Chapitre 6 : Décisions (1/6)

6 minutes de lecture

L’expédition pour Châtaigne s’acheva le lendemain, peu après la mi-journée. À la fin d’un trajet sans histoire, une surprise attendait Thuran et Matt à Rosépine : la ville était plus débordante d’activité que jamais ! Le début de la grande opération commerciale pour Frerilan approchait, les participants se rassemblaient.

— On est partis que deux jours… murmura Matt en secouant la tête.

Arrivés sur la place centrale, les deux jeunes surprirent des échos de voix. L’aubergiste local débattait avec un homme fort bien habillé. Il assurait ne plus avoir de place dans son établissement, alors que les deux jeunes étaient les seuls résidents moins d’une semaine plus tôt.

Tous deux échangèrent un regard, puis Matt se tourna vers Rionnel qui venait de descendre de selle.

— On rejoint Rosalie, à plus tard !

Le soldat se contenta d’un bref signe de main en réponse et le jeune homme attacha les brides de leurs chevaux à une balustrade tandis que Thuran s’emparait des deux coffrets de Darek. Ils rejoignirent directement la maison des Summer. En y arrivant, ils tombèrent sur Maria et un inconnu qui devisaient. Le visage de la marchande était fermé, mais il se dérida lorsqu’elle les vit. Elle laissa aussitôt son interlocuteur en plan pour se diriger vers eux.

— Vous voilà de retour ! Vous allez bien ? Thuran, as-tu trouvé…

Le nain afficha un petit rictus, cette femme ne perdait pas de temps avec les politesses.

— Oui, répliqua-t-il en soulevant légèrement la boîte de métal blanc qu’il tenait à bout de bras.

Elle était si lourde qu’il avisa le premier meuble disponible et l’y déposa. La marchande s’approcha comme il posait la main sur les runes pour lui présenter les pierres.

— Douze magicytes d’air, suffisamment grandes pour alimenter vos installations pendant un an, présenta-t-il en imitant son oncle.

Cet instant provoqua un pincement dans le cœur du nain. Il avait longtemps rêvé le moment où Darek le jugerai apte à négocier une affaire aussi importante.

— Magnifique ! salua Maria sans dissimuler son plaisir.

La marchande se tourna cependant presque aussitôt vers son invité délaissé, elle s’excusa auprès du nain.

— Nous reparlerons de cette affaire tout à l’heure, je dois…

— Pas de problème ! assura Thuran, compréhensif.

— Rosalie est à la maison ? intervint Matt avant qu’elle n’ait eu le temps de s’éloigner.

— Elle s’est encore éclipsée, sûrement à l’extérieur de la ville. Si vous la trouvez, dites-lui que j’attends avec impatience son rapport sur les récoltes de Douce-Neige !

— On pose nos affaires et on y va ? proposa Matt en se tournant vers son ami.

— Bien sûr !

Le nain avait attendu l’occasion de parler avec le vieil homme. Maintenant qu’elle se présentait, il se sentait toutefois intimidé. Il se demanda une fois de plus comment il allait pouvoir se présenter et poser les questions qui lui brûlaient les lèvres.

En arrivant dans leur chambre, ils découvrirent quelques lits défaits. Rosalie leur avait expliqué que cette chambre pouvait accueillir d’autres hôtes à l’occasion, il aurait été étonnant qu’elle soit vide avec l’actualité du moment. Ils déposèrent les deux coffrets sur le lit du nain et, après une courte hésitation, transférèrent leur trésor dans le coffret runique, avec les magicytes. Personne d’autre que Thuran ne pouvait l’ouvrir.

S’engageant dans la grand-rue, ils la descendirent sans tarder en direction des portes de la ville.

— Il y a vraiment du monde…regarde comment il est habillé celui-là ! fit Matt en désignant un jeune homme qui marchait vers eux.

Ce dernier avait le teint halé, des cheveux châtain clair… et il portait en effet une tenue qui sortait de l’ordinaire. Une sorte de grande toge serrée à la taille par un ruban, le tout dans des couleurs vives allant du jaune au rouge. Thuran se souvenait avoir vu de tels vêtements par le passé, mais comme il essayait de se remémorer où et quand, il entendit une puissante exclamation.

Le jeune homme qu’ils avaient remarqué, l'air ailleurs, venait de bousculer un commerçant de Rosépine. Ce dernier avait les bras chargés d’un panier en osier rempli de pommes et n’avait pu éviter l'impact. Tous deux tombèrent à la renverse et les fruits s’éparpillèrent dans la rue.

— Pardon, je ne vous avais pas vu ! s’excusa le jeune tête en l’air.

— Tu pourrais faire un peu attention ! rétorqua l’autre, la voix pleine de colère.

Le jeune homme s’empressa de rassembler les fruits qui avaient roulé un peu partout au moment où Thuran et Matt arrivaient à son niveau.

— Aidons-le, proposa le nain en souriant.

Le maladroit leur sourit lorsqu’il les vit se baisser à ses côtés. En une minute l’affaire était réglée, le commerçant s’en allait en maugréant dans sa barbe.

— Elle n’était pas très belles ses pommes de toute façon, elles ont vu passer tout un hiver ! fit remarquer Matt à voix basse, provoquant des sourires chez ses deux camarades de tâche.

Le jeune homme se releva en époussetant ses vêtements, puis il tendit la main vers eux.

— Je me nomme Erik, merci pour le coup de main !

— Moi c’est Thuran, réagit le nain en saisissant la main tendue. Lui c’est Matthew.

— Tout le monde m’appelle Matt, tu fais quoi ici Erik ?

— Oh, pas grand-chose à vrai dire. Je dois me joindre à l’expédition qui part bientôt pour Frerilan. En attendant je déambule en ville… il n’y a pas grand-chose à faire ici.

— Tu viens d’où ? s’étonna Matt.

— Ça ne se voit pas ? répliqua l’autre avec un sourire moqueur. Je suis originaire du Royaume d’Alouan !

— Le quoi ?

Thuran jeta un regard nouveau sur l’allure du jeune homme. Ces terres se trouvaient très loin au sud-ouest, il s’agissait de l’un des six grands Royaumes des Hommes. Le nain chercha dans ses souvenirs la description qu’il en avait lu : un climat chaud et sec, l’essentiel des terres désertiques. Ce territoire était le plus souvent désigné sous le nom de Désert d’Alouan. L’essentiel de la population vivait le long d’un fleuve qui le traversait de part en part.

— Matt n’a pas beaucoup voyagé, expliqua le nain. Et moi-même, je n’ai jamais eu la chance d’aller si loin.

— Oh, désolé je ne voulais pas dire…

— Ce n’est pas grave ! intervint Matt en souriant.

— Que fais-tu par ici ? demanda le nain.

— Mon père dirige… une guilde marchande. Il m’a envoyé dans un coin pommé du nom de Pierre-à-Pic, pour tenter de convaincre les artisans locaux de tester… Enfin bref, je crois qu’il voulait me faire voir du pays.

— Un coin pommé ? Mais Pierre-à-Pic a la même taille que Châtaigne et…

Matt se tut lorsqu’il croisa le regard moqueur du nain. La ville désignée par Erik comptait parmi les bourgades de la région, Thuran l’avait visité une fois. Édifiée en bordure immédiate des terres naines, la spécialité de ses habitants était le travail de la pierre. Pour le jeune marchand devant eux le Gareldor était le bout du monde, il n’y avait probablement rien pour l’intéresser ici.

— On devrait peut-être y aller, grimaça Matt, qui avait dû tirer la même conclusion.

— C’était un plaisir de faire ta connaissance Erik, abonda le nain. Désolé mais nous allions sortir faire un tour.

— Vous sortez ? De la ville ? Oh, je peux venir avec vous ? Je m’ennuie ferme et mon tuteur refuse que je m’éloigne sans guide ! En votre compagnie il ne devrait rien avoir à redire.

— Un tuteur ? s’étonnèrent les deux amis d’une seule voix.

Erik fit une moue gênée.

— Je ne suis pas venu jusqu’ici tout seul bien sûr. Mon tuteur m’accompagne partout pour mon instruction quotidienne. Il y a aussi une dizaine de gardes, ma coiffeuse, mon cuisinier…

Il s’interrompit devant la réaction de ses camarades. Thuran jeta un œil vers son ami et se demanda si sa mâchoire n’allait pas se décrocher.

— C’est mon père qui en fait toujours trop ! assura Erik en secouant la tête. Je lui avais dit que Hari, mon tuteur, et quelques gardes seraient bien suffisants. Ce n’est pas comme si je ne pouvais pas m’habiller seul ou manger comme les locaux !

Il semblait se considérer ainsi comme quelqu’un de fort modeste.

— Quelle est cette guilde que dirige ton père au juste ? questionna le nain.

Le jeune homme eut soudain l’air gêné.

— La corporation Magitek, lâcha-t-il après un instant.

Si Thuran s’était attendu à quelque chose de gros, cette fois c’est lui qui dû retenir sa mâchoire. Magitek, ce nom était connu de tous, jusque dans les terres naines. Il s’agissait des plus grands spécialistes en technologies basées sur l’énergie magique ! Les plus grands spécialistes en utilisation des magicytes. Presque toutes les machines, telles que celles utilisées par les tisserands de Rosépine, étaient créées par elle. Dire que cette guilde avait un poids considérable à travers tout le continent de Cyrial ne serait qu’un doux euphémisme.

— Thuran… commença Matt, qui allait sûrement demander quelque chose comme « C’est quoi Magitek ? »

Cette fois le nain le devança. Ses réflexes de marchand, aiguisés par son oncle, prirent le dessus.

— Si tu veux faire un tour, joins-toi à nous !

Matt ouvrit la bouche mais la referma lorsque Thuran le fusilla du regard. Erik s’empressa de les suivre, visiblement ravi.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Nat S. Evans
Sidgil. C'est le nom que je porte. Réveillée dans une chambre d'hôpital voilà plus d'un an, je pensais être mariée à un homme mystérieux et vivre une vie de famille normale. Mais Marc est un dieu et Kyros, son ami, entreprend aussitôt de me tuer.
Heureusement, j'ai pu recevoir une aide inattendue de la part de Melvin, jusqu'à ce que ce titan malsain l'élimine. J'ai également fais la connaissance de Noah ou plutôt Tara, la métamorphe, abattue de sang froid. Dans ma fuite, j'ai pu retrouver le contact indiqué par le père de Melvin: Lancelot. Toutefois, j'ai bien l'impression qu'il ne s'agit pas d'un simple nom de code. Grâce à son aide, je m'échappe dans le labyrinthe du temps pour retrouver un Lancelot plus jeune... dans le futur. Je veux découvrir qui je suis et pourquoi Kyros veut me tuer.

Cette oeuvre contient des scènes difficiles et ne sont pas recommandées aux enfants. Merci donc ne pas lire cette fiction si vous faites partie de ce public.

Oeuvre protégé par Copyright. L'enregistrement, l'utilisation, la copie de l'oeuvre ou d'un extrait est strictement interdit.
172
368
1021
300
Hikimari
Recueil de contes en tous genres.
3
2
2
1
Défi
Maalou
En réponse au défi Projet Bradbury #6 "écrire une nouvelle ayant pour thème "retrouver quelque chose qui a été perdu".
6
8
3
6

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0