Chapitre 24 : Boulden, de nos jours. (1/3)

8 minutes de lecture

La partie n’était pas tout à fait terminée quand le bac sur lequel la guerrière avait posé sa marque fut détaché pour être amené devant le ponton d’embarquement. Deirane se releva et épousseta sa tenue.

— Match nul, dit-elle, personne n'a gagné.

— Comment ça match nul ? rétorqua Saalyn, encore deux coups et tu étais mat.

— Ça n’est pas sûr. J’avais plusieurs échappatoires possibles.

— Tu n’en avais aucune.

Pour la troisième fois, Levander, le chef de la troupe appela sa chef. Ce coup-ci, Saalyn l’entendit. Elle se retourna.

— Qu’y a-t-il ?

— Regarde le ciel.

Elle leva les yeux vers le haut. Des nuages noirs s’accumulaient sur l’horizon est. La pluie était pour bientôt. Sur la Pentarchie, la période des tempêtes approchait. Pendant quelques mois, des cyclones allaient s’abattre sur l’archipel au rythme de un toutes les deux ou trois douzaines. A Boulden, et les royaumes du centre du continent, cette période de mauvais temps se manifestait par des pluies diluviennes. L’expédition n’allait pas être une partie de plaisir.

— Tu as prévu des vêtements étanches ? demanda Saalyn.

— Bien sûr que oui.

— Tu vas être un peu mouillé.

Elle se tourna vers ses hommes.

— À votre avis, cette pluie est dangereuse ?

— Je ne pense pas, répondit une stoltzin d’apparence jeune malgré son gabarit, ces nuages-là n’ont pas traversé les plaines empoisonnées.

— C’est aussi mon avis. Les nuages ont l’air sains. Aucune lueur malsaine n’est visible d’ici.

— De toute façon, elle ne tombera pas avant ce soir. Nous avons le temps pour prendre des précautions.

— Nous aviserons quand le moment sera venu, conclut Saalyn.

Levander se tourna vers ses troupes.

— Debout tout le monde, on y va, ordonna-t-il.

En quelques tösihons, les affaires que les guerriers avaient sorties pour s’occuper réintégrèrent les fontes. La troupe au complet se présenta devant le bac.

Il était temps. Malgré les protestations du chef de quai, un riche commerçant avait déjà commencé à faire embarquer ses affaires. Saalyn s’avança.

— Un problème messieurs ? demanda-t-elle

— J’ai essayé de lui expliquer, s’excusa le chef de quai, mais il ne veut rien savoir.

— Je suis pressé, j’ai besoin de ce bac. Tout de suite, lança le commerçant.

— Moi aussi je suis pressée, et j’ai réservé ce bac, rétorqua Saalyn.

— Vous pouvez tout aussi bien prendre le suivant.

— Affaires de l’Helaria, je pourrais, mais mon devoir m’oblige à embarquer dans celui-là.

— Je vois. Combien vous faudrait-il pour oublier votre devoir ?

Le regard qu’elle lui lança contenait des éclairs.

— Le devoir d’un guerrier libre n’est pas monnayable.

— Je voulais dire, pas pour l’oublier, juste pour… le mettre en suspend, le retarder.

— Impossible.

Le voyageur bomba le torse.

— Vous ne savez pas qui je suis, lança-t-il d’un ton de défi.

— En effet.

La simplicité de la réponse le désarçonna, il ne sut plus que dire.

Saalyn tourna la tête vers le chargement. Celui-ci ne consistait qu’en une seule charrette tirée par un cheval. Son contenu, masqué par une bâche, l’intriguait. Il était bien carré. Ce n’était pas des ballots – ils auraient été répartis de façon bien plus intelligente – et c’était trop petit pour être une cage d’esclave. Elle s’approcha pour en savoir plus.

Le cheval lui inspira de la pitié. Il était maigre, visiblement maltraité. Vu son état, il aurait été mieux dans un pré ou une écurie à reprendre des forces. Pourtant il avait du être une belle bête autrefois. Puis elle passa au chargement. Elle souleva la bâche.

— Attendez, s’écria le marchand, que faites-vous ?

Pour toute réponse elle lui envoya un vague sourire et passa la tête sous le tissu. Quand elle ressortit la tête, elle lança un regard dubitatif aux spectateurs. D’un geste vif, elle retira la bâche et la balança dans l’eau. Après un instant de stupeur, un grondement menaçant s’éleva du groupe des Helariaseny.

C’était bien une cage sur la charrette. Haute d’à peine plus une perche et demi, un homme, même aussi petit que Muy n’aurait pu y tenir debout, ni allongée. Elle était conçue pour la capture du gibier de taille moyenne, pas pour emprisonner un humain. Encore moins trois. Parce que c’étaient des êtres humains qu’elle contenait. Trois femmes étaient serrées dans l’étroit espace. Trois esclaves destinées de toute évidence à assouvir les plaisirs charnels de leur nouveau propriétaire.

Elles étaient entièrement nues. Minces, la peau foncée, les cheveux noirs légèrement frisés, elles étaient d’une très grande beauté.

Les deux plus jeunes, pétrifiées, étaient blotties l’une contre l’autre. Elles étaient à cet âge qui hésite entre l’adulte et l’adolescence, peut être douze ou treize ans. Elles se ressemblaient tant qu’elles étaient indubitablement des sœurs, très certainement des jumelles.

Leur aînée avait l’air plus farouche, elle tentait de toiser d’un regard menaçant ceux qui les regardaient. À l’étroit comme elle l’était, elle était peu convaincante. La silhouette athlétique, légèrement plus musclée que ne le sont habituellement les humaines, elle était aussi belle que les deux plus jeunes, même si de toute évidence elle était de la génération précédente, vingt-sept ans environ. Leur ressemblance témoignait d’un lien familial fort. Elle était sans aucun doute leur mère. Son expression disait clairement qu’elle était prête à tout pour sauver ses filles.

Saalyn connaissait ce genre de perversité. Certains estimaient que faire l’amour avec deux sœurs jumelles ou avec une femme et sa fille en même temps, constituait le plus grand des délices. Celui-là avait réussit à obtenir les deux à la fois. Au moins n’avait-il pas séparé la mère de ses filles. C’était le seul bienfait de cette histoire. La suite de leurs aventures serait certainement moins enviable.

Il ne fallut que quelques tösihons à la guerrière pour prendre sa décision. Elle redescendit à terre et se dirigea droit vers le marchand.

— Le bac est grand, nous pourrons certainement nous arranger, dit-elle.

— Vous nous prenez avec vous ?

— J’ai réservé ce bac. Alors si vous me payez un petit quelque chose, je ne vois pas d’inconvénient à prendre des passagers supplémentaires.

Elle fit signe à Levander qui fit embarquer ses hommes.

— Je peux prendre des passagers ? demanda-t-elle au chef de quai.

— Si vous payez leur droit de passage, répondit-il.

— Qui s’élève à ?

— Pour combien de personnes ?

— Le cheval, la charrette, ses trois occupantes et toutes les affaires de cette personne.

Le fonctionnaire calcula mentalement la somme avant d’annoncer le prix.

— Trois quarts de cels, dit-il enfin.

Le propriétaire des esclaves resta interloqué devant la faiblesse du prix. Saalyn paya avant qu’il ait pu réagir. Puis elle annonça.

— Vous me devez huit cels.

— Huit ? Il a dit trois quarts…

— Ça c’est ce que moi j’ai payé pour le supplément de passager. Les huit cels sont ce que vous devez me payer pour que je vous laisse partager mon bac.

— C’est hors de prix. C’est scandaleux.

— Vous pouvez toujours prendre le prochain bac libre.

— J’accepte de payer deux cels.

— Huit cels, riposta Saalyn.

— Trois cels et c’est mon dernier prix. Avec une telle somme je pourrai presque avoir le bac au grand complet.

— Il est dans combien de temps, le prochain bac libre ?

— Pas avant deux monsihons, répondit le chef de quai.

Le marchand blêmit.

— C’est d’accord, dit-il, je vais payer.

Il prit la bourse accrochée à sa ceinture et compta la somme demandée qu’il remit à la guerrière. Au passage, elle put remarquer que celle-ci était bien rebondie.

— Merci, dit-elle.

Saalyn monta à son tour sur le bac. Le marchand se préparait à la suivre. Le chef de quai l’arrêta.

— Désolé, dit-il, votre droit de passage n’a pas été réglé.

— Mais enfin ! s’écria-t-il, elle vient de le faire ! À l’instant !

— Non, elle a réglé pour la charrette, le cheval, les trois esclaves et vos affaires. Pas pour vous, ni pour votre escorte.

— D’accord. À combien s’élève ce droit de passage ?

— Elle a réservé le bac, il faut son autorisation.

Élevant la voix, il demanda.

— Je peux l’autoriser à monter ?

— Bien sûr que non, répondit Saalyn.

Le marchand resta muet de stupéfaction.

— C’est du vol ! s’écria-t-il.

— Absolument pas, vous avez accepté la transaction.

— J’ai accepté pour mes hommes et moi, comme elle l’a promis.

— Je n’ai rien promis de tel. Je n’ai parlé que de passagers supplémentaires et demandé le prix pour la charrette et son contenu. À aucun moment vous et vos hommes n’ont été évoqués.

Le marchand était rouge, à la limite de l’apoplexie.

— Vous êtes malhonnête, vous jouez sur les mots.

— En tant que représentante de la loi, j’utilise des mots justes qui disent exactement ce que j’ai à dire, sans rien ajouter ni retrancher. Je n’y peux rien si vous n’écoutiez pas.

Le marchand fit un geste pour ordonner à ses hommes d’avancer. Aussitôt, les gardes du port s’interposèrent entre lui et le bac.

Les Helariaseny semblèrent chagrinés de cette intervention qui les empêchait d’en découdre avec cet esclavagiste.

Le pilote fixa la cordelette qui empêchait les gens de tomber à l’eau puis poussa le bac libéré de ses amarres dans le courant.

— Vous avez intérêt à m’attendre de l’autre côté sinon je porte plainte pour vol et vous serez interdite de séjour à Boulden, lança rageusement le marchand.

— De l’autre côté ce n’est pas Boulden connard, lui renvoya Saalyn, mes actes ne leur importeront pas.

— Alors je me plaindrai à la Pentarchie d’Helaria, répliqua-t-il.

— Vas-y, ma pentarque est au port. Mon nom est Saalyn, n’oublie pas de lui dire, Saalyn S.A.A.L.Y.N.

Elle épela distinctement son nom dans l’alphabet humain, puis dans celui d’Helaria, pendant que le bac s’éloignait. Un rugissement s’éleva derrière eux. La plus âgée des esclaves, qui avait compris qu’elle venait de recouvrer sa liberté, adressait un geste obscène à son ancien propriétaire accompagné des mots les plus grossiers.

Deirane vint s’appuyer au plat bord, juste à côté de la guerrière.

— Le chef de port a réagi de façon extraordinaire. J’aurai jamais pensé qu’il serait contre l’esclavage.

— Il n’est pas contre l’esclavage, répondit Saalyn, sinon il ne vivrait pas à Boulden. Il est contre la façon dont ce type traite ses esclaves. Une cage trop petite pour bouger, une bâche étouffante et même pas de vêtements alors que la pluie approchait.

Saalyn quitta son amie. Elle se dirigea vers Levander

— Il faudrait peut-être les délivrer, lui dit-elle

— Bien sûr.

Il désigna un edorian parmi ses hommes.

— Toi, sors-les de là, ordonna-t-il. Et vous autres, trouvez leurs des vêtements.

Il constata alors que la deuxième partie de son ordre était inutile. Ils avaient tous commencé à fouiller leurs affaires.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

moodyloop
Mia a peur de la mort. Mais à quel point ? Jusqu'où ira-t-elle pour affronter sa plus grande peur ? Si vous vous êtes déjà posé la question de ce qu'il y a après la mort, Mia, elle, a besoin de connaître la réponse. Vous comprenez ?
4
5
22
13
Heirinara
Dans un monde où créatures magiques et Humains se mêlent, Daenara et Heiric, deux aventuriers en quête de vengeance, parcourent le monde pour rétablir la paix et l'équilibre du monde d'Heveltie.
12
3
0
37
Madshaton


Journal d’AKIKO
Cher journal ! Je te confie un truc super qui vient d’arriver !!!!!!
Je mets plein de points d’exclamation parce que c’est vraiment super. Avec Kshantu on revenait de Sonveon, le port franc ou Kshantu fait des affaires, j’ai même acheté là-bas un super casse-tête et un livre de cuisine Hydrien.
Ne t’en fais pas c’est juste des passe-temps, je ne te laisse pas tomber, ne me fais pas le papier triste d’accord ? De toutes les façons t’es mon seul ami. Je n’ai jamais eu que toi, tu ne m’as jamais jugée parce que je suis bizarre et ratée. Je sais que Kshantu et les autres me tolèrent parce que je peux me rendre utile, que je les agace.
Par exemple, je lisais le livre en jouant avec le casse-tête tout en expliquant à Kshantu qu’il fallait se dégoter un nouveau convertisseur de puissance parce que bon le Valeria devient poussif. Il me regardait comme si j’étais timbrée, je suis même sûre que parfois il fait juste semblant de m’écouter. Je sais que je suis confuse mais je fais de mon mieux, promis.
Oui ok je sais ce que tu te dis, je ne me porte pas assez de crédit ! Et oui j’y arrive. Ce que t’es impatient des fois !
Bref ! je venais d’entrer dans le système de Lénidès quand les senseurs longue portée ont repéré une perturbation intersticielle. Ni une ni deux, un petit vaisseau monoplace est sorti d’interstice, avec une forme de vie à bord, un Dakshi… (Les petits points ça fait genre suspens, avec une musique genre tadaaa ! Comme t’as pas d’oreille je le précise.)
C’est mon deuxième Dakshi que je croise en comptant Kshantu. C’est marrant leurs excroissances et leur queue ! C’est comme moi mais sans fourrure et plus hargneux. Celui qu’était dans l’épave, ouais parce que t’aurais vu le machin… Bref, il était pas du matin ! Genre hyper grognon à menacer et sortir un arc avec un générateur de plasma. Je te jure il balance des flèches et tout, je juge pas mais franchement ça fait poseur.
Bon. Kaeso, le passager qui est qu’à moitié Képhalé et moitié Casti a paru super intéressé. T’imagine ??? Il est qu’à moitié et lui on l’a pas rejeté alors qu’il est différent… Je vois pas en quoi c’est moins étrange ou flippant. Ouais, ok Bob. Je pense que je vais t’appeler Bob mon cher journal, je trouve que ça te va bien. Ha ! Je me suis perdue. Bob : je sais que Kaeso est sympa, et que je suis injuste, mais c’est tout ce que j’ai. Je vais pas quand même leur montrer mes larmes ou ma peine encore moins me mettre en colère.
Du coup on l’a donc récupéré et on s’est posés. La tour a encore râlé, le sergent Lindström va être encore fâchée mais elle bougonne jamais longtemps. J’ai super assuré pour l’atterrissage, t’aurais vu comme j’ai manœuvré !!! Les réacteurs à pleine poussée jusqu’au dernier moment ! Je suis peut-être une ratée mais je pilote comme personne !
Bref. On se posait des questions, et là Méti débarque ! Elle est gentille, je l’aime bien, mais je sais pas trop si elle a pitié de moi. C’est sur qu’elle a remarqué que je suis amputée dans ma tête. Pis Kerem, il a toujours des tas d’histoire à raconter !
Après deux trois échanges un peu chaud avec Ulfgard... Mais si tu le connais ! Le chef de la sécu, le mec qui parle avec une grosse voix ! Bon ben voilà, le naufragé y s’appelle Obsidian ; sûrement le nom d’adulte Dakshi comme Kshan m’a expliqué. Je pense qu’il m’aime pas trop, mais j’aimerais bien qu’on soit copain pourtant. Lui et moi on se ressemble d’un certain coté, on est tous les deux des paria, comme Kshantu, les nôtres nous ont virés et oublié.
Ouais j’ai vu ça dans ses yeux, et dans sa voix. Je sais quand les gens sont méchants ou triste, même si les gens me croient pas. Toi au moins tu me crois.
TU ME CROIS HEIN ?
Enfin… Figure toi que c’est pas tout !!!!!!!!!!!!!! Un furet d’un mètre soixante bipède en costume avec une canne a débarqué ! Son costard était tout sale et abîmé il avait le poil terne et le museau tout sec. Peut être parce qu’on l’avait tasé…
Du coup l’arrivée d’Obsidian est passé un peu à l’as... On m’a offert un bonbon et j’ai genre… Je sais plus trop mais je me suis écroulée après. En me réveillant c’était le chaos ! Des « furets sans poils » qui ressemblaient à des humains chauves avec des impers noir et des rasoirs à main hyper longs avaient décidé de nous attaquer.
C’était des méchants qui poursuivaient Lucius, le furet en costume. Donc j’ai pris un Boomer et j’ai flingué à tout va ! Une fois la fumée retombée, une ville est sortie du sol, tout tremblait j’ai cru que la planète allait exploser. Le prince Han sour de Casti et ses hommes soutenus par des chasseurs et des bâtiments de guerre l’ont abattu avant qu’elle s’envole.
Je me moque pas de toi ! C’est vrai je te jure !!! Arrête ce grain sceptique je te prie. Une ville volante qui pouvait aller dans l’espace ! Mais le plus étrange, c’était que toute la ville était habitée par des animaux anthropomorphes créés par alchimie.
Ouais ! C’était vraiment étrange ! De ce que j’ai entendu, c’est une vieille Casti bannie qu’on avait cru clamsée qui s’est créé une population qui la servait ! Elle leur changeait la mémoire, jouait avec leur vies…
C’est vraiment une saleté cette nana, ce qu’elle leur a fait c’est moche, elle est morte a priori durant la bataille. D’habitude j’aime pas trop quand les gens meurent mais pour elle je fais une exception. En plus ils sont tous malade et si personne fait rien ils vont mourir. La princesse Deïrdre est là, et je suis sure qu’elle va les sauver, c’est une gentille personne, même si elle est super triste tout le temps.
Voilà c’est tout ! Je te laisse pour aujourd’hui, je vais faire dodo, j’attendais juste que monsieur Sparkle se recharge, j’aime pas dormir sans lumière, dans le noir y a trop de trucs méchants qui rodent.
PS : Merci d’être mon ami Bob.
PPS : j’espère que t’es un garçon, parce que sinon j’ai mal choisi ton prénom.
16
4
5
22

Vous aimez lire Laurent Delépine ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0