Chapitre 13

8 minutes de lecture

Moins d’une demi-heure plus tard, alors qu’Emma venait de s’endormir, océane sortie discrètement de la chambre et croisa Emma dans le couloir qui venait apporter un plateau repas.

« -Comment vas-t-elle ?

-Pas très bien. En 15 ans je ne l’ai jamais vu autant pleurer que depuis qu’on lui a annoncer qu’elle était malade.

-Tu arrives au moins à la faire sourire une peu ?

-Oui mais seulement avec des blagues par-ci par-là. Ce qu’elle croit voire est de pire en pire.

-Comment ça ?

-Ça a tous le temps un rapport avec sa mère, la première fois c’était une simple vision, la deuxième fois c’est les brulures à mon contact et juste avant son agression, sa mère lui a dit qu’elle ferait mieux de mourir.

-Quel est le rapport avec sa mère la deuxième fois ?

-Indirectement, enfin je crois. C’est moi là le rapport, soit les torture que sa mère me faisait subir soit lors de l’incendie de la maison. On ne saura jamais réellement du coup.

-Ah je crois comprendre. Je te promets de faire attention quand je serais avec elle.

-Merci. Tu peux lui déposer son plateau sur le bureau. Elle dort.

-Ce sera froid à son réveil, je vais juste lui laisser deux ou trois truc.

-Merci. »

Océane s’éloigna tandis qu’Emma rentrait dans la chambre. Elle trouva Elise dans la sienne et elles retrouvèrent Ben à la bibliothèque. Pendant plus d’une heure, ils parlèrent de leur mère ainsi que des précautions à prendre. Elena devait faire l’objet d’une vigilance accru et chaque personne vivant ou travaillant au château devrait avoir son rôle à jouer. Le Dr Langstone les rejoignit ensuite avec une boite à la main.

« -Majesté, Altesses. Je nous aie fait parvenir de Phenid Empire une technologie de pointe. Je l’ai commandé dés les premiers symptômes. Vous avez tous vos téléphone sur vous ?

-Oui, répondirent-ils

-Parfait. Téléchargez cette application, dit-il en tendant un papier. Dans cette boite se trouve une montre pour Elena. La montre sera connectée à vos téléphones. Vous aurez accès en temps réel à toute ses données médicales, sa géolocalisation et même, c’est ça le plus incroyable, vous arriverez à savoir quand une crise se déclenchera.

-Comment ? Demanda Ben

-A ce que mon dit les concepteur, la montre est capable d’analyser les battement du cœurs. Elle est capable de savoir si elle fait du sport ou si elle est en crise, ce qui augmente aussi son rythme cardiaque. Tant qu’elle ne reste pas définitivement enfermer dans son imaginaire. En effet, quand elle fait une crise c’est comme si elle paniquait. Surtout si elle croit voir ou parler à sa mère.

-Mais c’est génial ! Enchérie Elise

-Elle pourra aller courir sans me réveille et je saurais où elle va, c’est ça ?

-C’est ça. Et s’il y a le moindre problème nous en serions tous avertis par une alarme sur nos téléphones. Pour la nuit, il suffira aux enfant de désactiver les alertes entre vingt deux heure et dix heure pour éviter d’être réveillé. Quant à vous Majesté, vos notifications devront être activés tout le temps.

-Ne vous inquiétez pas pour ça. Merci.

-Vous lui donnez sa montre de ma part ?

-Bien sûr, merci docteur. »

Ils partirent chacun de leur côté et Océane retourna dans sa chambre, travailler et veiller sur sa femme.

Je fus réveillée par le parfum d’Océane ainsi que ses grognements. Je me relevai silencieusement et la vie adosser contre la chaise du bureau, la tête entre les mains. Je compris rapidement qu’elle buchait sur quelque chose qu’elle n’arrivait pas et cela l’énervait.

« -Je peux t’aider ? Demandais-je en la faisant sursauter

-Elena ! ne refait jamais ça, tu m’as fait peur.

-Excuse-moi, je me levai du lit, qu’est-ce qui t’énerve ?

-j’ai besoin de donner plus d’argent à ceux ayant un faible revenue sans augmenter les impôts et sans piocher dans le trésor royal.

-Quel est le revenu minimum ?

-Selon une moyenne, il est de 700€ par mois et ses familles ont deux enfants en moyenne.

-Et les famille les plus riche ?

-Une moyenne de 10 000€ par mois et deux enfant en moyenne aussi.

-Est-ce que ce ne serait pas les première famille à avoir reçu une allocation quand je suis montée sur le trône ?

-laisse-moi voir…oui, en effet, ce sont les premiers. L’allocation était de 600€ par enfant.

-Est-elle toujours en place ?

-Exact.

-tu as trouver ta solution. Ils n’ont plus besoin de cette allocation. Tu là leur retire en expliquant ton raisonnement et tu reverse cette somme gagner à ceux qui en ont besoin.

-Merci, qu’est-ce que je ferais sans toi ? Ça parait si évident quand tu te penches sur le problème.

-Tu oublies que ma mère m’a fait étudier l’économie dés quinze ans mon cœur. Au fait, merci de m’avoir laissez dormir.

-A propose, le Dr Langstone m’a donné une montre connectée pour toi.

-Une montre ?

-Oui, regarde, dit-elle en me montrant son téléphone. J’aurais accès à toute tes données et la localisation. Plus besoin de me prévenir quand tu pars courir, je le saurais.

-Donc plus de vie privée. Bon, si le Dr Langstone pense que c’est une bonne idée.

-Plus de vie privée ? Tu seras plus libre avec cette montre que sans. A moins que tu ne me trompe ? Je vis son sourire et joua le jeu tout de même. Elle voulait des mots doux.

-te tromper ? et puis quoi encore ? a quoi bon chercher ailleurs quand la plus belle femme du royaume, l’amour de ma vie se trouve déjà auprès de moi, jouais-je en m’asseyant sur ses genoux.

-Tes compliments sont de trop Elena.

-J’y crois pas ! C’est toi qui les as cherchés.

-Je sais. »

Elle m’embrassa et me souleva pour me porter sur le lit. Elle n’eut même pas le temps de passer sa main sous mon tee-shirt, devenue une tradition, qu’on frappa à la porte. C’était le Dr Langstone venu informer océane que la montre fonctionnait. En voyant l’expression contrarié d’Océane et la mienne, celle d’une jeune fille pris en flagrant délit, il comprit qu’il était de trop et se retira en s’excusant. La porte à peine fermer, j’éclata de rire suivit par ma femme. C’était la première fois en quatorze ans de mariage qu’on avait failli nous surprendre à faire l’amour. Même les enfants n’avez jamais réussi et pourtant Elise avais essayer un bon nombre de fois. Après avoir réussi à se calmer, elle m’attrapa la main et voulu m’embrasser mais je l’arrêtai.

« -Qu’est-ce qu’il y a ?

-Tu crois que je devrais enlever ma montre ? Parce que si on continue sur notre lancée, mon rythme cardiaque va exploser.

-Je t’aurais dit oui mais si tu l’enlève il n’y aura plus aucune données.

-On tente le tout pour le tout et si ça sonne tu stoppe l’alarme.

-On fait ça. »

Comme je l’avais prévu, moins de dix minutes plus tard, une alarme stridente retenti dans la chambre. Océane se précipita sur son téléphone pour éteindre l’alarme et bloqua la porte juste à temps. Je ne pus m’empêcher de sourire et de rougir. Ben frappa à la porte.

« -Maman ! Qu’est-ce qu’il se passe ? Ouvre !

-Ne t’inquiète pas Ben, ta mère va très bien. Dison qu’il y a eu un petit problème technique avec la montre.

-Un problème technique ? il n’est pas censé y en avoir, intervint la voix du Dr Langstone.

-Docteur ? heu je vous ouvre, un instant s’il vous plait. Habille-toi vite, me chuchota-t-elle en faisant de même.

-Faites moi voir cette montre, dit-il en entrant deux minutes plus tard. Tout à l’air normal, je vais vérifier sur mon téléphone.

-On est mal barré, chuchotais-je à Océane

-Mais c’est quoi ça ? les enfants, dehors !

-Mais…ils sortirent tout de même.

-Cent cinquante pulsation par minutes, je peux savoir ce qu’il s’est passé ? »

Je ne peux m’empêcher de pouffer de rire, les larmes me montais aux yeux et j’avais des crampes aux abdos. Océane se joignis à moi sous le regard stupéfait du Dr Langstone.

« -Cent cinquante pulsation par minutes ! Faut que j’arrête de courir à ce rythme-là.

-Je ne savais pas que ça montait aussi vite. Ça te plait tant que ça ce je fais,

-On dirais. »

Je fus repris d’un fou rire tandis que les yeux du Docteur s’arondirent. Il venait enfin de comprendre. Honteux, il sorti discrètement alors qu’on était toute les deux pliée en deux, n’arrivant plus à d’arrêter de rire. On ne réussit à reprendre notre souffle que cinq minutes plus tard.

« -je t’avais prévenue que l’alarme allait sonner, commençais-je

-n’empêche que c’était drôle.

-c’es clair. Tu as vu la tête du Dr Langstone quand il a compris ?

-Oui. Elena ?

-Quoi ?

-Ça fait plaisir de t’entendre rire.

-C’est grâce à toi ça.

-Je te préfère maintenant que quand tu ne vas pas bien.

-Moi aussi, crois-moi. »

On se rhabilla un peu mieux, on se recoiffa et ont sortie de la chambre. On croisa les enfants furieux et on les suivit jusqu’à rejoindre Emma en cuisine.

« -Vous êtes sérieuse ? Nous grondâmes Emma. Vous avez fait peur aux jumeaux. Comment ?

-Dison que la montre ne prévoit pas l’augmentation du rythme cardiaque lors …

-Elena ! Les enfants sont là.

-C’est bon, ils sont grand. Bref tu as compris Emma ?

-Je crois oui.

-Si seulement ça pouvait m’arriver à moi aussi, ralla Elise en quittant la cuisine.

-Je crois que ta fille est jalouse de tes cent cinquante pulsation par minutes.

-Cent cinquante ? s’étrangla Emma

-Et oui, la narguais-je en quittant la cuisine à mon tour. »

Océane me suivit quelques instant plus tard dans la grande salle tout en réprimant un fou rire. Je me doutais bien qu’elle avait parler de mon rythme cardiaque à Emma pour la narguer, elle qui n’avait pas eu de petit ami depuis qu’elle était entrer à mon service. En pensant ça, je me rappelai qu’un Roi avait dut venir conquérir Emma pendant mon absence. Je posai alors la question à Océane.

« -Oui il est venu et ça s’est très bien passé.

-Pourquoi elle n’est pas repartie avec lui alors ?

-C’est lui qui avait besoin de temps. Un question de papier administratif.

-Et elle voulait partir ?

-Mais c’est l’amour fou entre eux ! j’ai dû me passer complètement d’elle pendant une semaine.

-Je croyais que…

-Elle aussi s’est fourvoyé sur ses sentiments. Mais rien n’égalera ton rythme cardiaque. It il veut lui faire une demande officiel ici dès que se sera possible mais je dois garder le secret.

-Enfin une bonne nouvelle. Et elle ne m’en a même pas parlé.

-On ne lui pas laisser le temps en même temps.

-Pas faux. »

Pendant le reste de la journée, j’imagina avec Océane le mariage d’Emma, son couronnement et son accession au trône sans pouvoirs, comme elle le voulait. Elle qui avait vécu dans la misère, élevant ses trois sœur seule avec sa mère était devenu la servante de la prince devenue reine, puis sa meilleure amie, la tante de ses enfants et allait désormais devenir reine. Je ne crois pas qu’il y ait meilleure monté sociale même si ça prend près de trente-cinq ans.

Annotations

Recommandations

Défi
Opale Encaust
Tout est dans le titre.
801
683
21
9
Magda Smuelovicius
Anya compte parmi les influenceuses les plus populaires du YouTube francophone. Belle, charismatique, suivie par plus d'un millions d'abonnés, sa vie semble parfaite. Et pourtant, du jour au lendemain plus rien, disparue. La jeune fille souhaite-elle retrouver l'anonymat ? Est-ce l'œuvre d'une rivale ou d'un hater ? Inquiète, Romy, sa meilleure amie se lance à sa recherche. Mais la vérité est-elle toujours bonne à déterrer ?


"La youtubeuse disparue" est une petite histoire de transition, sans aucune prétention.
214
278
434
153
Défi
Nicodico

La petite fille tremblait dans son lit, couchée dans le noir. L'histoire que lui avait racontée son grand frère la terrifiait encore. Celle d'un garçon qui était entrainé aux enfers par un monstre effrayant caché sous sa maison. Elle entendit soudain un grincement, puis plusieurs bruits sourds qui semblaient venir de l'étage d'en dessous. Ses parents marmonnèrent quelque chose depuis la chambre d'à côté, puis se levèrent tous les deux et descendirent.
Elle entendit un cri suraigu, un grognement de douleur, puis plus rien. La petite fille se redressa dans son lit, et appela :
- Maman ? Papa ?
Des grincements montèrent depuis les escaliers, signe qu'une masse lourde gravissait les marches. La porte de sa chambre s'ouvrit. Une forme apparut, une forme effrayante, monstrueuse, abominable : un être constitué de parties d'humains que la petite fille n'aurait su reconnaitre. Tout ce qu'elle sut faire, ce fut de crier.
Ce qui ne l'empêcha pas de mourir sous les mâchoires de l'abomination.
123
230
24
6

Vous aimez lire eragona ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0