Chapitre 32 : Impérissables (3/3)

8 minutes de lecture

Comme la jeune fille ne l’écoutait pas, il la suivit pour la protéger, et son amie l’imita. Pendant ce temps, l’archère encocha une flèche et Amroth se plaça sur le côté. Il tenta de percer la défense de Dralianne en usant de magie élémentaire. Pour ce faire, il balança continuellement des éclairs depuis chacun de ses doigts. Malgré sa persistance, son ennemie se déplaçait avec aisance. Par conséquent, elle évitait chacune des étincelles et riposta en conséquence. D’un dextre bond, elle se positionna à bonne distance de ses adversaires. Elle généra une paire de spirales convergentes qu’elle envoya dans des directions opposées. La rage de Carcia ne lui fit pas perdre ses réflexes : pivoter sur elle-même lui permit d’esquiver à temps. En revanche, Berheis ne réagit que trop tard et il fut touché. Son armure le protégea de la majorité de la puissance dévastatrice, mais sa jambe gauche fut lacérée au genou. Peinant pour rester debout, il s’écroula. Au même moment, Alga se dota de témérité et voulut détruire la spirale d’un coup d’épée. Au contact de la lame, la forme se disloqua en une multitude de jets mortels. Ils manquèrent de s’enfoncer dans la gorge de plusieurs des membres. En outre, Amroth et Anlika durent plonger vers l’avant pour l’esquiver. Sur son élan, elle décocha une succession de flèches qui fusèrent droit sur leur cible. D’un sourire narquois, Dralianne les freina toutes dans leur trajectoire. Les paupières brièvement closes, elle les renvoya vers l’archère et le mage. Déjà épuisé, Amroth se mouvait avec difficulté. Sa femme sauta devant lui et l’écarta pour le protéger. Un trait lui perça la cuisse et elle bascula au pied d’un érable, sa tête heurtant de plein fouet le bas du tronc. Persistant à se battre, elle sombra quand même dans l’inconscience.

Tout en affrontant les défenseurs, Dralianne conservait en permanence son air hautain. Le flux magique circulait librement en elle. Jamais elle ne perdait confiance ni ne semblait flancher. Pourtant, les mages l’assaillirent sans cesse de sorts. Les patrouilleurs, quant à eux, tentèrent désespérément de se rapprocher. Au mieux, leurs épées fendirent l’air au moment où elle effectuait un habile bond pour se placer en sécurité. Lassée des attaques répétitives d’Alga et Hermod, elle concentra un flux d’air et les propulsa au loin. Ils s’écrasèrent sur le sol, blessés mais conscients. Brandissant de nouveau leurs épées, ils se précipitèrent vers leur ennemie avec acharnement.

Quelques instants durant, les trois mages se retrouvèrent face à face. Ils n’épuisaient guère leur magie, car elle affluait de part et d’autre de la position. Une quantité infime partait au loin. La majorité inondait leur corps. Du coin de l’œil, Amroth constata la détermination de Carcia. En tant qu’ancienne élève des adjoints, elle avait tiré le meilleur de l’enseignement. Elle affrontait ses peurs et se battait sous le coup de l’émotion. L’impulsivité naissant en elle lui procurait l’impulsion nécessaire pour se dresser contre une mage noire. Les genoux fléchis, les bras presque tendus, elle se positionnait adéquatement. Amroth éprouvait une fierté sincère pour Carcia. Cependant, la situation ne se prêtait pas à un moment de repos. Au fond de lui, le mage savait que Dralianne ne les attaquait pas uniquement pour prolonger le combat. Comme elle inclinait la tête, il vit se dessiner un sourire malicieux. Indubitablement, ce combat l’amusait. Cela enragea Amroth. Enfonçant ses pieds sur le sol, il rassembla ses deux mains et émit des vibrations. Surprise, son adversaire se déséquilibra un peu, mais ce fut bref. Carcia usa de ce laps de temps pour charger son poing de magie et bondir sur elle. Leurs mains s’entrechoquèrent et le choc ébranla tous les arbres aux alentours. De son autre main, Dralianne fit tomber la jeune fille. Elle lui flanqua un coup de pied dans son entrejambe puis eut un rire dédaigneux.

— Je me suis assez amusée avec vous, dit-elle. Vous êtes si prévisibles ! Je peux tous vous tuer d’un claquement de doigts, vous le savez ? D’ailleurs, c’est ce que je vais faire !

Dralianne braqua sa main vers Carcia. Engourdie, elle était incapable de se défendre. La mage noire tendit ses bras et les contorsionna. Le sort psychique se déclencha. Voyant sa vie défiler devant ses yeux, la jeune fille les ferma. Mais au bout de quelques instants, rien ne se passa. Bouche bée, elle jeta un œil en direction d’Amroth : ce dernier venait de la protéger.

— Le même sort ne fonctionne pas deux fois, lança-t-il. Je ne suis pas parti t’affronter en méconnaissance de cause, Dralianne. Depuis notre dernière rencontre, car je sais que tu accompagnais l’homme le jour où vous avez tué la mercenaire, j’ai étudié un peu de mon côté comment riposter. Avec vos sorts psychiques, vous êtes capables de tuer instantanément n’importe qui. Néanmoins, il suffit d’un simple bouclier en contact d’esprit pour supprimer ses effets. J’ai appris à l’utiliser, entre temps.

Dralianne foudroya du regard son adversaire et riva derechef ses yeux vers sa victime. Alga et Hermod revenaient à l’assaut. Sous l’impact de leurs bottes, les feuilles lobées remuaient légèrement. Leurs mouvements se révélèrent donc extrêmement prévisibles. De dos par rapport à eux, la mage perçut leur rapprochée. Plutôt que de les viser, elle lança un rayon noir en plein sur l’érable en face d’elle. Il cisailla circulairement le tronc et fit drastiquement chanceler l’arbre. Empreinte de sadisme, Dralianne maintenait Carcia prisonnière de son joug. Elle avait beau se débattre comme une forcenée, elle ne parvenait pas à se libérer de son emprise. La mage se téléporta au dernier moment, quand l’arbre, emportant tout son poids avec lui, accomplit son inexorable chute.

Une main salvatrice secourut la vie de la jeune fille. Hermod tira de toutes ses forces et la sauva ainsi de la zone mortelle. Cependant, ce fut au prix de sa propre sécurité : il glissa et le tronc l’écrasa tout entier. La collision avec le sol souleva de denses colonnes de poussières et aveugla temporairement Amroth. Désespéré, il appela ses compagnons : il ne reçut aucune réponse audible. Perdant ses derniers espoirs, il lança un ultime regard derrière lui : Berheis et Anlika, sévèrement touchés, respiraient encore la vie.

En parallèle, Carcia était étendue sur le sol. Elle anhéla, à peine consciente de son environnement. Ses yeux s’humectèrent de larmes à la vue d’Hermod. Du corps du patrouilleur ressortait uniquement une main blême. Le tronc l’avait écrasé de plein fouet et ne lui avait laissé aucune chance de survie. La jeune fille appréhenda avec horreur la vie âpre d’un défenseur de la justice. Elle se recroquevilla. Désormais, plus rien ne lui importait. Hermod Gunnof venait de succomber pour elle, pourtant, elle ne daignait même pas se relever et lui rendre honneur. Elle demeura en position fœtale.

Dralianne réapparut aussitôt. Sa téléportation supplémentaire la mena à la même position. Debout sur le tronc, elle enfonçait l’arbre déjà ancré sur le sol. Elle promena son regard tout autour d’elle. Le guerrier et l’archère avaient perdu conscience depuis un moment, et il n’y avait aucune trace d’Alga. Derrière elle, Carcia couinait continuellement. Comme de juste, la mage noire riait de sa souffrance. Puisqu’il n’y avait aucune trace d’Alga, elle en déduisit que le tronc l’avait également emportée. Plutôt que de sonder grâce à un sort, elle préféra faire face à son dernier adversaire encore debout.

— Votre arrogance causera votre perte, lança hargneusement Amroth.

La mage eut un rire sardonique. Elle sauta du tronc et ôta sa capuche. Ses traits de femme ordinaire apparurent devant son adversaire. Son apparence commune l’effrayait, car derrière un visage banal se dissimulait une inhumanité et une puissance incommensurable.

Elle écarta les bras et déploya ainsi tout son corps. Des lueurs noirâtres voletèrent à hauteur de ses paumes. Pour se défendre, Amroth fléchit les genoux et ne la quitta pas du regard. Dralianne le fixa, mais ne s’attarda pas sur lui. Emplissant les lieux d’une aura sinistre, elle observa chacun des corps étendus au sol, inertes ou non.

— Tu es peut-être la seule personne digne de m’affronter, flagorna-t-elle. Votre association comporte des mages de renom, pourtant, la seule qui vous accompagne est une jeune fille lâche et trouillarde. Les archers, les guerriers et les patrouilleurs que je peux aisément retourner contre eux. Pourquoi vous encombrer de tels poids ? Vous avez provoqué leurs pertes !

— Ils ne sont pas tous morts !

— Pas encore, corrigea-t-elle. Mais j’ai assez perdu de temps ici. Si je le voulais, j’aurais pu appeler les autres membres de la secte. Je ne l’ai pas fait car certaines choses ne se sont pas déroulées comme je le prévoyais. Je n’ai pas besoin d’eux pour vous tuer. Je vous promets que votre supplice aura beau être rapide, il sera aussi douloureux.

Amroth se mit à trémuler. Il prépara ses sorts en braquant ses bras ouverts vers son ennemie. Dralianne perdit alors toute once de mansuétude. Ses yeux s’injectèrent de noir. Quand le flux dévastateur déferla en elle, l’air s’alourdit. Une vision cauchemardesque se présenta devant le mage terrorisé. Malgré tout, il ne flancha pas. Sa propre magie circulant en lui, il adopta une position défensive et s’apprêta à riposter.

Poussant un cri de rage, Alga bondit depuis le tronc, épée au poing. Ses bottes et sa tenue étaient tâchées de boue, mais elle ne souffrait que de blessures légères. Sa lame zébra l’air et trancha le poignet de Dralianne. La mage hurla lorsque son moignon se détacha. La patrouilleuse la plaqua contre le mur. Son dos heurtant âprement le bois, la mage tenta d’user de son autre main pour se libérer, mais Amroth fonça droit sur elle et l’immobilisa. Elle s’agita vigoureusement et gémit d’une voix stridulante. Le mage et la patrouilleuse la maintenaient fermement à sa position.

— Qui est ton commanditaire ? questionna-t-il.

Pour les narguer, Dralianne rit à gorge déployée. Furibonde, Alga lui flanqua un coup de poing sur sa joue. Elle cracha une gerbe de sang puis son esclaffement reprit de plus belle.

— Vous pensez que m’avoir vaincue par surprise vous offre la victoire ? persifla-t-elle. Nous sommes des utilisateurs de la véritable magie, celle qui n’aurait pas dû être oubliée. Bientôt, nous dominerons Graef. Nous sommes impérissables.

Elle riva son regard vers le ciel puis concentra tout son flux sur sa main. Des vibrations l’entourèrent et s’intensifièrent drastiquement. Alga et Amroth furent propulsés à quelques mètres, le mage exécutant une vive roulade pour se réceptionner. Au moment où il revint vers son ennemie, celle-ci avait déjà sorti son coutelas de ses vêtements. Elle adressa un ultime sourire à tous ses ennemis puis se trancha la gorge. La patrouilleuse en fut tellement interloquée qu’elle en lâcha son arme. Amroth, pour sa part, tomba à genoux et son visage se décomposa en un instant. Dralianne se noya dans son sang, une outrecuidance ostentatoire marquée sur son faciès diaprant du livide au vermeil. Face à son cadavre, le membre s’écroula sur le dos et raidit tous ses membres. Bras et jambes raidis, il fut secoué par des spasmes qui inquiétèrent viscéralement Alga. Un rire nerveux s’empara de lui. Et il ne s’arrêta pas. Il avait perdu tout espoir.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

phillechat
Le chat chaque jour
suit la stricte discipline
du bel haïku
2233
563
21
17
sujet17
Fallorn Saga est une suite de roman qui ont tous un point commun : ils se passent dans le monde imaginaire de... Fallorn ! ( eh oui, fallait le trouver !^^) Le principe est simple, plusieurs histoires se déroulent en parallèle les unes des autres. Bien que certaines soient plus étalés sur le temps que d'autres, elles finissent toujours par se rejoindre à un moment donné. Certaines se croiseront plusieurs fois, d'autres non...


L'Amulette du Temps est le premier roman de cette saga. Il dépeint le voyage d'une elfe des bois, Elàlia, d'un nain, Girin, d'une femme, Aurore et de deux hommes, Bohord et Koto. Ensembles, ils vont chercher l'Amulette du Temps, une amulette capable de faire voyager son possesseur dans le temps afin qu'il puisse changer le cours de sa propre vie, mais aussi celui du monde.

Les chapitres seront découpés pour que chaque partie ne dépasse pas les 5-6 minutes, et je publierais toutes les parties d'un chapitre en même temps afin d'éviter une attente inutile.

Etant donné que c'est le tout premier d'une série, il risque forcément d'y avoir quelques coquilles, aussi, je vous demanderais d'être indulgent^^ Mais surtout de faire un maximum de retours positifs ou non.

Sur ce, bonne lecture :)
45
117
620
90
Claire Zuc
[EN COURS]
Après les Années Sombres pendant lesquelles tous les Mages ont été tués, le Grand Prêtre a toujours du mal à localiser les sanctuaires magiques. Tant qu'ils ne seront pas détruits, la magie continura d'enfanter des Sangs Noirs.
Suivez l'épopée de Warren et Hazu, compagnons forcés d'une aventure qui decidera du destin de l'île.
32
64
344
36

Vous aimez lire Brad Priwin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0