Chapitre 14 : Monstre

10 minutes de lecture

La sirène, les lumières bleues filant au travers de la coure, les hommes en combinaison qui couraient avec le brancard, son visage pâle...

Étourdi, je n'entendis qu’un mot de l’ambulancier : “accompagner ?”. Serait-il seul au réveil ? Et s’il ne se réveillait pas ? Ses parents auraient-ils le temps d’arriver à l’hôpital ? Je saisis la main d’Alicia et la tirai jusqu’aux marches de l’ambulance. Si ce n’était pas nous qui d’autre serait présent pour lui ? Je forçais Alicia en pleurs à monter dans le véhicule. Lorsque les portes se refermèrent, Chuck me lança un dernier regard inquiet.


Les parents de Louis arrivèrent presque une heure et demie après l’accident, le temps de sortir du travail, de prendre la route. Nous les vîmes débouler dans la chambre, tétanisés. Sa mère fondit en larmes en le découvrant branché aux machines. Elle saisit sa main, l’embrassa, recroquevillée sur elle-même. Son mari la prit dans ses bras, dans le même état. Nous sortimes de la chambre pour les laisser en intimité. Alicia n’avait presque pas dit un mot depuis notre arrivée. Juste un soupir de soulagement lorsque les médecins annoncèrent qu’il se réveillerait très prochainement. La porte entrouverte, j’entendis les pleurs de sa mère virer en cris.


- Je le savais !! Je savais que ça se passerait de cette manière... Ça va beaucoup trop vite ! C’est trop rapide, je ne le support…


Silence. J'imaginais que son mari la prenait à nouveau dans ses bras, dans une tentative veine de l'apaiser.


- On doit le convaincre, sanglota-t-elle.

- Mais c’est son choix, nous devons le respecter, dit difficilement son père.

- Je ne veux pas le perdre !


Le silence à nouveau. Cette fois, je devinais les larmes de son père, aux longs râles qu’il poussait. Pas besoin de plus d’informations pour comprendre l’essentiel : Louis était en danger. Je serrais la main d’Alicia. Elle tremblait davantage après ces révélations.


- C’est ma faute…

- Qu’est-ce que tu racontes ?! m’exclamais-je en l’attrapant par les épaules.

- Je l’ai poussé à bout, je…. je n’aurais jamais dû le forcer à s’énerver, expliqua-t-elle en pleurs.

- Ça n’a rien avoir ! Comment… Non ! Ce n’est pas ta faute !


Les parents de Louis apparurent, attirés par nos voix, les joues tirées vers le bas. Sa mère, les yeux gonflés, reconnut difficilement Alicia. Elle semblait ravie de la voir, malgré les événements. Ils nous offrirent un repas à la cafétéria pour l'avoir accompagné dans l’ambulance. L'appétit nous manquait. Je me présentais à eux comme un ami. Ce mot remplirent leurs yeux à nouveau de larmes. Décidément, sujet sensible. Le père débuta son histoire.


- C’est assez récent, un peu plus d’un an. Il a eu sa toute première crise à l’école, comme aujourd’hui, expliqua-t-il en entourant son gobelet de café de ses mains nerveuses. Voilà, il est atteint d’une maladie auto-immune, est-ce que vous savez ce que ça signifie ?

- Son corps se retourne contre lui-même ? tentais-je après le non d'Alicia.

- C’est l’idée, oui. Il en existe plusieurs types, certaines mortelles, d’autres non. Ici, nous sommes face à un syndrome d’hémorragie pulmonaire, c’est pourquoi… Il crache du sang, et… il y a d’autres symptômes. Par exemple, il pourrait avoir des problèmes rénaux, heureusement ce n’est pas son cas. Du moins, il y échappe pour le moment. C'est un syndrome qui est tout à fait soignable. Il existe un traitement, dont les transferts de sang, mais ce n’est pas suffisant. Il pourrait éviter de passer son temps à l'hôpital, et guérir, même s’il y a toujours des risques que ça ne fonctionne pas, en prenant un certain type de médicaments. Les voilà, dit-il en fouillant dans sa veste pour déposer ensuite un tube sur la table, sans rien dire d’autre, ému.

- Ces touts petits médicaments peuvent vraiment le sauver ? lâcha Alicia complétement dévastée, et d’un ton innocent qui les surpris.

- Et, pourquoi il ne les prend pas ? demandais-je, plus perspicace.

- Je vais vous expliquer, fit-il en attrapant la main de sa femme à deux doigts de craquer à nouveau. Ce syndrome ne touche pas purement et tout simplement les poumons. C’est plus complexe, je vous épargne les détails. Et le traitement existant pour le moment, comprend de nombreux effets indésirables. En les prenant il risque de devenir… fou, peina-t-il à dire ce dernier mot.

- Fou ? demandames d’une même voix.

- A long terme, les effets amènent des pertes de conscience, l’oubli, puis des hallucinations, jusqu’à devenir complétement fou, oui. On pourrait parler de démence. Les cas qu’on a recensés ont tous… très mal fini, la plupart en prison ou à l’asile, parce qu’ils devenaient dangereux pour les autres. Pour eux même, en vivant dans la paranoïa et surtout, les actes violents qui reviennent sans cesse, les tentatives de suicides… Les effets sur le cerveau sont dévastateurs...

- Il ne veut pas devenir ce genre d’homme, couina sa mère en sortant un mouchoir, alors il refuse de les prendre. Il préfère partir… partir avant de devenir un monstre, c’est ce qu’il dit à chaque fois, s’affaissa-t-elle sur sa chaise.

- Et il ne veut pas non plus vivre sa vie à l’hôpital, mais c’est dur de respecter son choix, dit-il la larme à l’œil.

- Combien de temps… ? osai-je à peine demander.

- Sans le traitement, deux ans ? Avec, il pourrait être sauvé...

- Et combien de temps pour qu’il perde… la raison ?

- En moyenne, cinq ans, un peu plus ? Pour certains c'est plus tôt, et les symptômes sont progressifs...

- Pourquoi il ne les prend pas alors ?! Il pourrait… vivre sa vie quelques années, il pourrait vivre tant de choses ! Je… je ne comprends pas, se mit-elle à pleurer.


Ce cri du cœur ne les fâcha pas, au contraire, un léger sourire se dessina sur le visage de sa mère, touchée. Ils voulaient aussi qu’il reste, mais lui ne voulait pas devenir un monstre. Je pensais à mon père. Lui n’avait pas besoin d’être malade pour en être un. Il fallut du temps pour qu’Alicia se calme. Moi, j’encaissai le choc. Ils nous invitèrent à rentrer à l’internat en taxi, ne voulant pas s’éloigner plus de leurs fils. Avant de partir, ils nous remercièrent encore.


- Est-ce qu’on pourra revenir le voir demain ? leur demanda Alicia.

- J’aimerais aussi, même s’il ne se réveille pas, ajoutais-je.

- Pas de soucis les enfants, et s’il se réveille d’ici-là, nous vous le ferons parvenir, répondit son père.

- Eh bien, rit sa mère. Quand nous l’avons inscrit, il promettait de ne pas se faire d’amis, mais je vois qu’il en deux très bon.

- Oh je vous assure, il n’en à pas que deux, lui dis-je d’un sourire auquel Alicia répondit.


***


Avec soulagement, nous apprîmes très tôt le lendemain qu'il s'était réveillé de la nuit. La mienne fut mouvementée, mon esprit vagabondant entre les aléas de la vie et de la mort. Alicia avait fini par s'épuiser dans les bras des filles, toutes aussi inquiètes de son sort. En effet, nous étions tous restés à l’internat. Les parents “Richess” n’avaient pas beaucoup de cœur, mais pas au point d’obliger leurs enfants à rentrer à la maison lorsque l’un de leur ami était au bord de la mort. C’est de cette manière que s’organisa un cortège de limousines devant l'hôpital. Nous voulions lui rendre visite, avec des fleurs et une carte de rétablissement, tout ça. N’étant pas censé se côtoyer, mes amis Richess arrivèrent en voitures séparées. D’entrée de jeu, en arrivant avec Chuck et Alicia, ce dernier chercha ses parents. Par mégarde, nous entendimes une dispute entre Louis et sa mère.


- Je ne les prendrais pas ! cria-t-il.


Elle sortit en larmes, et lui toussait comme un fou. Elle eut un hoquet en nous voyant avec Chuck, puis un autre lorsqu’elle vit débouler tour à tour Katerina, Michael, Eglantine, Marry, Elliot et Blear. Son père nous regarda comme un ahuri. Comme je pouvais m’y attendre, Chuck prit ses parents à part, tandis que nous rendîmes visite à Louis. Réunis autour de son lit, celui-ci portait une aura meurtrière. Marry déposa les fleurs dans un vase prévu à cet effet, et Elliot prit ses aises en s’asseyant à ses côtés. Eglantine lui donna sa carte avec la plus grande gentillesse du monde. Il la lut. Mâchoires serrées.


- Donc vous savez.

- Tes parents nous ont expliqué hier…

- À toi et Alicia, oui, répondit-il sèchement.

- Nous étions inquiets, dit doucement Michael.

- Tous, ajouta Katerina.

- Pourquoi ?! Nous ne sommes même pas… C’est ridicule, s’énerva-t-il en refermant la carte.

- Nous sommes amis, gloussa Chuck qui débarqua dans la chambre. Je suis assez étonné qu’un mec comme toi ait choisi la mort.

- Chuck ! Ça ne se fait vraiment pas ! s'offusqua Blear.

- C’est une réalité, dit-il durement. Ils vont l'ont dit, non ? Je préfère mourir que de devenir…

- Un monstre, le coupais-je.


Je crois que ça lui fit bizarre de l'entendre d'une autre bouche. Je serrais mes mains sur la rampe en métal de son lit, et les serrait. J’y avais réfléchi toute la nuit. Je le défiais. Alicia se planta à mes côtés, voyant que je tremblais légèrement.


- Tu sais ce que c’est un monstre ? Un monstre, c’est un type qui fait délibérément du mal aux autres, expliquais-je la gorge nouée. Donc déjà, ça te concerne pas. J’y ai vraiment réfléchi toute la nuit ! m'exclamais-je pour ne pas le laisser prendre le dessus, et je comprends. Je comprends que tu ne veuilles pas sombrer dans la folie ou devenir violent. Parce que pour l’avoir vécu, parce que je le vis en fait, me repris-je, je peux dire que c’est pas beau à voir. Comme les effets des médocs, c’était progressif. Au début, il faisait que me crier dessus, puis… il y a eu quelques claques perdues.

- Dossan, fit Chuck en m’attrapant l’épaule.

- Puis, il est devenu de plus en plus “fou”. À chaque fois que je le décevais, je m’en prenais encore plus dans la gueule, toujours plus fort. Et maintenant, tremblais-je, quand je vois mon père, je vois qu’un dingue. C’est bien que tu ne veuilles pas devenir comme ça, dis-je en laissant couler une larme.


J’entendis un sanglot derrière moi, provenant d’Eglantine, choquée. Ils avaient tous les larmes aux yeux. Katerina tenait fermement la main d’Elliot, et Eglantine se réfugiait dans les bras de Michael.


- Et moi, de plus en plus, le jeudi soir avant d’aller dormir, j’angoisse. Et quand il vient me chercher devant l’école, je voudrais qu’il n’arrive jamais. En voiture, je me dis que… que ce serait mieux qu’on ait un accident. Que ce serait plus simple.


Ils étaient en larmes, et les parents de Louis se joignaient à nous.


- Je m’en veux tellement d’être venu au monde. Pour ma mère ! Parce qu’elle souffre tant à cause de moi ! Alors, j’y pense égoïstement… La mort, ce serait tellement plus simple. Puis, y a des gars comme toi, là ! m’énervais-je. Qui demanderait que de vivre, mais qui refuse à cause d’un foutu traitement ! Je comprends. Vraiment, je comprends que tu ne veuilles pas faire de mal aux gens que t’aime.


Cette fois ce furent ses parents qui eurent un sanglot. Et ses yeux à Louis rougirent.


- Mais c’est ridicule ! criais-je en les faisant tous sursauter. Les deux personnes qui te veulent le plus en vie sont prés à te soutenir dans cette épreuve, alors pourquoi tu ne tentes pas juste le coup ?! À part eux, qui tu vas décevoir ? T’as pris soin de rester loin de nous, c’est pas pour rien. Si tu n’as pas d’amis, tu n’as personne à blesser, alors tu peux prendre tes médicaments ! Effets indésirables ou pas !

- Je ne…

- Tu te mens à toi-même, le coupais-je. Normalement, tu devrais te laisser mourir si tu avais au moins des personnes à blesser ! Mais t’as rien vécu ! Et tu n’as personne ! Alors pourquoi tu en fais tout un foin ?! Tu pourrais juste les prendre, apprendre à connaitre les gens, à te faire de vrais potes, vivre ta vie, et là je pourrais comprendre que tu flippes. En attendant, si tu te tentes rien, c’est peut-être bien parce qu’au fond t’as envie de vivre, tu ne crois pas ! Moi je crois bien que j’ai envie de vivre en tout cas ! Je crois même que j’ai envie de vivre très longtemps, et de connaitre l’amour, un jour, fis-je en déplaçant mon regard vers Alicia instinctivement. T’as pas envie de ça ?!


Le silence s’établit dans la pièce. Je n’entendais que des reniflements et des hoquets. J’avais l’impression que j’aurais pu soulever le lit entier pour le faire basculer. Réagit ! Je voulais qu’il réagisse. Mais il restait inerte, la tête baissée, muet.


- Moi aussi… Moi aussi, je veux vivre longtemps et connaitre l’amour, glapit Alicia.

- Je le veux aussi, la rejoignit Blear qui arrivait encore à contenir ses larmes.

- La vie vaut la peine d’être vécue, même si elle est difficile, dit alors Elliot, mains dans les poches.

- Même si le chemin est plein d’embuches, ajouta Katerina.

- Et que tu as l’impression que tu ne trouveras jamais le bonheur, fit Marry qui ne put s’empêcher de regarder Chuck.

- Tu le trouveras forcément un jour ou l’autre, répondit celui-ci.

- Nos parents sont sévères, mais ils nous auront au moins appris à persévérer, dit Michael qui balançaient son bras avec celui d’Eglantine qui lui lança un hochement.

- Il y a forcément une solution, pleura-t-elle.


Toujours aucune réaction.


- T’entends ? T’es sûr que tu as envie de mourir avant même d’avoir appris à nous connaitre ? Avant même d’avoir pu dire que tu as des amis dans ta vie…

- Ça suffit, souffla-t-il la voix écorchée.

- Dis-moi que tu n’as pas envie de vivre, et on arrêtera.

- Je n’ai p…


Lorsqu’il releva la tête, les yeux meurtris, rougis, sa bouche se referma en voyant nos visages qui lui criaient de vivre. Il s’attarda sur chacun de nous, sur ses parents, sur Alicia qui le regardait avec espoir. Il serra la couverture dans ses poings. Il recommença. Ses sourcils se froncèrent. Puis à nouveau ses parents. Puis moi, déterminé à sortir un “non”. Puis Alicia. Il les serra un peu plus. Alicia à nouveau. Toujours cet espoir dans ses yeux. Il lâcha soudain la couette pour se mettre en boule dans le lit, agrippant sa tête, il craqua.


- Je veux... vivre longtemps, et connaitre... l’amour, gémit-il en tentant de cacher la montée de ses larmes.

- Alors prends ces putains de médicaments, lui lançais-je en lui adressant mon plus beau sourire.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 8 versions.

Recommandations

Défi
Nicodico

Un homme, seul au milieu de la forêt, plongé dans un tout autre monde. Alors qu'il utilisait ses lunettes à réalité virtuelle, il ne vit pas un homme se glisser derrière lui pour le poignarder sauvagement...
40
40
0
1
Défi
queuvin

Mot de l'auteur: Voici une courte nouvelle. J'espère qu'elle vous plaira et saura vous surprendre. Bonne lecture
-----------------
Ils se retrouvaient enfin. La semaine avait été longue. Ils avaient l'habitude de se retrouver autour d'un café. C'était leurs petit rituel. Même jour, même heure, le lieux pouvais varier mais c'était bien souvent un endroit caché des regard. Ils s'étaient rencontré par des amis en commun. Lui cadre d'une entreprise, elle étudiante. Elle narrant ses aventures, lui scotché à ses lèvres.

Elle - tu verrais comment elle était bonne, franchement tu devrait essayer.

Ce n'était pas la première fois qu'elle lui proposais de l'accompagner, il avait toujours refusé prétextant que ce n'était pas sa tasse de thé

Elle - Mais justement, il faut expérimenter dans la vie et puis bon t'a personne qui t'empêche de le faire.

C'était une habituée tandis que lui était méfiant mais son hésitation montait un peut plus au fils des rencontre et il s'avait bien malgré lui que ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne s'essaye à la "pratique"

Elle - et puis je suis sûr que tu t'y fera vite, au début ça fait un peu mal mais on s'habitue rapidement.

Elle - bon après le dernier avec qui je l'ai fait il m'a pris un peut trop sec.

Il faillait dire qu'elle était très fine et c'était même étonnant qu'elle pratique encore après toute ces annnées. Le seul signe visible était ses mains qui avaient pris l'habitude de l'effort.

Elle -bon c'est non négociable! tu viens avec moi!

Il avait eu beau refusé elle l'avait entrainer au fils des ruelle jusqu'à arriver au dit lieu.

------

Elle - Plus à droite, vas y fait une lolote, mais met ton doigts dans le trou ne t'inquiète pas. Voila tu vois elle est bonne.

Lui ne répondit par un gémissement absorbé par sa tache les jambes flageolentes.

Elle - bon je crois qu'il est temps pour toi de redescendre sur Terre.

Pour seul élément de réponse elle n'eu qu'un hochement de tête.

Elle - concentre toi sur ma voix. écarte toi. Voila, lache prise n'ai pas peur. Bon ok maintenant tu vas vacher.

Elle continua de le guider jusqu'à la fin de la procédure. Après les émois de l'homme le reste de l'heure se passa plutôt tranquillement.

Et alors qu'ils sortaient elle lui demanda.

Elle - Alors c'était comment? c'était pas si dur tu a vus.

Il - oui merci. J'aurrais jamais si tu ne m'avais pas poussé. Merci de m'avoir innitié?

Elle - tout le plaisir est pour moi. Et j'espère que tu reviendra vite.

Il- Ne t'inquiète pas, l'escalade c'est passionnant.



0
0
0
2
hersen



L'attente glissait aussi paisiblement sur l'esprit du guerrier que l'eau dans le ruisseau. Il suivait les sons venant du faré, les imprécations et le bruit du pilon dans le mortier. Il avait su vaincre et le reste était secondaire. Assis sur un caillou, il était chez lui, il se sentait vibrer pour sa Terre. Tout ce qu'il a fait, il l'a fait pour les siens, pour être un brave. Et pour manger. Des années de sécheresse avaient réduit les vivres. L'arbre à pain dépérissait et il fallait agrandir le territoire, s'approprier la vallée sur l'autre versant de l'île volcanique.
Ce n'est pas lui qui a ramassé les noix de bancoulier dont on tirerait l'encre, après les avoir calcinées. Il fallait des mains aux pouvoirs sacrés pour transmettre au liquide tinctorial les qualités honorant celui qui les recevrait.
La peau brune habillant des muscles colossaux frissonnait de temps à autre sous cette force mal contenue. Le guerrier revivait son combat. Il revoyait son ennemi en face, avec dans le regard la même détermination que la sienne, la même bravoure. Une seule des deux lances atteindrait son but, c'était la loi pour pouvoir rentrer au village plein de gloire et apporter ainsi la promesse de nourriture pour le peuple. Il a failli tout perdre, décontenancé, à l'instant où il avait entendu son frère hurlant s'élancer sur un adversaire et retomber net, le crâne fracassé. L'ombre sur la victoire. Alors il avait rugi, transmettant la douleur de la perte de son frère aimé à la pierre effilée de son arme.
Ce fut le massacre.
Les hommes, vieux, nus à l'exception d'un pagne de tapa, tissu végétal, sortaient enfin du faré, l'un d'entre eux tenant haut un bol fait du crâne d'un animal. Leur nudité étalait au grand jour leurs tatouages qui, au fil des ans, prenaient des reflets verdâtres. Leurs actes valeureux étaient inscrits et chacun respectait ces marques. Le guerrier se leva et les salua. Rien en cet instant n'était plus précieux sur l'île que le contenu de ce bol, une encre produite par la terre nourricière et qui avait reçu les paroles sacrées.
On fit asseoir le vainqueur nu sur un gros caillou et les sages l'entourèrent. Pendant que l'encre végétale était étalée sur la peau dorée de l'homme imposant, les voix masculines psalmodiaient et le tatoueur, le seul habilité à marquer les peaux des signes de la bravoure, commença à enfoncer une dent de requin acérée, puis encore et encore répéta son geste, patiemment. Le tatouage s'est dessiné sur la peau au fil des chants ininterrompus lentement, jusqu'à la tombée du jour. Une marque indélébile qui dira à tous combien il s'est battu pour les siens.
***
-Eh, Paul, t'as vu là-bas la cahute ? Y a un mec, il te fait des supers tatouages, regarde celui que j'ai !
-oh la vache ! Fais un selfie !
Le temps du festival, l'archipel, envahi de touristes dont la seule force est d'avoir payé leur billet d'avion, ressert, au milieu des danses et des chants, ce passé guerrier par petites touches, gravant sur des bras, des cuisses, des oreilles, des poitrines flasques des fragments de la marque de bravoure du guerrier.
3
5
9
2

Vous aimez lire Redlyone ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0