Chapitre 2 : Feu et sang (7/10)

7 minutes de lecture

Grégor palpa ses côtes, sa cuirasse avait limité l’impact. Il adressa un sourire au marchand.

— Dans ce cas, tu connais peut-être ceci…

Il écarta légèrement les jambes en tenant son épée devant lui.

— La posture du lynx, spécialité des nains de Lyrrok. Classique, équilibrée, parfaite pour un duel entre maîtres, approuva Darek en l’adoptant à son tour.

Ils s’approchèrent lentement, puis l'orage gronda. Ils frappèrent de concert, parfaitement synchronisés. Les armes se croisèrent avec violence. La cadence effrénée des chocs ne cessait de croître pour atteindre des sommets inégalés. Des gerbes d'étincelles se libéraient des lames qui glissaient l'une contre l'autre, ne se dégageant que pour frapper avec plus de force encore. Les combattants tournoyaient dans une danse mortelle, prenant appui sur les murs et le mobilier pour gagner en vitesse et garder l'équilibre.

Plongés dans une sorte de transe, ce n'est que lorsque le sang éclaboussa les poutres voisines que les deux adversaires se séparèrent.

Chacun avait été touché au flanc. Darek grimaça en constatant que sa coupure était profonde, il ne portait aucune protection.

Si ça continue, je vais déguster.

Il leva les yeux vers son opposant et prit une décision en un éclair. Le nain chargea en mettant toutes ses forces dans sa frappe.

Grégor tenait son épée prête à le recevoir, mais l'intensité de l'attaque le prit par surprise. Il recula et heurta violemment un mur dont il s'était dangereusement rapproché. La violence du choc lui coupa le souffle, Darek exploita cette occasion en assénant une nouvelle frappe puissante. Incapable de parer à temps, le colosse n’eut d’autre choix que de rouler au sol pour l’éviter. À la réception, il leva son arme pour découvrir que le nain était déjà sur lui et ne put faire mieux que parer une fois de plus. L'impact le fit basculer, désarmé.

Darek s'élança pour porter le coup final, mais il fut fauché en pleine course par la jambe de son adversaire. Pendant que le nain retrouvait ses appuis, Grégor s'était déjà redressé et brandissait une fourche. Tous deux s'immobilisèrent et un fin sourire naquit sur les lèvres de Darek.

— Te voilà dans un état qui te sied, commenta-t-il

Le colosse, couvert de fiente et de paille, grimaça. Le nain suivit son regard, l'épée de son adversaire n’était pas loin mais Darek lui barrait le passage. Grégor en profita pour passer à l'attaque.

Il n'a jamais été bon avec les armes d'hast, songea le nain.

Tenant son arme d’une seule main, Darek virevolta et trancha le manche de la fourche au-dessous des dents avant d'assaillir la cuirasse et les bracelets de son adversaire. Grégor encaissa ces nouvelles blessures sans broncher et poursuivit son mouvement par une roulade qui l'amena à saisir son épée. Il se releva et cracha autant de poussière que de sang. Tenant son arme d'une main à l'instar de son adversaire, il lança à ce dernier un regard sombre avant de charger.

Les deux épées se retrouvèrent. Elles jouèrent à nouveau leur étrange partition de percussions métalliques. Les lames s'enlaçaient, tourbillonnaient en emportant tout sur leur passage. Les poutres se couvrirent de zébrures tandis que le matériel du vieil Olivier était dispersé aux quatre coins de l'espace.

Au cœur de ce déferlement de violence, le temps était devenu une notion abstraite pour Darek. Seul comptait le prochain coup. Pendant longtemps ni l’un ni l’autre ne parvint à prendre l'avantage, mais il prit conscience que les mouvements de Grégor ralentissaient, que ses frappes commençaient à manquer de conviction. De son côté, seule la transpiration sur son front trahissait les efforts qu'il concédait, espérait-il. La clef était de se montrer inébranlable.

Le pied du colosse rencontra une écuelle. Un faux-pas, une opportunité à peine perceptible. La position de Darek n’était pas idéale pour en profiter, mais il parvint tout de même à asséner un puissant coup du plat de la lame, heurtant le torse de son adversaire.

Le guerrier recula de quelques pas, plusieurs côtes assurément brisées, puis mis un genou à terre. Il n’avait pas subi d’autre blessure aussi marquante, mais de multiples incisions marquaient déjà ses bras et ses jambes.

— C’est terminé Grégor, si nous continuons tu mourras. Ce n’est pas ce que je veux, déclara calmement Darek en baissant son épée.

— Non, non je… ne peux pas accepter cette conclusion, rétorqua son adversaire en reprenant son souffle.

En dépit de ces mots, le nain ne bougea pas. Il restait sur ses gardes, mais ne se montra pas aussi incisif qu’il l’avait été dans l'action. Darek avait exprimé ses sentiments les plus profonds : il ne voulait pas ôter la vie de Grégor. Il lui avait causé bien assez de tort.

Le balafré baissa les yeux sur son arme. Une belle épée, sans doute le travail d'un un maître artisan. Au bas du manche se trouvait un ornement sphérique en bronze marqué d’un flocon de neige. Grégor soupira avant d’appuyer son pouce sur le symbole. Un mécanisme s’activa et la plaque de bronze se souleva en révélant une gemme éclatante aux reflets bleutés.

Le nain reconnut tout de suite cette lueur.

— Une magicyte ?!

Il se saisit de son épée à deux mains et s'élança. Grégor avait déjà lâché la sienne en se redressant, il tendit le bras vers son adversaire et son corps tout entier se tendit. Ses veines se mirent à palpiter sur ses trempes. Son arme à terre se mit à vibrer et un jet d'eau jaillit du pommeau.

Ce déferlement prit la forme d’un geyser horizontal qui fondit sur le nain à une vitesse et avec une force qui ne lui laissait aucune chance d'atteindre son adversaire. Le courant le frappa de plein fouet, heurta ses côtes en lui coupant le souffle. Il le repoussa brutalement contre le mur, la tempe tête du nain fut griffée par l'un des crochets destinés à suspendre les selles. Darek sentit le goût du sang dans sa bouche mais se cramponna à son arme. Il reprit son équilibre dès que la puissance du courant se mit à décliner. Et sentit l’acier froid lui transpercer la poitrine.

Ses forces l'abandonnèrent aussitôt, il se sentit fiévreux et se laissa glisser contre le mur. L’épée de Grégor était enfoncée jusqu’à la garde, il lui était difficile de respirer. Il leva les yeux sur son opposant qui le dominait de toute sa hauteur.

Darek n'était pas surpris, il comprenait parfaitement ce qui s'était passé. Son adversaire avait ramassé son arme avant même que le nain n'ait été atteint par la vague, puis avait suivi le mouvement pour frapper à la première ouverture. Pour un combattant aussi doué et expérimenté, il n'y avait rien de plus simple, Darek aurait agi de même.

Grégor se tenait cependant devant lui complètement vidé, à tel point que lui aussi se laissa tomber au sol, pâle comme un linge. Lorsqu’il releva les yeux, il fixa l’arme restée dans la main du nain qui sourit en suivant son regard.

— Je n’ai plus la force de bouger. Je… il cracha du sang. Quand as-tu… Comment ?

Le colosse reprit son souffle.

— « Mage de l’eau de deuxième rang », c'est ainsi que m'a qualifié mon professeur, expliqua-t-il. Rien de glorieux, avec un tel niveau je ne peux pas réellement prétendre être un mage. Tu as vu le mieux dont je sois capable, exploiter une magicyte mineure pour soulever un peu d’eau… Il m’a pourtant fallu plusieurs années pour en arriver là.

— C’est plus qu’un peu d’eau. Pourquoi ne… pas l'avoir utilisée plus tôt ?

— Tu vois dans quel état je suis ? C'est un tour à utiliser en dernier ressort, il faut que ce soit décisif. De plus, j’ai besoin de temps pour me préparer. Je te l’ai dit, je ne suis pas un mage, je ne peux pas enchaîner les sorts. Ce talent serait inutile à la plupart des combattants qui ne s’acharneraient pas à le maîtriser. Mais pour un maître de l'épée... c’est devenu mon atout caché.

Grégor jeta un œil à la magicyte dissimulée dans son épée. Une fissure la barrait de part en part et elle s’était décolorée. Ce n’était plus qu’un caillou sans valeur.

— Maudis sois-tu Durek ! enragea-t-il soudain. Je pensais vraiment que je pourrai te dominer à la loyale cette fois ! Mais sans ce tour… tu n’es vraiment pas comme les autres.

Un petit sourire se forma au coin des lèvres du nain, qui tremblait légèrement. La douleur était étonnement légère, mais il avait froid. Ce ne serait plus très long.

— Quand as-tu découvert...

— J'ai rencontré un mage par hasard, pendant une mission il y a une dizaine d’années. On a voyagé un temps ensemble. Selon lui mon affinité était « bonne », j'aurais pu devenir un mage véritable si j'avais été formé dans ma jeunesse. Les choses auraient pu être bien différentes, pas vrai ?

Mais Darek avait baissé la tête, il n'avait plus la force de ressasser le passé.

— Le gamin... murmura-t-il dans un souffle.

Grégor lui jeta un regard plein de colère.

— Pourquoi a-t-il fallu que tu nous trahisses ? Toi et ton honneur mal placé ! Je le retrouverai ! Et alors, peut-être...

— Tu... Il ne te rendra pas…

— On verra bien.

Des tas d'images se succédaient devant ses yeux. Pour la plupart, elles concernaient un jeune nain joyeux, débordant d'énergie. Darek releva péniblement la tête pour fixer le colosse droit dans les yeux. Un sourire se dessina sur ses lèvres.

— Je ne regrette pas mon choix, murmura-t-il.

Il tomba sur le flanc. Quand Grégor le redressa, la vie l'avait quitté.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Nat S. Evans
Sidgil. C'est le nom que je porte. Réveillée dans une chambre d'hôpital voilà plus d'un an, je pensais être mariée à un homme mystérieux et vivre une vie de famille normale. Mais Marc est un dieu et Kyros, son ami, entreprend aussitôt de me tuer.
Heureusement, j'ai pu recevoir une aide inattendue de la part de Melvin, jusqu'à ce que ce titan malsain l'élimine. J'ai également fais la connaissance de Noah ou plutôt Tara, la métamorphe, abattue de sang froid. Dans ma fuite, j'ai pu retrouver le contact indiqué par le père de Melvin: Lancelot. Toutefois, j'ai bien l'impression qu'il ne s'agit pas d'un simple nom de code. Grâce à son aide, je m'échappe dans le labyrinthe du temps pour retrouver un Lancelot plus jeune... dans le futur. Je veux découvrir qui je suis et pourquoi Kyros veut me tuer.

Cette oeuvre contient des scènes difficiles et ne sont pas recommandées aux enfants. Merci donc ne pas lire cette fiction si vous faites partie de ce public.

Oeuvre protégé par Copyright. L'enregistrement, l'utilisation, la copie de l'oeuvre ou d'un extrait est strictement interdit.
172
368
1021
300
Hikimari
Recueil de contes en tous genres.
3
2
2
1
Défi
Maalou
En réponse au défi Projet Bradbury #6 "écrire une nouvelle ayant pour thème "retrouver quelque chose qui a été perdu".
6
8
3
6

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0