Chapitre 34 : Sernos, de nos jours (3/3)

8 minutes de lecture

— Quand Aldower a brisé son sort, j’ai pris le choc de plein fouet. Je n’étais pas en état de me défendre quand les bawcks m’ont capturée. Je n’ai pas pu utiliser mes pouvoirs.

— Et vos pouvoirs ne pourraient pas vous faire sortir maintenant que vous êtes remise ?

— Ils m’ont pris ma gemme.

— C’est quoi cette gemme ?

— Un bijou. Par lui-même il n’a aucun pouvoir, il me permet juste d’accumuler ma force magique. Sinon elle se répand autour de moi, totalement inutile. Je peux ensuite puiser dedans pour lancer des sorts plus puissants. Sans la gemme, mes sorts restent élémentaires.

— Et avec la gemme ?

— Je suis la meilleure.

On sentait la fierté qu’elle éprouvait en disant cela.

— Je ne contrôle pas mes pouvoirs aussi finement que Wotan, corrigea-t-elle, mais il a eu beaucoup plus de temps libre que moi pour s’entraîner.

Cleindorel s’agita sur la paillasse. Elle venait de comprendre dans le giron de qui elle était blottie. La pentarque ne la libéra pas. Finalement, elle se calma. Elle osa même s’exprimer.

— À quoi ressemble cette gemme ? demanda-t-elle.

— C’est une pierre blanche avec des reflets bleus, pas particulièrement belle. Pourquoi ?

— Peut-être que Deirane en a une.

Deirane était atterrée de ne pas y avoir pensé elle-même. Cela faisait si longtemps qu’elle vivait avec ces cailloux incrustés dans la peau qu’elle avait presque oublié leur existence. Il avait fallu qu’une gamine les lui rappelle. Quant à la pentarque, elle rayonnait.

Deirane s’assit à côté de Vespef et lui tendit son bras.

— Vous en voyez une ? demanda-t-elle.

Vespef partit de l’épaule et descendit le long du bras, examinant chaque pierre qu’elle rencontrait dont la teinte s’approchait. Elle la trouva l’intérieur du poignet.

— Celle-là, dit-elle, c’en est une.

Deirane regarda la pierre insignifiante qu’elle lui montrait. Ce caillou, le moins beau de tous, était à l’origine de la puissance des pentarques ? Les bijoutiers helarieal devaient être sacrement bon pour en faire un bijou digne d’être porté par un roi. L’air dubitatif de Cleindorel indiquait qu’elle était du même avis.

— Que faut-il faire ? demanda Deirane.

— Mettre la pierre en contact avec ma peau, pour qu’elle absorbe mon pouvoir.

— Le contact doit être étroit.

— Pas trop, je ne pense pas. Sinon nous ne pourrions pas nous pencher quand on porte notre gemme en pendentif.

Deirane s’assit confortablement à côté de la pentarque qui quitta sa place contre le mur pour s’allonger sur la paillasse.

— Je la mets où ?

— Les poètes disent sur le cœur.

— Euh…

Deirane hésita.

— Mais, continua Vespef, la chaînette de ma gemme est plus courte que cela. Le haut de la poitrine devrait être bon.

Deirane posa son bras en travers de la poitrine de la pentarque, presque la base du cou, essayant de mettre la pierre en contact avec sa peau. Vespef ferma les yeux et se concentra.

— Je la sens aspirer mon énergie, dit-elle au bout d’un moment.

— C’est mauvais ?

— Au contraire. ça veut dire que ça marche.

— Combien de temps on va devoir rester comme ça ?

— Il me faut une journée pour recharger ma gemme. Celle-là semble bien douze fois plus petite. Donc un monsihon devrait faire l’affaire.

— Ça tombe bien, je n’avais pas prévu de sortir de la journée.

Cleindorel descendit de la couche pour permettre à Deirane de s’allonger à côté de la pentarque, position plus pratique vue la situation.

Après un silence pesant, Deirane reprit la parole.

— Vespef, je peux vous poser une question ?

— À quel sujet ?

— Les drows. Leurs motivations.

— Vaste sujet, répondit la pentarque après une longue hésitation.

— Voila, dans le commando qui m’a délivré, il y avait quatre drows. Pourtant, je croyais que les drows n’en faisaient qu’à leur tête, qu’ils ne collaboraient avec personnes.

Vespef réfléchit longtemps avant de répondre.

— Ils ne collaborent pas, répondit-elle enfin, ils défendent leur nid.

— Leur nid ?

— Ils se trouvent que ceux-là ont installé leur nid sur une île déserte de l’Helaria et qu’ils considèrent cette guerre comme une menace.

— Leur nid ? répéta Deirane. Son ton indiquait clairement son incompréhension. Je les croyais solitaires, en quoi consistent ces nids ?

— Que sais-tu d'eux ?

— Ils sont solitaires, égoïstes, violents et font primer leurs plaisirs avant tout.

— Cette description ne concerne que les solitaires. Ils sont plutôt rares au sein de leur peuple. Mais ce sont ceux que l'on voit le plus. C’est donc normal que tu aies cette impression. Les solitaires comme Aldower sont des parias. Ils ont été exclus de leur communauté. Ils sont égoïstes et violents, ils sont aussi très discrets. En fait, ils se désintéressent du monde extérieur tant que celui-ci ne s’intéresse pas à eux. Il faut voir que les drows sont les grands perdants de la guerre contre les feythas, même si la plupart ont combattu à nos côtés.

— Comment ça ?

— Nous ne savons pas pourquoi les feythas ont créé tant de peuples différents. Peut-être par jeu. On sait au moins pourquoi ils ont créé les drows. Ce sont des machines à tuer. Ils sont forts, ont des réflexes rapides, peuvent réagir en une fraction de seconde, leurs mouvements sont précis, leurs sens sont très développés. Les humains, les edorians et les nains ont été créés pour servir d’esclaves. Il en fallait beaucoup. Pas des drows. Quelques milliers faisaient l’affaire. Et pour une aussi faible quantité, leurs machines suffisaient. Ils ont donc fait l’impasse sur les femelles.

— Il n’y a pas de femelles drow ? J’en ai jamais vu, mais je n’aurais jamais pensé qu’il n’y en avait aucune.

— Oh, il y en a. Les feythas ont prévu la possibilité d’une panne de leurs appareils. Mais à peine plus d’une douzaine.

— Pour quelques milliers de mâles, ça pose un problème.

— Je ne te le fais pas dire. C’est pour ça que ce peuple s’organise en petits groupes d’une centaine d’individus avec au centre une femelle. Et ils sont prêts à tout pour protéger cette femelle.

— Comme les abeilles en somme.

— Pas exactement. Les mâles qui entourent une reine ne sont pas de sa lignée. Et ils sont rarement de la même famille. De temps en temps, une femelle naît. C’est rare, une naissance sur cinq. Une fois adulte, elle quitte le nid de sa naissance pour fonder le sien. C’est comme ça que l’une d’elle est tombée entre nos mains, il y a quelques années, dans un convoi d’esclave que nous avons intercepté. Des drows sont aussitôt arrivés de tout le continent et ont demandé à être mis en sa présence. Quand le groupe a dépassé la dizaine, ils sont partis. Ils se sont installés sur une île déserte à l’est du pays. Ils ont refusé de prêter allégeance et ils ne sont pas sujets de l’Helaria. Enfin si, mais ils bénéficient d’une large autonomie.

— Ils considèrent l’Helaria comme leur zone de sécurité et en cas de guerre ils sont à vos côtés, conclut Deirane.

— Non, en cas d’agression ils sont à nos côtés. Si c’est nous qui attaquons ils n’interviendront pas. Ils pourraient même se retourner contre nous s’ils nous considèraient comme un danger.

— Et Aldower là-dedans ?

— Aldower n’appartient à aucune communauté, son existence n’a aucun but. Sans communauté, aucune chance d’avoir une descendance. Déjà qu’avec les chances ne sont pas énormes. Il tente de se reconstruire une nouvelle vie comme il peut.

— Je vois. Il vient du nid d’Helaria ?

— Aucune idée. Je ne pense pas. C’est un originel. Il n’est pas né, il sort directement des machines feythas. Peut-être n’a-t-il jamais fait partie d’un nid. Pendant la plus grande partie de sa vie, il a été discret et on ne sait quasiment rien de lui, sa première apparition dans nos dossiers remonte à ton supplice.

— Je vois.

Elle avait prononcé sèchement cette dernière phrase. Et sombra aussitôt dans le mutisme. Elle n’avait pas oublié que son nom était censé être inconnu des guerriers libres, quand elle les avait contactés à Boulden, moins d’une douzaine plus tôt. Quelqu’un se moquait d’elle. Et elle n’aimait pas ça.

Au bout d’un long moment, plusieurs calsihons, Deirane sortit de son mutisme.

— Que se passe-t-il ? demanda la pentarque.

— Mon bras. J’ai une crampe.

— Une crampe ? Pourquoi ?

— Rester immobile, aussi longtemps. C’était prévisible.

— On peut rester immobile bien plus longtemps sans problème.

— Vous êtes une stoltzin, des… reptiles.

Deirane avait faillit dire lézards. Elle espéra que la loi que les pentarques professaient sur les pouvoirs télépathiques et l’intimité n’était pas juste de la propagande.

— Je suis une humaine, nous ne sommes pas pareilles, même si nous nous ressemblons.

— Je sais. Au cas où je l’aurais oublié, la chaleur que ton bras dégage au contact de ma peau me le rappellerait aussitôt. Nos ancêtres ne sont même pas du même monde.

— On fait quoi pour mon bras ?

— Je pense qu’il doit y avoir assez d’énergie. Je vais essayer de nous tirer de là.

Vespef se concentra. Elle mobilisa son pouvoir pour le déchaîner sur le mur. Sous l’action de l’énergie qu’elle dégageait, la gemme devint brûlante. Deirane poussa un cri de douleur et bougea involontairement. Aussitôt la gemme se vida dans un grand éclat de lumière. La flamme que Vespef avait projeté contre le mur se retrouva dépourvue de puissance, elle n’eut aucun effet.

Deirane s’assit et massa son bras endolori.

— Je suis désolée, dit-elle.

— Ce n’est rien, de toute façon je ne m’attendais pas à ce que ça marche.

— Pourquoi avoir essayé alors ?

— Vous aviez quelque chose de mieux à faire ?

— Pas vraiment.

Vespef se leva et s’étira.

— Vous êtes prête pour un nouvel essai ? demanda la Pentarque.

— Pas vraiment.

La stolztin examina la belle humaine. Le regard qu’elle lui lança donnait l’impression de pénétrer au fond de son âme.

— Le choc a été violent pour vous, dit-elle enfin.

Deirane mit un moment à répondre.

— Ce tatouage me protège de beaucoup de choses, mais pas de la douleur.

— J’ai même l’impression qu’il l’amplifie. Je me vois mal vous infliger cela une nouvelle fois. À mon avis, le mieux est de nous reposer pour être prêtes. Il y a une garnison entière prisonnière ici. J’espère que l’un d’eux sera assez débrouillard pour organiser une évasion. Il vaudrait mieux que nous puissions les suivre s’ils viennent ici. Et puis, ils vont bien venir vous nourrir. On pourra essayer d’en profiter.

— Vous devriez peut-être vous allonger dans ce cas.

— Cette nuit, vous avez dormi par terre. C’est mon tour. Prenez la couchette.

— Certainement pas. Vous êtes une reine. Pas moi.

— Vous l’étiez autrefois. Et vous n’êtes plus très jeune. À votre âge, vous avez besoin de confort.

Les pentarques approchaient des deux mille ans. Et Vespef était l’aînée de la famille, même si ce n’était que de quelques calsihons. Cette remarque de la part de l’être le plus vieux du monde ne manquait pas de sel. Il était vrai qu’en première apparence, Vespef semblait beaucoup plus jeune que Deirane.

Deirane invita Cleindorel à la rejoindre. Elle ne se fit pas prier. La pentarque se roula en boule sur le sol en position fœtale.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Cassandra Cousy
Les légendes parlent des Abysses comme d'une vision sombre et tordue du monde, comme d'un cauchemar éveillé dont nul ne pourrait s'échapper. Dans leurs sillages ne se trouvent que mort et désolation et les rares survivants qu'elles laissent derrière s'en retrouvent à jamais changés.

Pour Garance Mortis, Chevalier noir au service de la Légion, il s'agissait bien plus que de simples mythes. Depuis maintenant plus de mille cinq cent ans, les membres de son ordre luttent de par le monde contre cette terre mystérieuse et ses sinistres agents.

Le quotidien de ces mages de bataille est loin d'être de tout repos et bien plus encore quand la politique et les idéologies s'y mêlent. De cela, Garance et les siens s'en rendirent vite compte lorsque leurs relations avec les autorités du royaume d'Essenie se dégradèrent au cours de l'année. Craignant aujourd'hui pour leur avenir, le groupe évolue dans un climat sous tensions. Et pour ne rien arranger, leur vie courante se complique soudainement quand de nombreux incidents inhabituels surviennent au beau milieu de l'automne.

Forcés de mener leurs investigations en secret, leurs pas les conduisent rapidement au cœur de l'ancienne cité-souterraine d'Agrisa, située juste sous la capitale. Mais dans les ténèbres de ce passé oublié, un choix implacable et inattendu attend Garance car là où vont ceux qui apportent la nuit, la ruine n'est jamais bien loin...


Sombres Renaissances - Tome 1

Le récit présenté ici n'en est qu'à son premier jet. Traitez-le en tant que tel. Merci par avance. ;D

*L'image de la couverture ne m'appartient pas !
Crédits : The bound Devil by legendary-memory
https://www.deviantart.com/legendary-memory/art/The-bound-Devil-484260564
Rien n'a été modifié, j'y ai simplement rajouté les différents textes en blanc.*
316
544
2003
462
Neru
Jeune Veilleur, Kyran n'accepte pas son statut et regrette sa vie passée, jusqu'au jour où un étrange accident va faire prendre un nouveau tournant à son existence, tout en ravivant les tensions entre les peuples. Mêlé malgré lui à cette affaire, il va se retrouver à enquêter pour essayer de préserver ce qui peut encore l'être.
4
11
40
10
Défi
Leenargent

-Si le ciel était d'une autre couleur, tu voudrais que ce soit laquelle ?
Arc-en-ciel, toujours et en entier. Ça ferait des chanceux.
-Plutôt tout droit ou sur les côtés ?
Je serais plutôt sur un arrondi.
-Philosophiquement parlant, quel est ton rapport avec la bolognaise ?
Je vire un peu trop souvent au rouge tomate.
-Arrives-tu as retenir ta respiration plus de 40 secondes (ou comment tuer des gens indirectement) ?
43 seconde même ! Mais j'avoue, j'étais au bord de l'asphyxie.
-Crois-tu que l'espérance de vie diminue à chaque faute volontaire dans un message ?
Heu... j' espères pa sinon je ne vait pa vivre lontenp. ;p
-Tu as déjà goûté les sandwichs cornichon/Nutella ?
Non, je n'oserais jamais gâcher du Nutella comme ça. Par contre j'ai déjà fait un sandwich ketchup, moutarde, cornichon, jambon...
-Aimes-tu Luis Mariano ?
Heu... je connais Mario, Luigi mais pas Luis Mariano. Promis, je vais me renseigner.
-Es-tu capable de boire un gâteau à la paille ?
Oui, je le fais quand je n'ai pas assez cuit mon gâteau au chocolat. ( mais à ce moment ça ne peut être qualifié de gâteau. )
-As-tu une justification plausible pour l'invention des pots de confiture ?
Non, en même temps je n'y ai jamais pensé. Mais un pot de confiture est tout sauf pratique.
-Que t'évoque les arrosoirs ?
Le soleil, la chaleur, l'été, la sueur.
-Trouves-tu que Dumbledore est doté d'une sensualité, d'un charme, d'un sex-appeal hors du commun ?
Mmm, non. Trop défraîchi pour moi.
-Comment fait-on pour casser 3 pattes à un canard ?
Soit on considère que les ailes sont des pattes soit on appelle l'armée parce qu'on est envahi par des aliens.
-Pourquoi est-ce que Mc Gyver fait quelque chose de dangereux quand il remplace un fusible grillé par un papier d'Hollywood chewing-gum ?
Parce que c'est con ?
-As-tu déjà songé à aller élever des chèvres dans le Larzac ?
Je suis suicidaire, je le sais, mais à ce point... peut-être pas.
-Combien as-tu de nez ?
Un
-De bouche ?
Une
-De cheveux ?
Beaucoup trop, et trop moches.
-Quelle est, en inch, la circonférence du joint de culasse de ta voiture préférée ?
Qui s'amuse à calculer ça ?
-Que penses-tu de l'article 327 du code pénal suédois ?
Je pense qu'il est en dépression parce que personne n'avait jamais réalisé qu'il pouvait exister.
-Penses-tu que le monde serait meilleur si nous vivions sous des tipis ?
Meilleur, je sais pas. Par contre, plus froid et moins confortable, c'est sûr.
-Préfères-tu manger 3g de chocolat ou faire 3m de ski ?
Et manger 3m de chocolat, c'est possible ?
-3*(12+25)^2 = ?
Je suis nulle en maths, on a droit à la calculette ?
-Quel effet cela te fait-il de savoir que la mousse de bière décroît exponentiellement avec le temps ?
Strictement rien à par le fait que je me suis cassé la tête à comprendre ce que voulais dire exponentiellement.
-Es-tu stressé par ton anathème ?
Anathème... la dernière fois que j'ai entendu ce mot c'était en étudiant le 8ème couplet de la Marseillaise.
-Aimes-tu faire de la planche à voile en doudoune ?
Oui, surtout en Bretagne.
-Que penses-tu de la répercussion de la fonte de la banquise sur la sexualité des caribous ?
Et sur celle des lamas, des scorpions et des ratons laveurs ?
-Que penserais-tu d'une adaptation du petit chaperon rouge qui va rendre visite aux 40 voleurs endormis pour 100 ans dans leur maison en pain d'épice pour avoir mangé des pommes empoisonnés avec, dans les rôles principaux, les personnages du seigneur des anneaux ?
À voir... il y a un potentiel.
3
0
2
3

Vous aimez lire Laurent Delépine ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0