Chapitre 4 : Témoignages (3/7)

7 minutes de lecture

— Vous connaissez nos deux derniers invités je crois, continua madame Summer. Monseigneur Danyk nous fait la grâce de sa présence, il a proposé de mettre à disposition sa sagesse et sa connaissance des Saintes Écritures du Créateur.

— Un plaisir de vous revoir, bredouilla Matt.

Le nain pour sa part retint une grimace. L'intéressé avait un air tellement hautain, il qu'il regardait Thuran comme il le ferait pour un insecte. Le point positif, c’est qu’en entendant le manque d’enthousiasme dans la voix de madame Summer, il devina qu’en dépit de ses paroles elle n’estimait pas beaucoup le religieux elle non plus.

— Et pour finir nous accueillons Orwald Tower, administrateur de Châtaigne, acheva la maîtresse de cérémonie.

Matt se leva aussitôt, n'y tenant vraisemblablement plus.

— Maître Tower, vous...

— Silence ! coupa aussitôt Maria d'un ton sec. Rasseyez-vous Matt !

Thuran regarda son ami, qui s'était immobilisé, l’air un peu ahuri. Lui-même ne comprenait pas cette réaction visiblement disproportionnée.

— Nous vous donnerons l'occasion d'échanger avec monsieur Tower plus tard, pour le moment ce que nous attendons, c’est le témoignage de Thuran sur les événements à Châtaigne.

Le nain tiqua sur le selon Thuran, mais obtempéra cependant tandis que son ami reprenait sa place.

— Comme Matt vous l'a probablement déjà raconté, la bourgade a subi une attaque de nuit. Des bandits se sont introduits discrètement dans l'enceinte de la ville, à la faveur d’une soirée de fête. Ils l’ont ensuite mise à sac, de nombreuses personnes ont été tuées et d'autres enlevées.

— Et comment vous êtes-vous tirés d'un tel guêpier ? interrogea l'ecclésiastique.

— Nous avons eu la chance de tomber sur la garde de Châtaigne et nous sommes échappés à cheval grâce à eux. Un ami à nous et deux gardes, dont le capitaine, ont survécu également.

— Le capitaine, vous voulez parler de Rionnel Raveck ? Où sont ces gardes maintenant ? demanda à son tour Patrek.

— Oui, c'est bien lui. Après notre fuite nous avons choisi de traverser le Bois de Lachel. C'est une forêt entre Châtaigne et Rosépine, ajouta Thuran à l'attention de l'homme d'église qui n'était pas de la région. Malheureusement, ces bois ont été dignes de leur réputation et nous sommes tombés sur un monstre caché au milieu d'un étang. Nous avons perdu notre ami Gaël ainsi que Jolan, le second garde. Puis c'est un loup à dent-de-sabre qui nous est tombé dessus en pleine nuit et nous a obligés à nous séparer du capitaine.

Les paroles du nain laissèrent place à un court silence. Le public des deux amis échangeait des regards que Thuran ne pouvait déchiffrer. Naturellement, seule Maria pouvait reprendre la parole.

— Vous confirmez le récit livré par Matt à son arrivée. Cependant Maître Tower nous avait rejoints avant vous avec une histoire quelque peu différente. Maître ?

L'administrateur de Châtaigne sourit et se leva pour prendre la parole. Thuran le fixa avec circonspection, il se demandait lui aussi quelle était son histoire. Comment ce gratteur de papier avait-il pu s’en sortir ?

— Je vous remercie madame. Malheureusement je dois prendre le mauvais rôle et couper court aux divagations de ces jeunes gens.

— Aux quoi ?! s'écria Matt en fixant le représentant avec de gros yeux.

Thuran plaça sa main sur l'épaule de son ami en secouant la tête. Tower lui avait laissé une bonne impression à Châtaigne, celle d'un homme compétent et accessible. Et il se comportait tout à fait de la même manière à cet instant : il parlait avec calme, posée. Quoi que cet homme ait à dire, s'énerver n'arrangerait pas leurs affaires.

— Voyons jeune homme ! répliqua Orwald. Vous ne vous attendiez tout de même pas à ce que votre histoire abracadabrantesque soit acceptée si facilement ? Ce conseil est composé de personnalités remarquables qui ne sont pas si faciles à duper !

— Voulez-vous dire que nous avons tout inventé ? Mais vous étiez à Châtaigne ce soir-là vous aussi, comment vous en êtes-vous sortis ? demanda Thuran en maîtrisant sa voix pour paraître détendu, en dépit des doutes et de la frustration provoqués par les paroles de cet homme.

— Bonne question et je dois dire que ce n'est pas grâce à vous ! J'ai été très déçu, j'avais eu l'impression que vous étiez quelqu'un de bien à notre première rencontre jeune nain.

En dépit de ses propres conseils, Thuran était perdu et commençait à perdre son calme.

— Mais qu'est-ce que vous racontez ?

— Ça suffit, intervint Madame Summer. Maître Tower, livrez-nous votre récit des évènements de ce triste soir, s'il vous plaît. Sans interruptions !

Thuran comprit le message et croisa les bras, il bouillonnait intérieurement.

— Oui bien sûr, approuva l'administrateur. Et bien comme l'ont conté ces jeunes gens, ce soir-là était festif à Châtaigne. J'ai d'ailleurs bu une ou deux chopes de trop, je le confesse.

Cette remarque fit germer quelques sourire et même de petits rires dans l'assemblée, mais Orwald continua.

— Ce qui nous intéresse c'est ce qui s'est passé après la fête, tard dans la nuit. Alors que je dormais profondément, j'ai été réveillé par du bruit au rez-de-chaussée, un vrai remue-ménage. Je me suis levé et armé d'une bougie pour aller voir de quoi il retournait... et suis tombé nez à nez avec le nain ici présent, occupé à retourner le mobilier. Il était sans doute à la recherche du coffre contenant les fonds de la ville.

Une chappe de plomb tomba sur Thuran, qui était trop abasourdi pour réagir. Matt s'agitait déjà à ses côtés, mais c'est une voix féminine qui retentit la première.

— C'est impossible ! éclata Rosalie en s'avançant vers Maria. Nous connaissons Thuran depuis des années, c'est quelqu'un de tout à fait respectable ! Tu le sais bien maman !

— Il y avait des nains parmi ceux qui ont pillé Châtaigne, vous avez dû confondre Thuran avec l'un d'eux ! ajouta Matt.

— Ça suffit asseyez-vous tous les deux ! trancha la maîtresse des lieux. Rosalie, si tu ne peux pas te tenir je vais te demander de sortir !

Matt se rassit à contre-cœur. Rosalie quant à elle resta sur place, les mains sur les côtes et une expression boudeuse sur le visage.

— Vous vous obstinez avec votre histoire de pillards mystérieux, reprit calmement Tower, comme s'il n'avait pas été interrompu. Il eut été plus honnête de reconnaitre votre faute dès que vous m'avez vu.

— Mais vous... commença Matt.

— J'ai dit ça suffit ! coupa encore Maria. Si vous dites un mot de plus, monsieur Everluce, je demanderai à la garde de vous escorter dehors !

Thuran regarda son ami serrer les poings avant d'abdiquer et de reprendre sa place. Le nain avait lui aussi envie de réagir, mais il avait compris qu'ils ne gagneraient rien à élever la voix pour le moment. D’autant qu’ils n’avaient pas encore le fin mot de l’histoire de cet Orwald.

— Maître Tower, je vous en prie reprenez, invita Maria. Que s'est-il passé lorsque vous avez surpris votre visiteur nocturne ?

— J'ai fait preuve d’une grande naïveté, je dois le reconnaître, continua-t-il donc. En effet, j'ai proposé au nain de partir aussitôt. Je lui ai dit qu’en échange je ne le dénoncerai pas à la garde et me contenterai d’avertir son oncle de ses exactions. Mais comme je parlais, quelqu'un est arrivé derrière moi et a profité de l'effet de surprise pour m'assommer. Je suppose qu'il devait s'agir de ce jeune homme, termina-t-il en désignant Matt.

Thuran regarda son ami, qui se retenait sans doute de se jeter au cou de leur accusateur. Mais Matt parvint à contrôler sa colère cette fois, il ne prononça pas un mot.

— Que s'est-il passé ensuite ? demanda alors Danyk, que le nain avait un peu oublié.

— Lorsque j'ai repris connaissance, j'étais dans la rue et ma maison en flammes ! Le tavernier de Châtaigne, ce brave homme, m'avait tiré de là avant que je ne sois brûlé vif. Visiblement, ces jeunes bandits étaient décidés à cacher leur méfait avec cet incendie !

— Et ils n'ont pas accordé grande valeur à votre vie mon cher, ajouta Monseigneur Danyk en hochant la tête. Mais les Nains sont sans scrupules, je l'ai toujours dit !

En entendant ses mots, Thuran serra les dents au point qu'il sentit un peu de sang dans sa bouche. Mais il ne pouvait rien attendre d'autre de cet homme, qui était d’ores et déjà acquis à la cause de ce Tower.

— En effet, qui aurait pu soupçonner ces deux gamins d’être si dénués de sens moral ? rebondit Orwald. Toujours est-il que la garde de Châtaigne a aussitôt lancé des recherches pour mettre la main sur les fugitifs. Et j’ai insisté pour venir moi-même prévenir nos voisins.

Patrek prit alors la parole.

— Il y a deux jours, à l’aube, nous avons aperçu une grande fumée noire au loin, dans la direction de Châtaigne. Ce qui corrobore la thèse d’un incendie.

— Mais des maisons brûlaient pendant le sac de la ville ! s'écria soudain le nain, qui n'y tenait plus.

— Il eut été bon de nous le préciser plus tôt dans ce cas, piqua Danyk sans élever la voix.

— Dans tous les cas, continua Patrek calmement, le fait est que Maître Tower est arrivé en début d’après-midi et nous a avertis de ce qui s'était produit. J'ai immédiatement envoyé mes hommes à la recherche des fuyards et ils sont tombés sur eux deux.

Thuran jeta un œil vers la porte d’entrée. Les deux gardes qui les avaient accueillis barraient le passage et il n’y avait pas d’autre issue. Tout était entendu avant même qu’ils n’arrivent.

Rosalie vint se placer aux côtés des deux garçons, mais ne dit rien. Elle jetait tout de même un regard plein de reproches au groupe de l’autre côté de la table.

— Bien ! Maintenant tout le monde ici connaît notre affaire et les deux versions qui s’opposent, résuma Maria. Il est temps de décider quoi faire, Ernest ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Nat S. Evans
Sidgil. C'est le nom que je porte. Réveillée dans une chambre d'hôpital voilà plus d'un an, je pensais être mariée à un homme mystérieux et vivre une vie de famille normale. Mais Marc est un dieu et Kyros, son ami, entreprend aussitôt de me tuer.
Heureusement, j'ai pu recevoir une aide inattendue de la part de Melvin, jusqu'à ce que ce titan malsain l'élimine. J'ai également fais la connaissance de Noah ou plutôt Tara, la métamorphe, abattue de sang froid. Dans ma fuite, j'ai pu retrouver le contact indiqué par le père de Melvin: Lancelot. Toutefois, j'ai bien l'impression qu'il ne s'agit pas d'un simple nom de code. Grâce à son aide, je m'échappe dans le labyrinthe du temps pour retrouver un Lancelot plus jeune... dans le futur. Je veux découvrir qui je suis et pourquoi Kyros veut me tuer.

Cette oeuvre contient des scènes difficiles et ne sont pas recommandées aux enfants. Merci donc ne pas lire cette fiction si vous faites partie de ce public.

Oeuvre protégé par Copyright. L'enregistrement, l'utilisation, la copie de l'oeuvre ou d'un extrait est strictement interdit.
172
368
1021
300
Hikimari
Recueil de contes en tous genres.
3
2
2
1
Défi
Maalou
En réponse au défi Projet Bradbury #6 "écrire une nouvelle ayant pour thème "retrouver quelque chose qui a été perdu".
6
8
3
6

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0