Chapitre 3

4 minutes de lecture

Je me réveillai à 8h pour me préparer. Je mis une longue robe blanche avec un gilet rose pâle et tressa mes cheveux derrière ma tête. Je mis mes ballerines grise et demanda aux gardes de mettre ma valise dans la voiture. Les trois gardes qui venaient avec nous n’avait pas revêtu leur uniforme. Au départ, je voulais partir sans garde mais leur chef avait insisté, pour notre sécurité. Discrètement, ils mirent la valise de Ben dans la voiture et attendirent que je sois prête. Délicatement, je réveillai Océane pour lui annoncer mon départ et l’embrassa avant qu’elle ne se rendorme. Je déposai ensuite un baisé sur le front d’Elise sans la réveiller. Je partie ensuite retrouver Ben. Sans le réveiller, l'un des gardes le pris dans ses bras et l’emmena jusque dans la voiture. Au passage je croisai Emma qui nous avait préparer un panier pour déjeuner. On prit finalement la route à 9h. Juste avant que l’avion ne décolle, je réveillai Ben pour qu’il puisse profiter du spectacle.

« -Mon chéri, on va bientôt décoller.

-On est déjà dans l’avion ?

-Oui. Je n’ai pas voulu te réveiller avant mais là je me suis dit que tu aurais envie de voir le paysage vue d’en haut.

-Merci.

-Tatie Emma nous a préparer de quoi manger. Tu veux un pain au chocolat et un jus de pomme ?

-Je veux bien. C’est le château ça ? Il est tout petit.

-Oui c’est le château et il te parait petit parce qu’on s’éloigne.

-Tu as déjà pris l’avion avant aujourd’hui ?

-Quand j’ai rencontré maria, oui. C’est même chez elle que j’ai vue ta mère combattre pour la première fois. Elle était arrivée première et ma fait sa demande en mariage après lui avoir remis sa médaille, c'était la veille de mon anniversaire. A ce moment-là j’étais déjà enceinte de vous mais je ne savais pas encore que vous étiez deux.

-Alors c’est toi notre vrai maman ?

-Océane est aussi votre mère. Mais oui, c’est moi qui vous ai donné naissance et ensuite Océane vous a adopté pour qu’elle soit reconnus comme votre mère.

-Je sais que tu n’aime pas qu’on parle de lui mais est-ce qu’un jour on rencontrera notre père ?

-Non mon chéri, c’est impossible. Il est mort avant que je ne sache que j’étais enceinte.

-Oh et tu me diras comment il est mort ?

-Bientôt promis. »

On arriva une heure plus tard chez Maria. Entre l’aéroport et le village, Ben fut captivé par les paysage. On se rendis ensuite chez elle à pied et je frappai à la porte.

« -Elena, ma chérie ! Vous avez fait bon voyage ? Me demanda-t-elle

-Oui, super, merci.

-Antoine ! Tes petits-enfants sont arrivés ! Entrez donc. Comme tu as grandis Ben. La dernière fois que je t’ai vu, tu venais d’avoir 10 ans.

-C’est vrai que nous n’avons pas eu le temps de venir plus souvent. On a beaucoup de travail.

-Le principal c’est que vous soyez là aujourd’hui.

-Elena, ma grande ! Quel plaisir de te revoir. Que tu es belle, tu ressemble de plus en plus à ta mère. Nous interrompîmes Antoine

-Tant que ce n’est que physiquement

-Tu as compris ce que je voulais dire. Ton fils est au courant ?

-Pas encore.

-Je voie. Que diriez-vous de faire visiter le village à ce petit bonhomme ?

-Ce serait une bonne idée.

-Par contre on a préparé qu’une chambre pour deux. Ajouta Maria

-Ce n’est pas grave. Nous avons besoin de nous rapprocher de toute façon.

-Ne me dit pas que tu l’ignore comma ta mère as fait avec nous ?

-Non c’est … Je ne suis pas comme ma mère !

-Excuse-moi. »

Tandis qu’on visitait le village, Antoine et Ben devant, Maria s’assura que j’allais bien.

« -Tu as l’air épuisée ma puce.

-Je le suis. C’est pour ça que je suis là. La vie au château me pèse en se moment et les enfants me pose sans cesse des questions sur leur père, sur mon passé et je n’y arrive pas. Je n’arrive pas à en parler.

-Je comprend Elena mais c’est fini depuis quatorze ans maintenant.

-je sais, Océane m’as dit la même chose. Mais j’ai peur de leur réaction quand ils apprendront que ma mère a torturé ma femme, tuer ses parents, que les jumeaux ont été conçu par un viol et que leur père a essayé de tuer Océane. Il y a eu trop de malheurs durant cette période et… Elle ma coupa avant que les larmes n’arrivent

-Tu ne pourras pas toujours leurs cacher la vérité. Un jour ou l’autre ils finiront par l’apprendre et se sera pire s’il le découvre d’une autre façon.

-Tu as raison. Et puis Ben sait déjà que leur père m’as fait souffrir et qu’il est mort. Et je me doute qu’il a deviné que mes cicatrices au poignés c’est à cause de lui.

-Tu voie, tu n’as plus aucune raison d’attendre.

-Maman ? C’est ici que maman t’a demandé en mariage ? Me demanda Ben

-Oui, sur cette même place mais il y avait des tapis de karaté et des gradins.

-J’ai des images de ce jour à la maison si tu veux. Enchaina Maria

-Vraiment ? Demandais-je intriguée

-Bien sûr. Il y avait des caméramans et des photographes parmi la foule.

-Alors ça je veux voir.

-Moi aussi. Ajouta Ben. »

On rentra à la maison et Maria sortis les photos et vidéos tandis qu’Antoine nous préparait du chocolat chaud. On regarda tout pendant le reste de la journée. En vidéos il y avait les combats d’Océane, tandis que la Caméra bougeait vers moi, on voyait toute mon admiration pour elle dans mes yeux. Mais aussi la remise des médailles et ça demande en mariage.

Annotations

Recommandations

Défi
Opale Encaust
Tout est dans le titre.
801
683
21
9
Magda Smuelovicius
Anya compte parmi les influenceuses les plus populaires du YouTube francophone. Belle, charismatique, suivie par plus d'un millions d'abonnés, sa vie semble parfaite. Et pourtant, du jour au lendemain plus rien, disparue. La jeune fille souhaite-elle retrouver l'anonymat ? Est-ce l'œuvre d'une rivale ou d'un hater ? Inquiète, Romy, sa meilleure amie se lance à sa recherche. Mais la vérité est-elle toujours bonne à déterrer ?


"La youtubeuse disparue" est une petite histoire de transition, sans aucune prétention.
214
278
434
153
Défi
Nicodico

La petite fille tremblait dans son lit, couchée dans le noir. L'histoire que lui avait racontée son grand frère la terrifiait encore. Celle d'un garçon qui était entrainé aux enfers par un monstre effrayant caché sous sa maison. Elle entendit soudain un grincement, puis plusieurs bruits sourds qui semblaient venir de l'étage d'en dessous. Ses parents marmonnèrent quelque chose depuis la chambre d'à côté, puis se levèrent tous les deux et descendirent.
Elle entendit un cri suraigu, un grognement de douleur, puis plus rien. La petite fille se redressa dans son lit, et appela :
- Maman ? Papa ?
Des grincements montèrent depuis les escaliers, signe qu'une masse lourde gravissait les marches. La porte de sa chambre s'ouvrit. Une forme apparut, une forme effrayante, monstrueuse, abominable : un être constitué de parties d'humains que la petite fille n'aurait su reconnaitre. Tout ce qu'elle sut faire, ce fut de crier.
Ce qui ne l'empêcha pas de mourir sous les mâchoires de l'abomination.
123
230
24
6

Vous aimez lire eragona ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0