Chapitre 7

8 minutes de lecture

Emma vint me réveiller à 7H comme prévu. Je n’avais pas mis mon réveil pour ne pas réveiller Océane. Je pris une douche et m’habilla chaudement. Je pris mon cachet avant d’aller dans la grande salle où les enfants m’attendais déjà.

« -Vous êtes prêt ?

-On ne déjeune pas ?

-Votre oncle à tout prévu.

-Des gardes vous accompagnerons, ajouta Emma

-Merci, aller, filons avant que votre mère ne se réveille. »

On arriva chez Nathan en 10 minutes, qui nous ouvrit. Charlotte et sa fille était déjà là.

« -Salut, comment allez-vous ? Nous demanda-t-il

-Ces trois derniers jours ont été assez dur, avouais-je

-Océane ne va toujours pas bien ?

-Si ça va, c’est moi cette fois. Je suis malade.

-Qu’est-ce que tu as ?

-Comme ma mère…

-Mathilde, ça te dérange de nous laisser ?

-Tu peux rester, et j’ai besoin des enfants aussi.

-Très bien.

-Tu sais mieux que quiconque ce que ma mère est devenue et ce que sa maladie lui a fait faire. Et je ne veux absolument pas devenir comme elle. Je vais abdiquer aujourd’hui et j’ai tout prévu sauf une chose.

-Ta sœur. Même si je lui aie demander de me faire enfermée si je devenais dangereuse pour elle ou pour les enfants j’ai peur que par amour elle ne m’éloigne pas. Et le Dr Langstone ne pourra rien faire si elle refuse.

-Qu’est-ce que tu veux que je fasse ?

-Si cette situation devait arriver, je veux que tu prennes en charge les jumeaux. Que se soit toi qui les éloigne de moi.

-J’aurais donc leur garde ?

-J’ai demander à Emma de partir vivre sa vie ailleurs et mon père est je ne sais où alors oui. Tu es la seul famille qu’il me reste. Le seul capable de faire ce que je te demande et de tenir tête à ta sœur quand elle refusera.

-Elle est au courant ?

-Non. Je sais qu’elle n’accepterait pas si je lui en parlais.

-C’est la première fois que tu lui cache quelque chose d’aussi important.

-Je sais et pourtant cela devrait rester secret jusqu’à ce que cette situation arrive. En espérant que j’ai prévu ça pour rien.

-Je comprend et c’est avec honneur que j’accepte.

-Merci, j’aimerais que vous signiez ça avec les jumeaux et que tu gardes le document ici.

-Comment Océane saura qu’il est authentique ?

-Nos signature, le sceau royal et surtout la date.

-Je te promet de les protéger Elena.

-Merci Nathan. »

Alors qu’on venait de finir de discuter, je reçu un message d’Océane.

« -Tu es partie où ? Et avec les enfants ! Tu exagère, répond moi Elena !

-Je suis au village, ne t’inquiète pas. J’ai prévenu Emma, elle ne t’a rien dit ?

-Excuse-moi, je ne l’ai pas croisée.

-On devrait rentrer, Océane s’inquiète, expliquais-je à Nathan et aux enfants

-Fait attention à toi Elena.

-C’est promis. Et encore merci.

-Tous le plaisir est pour moi. »

On rentra rapidement au château et ce fut une Océane furieuse qui nous accueilli. Les enfants le comprirent rapidement et nous quittèrent.

« -Tu aurais dût me prévenir Elena ! On ne sait jamais ce qui peut t’arriver.

-Je ne suis pas en sucre et j’avais prévenu Emma car je sais que ma maladie peut me faire faire n’importe quoi et j’étais aussi accompagner de gardes.

-Je me suis inquiétée, tu n’étais pas dans ta chambre et les enfants non plus. Je n’ai pas pensé à demander à Emma si elle savait. Heureusement que tu réponds encore à ton téléphone.

-Excuse-moi, j’aurais au moins dû te laisser un mot.

-Vous êtes aller faire quoi au village ?

-Rien de spécial.

-Tu es sérieuse ? Pourquoi tu me cache quelque chose ?

-J’ai juste fait une sortie avec les enfants rien de plus.

-Mouais, répondit-elle non convaincu. Vous avez déjeuner ?

-Oui.

-Tu as pris ton médicament ?

-Océane ! Oui je l’ai pris.

-Tu as les mains froide, ça va ?

-Tu ne me laissera donc jamais tranquille ?

-Non, répondit-elle avec un sourire

-Dans ce cas, il fait juste un peu froid dehors.

-Rentre au chaud alors. Tu compte faire comment pour ton abdication ?

-Les télévision doivent arriver dans l’après-midi et je leur dirais que je n’ai plus envie de régner, que je veux me consacrer à ma famille.

-Sauf que tu es encore jeune. Ils risquent de demander plus d’explications.

-Je dirais juste que je veux profiter de mes enfants avant qu’ils ne montent sur le trône.

-Et s’ils comprennent et font le rapprochement avec ta mère ?

-Je verrais en tant et en heure mais je te promets de vous protéger au maximum. »

Je me rendis ensuite à l’infirmerie où je trouvai le Dr Langstone.

« -Bonjour docteur.

-Bonjour Majesté, que puis-je pour vous ?

-En abdiquant je vais avoir beaucoup de temps libre alors que je me demandais si vous n’aviez pas une activité physique à me conseiller.

-C’est un bonne idée et ça vous aidera à vous videz la tête. Alors, évitons les sports de combat, trop cardiaque…pourquoi pas de la course que vous complèteriez avec de la natation quand il fera plus chaud ?

-N’oubliez pas que je n’ai jamais fait de sport.

-Justement, la course, il n’y a rien de mieux pour commencer.

-Parfais alors, pourriez-vous me préparer un programme ?

-Je vous fait ça majesté.

-Merci Docteur. Et se ne sera plus Majesté après cette après-midi.

-Altesse devrait convenir.

-Vous avez raison, merci docteur. »

Je retournai ensuite dans ma chambre et commença à préparer mon discours en vue de mon abdication prochaine. Océane qui passait par là, m’aida le plus possible. En début d’après-midi, les caméras commençaient à s’installer dans la grande salle. Je mis une longue robe rouge et laissa mes cheveux tomber sur mes épaules. Je supervisai leurs installations et plusieurs journalistes tentait en vain de savoir avant l’heure ce que j’allais dire. Emma passa à ce moment-là avec une bouteille d’eau pour moi.

« -Merci, j’aurais aussi besoin que tu me trouve une tenue de sport complète.

-Tu te met au sport toi ?

-Je vais avoir plein de temps libre et le Dr Langstone me fait une programme sur mesure.

-Quel sport ?

-De la course.

-Bon choix pour un début. Je te trouverais ça rapidement.

-Merci, je ne pourrais pas utiliser les tenues d’Océane éternellement.

-En parlant d’elle, elle arrive bientôt ?

-Oui et avec les enfants. Je ne peux rien faire sans elle maintenant.

-Pas faux. Tu vas très bien t’en sortir.

-Merci. Tu peux rassemblée les journalistes pour moi s’il te plait.

-Bien sûr. »

En moins d’une minute, ils étaient tous autour de moi. Je leur demandai de tout couper avant de commencer.

« Je tiens à vous expliquer les raisons de mon intervention avant de passer à l’antenne pour que vous ne soyez pas surpris. Je vais abdiquer.

-Sérieux ? Mais pourquoi ? Vous avez tellement fait pour le royaume, demanda l'un des journalistes.

-Gouverner ne me plait plus. Je ne veux pas me forcer à rester si vous risquez d’en subir les conséquences.

-Que ferez-vous alors ?

-Je me consacrerez à ma famille, je ferais du sport.

-Quand vous avez annoncée le retour de votre père, ajouta un autre journaliste, vous aviez dit que votre mère étiez malade. Est-ce que vous aussi ? Est-ce pour cela que vous abdiquer ?

-Je ne veux pas aborder ce sujet.

-Donc vous êtes malade.

-Cette information ne devra en aucun cas apparaitre dans les informations, suis-je bien clair ?

-Evidemment Majesté.

-Bien. »

Je les quittai pour retrouver Océane qui venait d’arriver avec les enfants.

« -Ils savent. L’un deux à tous de suite fait le rapprochement avec ma mère.

-Qu’est-ce que tu vas faire ?

-Rester sur le scénario original. Ils n’ont pas le droit d’en parler. Tu as le document que je t’ai demandée ?

-Oui. A la signature, tu ne seras officiellement plus reine.

-Merci. »

Une dizaine de minutes plus tard, les caméras se mirent en marche et le moment tant attendu commença.

« -Cher habitants de Brinton Dynastie. Ça fait à présent quinze ans que je gouverne, quinze ans que je tente de redresser le royaume et je pense avoir réussi. Rien n’est parfais loin de là mais aujourd’hui j’ai fait ma part. Je ne veux plus avoir de responsabilité, je ne veux plus gouverner. J’ai donc décider d’abdiquer afin de me consacrer à ma famille et à moi-même. Ma femme continuera de gouverner jusqu’à la majorité de nos enfants et je resterais à sa dispositions en tant que conseillères. En abdiquant je perds tous mes pouvoirs.

-Avez-vous décider ce que vous aller faire par la suite ? Demanda l’un des journalistes

-Passer plus de temps avec ma femme et mes enfants, du temps que m’empêcher d’avoir mon rôle de Reine.

-N’étant plus Reine, vous n’aurez plus le titre de Majesté.

-Exacte, j’aurais le titre d’Altesse comme les enfants et changerais de couronne.

-Si je puis parler au nom du peuple et j’espère qu’il pense la même chose, vous avez tellement fait pour le royaume que nous sommes ravis de vous voir penser à vous, à votre famille même si nous aurions aimé que votre règne dur plus longtemps. »

Les journalistes firent un dernier discours devant les caméras. Je retirai ma couronne et la rendit à océane qui la déposa sur un coussin rouge. Je signai ensuite le document. Je n’étais désormais plus officiellement reine. Les journalistes eurent droit à un buffet mis à leur disposition et je les remerciai de n’avoir rien dit que ma maladie en espérant qu’ils continueraient. Je passai le reste de l’après-midi à discuter avec Ben sur l’Histoire du royaume. A croire qu’il en connaît plus qu’Océane qui avait fait des études d’Histoire.

« -Dit maman, comment tu as su tout ce que ta mère avait fait ?

-Dans les jours qui ont suivie mon accession au trône, j’ai ouvert la cage qui se trouve à la bibliothèque et lut tout les livres d’Histoire qui s’y trouvait puis j’ai trouvé les journaux intimes de ma mère ce qui m’as donné pas mal d’information. Mais c’est surtout quand j’ai rencontré ta mère que j’ai réellement compris toute l’horreur qui venait avec son règne. Si elle, avait été torturé, je me doutais bien que d’autre personne avait subi le même sort. J’ai fini par retrouver le corps de certains disparut, dont ses parents mais pas tous. Je ne saurais dire avec précision combien mais je dirais des milliers.

-Il y a quoi comme type de livres derrières les grilles ? Ceux que tu ne veux pas qu’on lise.

-Je ne veux pas que vous les lisiez pour vous protéger. J’y ai ranger les journaux de ma mère et toutes l’historique de ses crimes.

-Est-ce qu’un jour tu nous autorisera à les lire ?

-Je vous donnerais peut-être la clé à votre majorité si j’ai encore toute ma tête mais si ce n’est pas le cas, attend tes 18 ans pour ouvrir la cage, peut importe ce qu’il se passe.

-D’accord.

-Comprend bien que je fais ça pour vous protéger, pas pour vous cacher des informations.

-Ne t’inquiète pas maman, j’ai compris. »

Je soir venu, je me couchai plutôt satisfaite de moi, en quelque sort libérée. Je n’avais plus toute ses responsabilité sur le dos, ses responsabilités qui était arrivée du jour au lendemain mais culpabiliser d’avoir tout donner à océane. A deux, c’était plus facile à gérer.

Annotations

Recommandations

Défi
Opale Encaust
Tout est dans le titre.
801
683
21
9
Magda Smuelovicius
Anya compte parmi les influenceuses les plus populaires du YouTube francophone. Belle, charismatique, suivie par plus d'un millions d'abonnés, sa vie semble parfaite. Et pourtant, du jour au lendemain plus rien, disparue. La jeune fille souhaite-elle retrouver l'anonymat ? Est-ce l'œuvre d'une rivale ou d'un hater ? Inquiète, Romy, sa meilleure amie se lance à sa recherche. Mais la vérité est-elle toujours bonne à déterrer ?


"La youtubeuse disparue" est une petite histoire de transition, sans aucune prétention.
214
278
434
153
Défi
Nicodico

La petite fille tremblait dans son lit, couchée dans le noir. L'histoire que lui avait racontée son grand frère la terrifiait encore. Celle d'un garçon qui était entrainé aux enfers par un monstre effrayant caché sous sa maison. Elle entendit soudain un grincement, puis plusieurs bruits sourds qui semblaient venir de l'étage d'en dessous. Ses parents marmonnèrent quelque chose depuis la chambre d'à côté, puis se levèrent tous les deux et descendirent.
Elle entendit un cri suraigu, un grognement de douleur, puis plus rien. La petite fille se redressa dans son lit, et appela :
- Maman ? Papa ?
Des grincements montèrent depuis les escaliers, signe qu'une masse lourde gravissait les marches. La porte de sa chambre s'ouvrit. Une forme apparut, une forme effrayante, monstrueuse, abominable : un être constitué de parties d'humains que la petite fille n'aurait su reconnaitre. Tout ce qu'elle sut faire, ce fut de crier.
Ce qui ne l'empêcha pas de mourir sous les mâchoires de l'abomination.
123
230
24
6

Vous aimez lire eragona ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0