Chapitre 28 : Territoires edorians, de nos jours. (5/5)

4 minutes de lecture

Le drow tourna alors la tête vers le sensitif.

— La pentarque est-elle toujours connectée à vous ?

— Elle l’est, répondit-il.

— J’espère qu’elle est attentive, j’ai quelque chose à lui montrer.

Il quitta Saalyn et se dirigea vers la chaise de l’edorian. Tout en marchant, il sortit un objet de sa poche. C’était une boule en verre dépoli, légèrement lumineuse, de la taille d’un poing serré.

Saalyn identifia ce qu’il avait pris dans la main.

— Un sort gems, dit-elle, quel est son effet ?

— Vous allez le découvrir bien assez tôt.

— Tuer le sensitif ne tuera pas Muy, vous savez ?

Le drow se contenta de sourire. Brusquement Saalyn se figea.

— Vous n’allez pas… Muy, déconnecte-toi ! Dégage ! cria-t-elle.

Elle repoussa sa chaise et se leva pour rattraper le drow.

— Trop tard, s’écria-t-il.

En un pas, il fut sur le sensitif et lui fracassa la boule sur le crâne avant qu’il ait pu réagir. L’edorian se mit à hurler de douleur. Saalyn se précipita sur le drow. Brusquement, elle se prit la tête entre les mains et hurla à son tour. Elle bascula en arrière. Sous la souffrance, ses jambes étaient agitées de soubresauts.

Deirane repoussa sa chaise, elle regardait avec horreur les deux Helariaseny se convulser devant elle. Elle eut la présence d’esprit de prendre la main de Cleindorel pour qu’on ne puisse pas les séparer. Le drow avait un air satisfait sur le visage. Son complice était impassible, il prit un cigare et l’alluma comme s’il était au spectacle.

Le silence revint. Trazen s’effondra sur la table, les yeux grands ouverts. Du sang coulait de son nez et de ses oreilles. Il était mort. Deirane se précipita vers son amie. Elle prit dans ses bras le corps agité de convulsions et le serra contre elle. Elle la sentit s’amollir soudain. La poitrine se souleva puis retomba lentement pour s’immobiliser. En larme, Deirane posa la main son cœur, mais il n’y avait plus rien.

Le corps agité de sanglot, elle étala la guerrière sur le sol puis elle se releva.

— Elle est morte, dit-elle, vous l’avez tuée.

— En effet, répondit calmement le drow.

Il se dirigea vers la porte et tira sur un cordon.

— En fait, continua-t-il, je n’ai pas tué un edorian et une stoltzin, j’ai gagné la guerre contre l’Helaria. Voyez-vous, le lien entre un sensitif et un pentarque ne transmet pas que les pensées. Il transmet aussi les sensations. La douleur par exemple.

— Vous êtes un monstre ?

— Le gems qui m’a vendu le sort y a introduit une douleur correspondant à des milliers de souffrances. La pentarque a reçu ça de plein fouet. Elle n’a pas eu le temps de se retirer de l’esprit du sensitif.

L’entrée d’un groupe de domestiques interrompit ses explications. Il montra le corps de Saalyn puis celui du sensitif.

— Emmenez-la en chambre froide, ordonna-t-il, et faite bien attention à ne pas l’abîmer, je veux qu’elle reste intacte. Et jetez-moi cette charogne.

Les edorians emportèrent les deux corps.

Le drow reprit ses explications.

— Quand Muy a ressenti la douleur, elle n’était plus en état de faire quoi que soit. Sinon elle aurait juste coupé le contact. Les siens ont aussitôt essayé de la soulager en la répartissant entre eux tous. Mais même à six, des milliers de souffrances ça reste trop. Ils ont donc réparti la douleur entre tous les stoltzt, les deux cent mille stoltzt d’Helaria. Vu ce qu’a subi notre chère guerrière libre ici présente, ça n’a pas suffit.

— Vous êtes un monstre.

Deirane fit un pas en arrière, entraînant sa nièce avec elle.

— C’est la guerre, pontifia le drow, à l’heure actuelle les pentarques sont ou morts ou fous et la plupart des stoltzt sont hors de combat pour des jours, certainement morts pour une bonne partie d’entre eux. À vrai dire, je ne m’attendais pas à un tel effet. Cette rupture des vaisseaux sanguins est surprenante. Qu’importe. Je suis vainqueur. Je suis le meilleur. Les stoltzt étaient le seul obstacle entre le passé et le futur. Il fallait les éliminer pour que les Nouveaux Peuples puissent prospérer. C’est chose faite.

— Les stoltzt représentaient le futur. Ils apportaient beaucoup à notre monde.

— Leur futur, pas le nôtre. Saviez-vous que les stoltzt se reproduisent plus vite que les humains. D’ici un ou deux siècles, ils nous auraient submergés.

— Vous êtes fou.

— Ça suffit. J’ai été indulgent avec toi Deirane. Tu as vu mon génie à l’œuvre. Tu n’es pas capable de l’apprécier. Je ne suis pas obligé de supporter tes critiques.

Il se tourna vers Stranis.

— Ramène-la dans sa chambre, ordonna-t-il.

— Avec plaisir, répondit le brigand.

— Et ne la touche pas. J’ai besoin qu’elle soit intacte. Si tu veux t’amuser, il y a assez de domestiques pour cela dans le château.

— Quel dommage, j’aurais bien aimé tester ce qu’elle a appris au cours de sa vie. La dernière fois, elle était si inexpérimentée.

Stranis empoigna Deirane par un bras. Elle le suivit sans résistance, sans toutefois lâcher la main de sa nièce.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Cassandra Cousy
Les légendes parlent des Abysses comme d'une vision sombre et tordue du monde, comme d'un cauchemar éveillé dont nul ne pourrait s'échapper. Dans leurs sillages ne se trouvent que mort et désolation et les rares survivants qu'elles laissent derrière s'en retrouvent à jamais changés.

Pour Garance Mortis, Chevalier noir au service de la Légion, il s'agissait bien plus que de simples mythes. Depuis maintenant plus de mille cinq cent ans, les membres de son ordre luttent de par le monde contre cette terre mystérieuse et ses sinistres agents.

Le quotidien de ces mages de bataille est loin d'être de tout repos et bien plus encore quand la politique et les idéologies s'y mêlent. De cela, Garance et les siens s'en rendirent vite compte lorsque leurs relations avec les autorités du royaume d'Essenie se dégradèrent au cours de l'année. Craignant aujourd'hui pour leur avenir, le groupe évolue dans un climat sous tensions. Et pour ne rien arranger, leur vie courante se complique soudainement quand de nombreux incidents inhabituels surviennent au beau milieu de l'automne.

Forcés de mener leurs investigations en secret, leurs pas les conduisent rapidement au cœur de l'ancienne cité-souterraine d'Agrisa, située juste sous la capitale. Mais dans les ténèbres de ce passé oublié, un choix implacable et inattendu attend Garance car là où vont ceux qui apportent la nuit, la ruine n'est jamais bien loin...


Sombres Renaissances - Tome 1

Le récit présenté ici n'en est qu'à son premier jet. Traitez-le en tant que tel. Merci par avance. ;D

*L'image de la couverture ne m'appartient pas !
Crédits : The bound Devil by legendary-memory
https://www.deviantart.com/legendary-memory/art/The-bound-Devil-484260564
Rien n'a été modifié, j'y ai simplement rajouté les différents textes en blanc.*
316
544
2003
462
Neru
Jeune Veilleur, Kyran n'accepte pas son statut et regrette sa vie passée, jusqu'au jour où un étrange accident va faire prendre un nouveau tournant à son existence, tout en ravivant les tensions entre les peuples. Mêlé malgré lui à cette affaire, il va se retrouver à enquêter pour essayer de préserver ce qui peut encore l'être.
4
11
40
10
Défi
Leenargent

-Si le ciel était d'une autre couleur, tu voudrais que ce soit laquelle ?
Arc-en-ciel, toujours et en entier. Ça ferait des chanceux.
-Plutôt tout droit ou sur les côtés ?
Je serais plutôt sur un arrondi.
-Philosophiquement parlant, quel est ton rapport avec la bolognaise ?
Je vire un peu trop souvent au rouge tomate.
-Arrives-tu as retenir ta respiration plus de 40 secondes (ou comment tuer des gens indirectement) ?
43 seconde même ! Mais j'avoue, j'étais au bord de l'asphyxie.
-Crois-tu que l'espérance de vie diminue à chaque faute volontaire dans un message ?
Heu... j' espères pa sinon je ne vait pa vivre lontenp. ;p
-Tu as déjà goûté les sandwichs cornichon/Nutella ?
Non, je n'oserais jamais gâcher du Nutella comme ça. Par contre j'ai déjà fait un sandwich ketchup, moutarde, cornichon, jambon...
-Aimes-tu Luis Mariano ?
Heu... je connais Mario, Luigi mais pas Luis Mariano. Promis, je vais me renseigner.
-Es-tu capable de boire un gâteau à la paille ?
Oui, je le fais quand je n'ai pas assez cuit mon gâteau au chocolat. ( mais à ce moment ça ne peut être qualifié de gâteau. )
-As-tu une justification plausible pour l'invention des pots de confiture ?
Non, en même temps je n'y ai jamais pensé. Mais un pot de confiture est tout sauf pratique.
-Que t'évoque les arrosoirs ?
Le soleil, la chaleur, l'été, la sueur.
-Trouves-tu que Dumbledore est doté d'une sensualité, d'un charme, d'un sex-appeal hors du commun ?
Mmm, non. Trop défraîchi pour moi.
-Comment fait-on pour casser 3 pattes à un canard ?
Soit on considère que les ailes sont des pattes soit on appelle l'armée parce qu'on est envahi par des aliens.
-Pourquoi est-ce que Mc Gyver fait quelque chose de dangereux quand il remplace un fusible grillé par un papier d'Hollywood chewing-gum ?
Parce que c'est con ?
-As-tu déjà songé à aller élever des chèvres dans le Larzac ?
Je suis suicidaire, je le sais, mais à ce point... peut-être pas.
-Combien as-tu de nez ?
Un
-De bouche ?
Une
-De cheveux ?
Beaucoup trop, et trop moches.
-Quelle est, en inch, la circonférence du joint de culasse de ta voiture préférée ?
Qui s'amuse à calculer ça ?
-Que penses-tu de l'article 327 du code pénal suédois ?
Je pense qu'il est en dépression parce que personne n'avait jamais réalisé qu'il pouvait exister.
-Penses-tu que le monde serait meilleur si nous vivions sous des tipis ?
Meilleur, je sais pas. Par contre, plus froid et moins confortable, c'est sûr.
-Préfères-tu manger 3g de chocolat ou faire 3m de ski ?
Et manger 3m de chocolat, c'est possible ?
-3*(12+25)^2 = ?
Je suis nulle en maths, on a droit à la calculette ?
-Quel effet cela te fait-il de savoir que la mousse de bière décroît exponentiellement avec le temps ?
Strictement rien à par le fait que je me suis cassé la tête à comprendre ce que voulais dire exponentiellement.
-Es-tu stressé par ton anathème ?
Anathème... la dernière fois que j'ai entendu ce mot c'était en étudiant le 8ème couplet de la Marseillaise.
-Aimes-tu faire de la planche à voile en doudoune ?
Oui, surtout en Bretagne.
-Que penses-tu de la répercussion de la fonte de la banquise sur la sexualité des caribous ?
Et sur celle des lamas, des scorpions et des ratons laveurs ?
-Que penserais-tu d'une adaptation du petit chaperon rouge qui va rendre visite aux 40 voleurs endormis pour 100 ans dans leur maison en pain d'épice pour avoir mangé des pommes empoisonnés avec, dans les rôles principaux, les personnages du seigneur des anneaux ?
À voir... il y a un potentiel.
3
0
2
3

Vous aimez lire Laurent Delépine ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0