Chapitre 3 : Le Bois de Lachel (9/10)

7 minutes de lecture

— Attaquez, tous ensemble ! s’écria le capitaine.

Thuran n'hésita pas et frappa directement, sans chercher à cibler un point particulier mais en y mettant toutes ses forces. L’espace autour du loup à dent de sabre était tellement restreint qu'il ne pourrait pas éviter toutes les attaques, il serait blessé par l'un ou l'autre d'entre eux...

Contre toute attente, le loup se mit pourtant à manœuvrer à toute allure. Une patte vola à la rencontre de la lame du nain et son attaque fut repoussée avec violence. Thuran sentit l'arme vibrer dans sa main et son bras s'était engourdi avec cet unique impact !

Tandis qu'il reculait, il vit Matt affalé au sol avec la moitié de son bâton en main tandis que le capitaine semblait charger pour la seconde fois. Débarrassé des deux gêneurs, le loup fonça à la rencontre du soldat qui ne faisait littéralement pas le poids. La bête fonça tête baissé à la rencontre de sa lame et la repoussa de la tête sans s'arrêter. Elle le percuta alors au niveau de la poitrine, puis s’éleva sur ses pattes arrière pour le renverser sous elle !

Coincé sous le corps massif du monstre, Rionnel tenait cependant toujours son arme. Voyant cela, Thuran se souvint de ce qu’il avait dit à propos de la faiblesse du cuir du loup.

C'est le moment où jamais !

Il saisit à deux mains son épée et s'élança.

Coincé sous le fauve, la première priorité du capitaine était d'éviter les crocs qui cherchaient sa gorge. Il luttait pour ne pas être déchiqueté ! Il évita un premier coup et les canines imposantes du loup marquèrent la roche au point d’impact. La créature réagit à cet échec en écrasant les épaules de sa victime avec ses énormes pattes avant, l'immobilisant une fois pour toute. Rionnel hurla de douleur tandis que le monstre reculait sa gueule pour donner le coup de grâce.

Thuran était concentré sur le sang, l'échine de la bête. Là où elle avait été touchée auparavant. Il frappa de toutes ses forces ! La créature réagit en interrompant son geste meurtrier tout en lâchant un jappement qui prit le nain par surprise. Elle tourna vivement sa tête massive vers lui et Thuran se jeta en arrière juste à temps pour éviter d'être écrasé par un coup de patte rageur.

Tandis qu'il se réceptionnait douloureusement au sol, le nain ne quittait pas des yeux la blessure infligée à la bête. Même avec toutes ses forces, il n'avait pu faire mieux que lui laisser une nouvelle estafilade. Il avait à peine tranché dans la fourrure du loup.

Ce geste défensif de la bête avait en revanche libéré le capitaine. Plutôt que de ramper en arrière, Rionnel se tendit et frappa. La lame pénétra profondément dans l’abdomen du monstre, presque sans résistance. Immédiatement, le loup à dents de sabre bondit en arrière en mugissant, il rejoignit le fond de la grotte en emportant avec lui l’épée du soldat, enfoncée pratiquement jusqu'à la garde. La bête fixa alors ses trois adversaires en grondant.

— Thuran, ton épée ! lança Rionnel en se redressant avec raideur.

Le nain jeta mollement son arme dans la direction du capitaine, qui s'en saisit tout en se jetant en avant, vers leur adversaire. Thuran admira la détermination du soldat, qui était pourtant visiblement mal en point.

Même terriblement affaiblie la créature n'abdiquait pas, elle non plus. Elle se jeta à la rencontre de son opposant, mais sa vivacité avait pâli. Rionnel l'esquiva sans mal et trancha son flanc droit. Le loup gémit de plus belle en se réceptionnant un peu plus loin. La créature fixa le capitaine, puis le feu de camp. Elle bondit vers ce dernier.

— Utilisez le feu ! Bloquez-lui la sortie ! s'écria Rionnel.

Thuran se redressa à la hâte pour rejoindre Matt, qui se saisissait déjà de branchages embrasés. Ils les dispersèrent autour d’eux à la volée. Le canidé ne s'arrêta pas en les voyant faire, mais il ralenti subrepticement sa course. Puis il trébucha et s’affala sur le flanc !

Les jeunes s'approchèrent prudemment de la créature immobile. Thuran la regardait sans y croire. Un liquide se répandait sur la roche autour d'elle, tandis que son ventre se soulevait et s’abaissait rapidement. Avec un frisson, le nain constata que les yeux de la bête restaient braqués sur eux avec une lueur de défi. Mais ses forces lui faisaient défaut et elle n’essayait même plus de se relever.

Rionnel s’approcha à son tour et la créature se tourna vers lui en grondant.

Partagé entre peur et pitié, le nain regarda le capitaine lever son épée et frapper. Il toucha la nuque du loup sans parvenir à séparer la tête du tronc. Cette créature était bien trop massive. Cela suffit cependant pour en finir.

Les trois survivants restèrent un instant silencieux devant le corps inerte, puis Rionnel s’affala. Thuran ne remarqua qu'alors qu'il saignait abondement. La plaie de la veille s'était rouverte pendant le combat !

— Matt, il faut vite le bander !

Le jeune homme se précipita vers les sacoches de Pomme, où ils avaient laissé les restes de sa tunique. Il lui fallut cependant un instant pour calmer ce dernier afin de ne pas être piétiné. L’étalon était complètement fou !

Pendant ce temps le nain avait rejoint Rionnel. Il le soutint tandis que Matt serrait le tissu contre son flanc. Le capitaine ne dit pas un mot pendant ce temps, il transpirait et respirait bruyamment.

Thuran laissa le capitaine s'assoir, puis un hurlement se fit entendre dans le lointain. Il était bien trop semblable à celui de leur ancien adversaire et d'autres lui répondirent !

— Il y en a d’autres ?! réagit Matt, affolé.

Rionnel leva les yeux vers lui, étrangement calme.

— Le loup à dents de sabre n’est pas un solitaire, tout comme son cousin. Thuran, tu semblais connaître cette bête. Tu as des informations à son sujet, pas vrai ?

Étonné par cette soudaine question, le nain mit un instant à rassembler ses esprits.

— C’est un monstre endémique du sud du Haut-Neck, à la frontière avec le Perlanoc, commença-t-il.

— Ma région d’origine, confirma le capitaine avec un léger sourire. C’est pour ça que je les connais si bien. Tu te souviens peut-être de ce qui l’attire ?

Thuran chercha dans sa mémoire, puis fixa la mare de sang qui entourait le cadavre du loup avant de se tourner vers la blessure du capitaine. Le tissu fraichement posé s'assombrissait rapidement.

— Le sang frais, confirma le soldat en hochant la tête.

Rionnel tendit la poignée de l’épée de Jolan au nain, qui la saisit à contrecœur. Il voyait où Rionnel voulait en venir. Le capitaine enchaîna en s’appuyant contre la paroi pour se relever.

— Vous ne devriez pas bouger, la blessure ne se refermera pas sinon ! s'alarma Matt.

— On n’a pas le choix, rétorqua le capitaine en allant saisir de la garde de sa propre lame, toujours bloquée dans les entrailles du monstre.

Il dû s’arc-bouter contre le torse de la bête pour parvenir à la dégager, puis se tourna vers ses compagnons et son regard croisa celui du nain.

— On ne va pas vous laisser seul ! déclara aussitôt ce dernier.

— On n’a pas le temps d'en discuter ! trancha le soldat. Vous deux, vous partez au sud. Je vais monter sur Pomme et prendre vers l’ouest. Dans ces deux directions, l'orée de la forêt ne doit pas être loin. Je n’ai pas l’intention de mourir ! On se retrouvera à Rosépine ! affirma-t-il avec aplomb.

— Et si les loups vous rattrapent ? Sans nous… commença Thuran.

— Si la faucheuse doit frapper, inutile qu'elle nous prenne tous les trois.

— Mais nous avons pu tuer celui-là, intervint Matt. Nous pourrions…

— Nous avons eu de la chance, beaucoup de chance ! coupa le soldat. Que pourrions-nous faire face à tout un groupe ? Je vous l’ai dit, je connais ces bêtes-là. Un jour j’ai vu toute une escouade de soldats compétents se faire réduire en charpie par une meute ! Mais faites-moi confiance, je leur échapperai. Partez, nous nous reverrons à Rosépine !

Il finit sur un ton péremptoire. Thuran se baissa alors pour saisir une branche enflammée au sol.

— On y va Matt, déclara-t-il.

— Mais…

— Il a raison, on n’a pas le choix.

Le nain se tourna vers le capitaine.

— Bonne chance.

— Bonne chance à vous deux.

Le soldat rengaina son épée ensanglantée et se tourna vers Pomme, qui semblait s’être un peu calmé. Il restait cependant nerveux.

Thuran s'efforça de se concentrer sur ce qui les attendait. Il lui fallait oublier le capitaine pour un temps, ils avaient une forêt à affronter de nuit, une longue marche. Peut-être même des bêtes sauvages à leurs trousses ! Il glissa l’épée de Jolan à sa ceinture avant de dévaler la petite pente. Matt mit un instant à le suivre, mais il l'entendit bientôt derrière lui.

La branche enflammée emportée par le nain ne tarda pas à s'éteindre et ils se retrouvèrent plongés dans une obscurité presque totale. Heureusement ils avaient pu rejoindre le cours d’eau dans l'intervale et n'avaient besoin que de le suivre. Ils progressèrent bercés par le bruissement du feuillage, secoué par une bise légère, ainsi que par les hululements des chouettes. Les pierres et racines qui dépassaient ralentissaient considérablement leur progression, les chutes n'étaient pas rares, mais aucun d'eux ne se plaignait. Sans avoir eu à se mettre d'accord, tous deux restaient muets.

Le nain songea qu'ils avaient néanmoins de la chance d'être allés si loin la veille. Dans les marécages, toute progression nocturne eut été impossible.

Les loups à dents de sabre continuaient à pousser des hurlements à intervalle régulier, leur assurant une motivation inébranlable. À mesure que le temps passait, ces derniers s'espacèrent cependant.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Nat S. Evans
Sidgil. C'est le nom que je porte. Réveillée dans une chambre d'hôpital voilà plus d'un an, je pensais être mariée à un homme mystérieux et vivre une vie de famille normale. Mais Marc est un dieu et Kyros, son ami, entreprend aussitôt de me tuer.
Heureusement, j'ai pu recevoir une aide inattendue de la part de Melvin, jusqu'à ce que ce titan malsain l'élimine. J'ai également fais la connaissance de Noah ou plutôt Tara, la métamorphe, abattue de sang froid. Dans ma fuite, j'ai pu retrouver le contact indiqué par le père de Melvin: Lancelot. Toutefois, j'ai bien l'impression qu'il ne s'agit pas d'un simple nom de code. Grâce à son aide, je m'échappe dans le labyrinthe du temps pour retrouver un Lancelot plus jeune... dans le futur. Je veux découvrir qui je suis et pourquoi Kyros veut me tuer.

Cette oeuvre contient des scènes difficiles et ne sont pas recommandées aux enfants. Merci donc ne pas lire cette fiction si vous faites partie de ce public.

Oeuvre protégé par Copyright. L'enregistrement, l'utilisation, la copie de l'oeuvre ou d'un extrait est strictement interdit.
166
352
996
295
Défi
Jess2000
Réponse au défi Romance en aéroport
1
2
2
3
Défi
NATOS
Et Goliath en perdit la tête...
5
2
0
0

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0