Chapitre 2 : Feu et sang (5/10)

7 minutes de lecture

Gaël revint à la charge dans le dos de la rouquine qui se retourna prestement. Les lames s'entrechoquèrent et l'arme du garçon lui échappa pour atterrir directement dans la main libre de la guerrière, qui la retourna contre son propriétaire : la pointe transperça la paume du blondinet et alla se ficher dans une poutre. L'enchaînement avait été si rapide que Gaël resta bloqué sur sa main, ahuri.

— Un de moins, commenta la combattante en se positionnant pour porter l'estocade.

Son épée fut cependant détournée au dernier moment et la rouquine fixa Matt avec dédain. Debout, son arme tenue à deux mains, le jeune homme lui faisait face une fois de plus. Sa chemise était gorgée de sang, mais il ne semblait pas y prêter pas attention.

— C'est moi ton adversaire ! s'écria-t-il d'une voix pleine de colère.

— Tu es combatif, je te l'accorde. Puisque tu veux mourir comme un homme, tu mérites de savoir mon nom : je me nomme Rebeka.

La guerrière parlait calmement, avec affabilité. Elle adressa même un franc sourire à son opposant. Avec un meilleur éclairage, Thuran s'aperçu qu'elle n'était pas beaucoup plus âgée qu'eux et plutôt jolie. Il se reprocha immédiatement ces pensées en songeant à Éléonore, sans doute prisonnière des compagnons de cette femme.

Matt garda le silence en foudroyant son adversaire du regard.

— Il est poli de se présenter en retour, fit remarquer la guerrière.

Le jeune homme restant muet, elle fit un moulinet élégant avec son arme. Il ne s'agissait pas tant de se dérouiller que d'intimider son opposant, qui savait à peine par quel bout tenir la sienne. Le temps semblait suspendu.

Matt chargea finalement en laissant s'exprimer toute sa rage. La guerrière se contenta d'esquiver agilement la frappe puissante, laissant son adversaire foncer tête baissée dans le vide. Elle ajouta un coup nonchalant contre la lame du jeune homme et faillit le désarmer dès le premier échange, comme avec Gaël.

Le temps que Matt reprenne son équilibre, la rouquine tranchait et lui laissait une marque sur la cuisse gauche. Elle se replaça en attente.

— J'aurais pu t'ouvrir les tripes avec une garde aussi ouverte, affirma-t-elle. Mets-y un peu du tien, c'est une danse, pas une épreuve de force !

Thuran tressaillit en réalisant qu'elle jouait avec lui, son ami n'avait aucune chance ! En se redressant péniblement, il chercha des yeux quelque chose qui puisse lui servir d'arme et repéra une barre de fer. Même s'il se montrait encore plus maladroit que Matt, si la guerrière le voulait en vie il pouvait peut-être en tirer profit...

Dans l'intervalle, le jeune homme continuait à attaquer avec toute son énergie. Il usait à bon escient de son physique imposant, son unique avantage dans ce duel. Cependant les épées se rencontrèrent plusieurs fois sans qu'il ne puisse prendre l'avantage. Au contraire, Rebeka manœuvrait de manière à ce que sa force se retourne contre lui.

Au moment où Thuran allait poser la main sur son "arme", une botte lui écrasa soudainement la main. Retenant un cri de douleur, le nain dirigea un regard haineux vers la guerrière qui balança son index en souriant.

— Ça ne se fait pas d'intervenir dans un duel voyons !

Matt arrivait et elle lui fit face prestement. L'épée du jeune homme manqua de peu de toucher Thuran en ratant sa cible, puis un éclair passa devant ses yeux. Un liquide carmin se mit à couler le long de sa joue.

— Oh, oh ! Un peu plus haut et tu ressemblais au patron ! commenta la rouquine en admirant la balafre qui ornait désormais le visage de l’apprenti boulanger. Merci pour la distraction, mais on s’est assez amusés. Finissons-en.

Le nain leva les yeux sur son ami, revenu à ses côtés, tandis que la guerrière faisait quelques pas vers eux. Matt recula d’autant, jusqu’à se retrouver dos au mur. Thuran tressaillit : son ami avait perdu son courage en même temps que sa rage. Lui-même ne pouvait rien faire dans sa position, s'il essayait de bouger elle le maîtriserait aussi facilement qu'un enfant !

La guerrière bondit et trancha aussi vite que l'éclair. Matt déplaça son arme trop lentement, elle lui échappa au premier impact et la pointe de l’épée de son adversaire vint se placer au contact de sa pomme d’Adam.

— Beau combat pour un débutant, salua-t-elle.

Désespéré, Thuran leva les yeux sur le visage sans pitié de la guerrière. Ce dernier se déforma à l'impact d'un lourd marteau qui lui enfonça le crâne, sans tenir compte du casque.

— Éloigne-toi de mon fils, vipère !

Le corps de Rebeka s’affaissa, un flot de sang s'échappant du casque déformé. Tandis que le soulagement se mêlait au dégoût, le nain détourna les yeux du spectacle répugnant.

Tomrek lâcha son outil de travail pour se retenir sur le bord de la table voisine tandis que Matt restait immobile devant lui, sans réaction. Thuran fut debout avant que le jeune homme n'ait repris le contrôle de ses émotions.

— Je... je suis désolé, je...commença-t-il.

Matt ne répondit pas, mais son père regarda le nain et lui sourit.

— Pas la peine de t'excuser petit, tu ne pouvais rien faire. Vous vous êtes bien défendus, il aurait été naturel de rester pétrifié dans ces circonstances.

Il tourna les yeux vers Matt et Thuran devina la fierté qu'il pouvait ressentir en tant qu'ancien soldat.

— Papa, je...

— Pas le temps pour les babillages, coupa Tomrek, qui se tourna cette fois vers Gaël.

Le garçon était resté planté là où la guerrière l’avait abandonné, sa main toujours bloquée. Tombé à genoux, il était pâle mais conscient et leur adressa un fin sourire.

— Aidez-moi à le rejoindre, commanda Tomrek.

En appui sur Thuran et Matt, le forgeron retira la lame qui immobilisait Gaël et réalisa dans la foulée un bandage serré avec un morceau de sa propre chemise. Ce n’était visiblement pas la première fois qu’il avait à faire ce genre de choses. Le blessé s’assit à même le sol et serra son bras contre lui. 

— Ça va aller ? demanda le nain, qui aidait Matt à bander ses propres plaies heureusement sans gravité.

— Il aura une cicatrice mais s’en remettra, assura Tomrek en se tournant vers Matt. Partez vite, avant que d'autres n'arrivent !

— Mais tu n’arriveras pas à… tu veux dire sans toi ?

— Je vous ralentirais.

— On ne peut pas te laisser comme ça ! Il va en arriver d’autres et quand ils verront le carnage ici…

— Silence Matt ! gonda Tomrek. Tu tiens à ameuter tous les bandits ? On n’a pas le temps d’ergoter. Je n’ai aucune chance de m'échapper dans mon état mais toi, tu dois absolument survivre.

— Et Éléonore ? intervint Thuran.

— Si elle est aux mains de brigands, vous ne pouvez rien faire seuls. Il vous faut trouver de l'aide.

Le nain eut envie de rétorquer qu'il était prêt à tout risquer pour la sauver, mais au moment d'ouvrir la bouche il se retint. À sa grande honte, il devait avouer qu'il avait trop peur. Il ne lui serait d'aucune aide. 

— Pourquoi ? Pourquoi devrais-je…commença Matt.

Des larmes roulaient sur les joues du jeune homme. En levant les yeux sur lui, Thuran sentit son cœur se serrer davantage encore. Il s’était trouvé dans la même situation, forcé d'abandonner son oncle.

— Tu dois vivre mon garçon… un Everluce doit survivre afin de porter secours à ta mère et ta sœur.

Matt cherchait une réponse, mais le forgeron ne lui laissa pas davantage de temps et braqua un regard impérieux sur Thuran.

— Emmène-les, quittez la ville.

Cette fois le nain n'hésita pas. Il rassembla toute sa volonté, empoigna son ami et le tira en arrière. Matt ne résista pas. À eux deux ils aidèrent Gaël à se relever.

— Tu peux marcher ? demanda Matt d’une voix blanche.

— Ça ira, t’inquiète pas pour moi.

Les trois amis se dirigèrent vers la porte. Au moment de sortir, Matt regarda brièvement en arrière. Thuran, lui, ne se retourna pas. Il leur laissa cet instant.

***

Dans les écuries de Châtaigne, Darek faisait face à Grégor et son comparse. Le nain faisait quelques moulinets dans le vide avec l’arme qu'il avait récupérée, une épée simple en acier.

— Le gamin n'ira pas loin tu sais ? Mes hommes quadrillent la ville et contrôlent la porte, fit remarquer le balafré.

Le marchand se contenta de hausser les épaules.

— Cette lame est bien équilibrée. Si tes hommes possèdent des armes pareilles, je suppose que tes affaires ne vont pas trop mal ?

— Je me suis fait une petite réputation dans le sud, acquiesça le colosse. Même si ça n'a pas toujours été facile. Vingt ans... il s’en est passé des choses depuis notre séparation !

— Tu étais un jeune loup. Ta réussite n’a rien d’étonnant.

Grégor ricana.

— Tu cherches à gagner du temps pour le gamin ? Je te l’ai dit, c’est inutile.

— Tu ne devrais pas le sous-estimer, il est débrouillard, rétorqua Darek. J'imagine que tu ne vas pas me proposer d'échanger nos souvenirs du bon vieux temps, une pinte à la main ? Ça n'aurait pas été de refus cela-dit.

Le colosse se raidit et son regard se durcit.

— Ne te moque pas de moi, tu as une lourde dette à régler.

Darek soupira. Il ne pouvait pas lui en vouloir, à sa place il aurait sans doute agi de la même manière. Le temps était venu d'en finir.

Grégor se tourna vers son compagnon.

— Barkel ! Montre-moi ce que tu as dans le ventre. Si tu arrives à le tuer, tu es lieutenant. Mais méfie-toi, ce n’est pas n’importe qui.

— Bah, c’est qu’un nain ! rétorqua le soudard avec un vilain sourire.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Nat S. Evans
Sidgil. C'est le nom que je porte. Réveillée dans une chambre d'hôpital voilà plus d'un an, je pensais être mariée à un homme mystérieux et vivre une vie de famille normale. Mais Marc est un dieu et Kyros, son ami, entreprend aussitôt de me tuer.
Heureusement, j'ai pu recevoir une aide inattendue de la part de Melvin, jusqu'à ce que ce titan malsain l'élimine. J'ai également fais la connaissance de Noah ou plutôt Tara, la métamorphe, abattue de sang froid. Dans ma fuite, j'ai pu retrouver le contact indiqué par le père de Melvin: Lancelot. Toutefois, j'ai bien l'impression qu'il ne s'agit pas d'un simple nom de code. Grâce à son aide, je m'échappe dans le labyrinthe du temps pour retrouver un Lancelot plus jeune... dans le futur. Je veux découvrir qui je suis et pourquoi Kyros veut me tuer.

Cette oeuvre contient des scènes difficiles et ne sont pas recommandées aux enfants. Merci donc ne pas lire cette fiction si vous faites partie de ce public.

Oeuvre protégé par Copyright. L'enregistrement, l'utilisation, la copie de l'oeuvre ou d'un extrait est strictement interdit.
166
352
996
295
Défi
Jess2000
Réponse au défi Romance en aéroport
1
2
2
3
Défi
NATOS
Et Goliath en perdit la tête...
5
2
0
0

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0