Chapitre 6 : Décisions (4/6)

7 minutes de lecture

Lorsque Thuran rouvrit les yeux, le soleil était déjà éclatant. Matt et lui étaient tombés comme des masses après ce voyage et deux nuits peu confortables. Ce qui l’avait tiré de ses rêves, c’était le bruit de quelqu’un qui tambourinait contre la porte.

— Les garçons ! Vous êtes réveillés ?

Le nain soupira en se redressant. Il n’aurait pas été contre un peu plus de sommeil.

— Qu’y a-t-il Rosalie ? demanda Matt depuis le lit voisin en baillant.

Mais plutôt que d’attendre, la jeune femme entra en trombe. Thuran leva les yeux sur elle. Elle était pleine d’énergie comme d’habitude mais, à cet instant, elle avait aussi l’air inquiète. Elle se dirigea droit vers lui.

— Qu’est-ce qui se passe ?

— Que t’a dit mon maître hier exactement ?

— Quoi ? Heu… Il m’a parlé de me prendre en main et d’avancer en gros… Pourquoi ?

— Il a disparu ! Je suis allée le voir, comme tous les matins, mais il n’était pas là !

— Il est peut-être allé se promener, intervint Matt qui s’était levé derrière elle.

— Vous ne comprenez pas, sa maison est vide ! Il n’y a plus rien à l’intérieur excepté les meubles et… ça.

Elle sortit un papier de son décolleté et le tendit à Thuran, qui le prit en main en fronçant les sourcils. C’était une simple feuille pliée en deux, sur le dessus était écrit son nom. Il le déplia et lu à voix haute : il n’y avait qu’une phrase.

— "Fais confiance à Urvas Solar".

— Quoi ? réagit Matt.

— C’est tout ce qui est écrit, fais confiance à Urvas Solar… Mais qui est-ce ? Ce nom m’est vaguement familier, mais quant à savoir d’où il sort…

Il leva les yeux vers Rosalie, qui secoua la tête.

— Aucune idée, jamais entendu parler ! Pourquoi serait-il parti aussi soudainement, sans dire au revoir ? En laissant juste ce mot bizarre ? Vous n’avez vraiment pas une idée ? Ce n’est quand même pas lié à cette histoire d’Erevan avec Erik ?!

Préférant ne pas aborder sur le sujet de la magie, les deux garçons avouèrent leur ignorance. Les trois amis décidèrent alors de retrouver le jeune marchand pour le questionner à son tour. Ils le dénichèrent dans la rue, quelques minutes plus tard seulement. Ce dernier les étonna lorsqu’ils évoquèrent le mot laissé derrière lui par Wang.

— Il a perdu la tête ?

— Que veux-tu dire ? Tu sais de qui il s’agit ? réagit Thuran.

— Bien sûr, c’est un nom légendaire. Urvas Solar est l’un des Quatre Compagnons !

Le nain ouvrit de grands yeux, ça lui revenait maintenant. Il avait dû voir ce nom dans un vieux manuel.

— Les quatre quoi ? réagirent en revanche Rosalie et Matt d’une seule voix.

Tous deux échangèrent un sourire et Thuran prit la parole.

— Ce sont des personnages historiques. À la fin de l’ère antique, il y a trois mille ans, Cyrial était occupé par le grand Empire d’Erevan. Cela durait depuis des siècles quand une rébellion éclata. Elle était menée par un aventurier qui deviendrait le plus grand héros de notre histoire, il s’appelait Arthur Dovalan.

— Je le connais ! intervint Rosalie. Monseigneur Danyk parlait beaucoup de lui quand il nous balançait ses histoires de religion. Ce n’est pas lui qui a initié le culte du Créateur ?

— Il ne l’a pas initié, mais c’est l’un des croyants les plus connus, érigé en exemple, corrigea Erik. Le culte a grandement profité de sa notoriété pour se répandre suite au Traité Tripartite.

— Encore ce traité ! coupa Matt. Vous ne m’avez toujours pas expliqué de quoi il s’agissait.

— Laissez-moi finir mon histoire alors ! râla gentiment Thuran. Je disais qu'Arthur Dovalan a dirigé une rébellion contre l’occupant. Je ne sais plus comment ça a commencé exactement, mais le mouvement s’est répandu comme une trainée de poudre et a embrasé tout le continent. On parle de la Grande Guerre. Au bout d’un moment les Nains, qui vivaient alors sous terre, totalement isolés, ont quitté leur neutralité pour se ranger du côté des rebelles. Cela a rompu l’équilibre et provoqué la défaite des forces d’Erevan pourtant supérieures en nombre et en équipement.

— Et donc ce fameux traité… intervint Rosalie.

— J’y viens, la signature du Traité Tripartite marque la fin de cette guerre : il met d’accord les hommes et les nains de Cyrial d’un côté, les erevanais de l’autre. Il établit aussi les bases du monde qu’on connait : l’indépendance de notre continent, la fondation des six royaumes ainsi que l’annexion d’une large bande de terres à la surface par les nains, ceux qui deviendront les Nains des Collines…

— Et que vient faire cet Urvas là-dedans ? questionna Rosalie.

— Il est l’un des Quatre Compagnons, les fidèles amis qui ont soutenu Arthur Dovalan dans toutes ses aventures, répondit Erik.

— Mais alors, il est mort depuis une éternité ! fit remarquer Matt.

— C’est pour ça que je dis que votre vieillard est fou, conclut le marchand.

— Mon maître est tout à fait sain d’esprit ! s'offusqua Rosalie. S'il a donné ce nom, il doit y avoir une raison ! Peut-être s'agit-il d'une homonymie ou bien... qu'est-il advenu au juste de cet Urvas dans la légende ?

Thuran haussa les épaules.

— J'ai juste lu son nom associé à ces évènements, je ne connais pas les détails.

— Tout ce qu'on sait d'Urvas est issus des Saintes Écritures du culte du Créateur, expliqua Erik. Comme ces textes ont été écrits à la gloire d'Arthur, ils le présentent face à toute sorte de monstres ou le font découvrir des trésors cachés, mais laissent de côté la contribution de ses compagnons.

— On ne sait rien de plus que son nom alors ? demanda Rosalie.

— Urvas est décrit comme un vieux mage du feu. Je me souviens aussi qu’il est dit qu’il est mort en sauvant la vie d’Arthur.

— Un mage de feu... murmura Thuran.

— C’est un peu léger comme histoire pour une figure légendaire, fit remarquer Matt.

— Il n'est pas le plus à plaindre du groupe ! On sait encore moins de deux autres des Compagnons qui sont juste désignés comme « le nain » et « l'erevanais » ! fit remarquer Erik. Comme je le disais, les textes sacrés ne sont pas écrits par des historiens et prennent souvent des points de vus… discutables.

— Et le quatrième ? On en sait plus sur lui ? demanda Rosalie, qui semblait très intéressée par ces vieilles histoires.

— C'était une femme nommée Lucinha Pavel. Elle est présentée comme étant très belle, le plus grand mage de l'air de son temps et, en prime, issue d’une vieille lignée de Cyrial. Mais son rôle dans les Saintes Écritures se résume à être l'amante de Dovalan...

— Évidemment, toujours pareil. La princesse qui ne sert qu'à chauffer la couche du héros ! commenta la blonde.

Matt et Erik rougirent, ce qui amusa Thuran. Ses deux amis avaient presque atteint l’âge adulte mais réagissaient comme des enfants sur certains sujets. En attendant il n'était pas plus avancé concernant l'énigme laissée par Wang.

N’ayant pas d’autres indices, le groupe résolut de passer à autre chose. L’expédition pour Frerilan approchait et de nouveaux marchands arrivaient à Rosépine chaque jour. Il y avait beaucoup à faire, il fallait tout inventorier et certains commençaient déjà à charger les chariots pour le voyage. Rosalie était naturellement mobilisée par sa mère, Thuran décida de l’aider. Il l’accompagnait et l’assistait dans toutes ses missions. L’activité permanente permettait au nain de se changer les idées, par ailleurs il se sentait concerné puisqu’il devait accompagner le convoi.

Erik les suivait lorsqu’il n’était pas pris par ses leçons. Il proposait des tas d'idées d'amélioration des machines de Rosépine, la plupart très saugrenues de l'avis du nain qui le soupçonnait de chercher avant tout l'intérêt de la jeune femme.

Quant à Matt, lorsqu’il n'aidait pas à charger des marchandises, il passait son temps devant les portes de la ville à attendre le retour de maître Farraver. Cette attente dura cinq jours.

— Ils sont revenus ! annonça le jeune homme d’une voix forte, en rejoignant ses amis près des métiers à tisser de Rosépine.

Tout en parlant, Matt jeta un regard méfiant aux grandes presses et autres tubulures qui vrombissaient à intervalle régulier au-dessus de leurs têtes. Thuran avait beau avoir passé l’essentiel des derniers jours dans cet environnement, lui non plus ne parvenait pas à s’y habituer.

— Les Farraver ? réagit Rosalie en se levant. Ils les ont retrouvées ?

Thuran avait déjà deviné que les nouvelles n’étaient pas bonnes, il lui suffisait de voir l’air déconfit de son ami.

— Elles sont parties, pas vrai ?

Matt acquiesça.

— Maître Farraver et sa fille ont suivi leurs traces jusqu’à une crique au bord de l’océan. Ils y ont trouvé les traces d’un amarrage ainsi que celles d’un « camp temporaire ». D’après eux, un bateau attendait les bandits qui ont dû y embarquer les captives.

— Et eux ? Les bandits je veux dire.

— Des traces de chevaux qui partent vers le sud, datant déjà de plusieurs jours lorsqu'ils les ont découvertes.

Un silence pesant s'installa, finalement brisé par Rosalie.

— Que comptes-tu faire Matt ?

— J'y ai bien réfléchi ces derniers jours je... Je m'attendais à cette conclusion ; Rionnel nous avait avertis que c'était le plus probable. Mais je vais suivre leur trace.

Cette fois, il étonna Thuran.

— Suivre leur trace ? Comment ?

— J'en ai discuté avec Rionnel, ils n'ont pas beaucoup le choix quant à leur destination. Au nord il n'y a rien pour des contrebandiers humains, les nains les abhorrent.

Thuran acquiesça sans le couper.

— Alors reste le sud. La première étape serait la province de Garelest...

— Ce territoire est encore plus dénué de richesses que le Gareldor, il ne présente aucun intérêt pour des contrebandiers. Surtout si leur marchandise est d’une nature... enfin, vous comprenez... commenta Erik.

— C'est aussi ce qu'a fait remarquer Rionnel, approuva Matt sans s'offusquer. Ils iraient donc plus loin et en continuant de longer la côte...

— On arrive dans le Haut-Neck, conclut Thuran. C'est là-bas que tu veux aller ?

Matt hocha la tête.

— Je vais me joindre au capitaine jusqu'à Garel pour informer les autorités. Peut-être qu'une enquête sera lancée, je... J'improviserai au fur et à mesure. Rionnel a dit qu'il pourrait peut-être m'accompagner dans ma quête. Rosalie, je peux me joindre à vous jusqu'à Frerilan moi aussi ?

La jeune femme approuva, avec cependant moins d’enthousiasme que lorsque le nain lui avait fait la même demande. Thuran devina ce qu’elle avait en tête : il ne reviendrait pas avec eux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Nat S. Evans
Sidgil. C'est le nom que je porte. Réveillée dans une chambre d'hôpital voilà plus d'un an, je pensais être mariée à un homme mystérieux et vivre une vie de famille normale. Mais Marc est un dieu et Kyros, son ami, entreprend aussitôt de me tuer.
Heureusement, j'ai pu recevoir une aide inattendue de la part de Melvin, jusqu'à ce que ce titan malsain l'élimine. J'ai également fais la connaissance de Noah ou plutôt Tara, la métamorphe, abattue de sang froid. Dans ma fuite, j'ai pu retrouver le contact indiqué par le père de Melvin: Lancelot. Toutefois, j'ai bien l'impression qu'il ne s'agit pas d'un simple nom de code. Grâce à son aide, je m'échappe dans le labyrinthe du temps pour retrouver un Lancelot plus jeune... dans le futur. Je veux découvrir qui je suis et pourquoi Kyros veut me tuer.

Cette oeuvre contient des scènes difficiles et ne sont pas recommandées aux enfants. Merci donc ne pas lire cette fiction si vous faites partie de ce public.

Oeuvre protégé par Copyright. L'enregistrement, l'utilisation, la copie de l'oeuvre ou d'un extrait est strictement interdit.
166
352
996
295
Défi
Jess2000
Réponse au défi Romance en aéroport
1
2
2
3
Défi
NATOS
Et Goliath en perdit la tête...
5
2
0
0

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0