Les yeux noirs

2 minutes de lecture

Trois jours plus tôt

- Ne vous interposez pas, Docteur, et il ne vous sera fait aucun mal, assure l’homme d’une voix grave et posée.

Sa carrure charpentée, ses longs cheveux bruns et ses yeux noirs parlent pour lui : nul doute qu’il ira au bout de son projet, quoi qu’il en coûte. On sent en lui le meneur, celui qu’on écoute sans broncher. Le médecin le respecte pour ça, il sait qu’il n’y aura pas d’entourloupe, les choses sont dites clairement, la balle est maintenant dans son camp : le laisser passer avec ses hommes ou bien l’en empêcher. Le docteur n’est pas un poltron, mais il sait que c’est un combat perdu d’avance, et le vieillard est mort, alors à quoi bon ? Ça n’aurait pas de sens… L’équipe de nuit est en nombre restreint, et il ne veut pas les mêler à ça, c’est à lui de prendre cette décision.

Il fait un pas de côté dans le couloir sans un mot, soutenant le regard de son adversaire tout en s’effaçant. Ce dernier fait un bref signe de la main à ses hommes pour qu’ils passent devant.

- Merci, Docteur.

Il marque une pause et reprend :

- Pour ça et pour tout ce que vous avez fait pour lui.

- Vous savez que je suis dans l’obligation de prévenir la Police, quand même…

- Faites ce que vous avez à faire, Docteur.

Il lui adresse un hochement de tête, puis s’éloigne à son tour pour rejoindre ses camarades au bout du couloir du service de réanimation, vers la sortie.

Dans les bras de l’un d’eux, recroquevillé, un corps mort gît.

*******************************************************************************

Trois jours plus tard

Des pleurs et des lamentations s’élèvent vers le ciel étoilé. Hommes, femmes et enfants gravitent autour d’une caravane décorée dans laquelle trône un cercueil empli d’une guitare et de petits présents. La nuit, parée de centaines de bougies, brille comme un diamant.

De l’essence.

Une torche.

Un homme de forte stature et aux longs cheveux bruns met le feu à la caravane. Les larmes silencieuses éteignent un instant la braise de ses yeux tandis que les crépitements emportent au loin le « mulo* » de son défunt père.

*l'âme

Annotations

Recommandations

Défi
Orchidoclaste
Un peu de légèreté !
19
12
2
0
Défi
hersen
En réponse au défi "Haïku"
8
7
0
0
Baptiste Jacquemort


La débat promettait de passionner les foules. On attendait pas moins de 360 millions de visionneuses et, par la truchement d’une juteuse système d’enchères qui lui permettrait sans doute d’en tirer la double, voire même la triple, Google avait fixé la prix de départ de la spot publicitaire de 20 secondes à l’incroyable somme de 1 200 000 FemCoins.
La candidate de la République de l’Aube Nouvelle partait indiscutablement favorite. L’autre, sans étiquette et pratiquement sans soutien d’envergure, avait eu beau crever l’écran au cours des dernières semaines, la plupart des observatrices averties étaient persuadées qu’elle allait se faire laminer, littéralement, et que la sort de l’élection serait jouée à l’issue du joute à laquelle elles allaient se livrer cette soirée-là devant plus des deux tiers de la population Europaine.
La Féminence avait été conquise de haute lutte. Les hommes avaient trop longtemps tenu les rênes de l’histoire de l’humanité. Ils l’avaient façonnée à leur image et les femmes avaient été laissées pour compte, éternelles secondes rôles, sans qu’on leur demandât jamais leur avis. La XXIème siècle avait sonné la glas de ce domination insupportable. Elles en étaient venues à bout. Les hommes avaient fini par rendre les armes, contraints et forcés. Petit à petit, l’appât du gain et la goût du luxure les avaient corrompus au point qu’ils en avaient oublié de s’assurer d’en être à jamais les exclusifs jouisseurs. Les rôles s’étaient inversées. Elles avaient pris le pouvoir.
Alors, quand des hordes de femelles du bas-monde, venues de toutes parts, avaient commencé de se presser aux frontières de l’Europe, prêtes à tout pour fuir le misère et se faire une place à la soleil, les Europaines avaient pris peur. Si l’Europe commettait l’imprudence de leur ouvrir ses portes, elle s’exposait à la risque de voir le gangrène du domination masculin réapparaître et se disséminer sournoisement tel un contagion incontrôlable et fatal. La candidate de la République de l’Aube Nouvelle avait bien compris cela. Là était la plus grosse épine dans la pied de son adversaire. Elle la laisserait s’embourber dans ses fantasmes de solidarité féminine intercontinentale et elle n’aurait plus qu’à porter l’estocade. L’affaire était entendue. Les camps de masculinisation de migrantes avaient encore de belles jours devant eux…
2
4
4
2

Vous aimez lire ChrisH ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0