisser.
11
22
10
36
JayBee28
L'histoire de Tom, un adolescent vivant de nos jours, et ses diverses péripéties à travers sa vision des choses.
(Récit fictif inspiré dans les grandes lignes d'événements vécus par l'auteur).
6
11
26
8
Défi
Camille20
Je m'appelle Guillaume, un jeune lycéen issu d'une famille bourgeoise. Modeste, aimable et bienveillant. Je n'avais qu'un seul et fidèle ami, Emile. Notre relation avait débuté il ya 10 ans. Et depuis, tandis qu'elle embellissait ma vie, elle détruisait celle de mon chère camarade...
27
39
226
10

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0