Chapitre 7 : Le lac du Radian (5/8)

6 minutes de lecture

Un autre bandit leur faisait déjà face et celui-ci semblait fait d'un autre bois. Plus âgé, trapu, son visage était marqué de plusieurs coupures anciennes qui trahissaient son expérience. Il possédait une hache courte qu'il faisait passer de main en main avec agilité.

Thuran jeta un œil à leur premier adversaire qui s’éloignait en rampant, le visage couvert de sang. Il serra les dents et décida de miser sur l'attaque. Une fois encore le nain leva son épée et s'avança... pour voir la lame de cette dernière exploser au contact de l'arme de son adversaire.

Le guerrier éclata de rire, mais deux mains lui empoignèrent alors les tempes par l'arrière avant d’effectuer sèchement un mouvement de rotation. Il n'eut pas le temps de réagir, un craquement sinistre se fit entendre et Thuran vit ses yeux s’exorbiter avant que son corps ne s’effondre. Derrière le bandit se tenait une jeune femme blonde qui fixait le cadavre à ses pieds, pâle comme un linge.

— Rosalie ? Mais pourquoi t'es-tu montrée ?! s'emporta Matt.

Elle redressa la tête, l'air perdue.

— Je n'avais pas le choix, ils...

Thuran se tourna vers le reste du champ de bataille et prit conscience de la situation.

Erik était visiblement parvenu à se défaire de son adversaire, qui gisait inerte devant lui. Mais lui-même était au sol les mains sur les côtes, maculées de sang.

La scène la plus choquante était ailleurs : les gardes du jeune marchand s'étaient montrés dignes de servir l'une des plus puissantes familles de Cyrial. Quantité d'hémoglobine jonchait les pierres autour d'eux et les râles de plusieurs bandits complétaient le tableau. Ces derniers se tenaient les moignons de mains ou de jambes tranchées nets ! Trois des leurs étaient immobiles sur le sol.

À un contre cinq, cependant, les meilleurs combattants finissaient par céder du terrain. L'un des héros gisait déjà parmi les cadavres, tandis que l'autre avait un genou à terre et une lance en travers du corps. Il ne dit rien et redressa la tête, il semblait encore défier ses adversaires du regard. Le nain ne put rien faire d'autre qu'assister à la décapitation de ce brave.

Un sombre constat, qui faisait froid dans le dos, s'imposa à lui: avec Matt et Rosalie ils étaient les derniers en état de se battre.

Les mercenaires triomphants se tournèrent vers leur cheffe, qui n'avait pas bougé depuis le début du combat.

— Finissez-en, je veux être loin d’ici à la nuit tombée !

Cinq d'entre eux, encore indemnes, se tournèrent vers leur cible.

— Galvan s'est fait tuer ?! s'étonna une femme parmi eux.

— C'est la gamine, je l'ai vu. Elle l'a pris par surprise, expliqua un autre.

— Sale petite…

La guerrière chargea Rosalie directement, brandissant une épée courte. Matt réagit en lançant un galet assez imposant vers elle qui, s’il rata sa cible, eut le mérite de sortir la jeune femme de sa torpeur.

Rosalie s’anima sans se presser, avec fluidité. Elle se baissa pour esquiver l’épée qui volait vers elle et se redressa ensuite pour asséner un coup de poing sous la mâchoire de son agresseur sans lui laisser le temps de reprendre sa posture. La combattante recula, sonnée.

La jeune femme s'avança, prête à continuer le combat, mais un autre bandit intervint en frappant latéralement avec un gourdin. La blondinette encaissa le coup sur ses côtes avec un hoquet de douleur mais, loin d’être déséquilibrée ou déconcentrée, elle se saisit aussitôt de l'arme de son ennemi et tira son propriétaire vers elle. Elle plaça alors un coup de genoux dans son bas ventre et la brute se laissa tomber au sol, se tenant les parties génitales en gémissant.

— Oh oh ! réagit la cheffe des bandits, d'un ton appréciateur.

Ses hommes ne semblaient pas d’humeur à apprécier l’exploit eux. L'un d'eux tenta de frapper Rosalie par derrière avec sa lame, mais Thuran s'interposa. Il contra l'attaque avec l'épée de son premier adversaire, récupérée entre temps. Le nain sentit toute la force de l'attaque adverse se répercuter dans ses bras et ne put s'empêcher de reculer de quelque pas. Son amie suivit cependant et frappa le poignet de leur adversaire avant qu'il n'ait pu tirer profit de la faiblesse temporaire du nain.

Les deux combattants restants chargèrent de concert. L'un des deux était un colosse, un homme très musclé qui brandissait à deux mains une hache de bataille. L'autre faisait frêle en comparaison et ne maniait que deux dagues, mais il ne vint pas à l’idée de Thuran de le sous-estimer.

— Rosalie, derrière moi ! s'écria-t-il.

Elle ne marqua pas la moindre hésitation et recula. Le colosse qui avait levé sa hache pour frapper dû arrêter son geste au vol : il ne pouvait pas blesser le nain. Mais cet arrêt le laissait avec une garde complètement ouverte, ce dont Thuran profita en frappant d'estoc. Une dague dévia la pointe de l’épée du nain au dernier moment tandis que le pommeau d'une autre le heurtait au sternum. Thuran dû reprendre sa respiration tandis que son arme lui échappait. Il mit un genou à terre.

Lorsqu'il redressa la tête Matt chargeait maladroitement avec un gourdin, celui du bandit mis à terre par Rosalie plus tôt. Le guerrier massif le contra facilement avec un coup de hache qui manqua de peu d'arracher la tête du jeune homme. Rosalie en tira profit et plaça un coup de pied dans l'entre-jambe de la brute qui se plia de douleur.

Le nain se releva péniblement et sourit en voyant le colosse lâcher son arme et reculer. C'était la deuxième fois que son amie employait cette stratégie qui manquait certes d'élégance, mais était efficace. Un cri retentit dans l'instant qui suivit qui le fit tourner la tête. Le bandit armé de dagues venait de planter l'une d'elles dans la cuisse de Matt, qui bascula en arrière.

Rosalie avait suivi elle aussi, elle fonça sur leur adversaire avant qu'il n'ait le temps de porter le coup de grâce. Le bandit la sentit venir, il se tourna vers elle et porta un coup d'estoc vers sa taille fine. Sous les yeux médusés de son adversaire et de ses amis, la blonde tourna sur elle-même, esquivant la lame effilée pour arriver au contact de l'ennemi. Sans lui laisser le temps de revenir de sa surprise, et avec l'aide de son élan, la jeune femme propulsa un poing sous sa mâchoire. Le bandit tomba à la renverse et sa tête heurta une grosse pierre. Il cessa de bouger alors qu’une flaque rouge se formait autour de lui.

Thuran se préparait à courir vers Matt lorsqu'il se sentit projeté en avant. Il se réceptionna à plat ventre et releva la tête pour voir le colosse de retour. Deux autres mercenaires se tenaient derrière lui, à nouveau prêts au combat eux aussi. Le nain grimaça, leur défense héroïque tournait court.

— Laissez-là moi celle-là ! s'écria l'homme massif à l'adresse de ses compagnons.

Il leva les poings et Thuran les vit briller d’un éclat métallique. Des pièces tranchantes y étaient attachées, s’il touchait Rosalie il lui laisserait des traces à vie !

La brute fonça droit sur la jeune femme, qui se lança dans des séries d’esquives, souvent acrobatiques. Le guerrier brillait par l'amplitude et la force contenue dans ses mouvements alors que le corps de la jeune femme bougeait avec une souplesse surnaturelle, comme une danse. Elle parvint à éviter à de multiples reprises les attaques assassines de son adversaire tout en plaçant des coups sur le torse ou les jambes du colosse. Mais le corps musclé du guerrier encaissait ces frappes molles sans broncher.

Thuran se tint en retrait, luttant contre la frustration. Il était conscient que s'il tentait d'intervenir il avait de fortes chances de gêner son amie.

— Ça suffit maintenant, déclara soudain la cheffe des bandits d'une voix autoritaire.

Le guerrier recula, aussitôt imité par Rosalie. Teresa s'approcha d'un pas décidé, sans toucher à l'épée qui cognait contre ses hanches.

— Tu es très impressionnante, complimenta la mercenaire. Maîtriser la Vision Suprême et à un si jeune âge qui plus est... Mais tu as encore beaucoup à apprendre. Tu as gâché beaucoup d'opportunités de te débarrasser définitivement de Gorm ou des autres. Le dernier geste doit être impitoyable, sans hésitation. Si tu te joignais à moi, je pourrais t'enseigner ce qu'il te manque.

Thuran fixa la guerrière en serrant les dents. Elle voulait recruter Rosalie ? En faire une tueuse ?!

— Ne l'écoute pas ! s'écria Matt, derrière le nain.

Le jeune homme était au sol, les mains plaquées sur la plaie d’où il avait retiré la dague. Il tressaillit quand Rosalie lui lança un regard outré.

— Comme si j'allais la suivre ! s'exclama-t-elle, avant de retourner son attention vers la mercenaire. Vous êtes des bandits, des assassins ! Jamais je ne me joindrai à vous !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Nat S. Evans
Sidgil. C'est le nom que je porte. Réveillée dans une chambre d'hôpital voilà plus d'un an, je pensais être mariée à un homme mystérieux et vivre une vie de famille normale. Mais Marc est un dieu et Kyros, son ami, entreprend aussitôt de me tuer.
Heureusement, j'ai pu recevoir une aide inattendue de la part de Melvin, jusqu'à ce que ce titan malsain l'élimine. J'ai également fais la connaissance de Noah ou plutôt Tara, la métamorphe, abattue de sang froid. Dans ma fuite, j'ai pu retrouver le contact indiqué par le père de Melvin: Lancelot. Toutefois, j'ai bien l'impression qu'il ne s'agit pas d'un simple nom de code. Grâce à son aide, je m'échappe dans le labyrinthe du temps pour retrouver un Lancelot plus jeune... dans le futur. Je veux découvrir qui je suis et pourquoi Kyros veut me tuer.

Cette oeuvre contient des scènes difficiles et ne sont pas recommandées aux enfants. Merci donc ne pas lire cette fiction si vous faites partie de ce public.

Oeuvre protégé par Copyright. L'enregistrement, l'utilisation, la copie de l'oeuvre ou d'un extrait est strictement interdit.
166
352
996
295
Défi
Jess2000
Réponse au défi Romance en aéroport
1
2
2
3
Défi
NATOS
Et Goliath en perdit la tête...
5
2
0
0

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0