Chapitre 3 : Le Bois de Lachel (4/10)

6 minutes de lecture

— Que comptez-vous faire une fois à Rosépine ? demanda-il à Rionnel au bout d'un moment, pour se changer les idées.

— Il faut faire notre rapport à Garel au plus vite. On y prendra juste un peu de repos et des provisions avant de continuer notre route.

— Et pour nous ? interrogea Gaël.

— Vous y serez en sûreté, les villageois s'occuperont de vous c'est certain. Probablement que quelqu'un se proposera de vous héberger le temps que les choses s'éclaircissent.

Il parlait d'une voix rassurante, mais bien évidemment aucun d'entre eux n'était dupe. Beaucoup d'épreuves les attendaient.

Jolan s'éfforçait de choisir le chemin le plus sûr, ils progressaient régulièrement sur la terre ferme ou, avec précaution, sur la roche mousseuse. Malheureusement venait toujours le moment de replonger les pieds dans des eaux troubles et glaciales. Le ruisseau avait disparu, mais un léger courant restait discernable.

— J'ai entendu quelque-chose par-là ! s’inquiéta soudain Matt.

— Oui, un crapaud a plongé, répliqua Jolan en se tournant vers lui. Il y a aussi une couleuvre à ta droite.

Le jeune homme bondit pour s’éloigner du reptile, en d'autres circonstances Thuran aurait éclaté de rire.

— Je déteste les serpents, se justifia-t-il.

Ce n'était pas la seule raison, devinait le nain. À Châtaigne on menaçait les enfants avec l’ogre du Bois de Lachel. Même lui avait eu droit à ces histoires.

Il n'y avait cependant pas de grosse bête en vue. Dans un tel environnement, le gibier n'était pas dans son élément. Ils n'en avaient plus apperçus depuis leur entrée dans la zone marécageuse. À la place, le bestiaire environnant était constituée de batraciens et reptiles plus ou moins répugnants. Le principal danger était représenté par les serpents, quelques espèces venimeuses vivaient dans le nord quoique très peu soient mortelles. Finalement, leurs pires ennemis étaient les insectes qui les assaillaient en permanence, en particulier les moustiques !

— C’est normal que ces bestioles soient actives si tôt dans la saison ? s’énerva le nain en constatant une nouvelle piqûre sur son bras.

Jolan, leur expert, demeura silencieux. Thuran lui trouvait un air sombre depuis un petit moment.

— On va un peu se reposer là-bas ! annonça Rionnel en désignant une de ces buttes surélevées qu’ils croisaient occasionnellement.

Thuran soupira de soulagement une fois ses bottes retirées, les pieds au sec. Il était fourbus et congelé, mais cette pause était bienvenue. Les arbres étaient miraculeusement assez espacés pour qu’ils profitent de quelques rayons du soleil printanier. Pas assez chaud pour que leurs vêtements puissent sécher cependant, mais c’était mieux que rien.

— Les gourdes sont presque vides. Toute cette flotte autour de nous et rien de buvable, soupira Jolan. Gaël ! Viens par là garçon, que j’examine ton dos…

Thuran et Matt s’assirent un peu à l'écart.

— Qu'est-ce qu'on fait en arrivant ? On ne va pas se contenter de se faire héberger et attendre quand même ? demanda Matt.

— Les derniers mots de mon oncle étaient qu'on « se retrouvera ». Rosépine était l'étape suivante de notre voyage, il devrait logiquement me chercher là-bas.

Il ne pouvait envisager la perte Darek pour l'instant, le nain avait besoin de toute sa volonté pour affronter les marécages.

— Donc tu veux y rester ? Et les gens de Châtaigne ? insista Matt.

Une boule se forma dans le ventre du nain. Tout comme lui, son ami s’accrochait à des espoirs illusoires. C’était naturel, mais que pouvait-il lui dire ?

— Qu'est-ce qu'on peut y faire ? soupira-t-il finalement.

— Ben, on pourrait aller trouver la garde là-bas et...

— Rionnel et Jolan les informeront de ce qui s'est passé dès notre arrivée. Par contre les soldats de Rosépine ne sont pas plus nombreux que ceux de Châtaigne et...

— Quoi ? Va au bout de ta pensée !

— D'ici que des secours arrivent, combien de temps se sera écoulé ?

Le jeune homme ouvrit la bouche, mais finit par la refermer sans avoir dit un mot. Il baissa la tête. Après une courte hésitation, le nain préféra s’éloigner pour lui laisser un peu de solitude.

J'espère que beaucoup ont pu se cacher. Éléonore...

Lorsque Thuran rejoignit les autres, Gaël se tenait debout.

— Comment tu te sens ? demanda-t-il.

— Assez bien, Jolan dit que j’ai eu beaucoup de chance. Un peu plus bas, la flèche me perçait un poumon et c'était finit.

— Avec de bons soins et un peu de repos il sera en pleine forme en une semaine ou deux, confirma Rionnel. Matt et lui auront récolté de belles cicatrices pour épater la galerie, tout le monde ne peut pas se targuer d'avoir les mêmes dans le Gareldor .

Le capitaine éclata de rire, ce qui fit légèrement sourire le blondinet. Mais il trouvait surement, comme Thuran, que ce rire sonnait faux. Le garde expérimenté cherchait à détendre l’atmosphère, à leur changer les idées.

— On ne doit pas trop perdre de temps ici, pour éviter de passer la nuit dans ce bourbier, conclut finalement Rionnel. Matt ! Tu viens ?

Leur pénible périple reprit. La végétation devenait de plus en plus abondante à mesure qu'ils gagnaient le cœur de la forêt, il fallut bientôt que Jolan dégage un passage entre racines et ronces à l’aide de son épée. Ils pataugeaient maintenant presque continuellement dans un pied d’eau brunâtre.

Comme si cela ne suffisait pas, il fallait aussi gérer les chevaux. Ces derniers étaient plus imposants qu'eux et pas habitués à cet environnement. La petite troupe devait régulièrement s'arrêter pour les calmer.

Alors que leurs compagnons s'efforçaient de faire avancer les montures, bloquées une fois de plus, Thuran se tourna vers Jolan.

— Il y a quelque chose qui ne va pas ? Depuis tout à l'heure tu as l'air... étrange.

Le garde se tourna vers lui et sourit. 

— Ce n'est surement rien, je ne veux pas t'inquiéter. 

— De quoi s'agit-il ? insista le nain. 

Jolan soupira, puis se tourna dans la direction de leur route.

— C'est juste cette forêt, elle n'est pas à sa place. On se croirait en plein cœur du Perlanoc. 

— Le Perlanoc ? interrogea Matt alors que les autres les rejoignaient.

— C'est le royaume au sud du Haut-Neck, il y fait très chaud et il est couvert par des forêts particulièrement denses, expliqua Thuran.

— Où as-tu appris tout ça ? s’étonna à son tour Rionnel. C’est étonnant pour un nain des collines de connaître si bien les royaumes humains, surtout si jeune.

— Mon oncle m’a beaucoup enseigné, rétorqua Thuran en haussant les épaules. 

Le capitaine fronça les sourcils, mais n'insista pas et ils reprirent leur avancée. Peu de temps après, en repoussant un ultime bosquet de ronces, le groupe déboucha sur un large espace ouvert et un pâle soleil inonda leurs visages.

— Un lac ? s’étonna Matt.

Une étendue d'eau s'étendait en effet à leurs pieds. Elle n'était cependant pas très imposante, l’autre rive n’était pas à plus d’une centaine de pieds.

— Juste un étang, se moqua gentiment Jolan.

Thuran se pencha sur le rebord pour tenter d’en voir le fond, mais l’eau était à peine plus claire que celle dans laquelle ils pataugeaient depuis des heures.

— C’est profond vous pensez ?

— Probablement pas, mais on devrait se dépêcher de faire le tour, intervint Rionnel. On ne sait pas ce qui peut s’y cacher.

— Un monstre ? fit Thuran sur le ton de la plaisanterie.

Le soldat conserva une attitude sévère et ne répondit pas. Ils avaient désormais le choix entre se débattre dans les ronces et marcher sur des pierres couvertes de mousses. Le choix fut rapide.

— Gaël, tu penses pouvoir marcher ? demanda Jolan. Ce serait plus prudent que tu ne sois pas en selle.

— Oui, ça va aller, confirma le garçon. 

— Je vais le soutenir, proposa à son tour Matt.

Le groupe commença à contourner l’étang en file indienne, les deux amis en queue de peloton.

— Vous pensez qu'il y a des poissons là-dedans ? interrogea soudain Matt.

En entendant sa question, le ventre de Thuran se mit à gargouiller. Ils n'avaient presque rien avalé depuis la veille, tous étaient probablement morts de faim.

— Je ne pense pas, intervint Jolan. Vous avez remarqué que ça fait un bon moment qu’on n’a plus vu d’animaux ?

— Les serpents ne me manquent pas vraiment, constata Matt.

— Je suis sérieux. Cet endroit est vraiment étrange. Il y a par ici des plantes qui n’ont rien à faire dans le nord ou que je ne connais même pas ! 

Cette déclaration n'était pas faite pour améliorer une ambiance qui n'avait pas besoin de ça. Thuran fut pris d’un frisson, il avait soudain un mauvais pressentiment et se concentra de plus belle sur l'endroit où il mettait les pieds.

Une gerbe d'eau l'atteint et il entendit Matt jurer derrière lui quelques instants plus tard seulement.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Nat S. Evans
Sidgil. C'est le nom que je porte. Réveillée dans une chambre d'hôpital voilà plus d'un an, je pensais être mariée à un homme mystérieux et vivre une vie de famille normale. Mais Marc est un dieu et Kyros, son ami, entreprend aussitôt de me tuer.
Heureusement, j'ai pu recevoir une aide inattendue de la part de Melvin, jusqu'à ce que ce titan malsain l'élimine. J'ai également fais la connaissance de Noah ou plutôt Tara, la métamorphe, abattue de sang froid. Dans ma fuite, j'ai pu retrouver le contact indiqué par le père de Melvin: Lancelot. Toutefois, j'ai bien l'impression qu'il ne s'agit pas d'un simple nom de code. Grâce à son aide, je m'échappe dans le labyrinthe du temps pour retrouver un Lancelot plus jeune... dans le futur. Je veux découvrir qui je suis et pourquoi Kyros veut me tuer.

Cette oeuvre contient des scènes difficiles et ne sont pas recommandées aux enfants. Merci donc ne pas lire cette fiction si vous faites partie de ce public.

Oeuvre protégé par Copyright. L'enregistrement, l'utilisation, la copie de l'oeuvre ou d'un extrait est strictement interdit.
172
368
1021
300
Hikimari
Recueil de contes en tous genres.
3
2
2
1
Défi
Maalou
En réponse au défi Projet Bradbury #6 "écrire une nouvelle ayant pour thème "retrouver quelque chose qui a été perdu".
6
8
3
6

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0