Chapitre 2 : Feu et sang (4/10)

6 minutes de lecture

Le forgeron avait l'air brisé, épuisé. Cependant lorsque la crapule s'approcha, Thuran perçut une détermination sauvage dans le regard de Tomrek.

— Maintenant ! s'écria le père de Matt.

Le jeune homme surgit brusquement derrière le grand maigre, brandissant son rouleau à pâtisserie. Ce dernier n'eut pas le temps de réagir, il s'écroula tel un pantin désarticulé, le crâne fracassé.

L'horreur de la scène glaça Thuran jusqu'aux os, il ne parvenait pas à détâcher les yeux de ce spectacle morbide. Blème, son ami restait quant à lui immobile au dessus du cadavre qui continuait de déverser un flot sombre.

Thuran était tellement choqué qu'il en oublia la présence du second bandit. Ce dernier jura en se tournant pour faire face à un Matt tétanisé. Tomrek saisit l'épaule du nain et le secoua. Émergeant de sa torpeur, le nain comprit l'intention du forgeron : il fallait frapper maintenant ! Malheureusement le moindre mouvement lui semblait un effort insurmontable. En revanche, Gaël jaillit par-dessus la table et frappa leur adversaire avec son pied de chaise. Sa tentative manquant toutefois de conviction, il ne parvint qu'à déséquilibrer le bandit qui se retourna aussitôt en se saisissant de sa dague.

— T'aurais mieux fait d'rester cacher toi ! rugit-t-il en cherchant à poignarder le jeune homme.

Gaël recula vivement pour esquiver mais heurta un meuble renversé et perdit l'équilibre et son arme en même temps.

— Thuran ! s'écria-t-il aussitôt, désemparé.

Toujours bloqué par la pression, le nain se fit violence et poussa la table qui le dissimulait. Elle bascula avec un bruit sourd juste à côté du bandit qui se tourna instinctivement vers Thuran, mais trop tard. Ce dernier parvint à lui agripper le poignet.

Luttant pour le contrôle de l'arme, les deux adversaires se faisaient face. Désormais le nain n'avait plus le choix et usait de toutes ses forces. Ses yeux ne quittaient pas la pointe de la dague qui se balançait sous ses yeux, se rapprochant dangereusement. Il était si proche de son opposant qu'il pouvait sentir son haleine fétide.

Avec effroi, Thuran sentit qu'il perdait sa prise sur l'arme, mais Gaël jaillit à cet instant pour joindre ses forces aux siennes. Le bandit bascula presque aussitôt en arrière et, suivant le mouvement, le nain bondit sur lui en se saisissant de son couteau. Il plaça la pointe contre la gorge de leur adversaire.

Le nain avait agi en écoutant son instinct cependant, maintenant qu'il tenait la vie de son ennemi entre ses mains, il ne savait plus comment agir et sa main se mit à trembler.

Le bandit remarqua son hésitation et un sourire moqueur germa sur ses lèvres. À cet instant une main ferme saisit le poignet du nain et la lame s'enfonça brutalement dans la gorge offerte. Avec horreur, Thuran assista impuissant à la mort de l'homme dont le sang se mit à jaillir à grands flots. Il se tourna vers Tomrek et croisa le regard dur du forgeron au moment où celui-ci desserrait son étreinte.

Sous le choc et couvert du liquide poisseux, Thuran lâcha son arme et se laissa tomber en arrière. Le bandit avait inutilement plaqué ses deux mains contre la plaie et ses bottes tambourinaient contre le sol. Il ne tarda pas à s'immobiliser.

À cet instant, le nain se sentit complètement vidé. Il était incapable de détacher les yeux du cadavre.

Qu'ai-je fais ?

Une main noueuse se posa sur son épaule, celle du père de Matt.

— Il fallait le faire. Dis-toi que lui n'aurait pas hésité, déclara-t-il d'une voix rocailleuse mais calme.

Tomrek se tourna vers son fils mais fut interrompu avant d'avoir dit un mot.

— Peck ! Vince ! Qu’est-ce que vous foutez ?! lança une voix dure et haut perchée à l'extérieur.

Thuran sursauta et se tourna vers Gaël, assis à ses côtés, puis vers Matt qui lui retourna un regard affolé. Avec tout le boucan qu'ils avaient fait, ils auraient dû s'attendre à attirer l'attention d'autres pillards ! Ils n'avaient plus le temps de tendre une nouvelle embuscade et de toute façon, à l'exception de Tomrek, personne ne semblait remis de ses émotions.

Un troisième bandit jura en arrivant dans la pièce sans que le nain n'ait encore esquissé un geste. En découvrant la scène, le nouveau venu ne se laissa pas prendre de court. Il se débarrassa de Matt d'un coup de pommeau au visage, puis pointa son arme vers Tomrek, son seul opposant encore debout.

— Pas mal... C'étaient des bons à rien mais pour un boiteux et trois gamins, ça reste du beau travail ! les complimenta-t-il d'une voix grinçante.

Sorti de sa torpeur, Thuran réagit au timbre de la voix plus qu'aux propos et détailla leur ennemi. Des boucles cuivrées cascadaient hors du casque qui encadrait un visage constellé de taches de rousseur. La cuirasse qu'il portait était légèrement rebondie au niveau de la poitrine.

— Une femme ? laissa-t-il échapper, stupéfait.

Il regretta aussitôt sa réaction, la situation ne se prêtait pas à ce type de constatation. La coupe-jarret se tourna vers lui, un sourire narquois étirant ses lèvres pulpeuses.

— Jamais vu une dame manier l’épée, le mouflet ? Si tu crois les hommes plus doués, tu seras surpris de… Attends une minute...

Elle obligea Thuran à relever le menton avec sa lame. La fraîcheur du métal le glaça jusqu’à l’os. Elle n'avait qu'un tout petit effort à faire et...

— T'es pas juste un gosse, t'es un nain !

Son sourire s'élargit et elle reporta son attention sur les autres.

— J’ai rien contre vous, mais le chef tient à ce qu’on venge les nôtres, même des idiots comme ces deux-là. Le nain vient avec moi, les autres meurent. Honneur aux aînés, acheva-t-elle en se tournant de nouveau vers Tomrek.

L'attaque fut aussi foudroyante que la morsure d'une vipère. Les réflexes de l'ancien soldat lui permirent d'éviter un coup mortel, mais la lame s'enfonça entre ses côtes sans rencontrer de résistance. Ses jambes se dérobant, le forgeron tenta de se raccrocher à une commode qui se renversa avec lui.

Matt se jeta en hurlant sur l'assassin pour l'empêcher de porter le coup de grâce. Profitant de sa forte carrure, il parvint à la déséquilibrer un court instant mais reçut un coup de genou dans l'entrejambe qui le priva de ses forces. La guerrière l'acheva d'un coup de botte en pleine tête alors qu'il se courbait en deux.

— C'était aussi courageux que stupide, lui lança-t-elle. Je vais commencer par toi, finalement.

Ces mots réveillèrent Thuran qui bondit sur ses pieds

— Matt, non ! cria Tomrek en tentant de se redresser.

Gaël se remit sur pied au même instant et vint se placer avec le nain devant son ami pour le défendre. Thuran avait la bouche sèche et les jambes flageolantes. Que pouvait faire un simple commerçant dans cette situation ? Craignant de défaillir, il s'appuyait sur le mur pour rester debout. Son couteau étant resté au sol, il s'arma d'un tison avant de jeter un coup d'œil à ses deux compagnons.

Matt se redressait piteusement, prêt à combattre de nouveau. Gaël semblait étonnamment calme.

— En voilà une belle brochette de héros ! ricana la rouquine.

— Matt, prends ça ! commanda Gaël en lui tendant l'une des épées tombées au sol tout en brandissant l'autre.

Thuran avait l'impression d'être le seul à ne pas savoir quoi faire. Chacun jouait son rôle à la perfection, tandis qu'il restait ébahi par l'enchaînement des événements.

— À vous l'honneur messieurs ! les invita la guerrière en mimant une parodie de révérence.

Ils échangèrent des regards incertains, puis un sourire apparut sur le visage de Gaël qui s'élança le premier. Le garçon aux cheveux blonds se rua sur leur adversaire, mais il était déjà loin quand l'épée s'abattit et sa frappe ne rencontra que le vide.

Profitant de la maladresse de l'attaque, la guerrière passa dans son dos et son épée heurta durement celle de Matt. Malgré la force du coup porté par l'apprenti boulanger, elle parvint à écarter son arme et sa riposte fit siffler l'air. Une tâche sombre apparut sur la chemise du colosse et grandit rapidement alors qu'il reculait en grimaçant.

La boule au ventre, Thuran s'élança à son tour sans trop savoir ce qu'il faisait. La coupe-jarret fonça sur lui comme un carreau d'arbalète et saisit son bras levé sans lui laisser le temps de réagir. Elle tordit le poignet pour l'obliger à lâcher son arme. Le nain tomba à genou en gémissant de douleur.

— Tiens-toi tranquille le temps que j'en finisse avec tes amis, ricana-t-elle, certaine de sa victoire.

— Qu'est-ce vous me voulez ?

— Tu le sauras bien assez tôt, siffla-t-elle.

La poigne de fer se desserra mais le soulagement de Thuran fut de courte durée. Le talon de la guerrière lui atterrit entre les omoplates, l'envoyant mordre la poussière le souffle coupé.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Nat S. Evans
Sidgil. C'est le nom que je porte. Réveillée dans une chambre d'hôpital voilà plus d'un an, je pensais être mariée à un homme mystérieux et vivre une vie de famille normale. Mais Marc est un dieu et Kyros, son ami, entreprend aussitôt de me tuer.
Heureusement, j'ai pu recevoir une aide inattendue de la part de Melvin, jusqu'à ce que ce titan malsain l'élimine. J'ai également fais la connaissance de Noah ou plutôt Tara, la métamorphe, abattue de sang froid. Dans ma fuite, j'ai pu retrouver le contact indiqué par le père de Melvin: Lancelot. Toutefois, j'ai bien l'impression qu'il ne s'agit pas d'un simple nom de code. Grâce à son aide, je m'échappe dans le labyrinthe du temps pour retrouver un Lancelot plus jeune... dans le futur. Je veux découvrir qui je suis et pourquoi Kyros veut me tuer.

Cette oeuvre contient des scènes difficiles et ne sont pas recommandées aux enfants. Merci donc ne pas lire cette fiction si vous faites partie de ce public.

Oeuvre protégé par Copyright. L'enregistrement, l'utilisation, la copie de l'oeuvre ou d'un extrait est strictement interdit.
166
352
996
295
Défi
Jess2000
Réponse au défi Romance en aéroport
1
2
2
3
Défi
NATOS
Et Goliath en perdit la tête...
5
2
0
0

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0