Chapitre 37 : Sernos, de nos jours. (3/5)

7 minutes de lecture

Menjir ne s’installa pas, comme cela était la coutume dans d’autres royaumes, en bout de table, mais au centre du long côté. Vespef, invitée d’honneur, fut placée à sa droite et Deirane à sa gauche. En face d’eux, quelques nobles à la conversation agréable prirent place. Les autres convives furent disposés tout le long de la table. Aster et Hester se retrouvèrent presque à une extrémité, l’un à côté de l’autre.

Les plats qui arrivèrent étaient typiquement helarieal. Ils différaient cependant de ce qui se pratiquait dans la Pentarchie à la fois par le volume et la présentation. Les stoltzt mangeaient peu et les parts étaient relativement peu copieuses. Ce n’était que très récemment, avec l’arrivée des Nouveaux Peuples, que les portions avaient augmenté, les humains avaient des besoins plus élevés. Et ils avaient l’habitude de disposer les plats au centre de la table où chacun pouvait piocher à sa guise alors qu’en Yrian ils étaient amenés au fur et à mesure par un défilé de domestiques qui ressemblait à une chorégraphie.

Alors que le premier plat arrivait, un noble se pencha vers Deirane.

— Ainsi, vous êtes la célèbre Serlen aux mille diamants.

— Je ne sais pas s’il y en a mille, répondit Deirane, mille pierres sûrement.

— J’ai longtemps cru que c’était une légende, que vous n’existiez pas.

— Plut aux dieux qu’il en eut été ainsi.

— Vous auriez voulu ne pas exister ?

— J’aurais voulu ne pas être comme je suis.

— Je vois. Votre tatouage vous a apporté plus de malheur qu’il ne nous en échoit généralement.

— Bien plus que vous ne pouvez l’imaginer.

— Dans ce cas, je ne vous donnerai pas le déplaisir de vous demander de me le montrer.

— Je ne vous le montrerais pas de toute façon. J’ai passé l’âge de ce genre de privauté.

— Vous êtes sévère avec vous-même. Peut-être n’avez-vous plus la fraîcheur de la prime jeunesse, la maturité a ses charmes aussi, parfois bien supérieurs. Vous êtes une très belle femme, plus belle que beaucoup de femmes bien plus jeunes

Deirane aurait dû être habituée tant ce compliment lui avait été fait souvent. Pourtant, elle ne put s’empêcher de rougir.

— Je vous remercie, dit-elle.

Le noble joua un instant avec son couteau avant de reprendre.

— Je pense malgré tout qu’il y a eu des moments positifs dans votre vie. En vingt ans, vous avez dû faire des choses extraordinaires.

Deirane réfléchit un instant avant de réponse.

— Les voyages, dit-elle enfin, j’ai beaucoup voyagé, j’ai visité quasiment tous les royaumes à l’est d’ici.

— Et qu’y avez-vous vu ?

— Des cultures différentes. Des villes qui n’ont rien à envier à Sernos hors la taille. Des gens, aussi différents de vous et moi que votre roi l’est de la pentarque.

— Surprenant, j’avais toujours considéré que les royaumes de la vallée de l’Unster représentaient le sommet de la civilisation.

— C’est le cas. Sernos est une ville majestueuse, digne d’être une capitale impériale. Et un jour certainement, l’Yrian pourra être qualifié d’empire. Kushan ne manque pas de charme avec ses canaux et ses ponts. D’autres villes secondaires, comme Elmin, ne sont pas à dédaigner non plus. Jimip en Helaria n’est pas une belle ville, c'est sa bibliothèque - la plus grande du monde - et sa communauté de savant qui sont réputés. Il existe aussi quelques perles en dehors de notre vallée. Shaab, par exemple, est en train de se couvrir de palais majestueux, à la mesure de la nouvelle richesse de ses commerçants. Nous avons là une future lumière de notre monde, si la guerre qui l’oppose à l’Helaria en laisse quelque chose. Nasïlia même, un mélange de culture edoriane et gems, est plus que surprenante ; elle possède un genre de beauté étrange qui mérite d’être vu. Et Lynn, la capitale de la Nayt a été entièrement conçue comme un monument. Ce n’est pas la plus grande ville du monde, par contre c’est certainement la plus belle.

— Et êtes-vous allée à l’est de Nasïlia ?

— Il n’y a rien à l’est de Nasïlia. C’est un désert empoisonné par la guerre contre les feythas. Ici, la nature est en train de se remettre lentement, là-bas, il n’y a plus rien de vivant. Au-delà de la ville, le désert brille dans la nuit. Si ce n’est plus le cas à Nasïlia même, c’est parce que les gems qui administrent la ville sont allés aux limites de leurs pouvoirs pour la nettoyer. Les chamanes bawcks font de même dans les marches orientales de Chabawck. Mais au-delà, les seuls être vivants que l’on trouve sont des criminels qui ont fui la justice et ont cru trouver refuge dans cet endroit désert.

— Les orques de Chabawck sont si puissants ?

— Les plus grands chamanes le sont, oui. Toutefois ils ne viennent guère visiter les royaumes occidentaux. Il y a tant à faire chez eux.

Deirane entendit un éclat de voix à sa droite. C’était le roi d’Yrian qui répondait à sa condisciple stoltz. Même si le ton n’avait pas été très élevé, il manifestait un certain déplaisir du monarque. Tout en continuant la discussion avec son voisin, elle écouta.

— Je ne peux pas répondre à une telle requête, c’est impossible, répondait Menjir.

— Vous auriez tout à y gagner, dit Vespef. La guerre a totalement bloqué le commerce sur l’Unster. Vous êtes dans l’impossibilité d’écouler vos stocks. Vos négociants sont au bord de la ruine.

— Au bord de la ruine, vous exagérez. La guerre est à l’origine d’un ralentissement de nos échanges, mais nous avons largement de quoi tenir avec les royaumes de l’est.

— Et les royaumes de l’Unster. Sans le blé de l’Yrian, ils vont être acculés à la famine.

— J’ai suffisamment à administrer mon royaume pour me soucier en plus de l’imprévoyance des autres rois.

— Sans la réputation qui est la vôtre, on pourrait croire que vous cherchez à profiter de leur affaiblissement pour vous emparer de leurs terres.

— Vous savez bien que je ne convoite pas le sud. Il n’y a rien qui m’intéresse là-bas. Et de toute façon, la principauté de Boulden, en passe de devenir une province d’Helaria, jouxte ma frontière. Je n’ai aucune envie de me confronter à vous.

— Vous semblez penser que nous gagnerons.

— C’est évident. Jusqu’à aujourd’hui vous n’avez perdu aucune guerre. Pourquoi cela serait-il différent aujourd’hui alors que vous êtes au sommet de votre puissance ?

— Vous vous trompez. Il n’y a aucun accord avec Boulden. Il n’y aura aucun accord possible aussi longtemps que durera le commerce des esclaves.

Menjir réfléchit un moment à la proposition de Vespef.

Deirane n’en croyait pas ses oreilles, la pentarque venait de lui offrir Boulden, un territoire qui ne lui appartenait pas, pour acheter ses services. Pendant ce repas, les deux chefs d’État se partageaient le monde comme s’il s’agissait d’un gâteau.

— Dans l’immédiat, Boulden ne m’intéresse pas, répondit enfin Menjir. Qu’est-ce que Boulden ? Une petite ville perdue au milieu d’un marécage. Son seul atout est la souplesse de ses lois sur le commerce des êtres vivants. Atout qui disparaîtra s’il devait se conformer aux lois de l’Yrian.

— Pourtant vous auriez tout intérêt à ce qu’Helaria gagne rapidement la guerre.

— Sans vouloir vous offenser, qu’Helaria gagne ou perde la guerre nous importe peu. Si vous gagnez, ce qui me semble le plus probable, tout redeviendra comme avant. Si vous perdez, nous traiterons avec Shaab au lieu de vous.

Vespef mit un petit moment à répondre, comme pour ménager son effet.

— Êtes-vous conscient, dit-elle lentement, qu’il y a plus en jeu que quelques cargaisons de blé ?

— La disparition de votre culture. J’en suis conscient. Et je comprends que vous en soyez très affectée. Comme je l’ai déjà dit, je dois m’occuper de mon royaume en priorité.

— Plus que la disparition de notre culture. La disparition de toute culture. La nôtre, la vôtre, celle de Shaab.

— Vous n’y allez pas un peu fort ? protesta-t-il, même si l’Helaria disparaissait sans laisser de trace, l’Yrian ne serait pas affecté sur le long terme.

— Que l’Helaria disparaisse sans laisser de trace serait un moindre mal. Le problème est que nous laisserons des traces derrière nous.

Les propos étranges de la pentarque attirèrent toute l’attention du roi et de Deirane.

— Que voulez-vous dire par là ? demanda Menjir.

— Il y a quatre-vingts ans, les peuples d’Uv-Polin se sont révoltés contre les feythas et les ont chassés de notre monde. L’Helaria a participé à cette guerre, nous étions là lors de la victoire finale.

— Je sais tout cela, je l’ai appris dans les livres d’histoire.

— Vous savez donc que les feythas au cours de leur règne ont utilisé des armes effroyables. Elles ont rendu inhabitables de larges portions de notre continent.

— Il me suffit de passer les montagnes pour voir les plaines de l’ouest briller dans la nuit. Je sais cela. Je l’ai fait une fois. C’est effrayant.

— Mais savez-vous qu'ils n’ont utilisé qu’une toute petite partie de leur arsenal ?

— Une petite partie, comment ?

— Seules six armes ont suffi à créer tous ces ravages.

Menjir manifesta son étonnement.

— Six c’est impossible, répliqua-t-il, il y a trop de dégâts dans notre monde.

— Et pourtant c’est le cas. Deux pour les royaumes stoltzt à l’ouest, trois pour les royaumes bawcks à l’est et une a transformé le détroit entre les deux continents en une mer quasi circulaire.

— Six ? Mais ils en possédaient beaucoup plus !

— Trois fois plus. dix-sept exactement.

— Que sont-elles devenues ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Cassandra Cousy
Les légendes parlent des Abysses comme d'une vision sombre et tordue du monde, comme d'un cauchemar éveillé dont nul ne pourrait s'échapper.

Dans leurs sillages ne se trouvent que mort et désolation et les rares survivants qu'elles laissent derrière s'en retrouvent à jamais changés. Nombreux encore sont ceux qui préfèrent détourner le regard plutôt que d'accepter la triste vérité, de peur d'y contempler leurs propres ténèbres.

Pour Garance Mortis, Chevalier noir au service de la Légion, il s'agissait bien plus que de simples mythes. Depuis maintenant plus de mille cinq cent ans, les membres de son ordre luttent de par le monde contre cette terre mystérieuse et ses sinistres agents.

Le quotidien de ces mages de bataille est loin d'être de tout repos et bien plus encore quand la politique et les idéologies s'y mêlent. De cela, Garance et les siens s'en rendirent vite compte lorsque leurs relations avec les autorités du royaume d'Essenie se dégradèrent au cours de l'année. Craignant aujourd'hui pour leur avenir, le groupe évolue dans un climat sous tensions. Et pour ne rien arranger, leur vie courante se complique soudainement quand de nombreux incidents inhabituels surviennent au beau milieu de l'automne.

Forcés de mener leurs investigations en secret, leurs pas les conduisent rapidement au cœur de l'ancienne cité-souterraine d'Agrisa, située juste sous la capitale. Mais dans les ténèbres de ce passé oublié, un choix implacable et inattendu attend Garance car là où vont ceux qui apportent la nuit, la ruine n'est jamais bien loin...



Le récit présenté ici n'en est qu'à son premier jet. Traitez-le en tant que tel. Merci par avance. ;D

*L'image de la couverture ne m'appartient pas.
Crédits : https://www.artstation.com/artwork/R2y8e
Rien n'a été modifié, j'y ai simplement rajouté les différents textes.*
256
499
1833
415
Cleonlat
Ce livre est avant tout un recueil d'histoires se déroulant dans l'univers que j'ai créé appelé Pyrîna.

Les enfants de Cerfeuil : Le jour où sa sœur disparaît, Cyrdek se lance à sa recherche avec son groupe d'amis. Toutefois, il découvrira bien vite que le chemin menant à elle est semé d’embûches et que derrière sa disparition se cache un complot.

La quête d'Aaron : Aaron vit des jours paisibles à Rougeau, le jour où l'occasion de prouver sa valeur s'offre enfin à lui, il part dans une grande quête qui le mènera jusqu'aux Cieux.

La Lune de Shunari : Sous la lune de Pyrîna vit la jeune Shunari, une chasseuse Yataï. Suite à des visions, elle comprend qu'elle est l'une de celles qui ont été choisies pour une mission de l'ordre du divin.
34
54
305
86
Romain G
Le continent d'Aralang est sur le point d'imploser.
À l'ouest, des prétendants se disputent le gouvernement d'un puissant empire étranger et industrialisé. À l'est, une alliance de royaumes résistants prépare une virulente controffensive. Au centre, le clan dictatorial des Venator tente de jouer sur les deux tableaux... et doit supporter un deuil terrible.

Tandis que sa sœur a été retrouvée assassinée, Gaella Venator se voit accablée de toutes les responsabilités qui incombaient jusqu'alors à son aînée. Néanmoins, dans un contexte où la peur est reine, la jeune femme ne se rend pas compte de ce que signifient ses nouveaux devoirs, ni d'à qu'elle point elle est une arme pour ses parents aux sombres desseins. Non, elle se contente de sourire.
Sa sœur est morte.
148
196
1925
173

Vous aimez lire Laurent Delépine ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0