Chapitre 37 : Sernos, de nos jours. (2/5)

7 minutes de lecture

Effectivement, moins d’un calsihon plus tard, une escorte en uniforme de parade prit position devant le dôme. Son commandant se présenta à Vespef qui l’attendait devant l’entrée. Il la salua selon l’usage en Yrian qui différait de celui en vigueur en Helaria. De toute évidence la pentarque connaissait le protocole puisqu’elle réagit exactement comme il s’y attendait, un simple hochement de tête.

— Je sollicite pour moi et mes hommes l’honneur de vous escorter jusqu’à notre souverain Menjir le troisième, huitième roi d’Yrian, dit-il dans un helariamen impeccable, sans même une pointe d’accent.

— C’est avec grand plaisir que je vous accorde cet honneur. J’ai hâte de rencontrer ce grand souverain qui nous fait tant profiter de ses largesses.

— Si vous voulez bien me suivre.

Il accompagna son invitation d’un geste de la main. L’escorte se disposa autour des invités. Leur commandant prit la tête. Ils se dirigèrent vers le palais royal, à l’extrémité du domaine royal. Il n’était séparé du vide que par un petit jardin. Le bâtiment dominait la ville, donnant l’impression de la surveiller. Entre le dôme et le palais, tout un parc avait été planté, îlot de verdure dans un monde ravagé. L’allée au centre était conçue pour permettre à tout un équipage d’atteindre le grand escalier, mais les rangées d’arbres l’ombrageaient, ce qui devait être bien agréable pendant la journée. Même à cette heure matinale, le soleil tapait fort. Avant l’arrivée des feythas, le temps était plus frais, plus agréable, se remémora Vespef tout en marchant entre Deirane et Aster. D’un autre côté, le climat actuel avait rendu habitable toute la zone septentrionale du continent. Fuyant les déserts empoisonnés du sud, des communautés edorianes et stoltzt, noyaux de potentiels futurs empires, s’y étaient installés.

Menjir III, roi d’Yrian attendait ses invités en haut de l’escalier, il était en compagnie de ses ministres et de quelques diplomates étrangers en visite à la « capitale du monde ». Quand ils arrivèrent, il descendit les marches pour accueillir la pentarque, signifiant par là qu’il la considérait comme une égale. Pour la souveraine d’un royaume presque aussi puissant que le sien – si on se limitait au seul aspect militaire – c’était la moindre des choses.

— Dame Vespef, dit-il, on m’avait vanté votre beauté. Ceux qui vous ont décrit ont été injustes avec vous. Vous n’êtes pas belle, vous êtes sublime. Je suis heureux de vous rencontrer en personne.

— Seigneur Menjir, répondit Vespef, on m’a parlé de vous comme d’un grand roi et d’un esprit brillant. J’avais moi-même hâte de vous être présentée un jour.

D’un geste de la main, elle désigna le paysage environnant.

— Votre palais est magnifique. Je comprends pourquoi Sernos est tant chantée par les aèdes.

— Je me suis laissé dire que Kushan était magnifique aussi, avec ses milliers d’îles, ses canaux et ses ponts.

— Kushan n’est pas notre capitale. Imoteiv est loin de ressembler à Sernos, et la Résidence n’a pas la beauté de ces jardins.

— Imoteiv a d’autres avantages. La vie y est douce parait-il.

— Je ne peux que confirmer vos dires.

Le protocole voulait qu’il adresse un salut à chacun de ses invités de marque. Il se tourna vers Deirane.

— Madame, les années n’ont pas de prise sur vous. Vous êtes aussi belle que lors de notre première rencontre.

— Seigneur, j’aimerai en dire autant, hélas j’ai bien peur de…

— Honnêtement, je préfère que vous ayez oublié. J’étais jeune à l’époque, et stupide. Très jeune et très stupide.

Son regard se posa sur Cleindorel.

— Ainsi donc, voici la raison pour laquelle la deuxième armée du monde manœuvre à mes frontières. Comment t’appelles-tu petite ?

Deirane allait répondre, Menjir leva la main pour l’arrêter. La fillette jeta un regard affolé vers sa tante. Son sourire la rassura.

— Cleindorel, dit-elle d’une toute petite voix.

— Cleindorel. Il va falloir que tu m’expliques quelque chose.

La gamine était au bord de la panique.

— Tu es bien une de mes sujettes ?

Cleindorel hocha timidement la tête.

— Dans ce cas, pourquoi une armée étrangère a été mandatée pour venir à ton secours ?

— Je suis responsable de cela, répondit Deirane, j’ai fait appel à l’Helaria plutôt qu’à l’Yrian.

— Deirane n’y est pour rien, intervint Saalyn, la responsable c’est moi. J’avais un compte à régler. Au passage j’ai résolu le problème de Deirane.

— J’ai entendu parler de cette scène, un carreau d’arbalète un soir devant le consulat d’Helaria. Commercer avec un criminel semble plus dangereux qu’être ce criminel pour l’Helaria. Parce que si je ne m’abuse, le négrier est toujours en liberté et n’a pas été inquiété. Alors que ce drow qui n’avait alors commis comme seul crime que de lui acheter une esclave est mort ou le sera bientôt. Je vais faire attention à mes partenaires commerciaux à l’avenir.

— Cet homme est mort, laissa tomber Saalyn, c’est par habitude que son corps bouge encore.

Puis l’attention de Menjir se porta sur Aster et ses filles.

— Certaines personnes ont reçu plus que leur part des dieux. Chez vous ils ont été généreux. Vous avez la beauté d’une fleur et vos talents à l’épée sont à la hauteur de vos charmes. La réputation des gardes de Fraker n’est pas usurpée. C’est à se demander comment vos ennemis ont pu vous vaincre.

— Ils ne nous ont pas vaincus, répondit Aster, les Ferlerenseny ont été repoussés dans leurs steppes nordiques.

— Et que faites-vous des marchands d’esclaves qui ravagent votre pays ?

— Ce ne sont pas nos ennemis. Ce sont des criminels. Ils seront traités comme tels.

— Simple rhétorique, remarqua Menjir.

— Absolument pas. On peut faire la paix avec un ennemi. Il peut même devenir un allié après la guerre. Un criminel reste un criminel. La traque ne s’arrête jamais, jusqu’à sa mort.

— Sacré différence en effet, reconnu le roi.

Puis Menjir présenta son bras à Vespef.

— Si vous voulez bien me suivre, je vais vous faire les honneurs de ma maison.

Avec un sourire, la pentarque posa la main sur le bras. Le souverain l’entraîna dans l’escalier. En haut, il fit une pause pour lui présenter sa suite. Il y avait là quelques ministres, la plupart courtois mais certains offusqués que leur souverain s’accoquine avec l’engeance reptilienne, au point de chambouler les traditions du royaume en les invitant pour le repas le matin au lieu du soir.

Le choix du souverain s’était porté sur la grande salle à manger. Elle était splendide. De grande taille, elle était décorée de fresques peintes sur les murs et les plafonds. Au centre, une table de bois la parcourait sur presque toute sa longueur et il restait suffisamment de place autour pour permettre aux serveurs d’officier en toute facilité. Menjir avait décidé d’en mettre plein la vue à la pentarque. Cependant la magnificence des lieux aurait rendu ridicule leur groupe perdu tout au milieu. Aussi avait-il invité tous les nobles et leurs épouses présents dans la ville et complété par quelques riches bourgeois. Tout ce beau monde attendait dans l’antichambre que le roi entre avec ses invités d’honneur. L’Yrian n’était pas Boulden, c’était un grand royaume en passe de devenir un véritable empire. Les nobles y étaient nombreux.

Le royaume d’Yrian était jeune, en plein essor et sa population dynamique. Les Yrianii ne se montraient pas hautains et compassés comme cela avait été le cas dans quelques vieilles lignées de la noblesse ocariane qui dirigeait le territoire avant la tyrannie des feythas. Au contraire, ils étaient à l’affût de toutes les nouvelles idées qui pourraient augmenter leur puissance. Hester, qui de noblesse ne connaissait que celle de Boulden, remarqua de suite la différence. Ici, les gens ne cherchaient pas à se montrer ou à s’imposer, au contraire ils voulaient essayer d’apprendre et de progresser.

En fait les préoccupations des Yrianii étaient simples : les nobles voulaient agrandir leurs terres, les bourgeois augmenter leur fortune et aucun des deux groupes n’avait de prévention sur les moyens pour y arriver. Même si leurs discussions étaient orientées vers leur profit personnel, elles pouvaient se révéler intéressantes. Tout sujet pouvait en effet leur amener une nouvelle idée qui leur permettrait d’atteindre leur objectif.

Au fond de lui, Hester était fier de voir son pays si ouvert. La cour, par exemple, ne connaissait pas le racisme ambiant envers les stoltzt qui existait dans la paysannerie. Cela n’aurait pas dû le surprendre, si l’Yrian était devenu la plus grande puissance du monde connu, ce n’était pas pour rien, ses dirigeants avaient les dispositions pour cela. L’honnêteté l’obligeait quand même à reconnaître que la géographie avait beaucoup aidé.

Aster fut affolée en se retrouvant au centre d’un tourbillon de courtisans cherchant à obtenir des faveurs. Son côté exotique et sa beauté attiraient tous les mâles disponibles autour d’elle. Pourtant, les individus aussi noirs qu’elle n’étaient pas rares dans le monde, ils étaient même très nombreux et certains, comme la Nayt, rivalisaient avec l’Yrian pour la puissance et la richesse. Toutefois leurs royaumes s’étendaient le long de la grande route de l’est, loin de la capitale yriani. Deirane, en grande discussion avec un obscur comte du plateau d’Yrian lui adressa un sourire d’encouragement. À son grand soulagement, Hester vint à son secours. Tout comme elle, il n’était pas habitué à voguer dans d’aussi hautes sphères. Avant de retrouver sa mère, il n’était qu’un cartographe.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Kae Morrigan
Né de parents pauvres et peu scrupuleux, Raïs est vendu à cinq ans à Luan Montserrat, un semi-Elfe et noble déchu qui tient à redorer son nom sur le dos d’innocents en les faisant combattre en tant que gladiateurs ou en les prostituant.

C’est sans compter sur le caractère rebelle de Raïs ainsi que sa capacité à voir Karys, une étrange déesse aux cheveux violets, vénérée dans tout le royaume et dont le temple renferme des adorateurs prêts à tout pour la glorifier.





Magnifique cover offerte par Little’Amava qui maîtrise parfaitement le graphisme ! Un grand merci à elle !
383
751
1509
580
Helpha
Une obscure menace pèse sur le monde d’Aldria. D’étranges créatures des ténèbres, les Neantys, commencent à envahir les plaines d’Ashon, région occupée par les humains. Dans l’ombre, les souveraines des quatre peuples fantastiques se réunissent pour trouver une solution à cet épineux problème.

Erulyn, jeune dirigeante des elfes, souhaite prouver son courage à ses consœurs en retrouvant l’envoyée d’Alyona : une personne capable de prendre les traits de chacune des créatures magiques et maîtrisant leurs pouvoirs primordiaux respectifs. Elle se servira de ses incroyables capacités pour protéger le monde, ou le plonger dans le chaos.

Mais cette prophétie est-elle vraiment réelle ? Ou ne s’agit-il que d’un présage déformé par les millénaires ?
30
35
168
147
Cassandra Cousy
Les légendes parlent des Abysses comme d'une vision sombre et tordue du monde, comme d'un cauchemar éveillé dont nul ne pourrait s'échapper.

Dans leurs sillages ne se trouvent que mort et désolation et les rares survivants qu'elles laissent derrière s'en retrouvent à jamais changés. Nombreux encore sont ceux qui préfèrent détourner le regard plutôt que d'accepter la triste vérité, de peur d'y contempler leurs propres ténèbres.

Pour Garance Mortis, Chevalier noir au service de la Légion, il s'agissait bien plus que de simples mythes. Depuis maintenant plus de mille cinq cent ans, les membres de son ordre luttent de par le monde contre cette terre mystérieuse et ses sinistres agents.

Le quotidien de ces mages de bataille est loin d'être de tout repos et bien plus encore quand la politique et les idéologies s'y mêlent. De cela, Garance et les siens s'en rendirent vite compte lorsque leurs relations avec les autorités du royaume d'Essenie se dégradèrent au cours de l'année. Craignant aujourd'hui pour leur avenir, le groupe évolue dans un climat sous tensions. Et pour ne rien arranger, leur vie courante se complique soudainement quand de nombreux incidents inhabituels surviennent au beau milieu de l'automne.

Forcés de mener leurs investigations en secret, leurs pas les conduisent rapidement au cœur de l'ancienne cité-souterraine d'Agrisa, située juste sous la capitale. Mais dans les ténèbres de ce passé oublié, un choix implacable et inattendu attend Garance car là où vont ceux qui apportent la nuit, la ruine n'est jamais bien loin...



Le récit présenté ici n'en est qu'à son premier jet. Traitez-le en tant que tel. Merci par avance. ;D

*L'image de la couverture ne m'appartient pas.
Crédits : https://www.artstation.com/artwork/R2y8e
Rien n'a été modifié, j'y ai simplement rajouté les différents textes.*
256
509
1835
415

Vous aimez lire Laurent Delépine ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0