Chapitre 28 : Territoires edorians, de nos jours. (5/5)

4 minutes de lecture

Le drow tourna alors la tête vers le sensitif.

— La pentarque est-elle toujours connectée à vous ?

— Elle l’est, répondit-il.

— J’espère qu’elle est attentive, j’ai quelque chose à lui montrer.

Il quitta Saalyn et se dirigea vers la chaise de l’edorian. Tout en marchant, il sortit un objet de sa poche. C’était une boule en verre dépoli, légèrement lumineuse, de la taille d’un poing serré.

Saalyn identifia ce qu’il avait pris dans la main.

— Un sort gems, dit-elle, quel est son effet ?

— Vous allez le découvrir bien assez tôt.

— Tuer le sensitif ne tuera pas Muy, vous savez ?

Le drow se contenta de sourire. Brusquement Saalyn se figea.

— Vous n’allez pas… Muy, déconnecte-toi ! Dégage ! cria-t-elle.

Elle repoussa sa chaise et se leva pour rattraper le drow.

— Trop tard, s’écria-t-il.

En un pas, il fut sur le sensitif et lui fracassa la boule sur le crâne avant qu’il ait pu réagir. L’edorian se mit à hurler de douleur. Saalyn se précipita sur le drow. Brusquement, elle se prit la tête entre les mains et hurla à son tour. Elle bascula en arrière. Sous la souffrance, ses jambes étaient agitées de soubresauts.

Deirane repoussa sa chaise, elle regardait avec horreur les deux Helariaseny se convulser devant elle. Elle eut la présence d’esprit de prendre la main de Cleindorel pour qu’on ne puisse pas les séparer. Le drow avait un air satisfait sur le visage. Son complice était impassible, il prit un cigare et l’alluma comme s’il était au spectacle.

Le silence revint. Trazen s’effondra sur la table, les yeux grands ouverts. Du sang coulait de son nez et de ses oreilles. Il était mort. Deirane se précipita vers son amie. Elle prit dans ses bras le corps agité de convulsions et le serra contre elle. Elle la sentit s’amollir soudain. La poitrine se souleva puis retomba lentement pour s’immobiliser. En larme, Deirane posa la main son cœur, mais il n’y avait plus rien.

Le corps agité de sanglot, elle étala la guerrière sur le sol puis elle se releva.

— Elle est morte, dit-elle, vous l’avez tuée.

— En effet, répondit calmement le drow.

Il se dirigea vers la porte et tira sur un cordon.

— En fait, continua-t-il, je n’ai pas tué un edorian et une stoltzin, j’ai gagné la guerre contre l’Helaria. Voyez-vous, le lien entre un sensitif et un pentarque ne transmet pas que les pensées. Il transmet aussi les sensations. La douleur par exemple.

— Vous êtes un monstre ?

— Le gems qui m’a vendu le sort y a introduit une douleur correspondant à des milliers de souffrances. La pentarque a reçu ça de plein fouet. Elle n’a pas eu le temps de se retirer de l’esprit du sensitif.

L’entrée d’un groupe de domestiques interrompit ses explications. Il montra le corps de Saalyn puis celui du sensitif.

— Emmenez-la en chambre froide, ordonna-t-il, et faite bien attention à ne pas l’abîmer, je veux qu’elle reste intacte. Et jetez-moi cette charogne.

Les edorians emportèrent les deux corps.

Le drow reprit ses explications.

— Quand Muy a ressenti la douleur, elle n’était plus en état de faire quoi que soit. Sinon elle aurait juste coupé le contact. Les siens ont aussitôt essayé de la soulager en la répartissant entre eux tous. Mais même à six, des milliers de souffrances ça reste trop. Ils ont donc réparti la douleur entre tous les stoltzt, les deux cent mille stoltzt d’Helaria. Vu ce qu’a subi notre chère guerrière libre ici présente, ça n’a pas suffit.

— Vous êtes un monstre.

Deirane fit un pas en arrière, entraînant sa nièce avec elle.

— C’est la guerre, pontifia le drow, à l’heure actuelle les pentarques sont ou morts ou fous et la plupart des stoltzt sont hors de combat pour des jours, certainement morts pour une bonne partie d’entre eux. À vrai dire, je ne m’attendais pas à un tel effet. Cette rupture des vaisseaux sanguins est surprenante. Qu’importe. Je suis vainqueur. Je suis le meilleur. Les stoltzt étaient le seul obstacle entre le passé et le futur. Il fallait les éliminer pour que les Nouveaux Peuples puissent prospérer. C’est chose faite.

— Les stoltzt représentaient le futur. Ils apportaient beaucoup à notre monde.

— Leur futur, pas le nôtre. Saviez-vous que les stoltzt se reproduisent plus vite que les humains. D’ici un ou deux siècles, ils nous auraient submergés.

— Vous êtes fou.

— Ça suffit. J’ai été indulgent avec toi Deirane. Tu as vu mon génie à l’œuvre. Tu n’es pas capable de l’apprécier. Je ne suis pas obligé de supporter tes critiques.

Il se tourna vers Stranis.

— Ramène-la dans sa chambre, ordonna-t-il.

— Avec plaisir, répondit le brigand.

— Et ne la touche pas. J’ai besoin qu’elle soit intacte. Si tu veux t’amuser, il y a assez de domestiques pour cela dans le château.

— Quel dommage, j’aurais bien aimé tester ce qu’elle a appris au cours de sa vie. La dernière fois, elle était si inexpérimentée.

Stranis empoigna Deirane par un bras. Elle le suivit sans résistance, sans toutefois lâcher la main de sa nièce.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Kae Morrigan
Né de parents pauvres et peu scrupuleux, Raïs est vendu à cinq ans à Luan Montserrat, un semi-Elfe et noble déchu qui tient à redorer son nom sur le dos d’innocents en les faisant combattre en tant que gladiateurs ou en les prostituant.

C’est sans compter sur le caractère rebelle de Raïs ainsi que sa capacité à voir Karys, une étrange déesse aux cheveux violets, vénérée dans tout le royaume et dont le temple renferme des adorateurs prêts à tout pour la glorifier.





Magnifique cover offerte par Little’Amava qui maîtrise parfaitement le graphisme ! Un grand merci à elle !
351
700
1462
523
Cassandra Cousy
Les légendes parlent des Abysses comme d'une vision sombre et tordue du monde, comme d'un cauchemar éveillé dont nul ne pourrait s'échapper.

Dans leurs sillages ne se trouvent que mort et désolation et les rares survivants qu'elles laissent derrière s'en retrouvent à jamais changés. Nombreux encore sont ceux qui préfèrent détourner le regard plutôt que d'accepter la triste vérité, de peur d'y contempler leurs propres ténèbres.

Pour Garance Mortis, Chevalier noir au service de la Légion, il s'agissait bien plus que de simples mythes. Depuis maintenant plus de mille cinq cent ans, les membres de son ordre luttent de par le monde contre cette terre mystérieuse et ses sinistres agents.

Le quotidien de ces mages de bataille est loin d'être de tout repos et bien plus encore quand la politique et les idéologies s'y mêlent. De cela, Garance et les siens s'en rendirent vite compte lorsque leurs relations avec les autorités du royaume d'Essenie se dégradèrent au cours de l'année. Craignant aujourd'hui pour leur avenir, le groupe évolue dans un climat sous tensions. Et pour ne rien arranger, leur vie courante se complique soudainement quand de nombreux incidents inhabituels surviennent au beau milieu de l'automne.

Forcés de mener leurs investigations en secret, leurs pas les conduisent rapidement au cœur de l'ancienne cité-souterraine d'Agrisa, située juste sous la capitale. Mais dans les ténèbres de ce passé oublié, un choix implacable et inattendu attend Garance car là où vont ceux qui apportent la nuit, la ruine n'est jamais bien loin...



Le récit présenté ici n'en est qu'à son premier jet. Traitez-le en tant que tel. Merci par avance. ;D

*L'image de la couverture ne m'appartient pas.
Crédits : https://www.artstation.com/artwork/R2y8e
Rien n'a été modifié, j'y ai simplement rajouté les différents textes.*
256
502
1833
415
Romain G
Le continent d'Aralang est sur le point d'imploser.
À l'ouest, des prétendants se disputent le gouvernement d'un puissant empire étranger et industrialisé. À l'est, une alliance de royaumes résistants prépare une virulente controffensive. Au centre, le clan dictatorial des Venator tente de jouer sur les deux tableaux... et doit supporter un deuil terrible.

Tandis que sa sœur a été retrouvée assassinée, Gaella Venator se voit accablée de toutes les responsabilités qui incombaient jusqu'alors à son aînée. Néanmoins, dans un contexte où la peur est reine, la jeune femme ne se rend pas compte de ce que signifient ses nouveaux devoirs, ni d'à qu'elle point elle est une arme pour ses parents aux sombres desseins. Non, elle se contente de sourire.
Sa sœur est morte.
151
200
1929
172

Vous aimez lire Laurent Delépine ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0